Actualité des recherches sur les jeunes ruraux·ales

Deux parutions récentes concernant les jeunes en milieu rural, celle de Benoît Coquard et celle de Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin).

Benoît Coquard, Ceux qui restent

Couverture Ceux qui restent

Qui sont ces hommes et ces femmes qui continuent d’habiter dans les campagnes en déclin ? Certains y fantasment le « vrai » peuple de la « France oubliée », d’autres y projettent leur dégoût des prétendus « beaufs » racistes et ignorants. Mais « ceux qui restent » se préoccupent peu de ces clichés éculés. Comment vit-on réellement dans des zones dont on ne parle d’ordinaire que pour leur vote Rassemblement national ou, plus récemment, à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes ?
Parmi les nouvelles générations, ils sont nombreux à rejoindre les villes pour les études, puis il y a ceux qui restent, souvent parce qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour partir. Ceux-là tiennent néanmoins à ce mode de vie rural et populaire dans lequel « tout le monde se connaît » et où ils peuvent être socialement reconnus. Comment perçoivent-ils alors la société qui les entoure ? À qui se sentent-ils opposés ou alliés ?
À partir d’une enquête immersive de plusieurs années dans la région Grand-Est, Benoît Coquard plonge dans la vie quotidienne de jeunes femmes et hommes ouvriers, employés, chômeurs qui font la part belle à l’amitié et au travail, et qui accordent une importance particulière à l’entretien d’une « bonne réputation ».
À rebours des idées reçues, ce livre montre comment, malgré la lente disparition des services publics, des usines, des associations et des cafés, malgré le chômage qui sévit, des consciences collectives persistent, mais sous des formes fragilisées et conflictuelles. L’enquête de Benoît Coquard en restitue la complexité.

À découvrir ici.

 

Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin), Les filles du coin

« Les filles du coin » est une recherche qui fait écho à l’enquête majeure sur la jeunesse rurale réalisée il y a 20 ans par Nicolas Renahy et intitulée « Les gars du coin ». Elle a pour objectif de rendre compte des trajectoires, conditions de vie et expériences juvéniles des jeunes femmes vivant en milieu rural et de poursuivre les travaux de sociologie sur les jeunesses rurales, en documentant les éventuelles spécificités rencontrées par les jeunes femmes résidant hors des grandes agglomérations en France hexagonale.

À partir de leurs récits, il s’agit de saisir comment des jeunes femmes âgées essentiellement de 15 à 26 ans vivent « leur jeunesse » en milieu rural, où elles ont pour la plupart grandi et où elles vivent toujours au moment de l’enquête. Pour décrire leur territoire, elles évoquent des problématiques soulignées dans les enquêtes antérieures sur les jeunes ruraux : absence d’offre et d’activités de loisirs et d’animation socioculturelle, forte interconnaissance, orientation scolaire par le bas, précarité du marché du travail, des conditions de travail et emplois sous-qualifiés… La question de la mobilité est transversale, se pose à tous les instants de la vie quotidienne et à tous les âges de la vie: l’inadaptation de l’offre de transports en commun est largement pointée du doigt par toutes les enquêtées, indépendamment de leur âge et du territoire où elles résident.

Cette enquête montre aussi comment elles se « débrouillent » et font face aux difficultés qui sont les leurs en cherchant à s’adapter, à « faire avec », à les contourner ou à s’en échapper. L’analyse de leurs pratiques quotidiennes permet d’appréhender les spécificités des sociabilités des jeunes femmes dans le monde rural et les rapports de genre qui sont à l’oeuvre. Pour ce faire, l’enquête s’est intéressée à l’orientation scolaire, à la formation, à l’insertion professionnelle, à la composition des groupes de pairs, aux sociabilités féminines ou encore aux pratiques de loisirs, révélant au passage comment les jeunes femmes se conforment à leur rôle de genre, mais parviennent aussi à investir des bastions masculins.

À télécharger ici.

 

Programme court 8ème congrès de l’Association Française de Sociologie (Aix – août 2019)

Vous trouverez dans le document joint toutes les infos essentielles concernant le déroulement général du 8ème congrès AFS qui se tiendra du 27 au 30 août à Aix en Provence y compris le programme des sessions plénières :

https://afs-socio.fr/wp-content/uploads/2019/07/ProgCourt_AFS_2019.pdf

+ d’infos https://afs-socio.fr/

Congrès de l’Association française de sociologie (AFS) à Aix en Provence : le programme du RT15 est disponible !

NB : le programme des autres réseaux thématiques est disponible en suivant ce lien.

Mardi 27 août 2019

Session 1 – 10h30-12h30 (en partenariat avec le RT5)  : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires

(RT 5 « Classes, inégalités, fragmentations » : Elie Guéraut, RT 15 « sociologie de la jeunesse »: Yaëlle Amsellem Mainguy, Guillaume Teillet)

  • Samuel BOURON & collectif Maurice, Fragmentation et polarisation politique des jeunesses populaires. Le cas de Pontier, petite ville picarde « en désindustrialisation »
  • Meriam CHEIKH, Masculinités plurielles dans les classes populaires marocaines
  • Cyril NAZARETH, « C’est pas la même façon d’coacher ». Les aspirations d’une génération de jeunes éducateurs de football des quartiers populaires.
  • Antoine QUERREC, Décrochage scolaire et transition vers l’âge adulte : un processus de deuil à l’épreuve des catégorisations.
  • Alexandre VAYER, (Re)produire des destinées sociales ? L’exemple d’un dispositif pédagogique de création d’une entreprise coopérative à destination de jeunes de quartiers populaires

 

Session 2 – 16h30-18h30 (en partenariat avec le RT2) : Les jeunes migrants face aux catégories de l’action publique : (dé)classements par les institutions, usages et appropriations des classements par les jeunes

 (RT 2 « Migrations, altérité et internationalisation » : Sarra Chaïeb Ingrid Tucci et Grégory Gireaudobaujeu, RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Arthur Vuattoux)

  • Maïtena ARMAGNAGUE, Audrey BOULIN, : « Être un migrant au collège : une jeunesse sous l’emprise de la catégorisation institutionnelle »
  • Xavier DUNEZAT, « Racisme institutionnel et production de frontières : la fabrique du migrant étranger dans la société d’accueil. Le cas des « mijeurs » »
  • Hannes KÄCKMEISTER : « Rendre décidable l’indécidable » La construction administrative d’un « mineur isolé » en France et en Allemagne.
  • Hyppolyte KOUAKO, « Faire travailler le « noir », travailler dans le « noir » : Les jeunes étudiants subsahariens face à l’expérience sociale du racket »

 

Mercredi 28 août 2019

Session 3 – 9h-10h30 (en partenariat avec le RT28) : Catégorisation des partenaires lors de l’entrée dans l’âge adulte

(RT 15 « sociologie de la jeunesse »: Yaëlle Amsellem Mainguy et Arthur Vuattoux, RT 28 « recherches en sciences sociales sur la sexualité » : Wilfried Rault)

  • Meriam CHEIKH, Les expériences intimes des jeunes des classes populaires urbaines au Maroc : entre valorisation et dévalorisation.
  • Margot DEAGE, Nouvelles coprésences, nouveaux classements ? Images numériques et constitution des groupes de pairs au collège
  • Lena PAMBOUTZOGLOU, L’élite et la pornographie. Les élèves des grandes écoles sont-iels des masturbateur·ices comme les autres ?
  • Virginie RIGOT, Le placement socio-judiciaire au prisme du genre et de la sexualité : le cas de Chloé, 15 ans

 

Session 4 – 11h-13h (en partenariat avec les RT22 et 40): Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels (1)

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Valérie Becquet, RT 22 « parcours de vie et dynamiques sociales » : Catherine Negroni, RT 40 « sociologie des institutions » : Anaïk Purenne)

  • Mélaine CERVERA, Audrey PARRON, Stratégies individuelles de contournement et d’appropriation des classements institutionnels : le cas des parcours de vie des jeunes accompagnés en Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques (ITEP).
  • Sarra CHAIEB, Produire les classements en protection de l’enfance et en sortir : l’exemple des jeunes racisés
  • Pierrine ROBIN, Des parcours sous injonction
  • Mickael SEGON, Le poids des politiques de compensation du handicap dans l’élaboration des possibles professionnels : analyse à partir de la transition vers l’emploi des anciens \”étudiants handicapés
  • Fanny SALANE, “Eux, c’est nos p’tits”. Système de classement et hiérarchisation normative chez des jeunes de quartiers populaires.

 

Session 4 bis – 11h-13h (en partenariat avec les RT22 et 40) : Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels (2)

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Paolo Stuppia, RT 22 « parcours de vie et dynamiques sociales » : Veronika Kushtania, RT 40 « sociologie des institutions » : Anne Wuilleumier)

  • Gaële HENRI PANABIERE, Parcours dans ou à la marge de l’institution universitaire : le rôle des classements scolaires et académiques
  • Lila LE TRIVIDIC HARRACHE, Les cas d’élèves au lycée : des parcours juvéniles aux prises avec les jugements des acteurs scolaires
  • Flavie LE BAYON, La recomposition des significations accordées aux formes d’emplois atypiques chez les jeunes docteurs
  • Elise LEMERCIER, Hugo BRÉANT, Devenir étranger.e au cours de sa scolarité. Les effets de logiques institutionnelles désajustées sur les parcours de jeunes de nationalité comorienne à Mayotte.
  • Pauline SABUCO, Le public de l’Ecole de la Deuxième Chance : la construction négociée d’une catégorisation des jeunes sans diplôme

 

Jeudi 29 août 2019

Session 5 – 9h-10h30 (en partenariat avec le RT34) : Quand l’action publique classe et catégorise l’engagement des jeunes

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Isabelle Lacroix et Laurent Lardeux, RT 34 « sociologie politique » : Lorenzo Barrault-Stella et Mathilde Pette)

  • Brice ANGRAND, Les Conseils Municipaux d’enfants : Entre appropriation hétérodoxe et bricolage d’un rapport au politique
  • Olivia CHAMBARD, L’« entrepreneuriat » : nouvelle forme d’engagement des jeunes ?
  • Florence IHADDADENE, Les « bonnes pratiques d’engagement » : le service civique comme formation du militantisme étudiant et populaire
  • Julie LE MAZIER, Jeunes réservistes dans la garde nationale : offre d’engagement citoyen, demande de professionnalisation et captation de dispositions critiques

 

 

 

Séminaire DREES – Un regard renouvelé sur les ressources des jeunes – 9 juillet 2019

inscription obligatoire à l’adresse suivante: rfas-drees@sante.gouv.fr

08h30 – 09h00 Café d’accueil

09h00 – 09h05 Mot de bienvenue, par Jean-Marc Aubert (Directeur de la DREES)

09h05-09h35 Introduction générale, par Olivier Galland (CNRS, GEMASS, Université Paris IV)

Table 1 : L’État providence et les jeunes :

 vers une plus grande individualisation des politiques de jeunesse ?

09h35 – 09h40 Présentation des auteurs et des éléments de cadrage, par les coordinateurs du numéro Nicolas Charles (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim), Mickaël Portela (DREES, CEET, HCFEA) et Émilie Raynaud (DREES)

09h40 – 10h00 Où va la politique de jeunesse en France ?, de Tom Chevalier (Université d’Oxford, CEE/LIEPP, Science Po) et Sébastien Grobon (INSEE, INED), la présentation est assurée par les coordinateurs du numéro

10h00 – 10h20 D’une politique de défamilialisation à des pratiques de refamilialisation. Les ressources des jeunes saisies par la Garantie jeunes, par Julie Couronné (INJEP, CEET, LISE), Marie Loison-Leruste (Université Paris 13) et François Sarfati (Université d’Évry-Paris Saclay, Centre Pierre Naville, CEET)

10h20 – 10h40 Questions/discussion, par Jérôme Gautié (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre d’Économie de la Sorbonne)

10h40 – 11h50 Pause-café

Table 2 : Le temps des études : les parents, acteurs du « projet » jeunes ?

10h50– 10h55 Présentation des auteurs et des éléments de cadrage, par les coordinateurs du numéro

10h55 – 11h15 Soutenir le jeune et son projet : les logiques éducatives parentales à l’épreuve de l’insertion professionnelle, par Nicolas Charles (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim), Marie-Clémence La Pape (Université Lyon 2, Centre Max Weber, DREES), Mickaël Portela (DREES, CEET, HCFEA) et Élise Tenret (Université Paris Dauphine, IRISSO)

11h15 – 11h35 Mobilisation parentale et exercice d’une activité rémunérée en cours d’études, par Vanessa Pinto (Université de Reims-Champagne-Ardenne, CÉREP, CESSP), Tristan Poullaouec (Université de Nantes, CENS) et Camille Trémeau (Université de Nantes, CENS)

11h35 – 11h55 Questions/discussion, par Joseph Hivert (Université de Lausanne, DREES)

Table 3 : Des expériences de jeunesse spécifiques :où trouver des ressources pour aller vers l’âge adulte ?

11h55 – 12h00 Présentation des auteurs et des éléments de cadrage, par les coordinateurs du numéro

12h00 – 12h20 Les ressources de la proximité – Capital d’autochtonie et engagements locaux des jeunes femmes d’origine populaire et rurale, par Sofia Aouani (Université Grenoble Alpes, PACTE), Sophie Orange (Université de Nantes, CENS) et Fanny Renard (Université de Poitiers)

12h20 – 12h40 Le domicile familial comme ressource ? Expériences de recohabitation dans les transitions vers l’âge adulte, par Emmanuelle Maunaye (Université de Rennes 1, ARENES), Virginie Muniglia (EHESP, ARENES), Emilie Potin (Université de Rennes 2, LIRIS) et Céline Rothé (EHESP, ARENES)

12h40 – 13h00 Questions/discussion, par Laurence Faure (Université Lyon 2, Centre Max Weber)

Prix de thèse ONPE / Fondation de France 2019

Pour information, voici l’annonce d’un nouveau prix de thèse pour les recherche portant sur la protection de l’enfance (plus d’information concernant l’ONPE sur https://www.onpe.gouv.fr/) :

L’ONPE décerne en 2019, avec le soutien de la Fondation de France, un prix de thèse récompensant une thèse portant sur la protection de l’enfance.

Ce prix récompense une recherche doctorale validée, rédigée en langue française, publiée ou non, d’un.e auteur.e français.e ou étranger.e, qui porte sur la protection de l’enfance, quelle que soit la discipline concernée: sciences humaines et sociales, droit, psychologie, médecine… Le jury, composé des membres du conseil scientifique de l’ONPE, valorisera l’originalité, la qualité scientifique et les apports pour la pratique dans la sélection de la thèse récompensée.

Le prix est d’une valeur de 10 000 €.

5 000 € sont versés le jour d’attribution du prix. Si la thèse n’a pas encore fait l’objet d’une publication, 5 000 € sont versés pour l’édition de l’ouvrage issu de la thèse sur présentation d’un engagement à publication.

Conditions de candidature : seuls les travaux doctoraux (thèse) validés sont pris en considération pour l’attribution du prix. Pour concourir en 2019, la thèse doit avoir été soutenue entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2018.

Le dossier de candidature doit comprendre obligatoirement l’ensemble des pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom un fichier de la thèse référencé de la manière suivant : PT_ONPE_ 2019_Nom de famille :

– une lettre de candidature,

– un C.V. mentionnant notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat,

– la liste de ses publications,

– le résumé de la thèse (2 à 5 pages),

– l’intégralité du document de thèse,

– le rapport de soutenance.

En format papier :

5 exemplaires, recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse.

Les dossiers de candidature doivent être adressés au plus tard le 15 juin 2019 à l’adresse suivante :

Mme la Directrice de l’ONPE

63 bis boulevard Bessières

75017 Paris

Télécharger le règlement du prix de thèse.

Agora Débats/Jeunesses n°81 (varia)

Le dernier numéro d’Agora Débats/Jeunesses vient de paraître… En voici le sommaire (en ligne sur CAIRN) :

  • L’intégration sociale étudiante
    Un processus au coeur des parcours universitaires ?

Julien Berthaud

La socialisation au milieu universitaire constitue un enjeu à la fois pour les étudiants qui sortent de l’enseignement secondaire et pour les établissements soucieux du bien-être et de la réussite des étudiants qu’ils accueillent. Cet article propose une (re)définition du concept d’intégration sociale appliqué à la population étudiante, et en étudie les conditions et les effets pour des étudiants de premier cycle universitaire. Les analyses révèlent que de nombreux facteurs interviennent dans l’explication des différences d’intégration entre étudiants, et qu’une socialisation réussie constitue un gage supplémentaire d’une plus grande réussite académique pour certains étudiants.

  • L’Information jeunesse : une socialisation citoyenne pour tous les jeunes ?

Isabelle Danic

L’étude d’un centre régional d’information jeunesse visant à « promouvoir [la] participation [des jeunes] comme membres actifs dans la société » révèle la mise en oeuvre concomitante de plusieurs dispositifs de participation qui peuvent être envisagés comme formation à différents registres de citoyenneté. En venant s’informer, en étant accompagnés dans leurs projets et en participant aux actions proposées, de nombreux jeunes développent une citoyenneté juridique et civile. À côté de ces opportunités explicitement proposées à tous, l’institution repère et incite les jeunes qui leur semblent aptes à s’investir dans sa gouvernance. Cette socialisation à la citoyenneté politique est ainsi structurée socialement : les jeunes qui s’impliquent ont un niveau d’instruction et souvent une première expérience citoyenne qui leur permet d’intégrer la fonction d’administrateur.

  • L’invitation au voyage
    La distinction sociale entre élèves ingénieurs
    à travers les séjours internationaux

Adrien Delespierre

À la suite de plusieurs études analysant les voyages éducatifs comme une dimension constitutive du style de vie des classes dominantes, cet article examine la manière dont les hiérarchies sociales entre les grandes écoles d’ingénieurs se manifestent à travers les pratiques de mobilité internationale. L’accroissement des périodes de formation à l’étranger recouvre des formes d’expatriation très inégalement valorisées, ce qui conforte la prééminence des institutions au recrutement social et scolaire le plus élitiste. Les disparités sociales se retrouvent au sein même des écoles prestigieuses, les opportunités internationales ouvertes aux élèves dépendant étroitement des capitaux culturels et économiques qu’ils héritent de leur milieu familial.

  • Sauvé par les sciences humaines

Pascale Dietrich-Ragon

À partir du cas du cas de Seif, jeune homme de 21 ans issu de l’immigration qui a vécu dans une cité de la banlieue parisienne, cet article analyse le rôle que peut jouer la lecture d’ouvrages ou de textes de sciences humaines dans les situations de crise et de vulnérabilité. Confronté à un conflit familial aigu, Seif a fait de cette pratique une arme pour comprendre sa situation et pour tenter de se sauver lui-même ainsi que sa famille. Parallèlement, cela a changé ses relations sociales et sa manière d’être au monde. Il s’agit, à travers cette étude de cas, d’explorer le rapport aux sciences humaines de ces lecteurs particuliers qui cherchent dans les mots et les idées des solutions à leurs problèmes. Placés en « situation d’urgence », ils peuvent utiliser ces connaissances comme un véritable guide pour l’existence, ce recours étant en même temps révélateur de l’individualisation des problèmes sociaux.

  • Devenir un·e élève atteint·e d’un cancer
    Quelles expériences de la scolarité pour des adolescent·e·s suivi·e·s pour un cancer ?

Zoé Rollin

Cet article vise à renseigner comment un événement de santé majeur (cancer) vient modifier l’expérience scolaire des adolescent·e·s, en cherchant à en dessiner les implications à long terme. L’étude s’appuie sur une méthodologie mixte, dont trois années de recherche socio-ethnographique, en centres de soins et en établissements scolaires. La recherche montre combien l’expérience scolaire est façonnée par les temporalités de la scolarité à l’épreuve de la maladie grave chronicisée. La maladie est perçue, à court terme, comme une parenthèse, mais les effets de sa gestion sociale peuvent peu à peu la faire muter en situation de handicap.

  • Jeunes femmes à tout faire et travail sous-traité : les hôtesses d’accueil

Gabrielle Schütz

À partir d’une enquête ethnographique et statistique sur les prestations de services d’hôtesses d’accueil, cet article met en relation les caractéristiques d’un emploi considéré comme peu qualifié, son mode d’exercice en sous-traitance et les propriétés sociales de la main-d’oeuvre qui l’occupe. Il montre d’abord comment le genre de l’accueil, la jeunesse de ses protagonistes et la sous-traitance se combinent pour dévaloriser cette activité. Il s’intéresse ensuite aux hôtesses d’accueil et à la variété de leurs usages de cet emploi pour identifier celles qui s’y investissent dans la durée. Si la tâche de représenter une féminité au travail fortement stéréotypée incombe à une large palette sociale de femmes, celles qui se « professionnalisent » dans l’accueil sont celles dont les ressources socio-économiques et culturelles sont les plus faibles.

  • Apprendre les drogues en classe
    La construction sociale des psychotropes par leurs effets lors des actions de prévention des conduites addictives en milieu scolaire

Yohan Selponi

Dans le cadre d’actions préventives, décrire les effets des psychotropes sur l’organisme, n’est-ce pas aussi construire leur réalité sociale en apprenant aux élèves ce qu’ils pourraient attendre de leurs usages ? Ces descriptions sont fondées sur une homogénéisation des différents types de produits autour de leur substance dite « active » contribuant à véhiculer l’idée qu’il n’existe pas de consommations sans ivresse. Cette normalisation des conduites permet, du côté des élèves, un « apprentissage » des éléments motivant les consommations et des normes sociales associées. Mais en enjoignant, notamment, les garçons des classes populaires à se raconter, les agents de prévention contribuent à construire les consommations massives qu’ils cherchent à prévenir.

  • Les jeunes femmes arbitres de football et de rugby
    Des êtres d’exception ?

Fatia Terfous, Julie Pironom, Géraldine Rix-Lièvre

Cet article s’intéresse aux jeunes femmes arbitres de football et de rugby âgées de 15 à 24 ans. Il interroge leurs socialisations, dispositions et représentations. L’analyse des données recueillies, entre 2015 et 2017, par questionnaire et entretien ne permet pas de valider l’hypothèse d’une atypie de genre ou d’une socialisation inversée chez ces filles qui pénètrent des espaces sportifs connotés masculins, d’une part, et qui, d’autre part, optent pour un rôle (celui d’arbitre) en dehors de la norme et historiquement dévolu aux hommes. En revanche, les discours confirment l’idée de rapports de genre paradoxaux et ambivalents.


Sociétés & Jeunesses en difficulté (n°21, varia)

Voici le sommaire du dernier numéro de la revue Sociétés et jeunesses en difficulté (SEJED), disponible en ligne.

Katarzyna Halasa et Geneviève Bergonnier-Dupuy Vivre dans une famille sans logement : Facteurs de stress des enfants hébergés à l’hôtel dans le cadre du dispositif d’hébergement d’urgence

Marie Romero Violences sexuelles entre mineurs : âge et consentement au cœur du débat judiciaire

Siméon Essama Owono Les processus sociaux dans les conversations des élèves d’une classe de CM1 de Yaoundé : une communication de contrebande non exploitée pédagogiquement

Anne Meyer-Heine Le droit d’asile des mineurs non accompagnés dans l’Union européenne. Questions liées à leur représentation

Francois Melou et Lionel Dagot La mise à distance dans le travail social : effet sur l’épuisement émotionnel

Notes de lecture

Anne Kletzlen Aaron Cicourel, La justice des mineurs au quotidien de ses services [Texte intégral] (avant-propos et traduction de Samuel Bordreuil), IES, coll. Le geste social, [1968], 2017, 606 p.

Séverine Depoilly Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux, Enquêter sur la jeunesse. Outils, pratiques d’enquête, analyse [Texte intégral] Paris, Armand Colin, 2018

Marie-Pierre Mackiewicz Gilles Monceau [dir.] Enquêter ou intervenir ? Effets de la recherche socio-clinique [Texte intégral] Champ Social, Nîmes, 2017, 160 p.

Revue Diversité (n°194), “Portrait de jeunesses”

Le sommaire et des entretiens sont disponibles sur le site de la revue.

Résumé : Entre enfance et âge adulte, la jeunesse reste marquée par un statut transitoire, un entre-deux plus ou moins confortable pour le jeune : c’est le moment où se conquiert l’autonomie pour s’extraire de l’enfance, et de son cercle familial, qui passe à la fois par une confiance à gagner auprès des adultes tout en acceptant – ou se résignant à accepter – les normes sociales établies ; c’est l’âge des découvertes, de soi, des autres, du monde, et de l’aspiration à plus d’indépendance ; c’est aussi un temps où l’on cherche à s’affirmer en se démarquant des autres.

Bien évidemment, dans ce cheminement de l’enfance vers l’âge adulte, il y a bien des parcours possibles, alternant les choix ou les phases de loyauté au système, de départs ou de révoltes. Ce numéro de Diversité souhaite apporter des éclairages et des pistes pour mieux comprendre ce qu’est la jeunesse aujourd’hui, en France, en particulier en répondant aux questions suivantes : qu’est-ce qui définit la jeunesse ? Peut-on parler d’un sentiment d’appartenance à la jeunesse comme catégorie spécifique ? Quelles sont les pratiques culturelles des jeunes ? Peut-on dire que les jeunes se « radicalisent » ? Quelles sont les différentes trajectoires des jeunes dans leur parcours personnel et scolaire ?

Appel à communication : congrès de l’Association française de sociologie à Aix-en-Provence (août 2019)

Voici l’appel à communication du RT15 en vue du prochain congrès de l’Association Française de Sociologie, qui se tiendra à Aix en Provence du 27 au 30 août 2019.

ATTENTION pour ce congrès, le dépôt des propositions se fera uniquement via le site AFS (aucun envoi par mail). 
Deadline : 15 février 2019.

Voici le texte de l’appel :

La sociologie de la jeunesse au cœur des classements sociaux

La “jeunesse” des sociologues apparaît d’emblée comme une affaire de classement, dont l’un des enjeux consiste à ranger des individus et groupes sociaux divers dans une catégorie abstraite, en rendant compte de la complexité qu’il y a à décrire une génération vécue par des jeunes faisant des expériences sensiblement différentes du monde social et de ses hiérarchies (Bourdieu, 1979). La jeunesse, période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, est un moment où se jouent et rejouent les classements sociaux. De nombreuses recherches se sont données pour tâche de montrer en quoi la vie des jeunes se construit via la production sociale de hiérarchies fondées sur des critères aussi divers que le genre – socialisation masculine (Bertrand et al., 2015) et socialisation féminine (Rubi, 2005) -, la sexualité – jeunesse “majoritaire” hétérosexuelle (Fidolini, 2018) et jeunesses aux sexualités minoritaires (Allard, 2001), la race – jeunesse blanche (Grossman, Charmaraman, 2009) et non-blanche (Santelli, 2007) – la classe – jeunesse des classes supérieures (Darmon, 2003) et jeunesse populaire (Mauger, 2009), le territoire – jeunes ruraux (Renahy, 2005) et jeunes urbains (Guérandel, Marlière, 2017). Ces distinctions, parfois trop schématiques, sont fondées sur des critères de classement à la fois émiques / intériorisés (liés aux identités des jeunes) et externes (construits par imposition de légitimité, et de hiérarchisation découlant de cette légitimité). Elles traversent les expériences des jeunes et donnent du « grain à moudre » à l’analyse sociologique, qui cherche à saisir ce qu’il y a de commun dans l’expérience d’une génération d’une part, et ses divisions profondes, héritées des distinctions sociales au sein de la jeunesse, d’autre part.

Au-delà de ces critères, c’est l’expérience des jeunes durant leur jeunesse qui fait “travailler” les catégorisations sociales, à travers les orientations multiples que les institutions leur imposent (Sicot, 2007), à travers les “choix” et “contraintes” pesant sur leur scolarité (Chauvel, 2016, Darmon 2003), à travers la réduction de leur expérience à une identité négative, lorsque les institutions du contrôle social classent les jeunes dont elles ont la charge : “jeunes détenus” (Amsellem-Mainguy, Coquard, Vuattoux, 2017), “jeunes décrocheurs” (Zaffran, Vollet, 2018), et autres jeunes en “galère” (Dubet, 1987). Les travaux sur le passage à l’âge adulte, qu’il s’agisse de poser la question des seuils pertinents, des expériences de placement et de classement ou encore des parcours de vie sont, eux aussi, traversés par des catégorisations qui éclairent la compréhension des vécus juvéniles. Bien que les classements sociaux de la jeunesse ne soient pas figés et qu’ils soient à envisager dans leur temporalité, les recherches montrent à quel point ces catégories résistent à la critique, à quel point leurs usages sont ancrés et tendent à naturaliser les individus qu’elles pensent désigner.

Mais parler des classements qui s’appliquent à la jeunesse, du point de vue des expériences vécues (avec l’idée selon laquelle ces classements pourraient rendre raison des propriétés sociologiques de la jeunesse), ou du point de vue des “classants” (institutions, chercheurs, relais “ordinaires” des classements sociaux), fait parfois oublier à quel point les premiers concernés sont conscients des catégorisations multiples de la jeunesse. Les jeunes se savent classés (Amsellem-Mainguy, Vuattoux, 2018), mais sont aussi à l’origine de nombreuses formes de classements ou d’auto-classements de la jeunesse. Les recherches sur l’engagement des jeunes résultent parfois du constat de divisions pesant sur la société (Becquet, 2014) et peuvent aboutir à des parcours “radicaux” (Lacroix, Lardeux, 2018). Elles montrent combien les pratiques d’engagement des jeunes font l’objet de catégorisations qui ne recouvrent pas nécessairement leur réalité. Les recherches menées sur l’enfance montrent, de la même manière, des récits du monde social marqués par l’intériorisation des divisions entre groupes sociaux, et par les aspirations légitimes ou illégitimes construites à partir de sa propre position sociale (Miller et al., 2012).

Parce que les classements sont au cœur de la sociologie de la jeunesse, et qu’il serait vain de tenter d’en faire une synthèse générale ou de chercher une “règle” générale des mécanismes de classements qui opèrent dans la société vis-à-vis des jeunes ou à partir de leur position sociale, nous avons choisi de construire l’ensemble de notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (la plupart de nos sessions sont co-animées avec d’autres RT), afin de sonder les spécificités des classements de la jeunesse là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité, à travers les questions des classes sociales, des parcours de vie, des migrations, des sexualités, à partir du point de vue de la sociologie politique.

  • Session 1 : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires – Session commune avec le RT 5 Classes, inégalités, fragmentations
  • Session 2 : Les jeunes migrants face aux catégories de l’action publique : (dé)classements par les institutions, usages et appropriations des classements par les jeunes – Session commune avec le RT 2 Migrations, altérité et internationalisation
  • Session 3 : Catégorisation des partenaires lors de l’entrée dans l’âge adulte – Session commune avec le RT 28 Recherches en sciences sociales sur la sexualité
  • Session 4 : Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels  Session commune avec le RT 22 Parcours de vie et dynamiques sociales
  • Session 5 : Quand l’action publique classe et catégorise l’engagement des jeunes – Session commune avec le RT 34 Sociologie politique
  • Session 6 : Catégorisations et classements en sociologie de la jeunesse : problématisations et méthodologies de recherche

 Les détails concernant les 6 sessions sont à retrouver en ligne : http://afs-socio.fr/rt/rt15

Appel à contributions : La jeunesse à l’épreuve du recrutement

Appel à contribution dans le cadre d’un dossier de la revue Agora Débats/Jeunesses, coordonné par Oumaya Hidri Neys, professeure en STAPS, université d’Artois, Atelier SHERPAS(URePSSS) et Éric Macé, professeur de sociologie, université de Bordeaux, Centre Émile-Durkheim.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 1er mars 2019.

Appel à contributions : la culture et le culturalisme au coeur de l’encadrement des jeunes (Agora Débats / Jeunesse)

La revue Agora Débats / Jeunesse lance un appel à communication sur le thème suivant “La culture et le culturalisme au coeur de l’encadrement des jeunes”.
Vous trouverez ci joint l’appel à communication :

Les propositions sont à envoyer aux deux coordinatrices du dossier avant le 30 janvier 2019.

Parution : l’engagement des jeunes dans des causes radicales (Agora débats jeunesses, n°80)

Ce dossier appréhende les formes d’engagement et les trajectoires biographiques de jeunes dans la radicalité militante. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 et ceux plus récents survenus en Europe au cours de la dernière décennie, la notion de radicalisation s’est imposée dans les discours médiatiques et politiques dans une acception le plus souvent religieuse. Pour autant, nombre d’engagements de jeunes dans des causes radicales se réalisent au nom d’autres idéologies (mouvements indépendantistes, régionalistes, néonazis, royalistes, etc.). Qui s’engage dans ces causes? La jeunesse est-elle un âge de la vie plus prompt à s’investir dans les engagements radicaux ? En quoi ce type d’engagement constitue-t-il une offre identitaire ou un espace des possibles dans la trajectoire de ces jeunes ? Ce dossier invite à repenser la dialectique permanente entre histoire individuelle, institution et contexte.

En ligne à l’adresse suivante.

Sommaire

Dossier

Parcours d’engagement de jeunes dans des causes et des pratiques politiques radicales.
par Isabelle Lacroix et Laurent Lardeux 
Colin Robineau Page 53 à 69 – S’engager corps et âme Socialisations secondaires et modes de production du militant « autonome »
Édith Gaillard Page 70 à 84 – Militer et habiter au sein de squats féministes. Parcours d’engagement « anarcha-féministe »
Paul Cormier Page 85 à 99 – Engagement radical et mise en cohérence des sphères de vie
Le cas des jeunes militant·e·s révolutionnaires turc·que·s dans les années 1970
Erminia Chiara Calabrese Page 100 à 116« On n’arrive jamais seul au parti » – Parcours d’engagement des jeunes au sein du Hezbollah libanais
Sami Zegnani Page 117 à 131 -Les carrières des jeunes salafis des quartiers populaires : entre radicalité et conformisme.

Articles hors dossier

Michaël Bailleul, Maryse Bresson Page 7 à 23  Lille-Sud, un quartier au masculin De la masculinité hégémonique à la marginalisation par le territoire
Claire de Saint Martin Page 25 à 40  Les élèves, analyseurs du dispositif partenarial d’une classe de quatrième externée

Actualité des recherches sur l’adolescence: journée doctorale du RT 15 (22 novembre 2018)

Programme complet de la journée doctorale à télécharger ici.

L’adolescence est un objet complexe, car construit au carrefour de traditions disciplinaires diverses : d’une approche naturalisante issue des travaux de recherche sur la puberté, le développement ou la psychologie des adolescents, à une approche visant à déconstruire la catégorie en en explorant les limites (en pointant notamment l’homogénéisation d’une classe d’âge sur des critères biologiques et sociaux discutables et en explorant la diversité historique et géographique des constructions sociales, culturelles et politiques de l’adolescence, etc. ). Par ailleurs, la sociologie de l’adolescence s’est constituée il y a seulement une dizaine d’années, étant intégrée jusque-là dans la sociologie de la jeunesse.

Dans le débat public, la notion apparaît sous les traits de la crise, de la déviance et du risque ou d’une mise à l’agenda guidée par des enjeux de santé publique, de sécurité ou de gestion des familles. Elle renvoie plus généralement aux questions de jeunesse. Les travaux récents montrent que l’adolescence est appréhendée à la lumière de l’allongement de la durée de cet âge de la vie, de la porosité des frontières avec l’enfance ou l’entrée dans l’âge adulte, de l’imbrication des expériences adolescentes au sein de rapports de pouvoir multiples liés au genre, à la classe, au territoire ou aux origines ethniques.

Penser l’actualité des recherches sur les adolescent·e·s et l’adolescence est l’objectif de cette journée d’étude. Elle sera ainsi l’occasion de réfléchir à l’évolution des thématiques, aux méthodologies mobilisées et aux lieux de publication possibles. Elle s’adresse en priorité aux doctorant·e·s et aux jeunes docteur·e·s en sciences sociales, dont les travaux concernent les questions de jeunesse et plus spécifiquement l’adolescence. Les communications présentées seront discutées par des chercheurs titulaires dans la perspective d’accompagner leurs auteur·e·s dans leur réflexion et la publication de leurs travaux.

La journée aura lieu à SciencePo Paris (OSC), Salle Percheron, 98 rue de l’Université (75007)

S’inscrire : https://bit.ly/2NBmjg8

Cette journée pourra faire l’objet d’une validation d’ECTS dans le cadre de la formation doctorale.