Thèses sur la jeunesse

Voici deux annonces de soutenances de thèses portant sur la jeunesse.

 

  1. Le gouvernement des conduites juvéniles populaires. Prévenir les addictions en milieu scolaire dans un département rural du Sud-Ouest (Yohan Selponi)
  2. Ethnicité et cultures juvéniles (Agathe Voisin)

Le gouvernement des conduites juvéniles populaires. Prévenir les addictions en milieu scolaire dans un département rural du Sud-Ouest

Cette soutenance aura lieu le 6 octobre à 14h à l’Université de Bourgogne (Dijon) en salle du Conseil de Lettres dans le bâtiment Droit/Lettres (RDC côté Sud).

Les actions de prévention des conduites addictives à l’école sont des interactions scolaires extraordinaires au cours desquelles un intervenant – membre ou non de l’éducation nationale – s’adresse à des élèves pour tenter de modérer leurs investissements dans des comportements susceptibles d’entrainer une dépendance ou des « prises de risques » (essentiellement des consommations d’alcool et de cannabis). Mais les manières de définir « la prévention » ou les « conduites addictives » sont des enjeux de lutte entre agents et entre institutions. A travers une enquête par entretiens et par observations dans un département rural du Sud-Ouest de la France, il s’agit d’étudier à la fois ces luttes de définition, les investissements dans le travail qui les ordonnent et dont elles sont le produit et le gouvernement des conduites qu’elles supposent. Les politiques publiques préventives sont a priori à destination de tous les « jeunes » mais l’observation concrète de leur mise en place au niveau local permet de souligner que leur réalisation est socialement différenciée. Les élèves scolarisés dans des formations professionnelles ou dans des collèges au recrutement social défavorisé sont en effet des cibles privilégiées des actions menées. En quoi le travail préventif contribue-t-il au gouvernement des conduites juvéniles populaires par la re-production de manières d’être et de penser le monde social ?

La structuration de l’espace de la prévention dans le département est abordée dans une première partie consacrée à l’étude du travail des infirmières scolaires, des gendarmes et des salariés d’associations gérant des centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa). Comment ces agents concilient-t-ils la réalisation de tâches préventives avec des modes d’occupation du métier considérés comme légitimes dans leurs espaces d’appartenance respectifs ? L’intérêt des agents à intervenir à l’école, leur légitimité pour le faire et les fonctions institutionnelles sur lesquelles reposent leurs actions sont des constructions sociales indissociables. L’occupation de positions institutionnelles, générationnelles et sociales différentes conduit les agents à définir leur travail ordinaire, les tâches préventives qu’ils investissent et le public auquel ils s’adressent de manière concurrente. Les actions préventives sont ainsi susceptibles d’être construites comme une gestion sanitaire de l’éducation des élèves (infirmières scolaires), une forme de proximité et d’enquête auprès de civils (gendarmes), et une forme de travail social (membres de Csapa).

Dans une seconde partie, il s’agit de se demander en quoi les actions préventives concourent au gouvernement des conduites juvéniles populaires par la re-production de manières conformes et déviantes de consommer des produits ? Les dispositifs préventifs se caractérisent par leurs emprunts plus ou moins nets aux registres de la mise en garde, de la délivrance d’un savoir ou de la création d’un « support préventif » par des élèves. Les interactions entre les positions, les intérêts et les dispositions des intervenants, la construction de leur spécificité préventive, le fonctionnement de l’institution scolaire et les logiques des espaces de sociabilité entre élèves favorisent la réalisation d’interventions auprès de garçons des classes populaires scolarisés en établissements professionnels. Pour des raisons en partie communes, en partie différentes, les agents préventifs normalisent certaines consommations collectives et festives associées à ces derniers et stigmatisent les usages solitaires. Les actions préventives participent par ailleurs à la construction des conduites juvéniles déviantes et conformes associées, entre autres au masculin et au féminin. Ces risques genrés trouvent à s’exprimer de manière prégnante en établissements professionnels où les savoir-faire et les savoir-être associés aux formations sont fréquemment différenciés. Garçons et filles s’approprient néanmoins les actions dont ils sont les cibles avec ambivalence, tantôt en jouant le jeu de la prévention, tantôt en s’y opposant plus ou moins explicitement. Les usages qu’ils font des dispositifs préventifs contribuent indissociablement à la remise en cause et au maintien des principes de structuration des espaces dans lesquels évoluent élèves et intervenants.

Mots-clés : infirmières, gendarmes, classes populaires, addictions, école, travail, genre.

Ethnicité et cultures juvéniles

La soutenance se tiendra le vendredi 29 septembre à 14h, en salle de réunion de l’école doctorale de Sciences Po, au 199 boulevard St Germain, Paris 7ème, 3ème étage.

Cette thèse analyse la saillance de l’ethnicité dans les cultures juvéniles à Bondy en Seine-Saint-Denis et à Newham dans le Grand Londres. Reposant sur une enquête ethnographique menée de 2007 à 2012 par entretiens individuels, collectifs et observations auprès d’adolescents et de jeunes adultes, elle montre comment cadres locaux et modèles nationaux se combinent pour favoriser une saillance ethnique sociale, locale et éclatée à Newham, politique et collective à Bondy.

A Bondy, l’ethnicité est expérimentée et représentée comme redoublant les diverses dimensions des inégalités sociales ; elle rassemble les enquêté.e.s dans un « nous » proche et multidimensionnel opposé à un « eux » distant. L’expérience des discriminations ethniques y est une expérience centrale qui structure le rapport des enquêté.e.s aux institutions locales et à la société française. A Newham, l’ethnicité organise la séparation de différentes socialisations et sociabilités dans l’espace local. Perçue comme découplée des autres dimensions des inégalités sociales, l’ethnicité reste peu politisée et peu conflictuelle dans le rapport aux institutions locales. L’expérience de classe prédomine, alors, dans les rapports conflictuels des enquêté.e.s à la société britannique.

 

Publication : Ageism in Youth Studies (Gayle Kimball)

Vient de paraître: Ageism in Youth Studies, de Gayle Kimball.

Un extrait (introduction et début de premier chapitre) est disponible à l’adresse suivante.

Résumé :

Ageism is prevalent in a great deal of current scholarship in the social sciences as scholars fault youth for being delinquent or politically apathetic. Researchers ignore young people’s actual voices, despite their leadership in recent global uprisings, some of which unseated entrenched dictators. Neoliberalism must be exposed in its focus on youth sub-cultures and styles rather than economic barriers caused by growing inequality and rising youth unemployment rates. Ageism in Youth Studies also discusses the debate about “Generation We or Me” and if Millennials are narcissistic. Resources about global youth studies are included, along with the results of the author’s surveys and interviews with over 4,000 young people from 88 countries.

Parution: Jeunesse(s), les voies de l’autonomie (Informations sociales)

Le dernier numéro de la revue Informations sociales, « Jeunesse(s) : les voies de l’autonomie » est disponible. Il a été coordonné par Patricia Loncle, professeure des universités en sociologie, titulaire de la Chaire de recherche sur la jeunesse à l’École des hautes études en santé publique.

Depuis près de deux décennies, l’accès des jeunes à l’autonomie souffre de l’impact de difficultés économiques durables. Celles-ci perturbent notablement la transition vers l’âge adulte. Trouver son premier emploi, concilier travail et études supérieures, accéder à un logement autonome sont autant d’épreuves pour les moins de 30 ans, au point qu’elles caractérisent cette phase de la vie. Pour aider les jeunes à faire face à ces difficultés, les pouvoirs publics mettent en œuvre des dispositifs et des programmes dont la portée est régulièrement débattue par les spécialistes et les professionnels, même si ces controverses affleurent peu dans le débat public. Ces évolutions et programmes suscitent une diversité de pratiques d’accompagnement (professionnelles, associatives, militantes, issues de l’entreprise) souvent innovantes, dont beaucoup facilitent les parcours des jeunes vers l’âge adulte.

Ce numéro de la revue Informations sociales présente les différentes voies d’accès à l’autonomie des jeunes en France (par l’emploi, les études supérieures, le logement…) ainsi que les évolutions récentes dans les parcours des jeunes et les manières dont ces derniers perçoivent leur avenir et leur passage vers l’âge adulte (première partie). Face à l’intensité des difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes, l’intervention publique peut être considérée comme une modalité de structuration de leurs parcours de vie vers l’âge adulte. Dans cette perspective, il est utile à la fois de comprendre les logiques sur lesquelles reposent les politiques en direction de la jeunesse, d’en saisir les évolutions et de s’intéresser à certains dispositifs récents qui visent à faciliter les modalités d’accès à l’autonomie, comme la Garantie jeunes (deuxième partie). L’accompagnement individuel et collectif des jeunes dans leur accès à l’autonomie fait l’objet d’une pluralité d’interventions, qu’elles soient professionnelles, bénévoles, militantes ou issues du monde de l’entreprise. Le renouvellement de ces pratiques, tout à fait notable, ouvre des perspectives intéressantes pour l’émancipation des nouvelles générations (troisième partie).

Pour commander ce numéro, merci d’utiliser le formulaire suivant :

https://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Images/Dser/IS/bulletin_abonnement.gif

Créée en 1946, Informations sociales est une revue bimestrielle d’information, d’analyse et de débat, publiée par la Caisse nationale des Allocations familiales, rédigée par des chercheurs, des experts et des acteurs des questions sociales. Tous les deux mois, Informations sociales offre un panorama de travaux autour d’un thème particulier. Les anciens numéros sont disponibles en ligne:

http://www.cairn.info/revue-informations-sociales.htm

 

 

 

Jeunesse(s) : les voies de l’autonomie, Informations sociales, n°195, 2017

Coordination : Patricia Loncle

Editorial : Daniel Lenoir

Introduction : Patricia Loncle

Point de repère : L’accès à l’âge adulte pour les jeunes en France, Yaëlle Amsellem-Mainguy

Partie 1 : Jeunes et accès à l’autonomie

Article : Le « chômage-intérim » en début de vie active : quelle socialisation salariale ? Quel accès à l’indépendance ?, Christian Papinot

Contrepoint :  Millenials, Y, Z … et après ?, Léa Rochford

Article :          Processus d’autonomisation des jeunes : le cas des étudiants de Rennes, Isabelle Danic, Béatrice Valdes

Contrepoint :  Cohabitation intergénérationnelle, le retour, Pierre Grelley.

Article : L’accès au logement autonome pour les jeunes, un chemin semé d’embûches, Emmanuelle Maunaye

Entretien:       Sous la colère, les épreuves du devenir adulte en monde néolibéral. Un entretien avec Cécile Van de Velde, par Patricia Loncle

Partie 2 : Accès à l’autonomie et interventions publiques

Article :          Familialisation de la citoyenneté sociale des jeunes en France et inégalités, Tom Chevalier

Contrepoint :  Les visages de la maturité, Pierre Grelley

Article : Du RMI jeunes à la Garantie jeunes : les débats sur le soutien à l’autonomie des jeunes adultes, Claire Magord

Contrepoint :  Les jeunes handicapés mentaux deviennent eux aussi des adultes, Pierre Grelley

Article : Les aides publiques aux jeunes majeurs : une allocation d’autonomie universelle est-elle possible ?, Lucie Gonzalez et Céline Marc

Focus : Soutenir l’autonomie des jeunes, un engagement central pour la branche Famille de la Sécurité sociale, Pauline Domingo

Entretien :      Décloisonner les politiques publiques locales en faveur des jeunes, un entretien avec Frédéric Bourthoumieu par Patricia Loncle et Etch Kalala Mabuluki

Article : Le service civique : un choix d’engagement inscrit dans les parcours juvéniles, Valérie Becquet

Article :          Devenir adulte quand le soutien familial fait défaut, Virginie Muniglia

Partie 3 : De nouvelles formes d’accompagnement vers l’autonomie ?

Article : Articuler l’accompagnement des jeunes et leurs engagements individuels : l’exemple d’une junior association, Fransez Poisson

Contrepoint : « Les générations futures, c’est nous ! », Léa Rochford.

Focus : Quand des jeunes en accompagnent d’autres. L’exemple du Laboratoire artistique populaire à Rennes, Patricia Loncle et Céline Martin

Entretien : « La seule chose qu’on peut donner aux jeunes c’est la confiance, avec ça ils font tout ! », un entretien avec Mario Piromalli, par Patricia Loncle et Etch Kalala Mabuluki.

Article : Premiers retours sur le statut d’étudiant-entrepreneur, Karine Lerudulier.

Contrepoint : Découvrir le monde du travail dans une entreprise coopérative, Léa Rochford.