Générations désenchantées. Jeunes et démocratie

Un livre co-dirigé par Laurent Lardeux (RT15) et Vincent Tiberj, à paraître à la Documentation Française / INJEP. Sortie le 23 mars, et en précommande ici.

Résumé de l’ouvrage :

Les analyses rassemblées dans ce livre présentent un tableau approfondi des valeurs juvéniles et de leurs évolutions. En s’appuyant sur de solides enquêtes, ce rapport de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) aborde différentes entrées sur la démocratie en observant plus particulièrement les évolutions entre les différentes vagues de l’enquête européennes sur les valeurs. Ses analyses s’intéressent aussi bien aux valeurs politiques qu’au rapport des jeunes aux normes sociales, au travail, à la famille, à l’écologie. Elles examinent aussi les différenciations à l’œuvre selon l’âge, le niveau d’études, le genre et l’origine. Quelles sont les variations sociodémographiques observées ? Et parmi les jeunes, observe-t-on sur ces sujets beaucoup d’homogénéité ou au contraire peut-on identifier plusieurs jeunesses ?

Parution : La participation politique en ligne des jeunes à travers le prisme des inégalités socioculturelles (INJEP)

Julien Boyadjian, maître de conférences en science politique, Science Po Lille, Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS, UMR 8026), publie un rapport sur la participation politique en ligne des jeunes.

Il est disponible / téléchargeable sur le site de l’INJEP (voir résumé ci-dessous).

Le numérique et les médias sociaux apparaissent aujourd’hui comme les principaux supports et vecteurs de la participation politique des jeunes. Signer une pétition en ligne, participer à des groupes de discussion politiques sur les réseaux sociaux ou encore partager des vidéos de candidats apparaissent comme autant de modalités participatives plébiscitées par la jeunesse. Loin de se désengager de la vie de la cité, les jeunes semblent ainsi continuellement renouveler les formes de leur engagement au gré des avancées technologiques. Plus ou moins « conventionnelles », plus ou moins chronophages, plus ou moins assumées, ces nouvelles formes de participation sont néanmoins loin de former un tout homogène. Ce rapport propose d’éclairer ces différentes facettes de la participation en ligne, en les articulant aux profils des jeunes qui y ont recours. À cette fin, l’auteur a mené une enquête multi-méthode (questionnaire, entretiens et observation de comptes en ligne) auprès d’un millier de jeunes, aux origines sociales et aux parcours scolaires diversifiés. Catégorie sociale composite et hétérogène, la jeunesse est en effet traversée par de nombreuses inégalités que le numérique n’a pas fait disparaître. Qu’ils soient décrocheurs scolaires ou étudiants de grandes écoles, les jeunes interrogés apparaissent tous comme hyper connectés. Pour autant, tous ne développent pas les mêmes usages sociaux et politiques du numérique. Il apparaît alors que le rapport à la participation en ligne dépend très étroitement de l’acquisition de ressources très inégalement distribuées au sein de la jeunesse (capital culturel des parents, capital scolaire, etc.). À partir des résultats d’une analyse multivariée, le rapport établit plus précisément une typologie de quatre grands rapports à la participation numérique. Une typologie qui permet de rendre compte de toute la diversité de cette participation, mais aussi des inégalités qui la structurent.

Actualité des recherches sur les jeunes ruraux·ales

Deux parutions récentes concernant les jeunes en milieu rural, celle de Benoît Coquard et celle de Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin).

Benoît Coquard, Ceux qui restent

Couverture Ceux qui restent

Qui sont ces hommes et ces femmes qui continuent d’habiter dans les campagnes en déclin ? Certains y fantasment le « vrai » peuple de la « France oubliée », d’autres y projettent leur dégoût des prétendus « beaufs » racistes et ignorants. Mais « ceux qui restent » se préoccupent peu de ces clichés éculés. Comment vit-on réellement dans des zones dont on ne parle d’ordinaire que pour leur vote Rassemblement national ou, plus récemment, à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes ?
Parmi les nouvelles générations, ils sont nombreux à rejoindre les villes pour les études, puis il y a ceux qui restent, souvent parce qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour partir. Ceux-là tiennent néanmoins à ce mode de vie rural et populaire dans lequel « tout le monde se connaît » et où ils peuvent être socialement reconnus. Comment perçoivent-ils alors la société qui les entoure ? À qui se sentent-ils opposés ou alliés ?
À partir d’une enquête immersive de plusieurs années dans la région Grand-Est, Benoît Coquard plonge dans la vie quotidienne de jeunes femmes et hommes ouvriers, employés, chômeurs qui font la part belle à l’amitié et au travail, et qui accordent une importance particulière à l’entretien d’une « bonne réputation ».
À rebours des idées reçues, ce livre montre comment, malgré la lente disparition des services publics, des usines, des associations et des cafés, malgré le chômage qui sévit, des consciences collectives persistent, mais sous des formes fragilisées et conflictuelles. L’enquête de Benoît Coquard en restitue la complexité.

À découvrir ici.

 

Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin), Les filles du coin

« Les filles du coin » est une recherche qui fait écho à l’enquête majeure sur la jeunesse rurale réalisée il y a 20 ans par Nicolas Renahy et intitulée « Les gars du coin ». Elle a pour objectif de rendre compte des trajectoires, conditions de vie et expériences juvéniles des jeunes femmes vivant en milieu rural et de poursuivre les travaux de sociologie sur les jeunesses rurales, en documentant les éventuelles spécificités rencontrées par les jeunes femmes résidant hors des grandes agglomérations en France hexagonale.

À partir de leurs récits, il s’agit de saisir comment des jeunes femmes âgées essentiellement de 15 à 26 ans vivent « leur jeunesse » en milieu rural, où elles ont pour la plupart grandi et où elles vivent toujours au moment de l’enquête. Pour décrire leur territoire, elles évoquent des problématiques soulignées dans les enquêtes antérieures sur les jeunes ruraux : absence d’offre et d’activités de loisirs et d’animation socioculturelle, forte interconnaissance, orientation scolaire par le bas, précarité du marché du travail, des conditions de travail et emplois sous-qualifiés… La question de la mobilité est transversale, se pose à tous les instants de la vie quotidienne et à tous les âges de la vie: l’inadaptation de l’offre de transports en commun est largement pointée du doigt par toutes les enquêtées, indépendamment de leur âge et du territoire où elles résident.

Cette enquête montre aussi comment elles se « débrouillent » et font face aux difficultés qui sont les leurs en cherchant à s’adapter, à « faire avec », à les contourner ou à s’en échapper. L’analyse de leurs pratiques quotidiennes permet d’appréhender les spécificités des sociabilités des jeunes femmes dans le monde rural et les rapports de genre qui sont à l’oeuvre. Pour ce faire, l’enquête s’est intéressée à l’orientation scolaire, à la formation, à l’insertion professionnelle, à la composition des groupes de pairs, aux sociabilités féminines ou encore aux pratiques de loisirs, révélant au passage comment les jeunes femmes se conforment à leur rôle de genre, mais parviennent aussi à investir des bastions masculins.

À télécharger ici.

 

Agora Débats/Jeunesses n°81 (varia)

Le dernier numéro d’Agora Débats/Jeunesses vient de paraître… En voici le sommaire (en ligne sur CAIRN) :

  • L’intégration sociale étudiante
    Un processus au coeur des parcours universitaires ?

Julien Berthaud

La socialisation au milieu universitaire constitue un enjeu à la fois pour les étudiants qui sortent de l’enseignement secondaire et pour les établissements soucieux du bien-être et de la réussite des étudiants qu’ils accueillent. Cet article propose une (re)définition du concept d’intégration sociale appliqué à la population étudiante, et en étudie les conditions et les effets pour des étudiants de premier cycle universitaire. Les analyses révèlent que de nombreux facteurs interviennent dans l’explication des différences d’intégration entre étudiants, et qu’une socialisation réussie constitue un gage supplémentaire d’une plus grande réussite académique pour certains étudiants.

  • L’Information jeunesse : une socialisation citoyenne pour tous les jeunes ?

Isabelle Danic

L’étude d’un centre régional d’information jeunesse visant à « promouvoir [la] participation [des jeunes] comme membres actifs dans la société » révèle la mise en oeuvre concomitante de plusieurs dispositifs de participation qui peuvent être envisagés comme formation à différents registres de citoyenneté. En venant s’informer, en étant accompagnés dans leurs projets et en participant aux actions proposées, de nombreux jeunes développent une citoyenneté juridique et civile. À côté de ces opportunités explicitement proposées à tous, l’institution repère et incite les jeunes qui leur semblent aptes à s’investir dans sa gouvernance. Cette socialisation à la citoyenneté politique est ainsi structurée socialement : les jeunes qui s’impliquent ont un niveau d’instruction et souvent une première expérience citoyenne qui leur permet d’intégrer la fonction d’administrateur.

  • L’invitation au voyage
    La distinction sociale entre élèves ingénieurs
    à travers les séjours internationaux

Adrien Delespierre

À la suite de plusieurs études analysant les voyages éducatifs comme une dimension constitutive du style de vie des classes dominantes, cet article examine la manière dont les hiérarchies sociales entre les grandes écoles d’ingénieurs se manifestent à travers les pratiques de mobilité internationale. L’accroissement des périodes de formation à l’étranger recouvre des formes d’expatriation très inégalement valorisées, ce qui conforte la prééminence des institutions au recrutement social et scolaire le plus élitiste. Les disparités sociales se retrouvent au sein même des écoles prestigieuses, les opportunités internationales ouvertes aux élèves dépendant étroitement des capitaux culturels et économiques qu’ils héritent de leur milieu familial.

  • Sauvé par les sciences humaines

Pascale Dietrich-Ragon

À partir du cas du cas de Seif, jeune homme de 21 ans issu de l’immigration qui a vécu dans une cité de la banlieue parisienne, cet article analyse le rôle que peut jouer la lecture d’ouvrages ou de textes de sciences humaines dans les situations de crise et de vulnérabilité. Confronté à un conflit familial aigu, Seif a fait de cette pratique une arme pour comprendre sa situation et pour tenter de se sauver lui-même ainsi que sa famille. Parallèlement, cela a changé ses relations sociales et sa manière d’être au monde. Il s’agit, à travers cette étude de cas, d’explorer le rapport aux sciences humaines de ces lecteurs particuliers qui cherchent dans les mots et les idées des solutions à leurs problèmes. Placés en « situation d’urgence », ils peuvent utiliser ces connaissances comme un véritable guide pour l’existence, ce recours étant en même temps révélateur de l’individualisation des problèmes sociaux.

  • Devenir un·e élève atteint·e d’un cancer
    Quelles expériences de la scolarité pour des adolescent·e·s suivi·e·s pour un cancer ?

Zoé Rollin

Cet article vise à renseigner comment un événement de santé majeur (cancer) vient modifier l’expérience scolaire des adolescent·e·s, en cherchant à en dessiner les implications à long terme. L’étude s’appuie sur une méthodologie mixte, dont trois années de recherche socio-ethnographique, en centres de soins et en établissements scolaires. La recherche montre combien l’expérience scolaire est façonnée par les temporalités de la scolarité à l’épreuve de la maladie grave chronicisée. La maladie est perçue, à court terme, comme une parenthèse, mais les effets de sa gestion sociale peuvent peu à peu la faire muter en situation de handicap.

  • Jeunes femmes à tout faire et travail sous-traité : les hôtesses d’accueil

Gabrielle Schütz

À partir d’une enquête ethnographique et statistique sur les prestations de services d’hôtesses d’accueil, cet article met en relation les caractéristiques d’un emploi considéré comme peu qualifié, son mode d’exercice en sous-traitance et les propriétés sociales de la main-d’oeuvre qui l’occupe. Il montre d’abord comment le genre de l’accueil, la jeunesse de ses protagonistes et la sous-traitance se combinent pour dévaloriser cette activité. Il s’intéresse ensuite aux hôtesses d’accueil et à la variété de leurs usages de cet emploi pour identifier celles qui s’y investissent dans la durée. Si la tâche de représenter une féminité au travail fortement stéréotypée incombe à une large palette sociale de femmes, celles qui se « professionnalisent » dans l’accueil sont celles dont les ressources socio-économiques et culturelles sont les plus faibles.

  • Apprendre les drogues en classe
    La construction sociale des psychotropes par leurs effets lors des actions de prévention des conduites addictives en milieu scolaire

Yohan Selponi

Dans le cadre d’actions préventives, décrire les effets des psychotropes sur l’organisme, n’est-ce pas aussi construire leur réalité sociale en apprenant aux élèves ce qu’ils pourraient attendre de leurs usages ? Ces descriptions sont fondées sur une homogénéisation des différents types de produits autour de leur substance dite « active » contribuant à véhiculer l’idée qu’il n’existe pas de consommations sans ivresse. Cette normalisation des conduites permet, du côté des élèves, un « apprentissage » des éléments motivant les consommations et des normes sociales associées. Mais en enjoignant, notamment, les garçons des classes populaires à se raconter, les agents de prévention contribuent à construire les consommations massives qu’ils cherchent à prévenir.

  • Les jeunes femmes arbitres de football et de rugby
    Des êtres d’exception ?

Fatia Terfous, Julie Pironom, Géraldine Rix-Lièvre

Cet article s’intéresse aux jeunes femmes arbitres de football et de rugby âgées de 15 à 24 ans. Il interroge leurs socialisations, dispositions et représentations. L’analyse des données recueillies, entre 2015 et 2017, par questionnaire et entretien ne permet pas de valider l’hypothèse d’une atypie de genre ou d’une socialisation inversée chez ces filles qui pénètrent des espaces sportifs connotés masculins, d’une part, et qui, d’autre part, optent pour un rôle (celui d’arbitre) en dehors de la norme et historiquement dévolu aux hommes. En revanche, les discours confirment l’idée de rapports de genre paradoxaux et ambivalents.


Sociétés & Jeunesses en difficulté (n°21, varia)

Voici le sommaire du dernier numéro de la revue Sociétés et jeunesses en difficulté (SEJED), disponible en ligne.

Katarzyna Halasa et Geneviève Bergonnier-Dupuy Vivre dans une famille sans logement : Facteurs de stress des enfants hébergés à l’hôtel dans le cadre du dispositif d’hébergement d’urgence

Marie Romero Violences sexuelles entre mineurs : âge et consentement au cœur du débat judiciaire

Siméon Essama Owono Les processus sociaux dans les conversations des élèves d’une classe de CM1 de Yaoundé : une communication de contrebande non exploitée pédagogiquement

Anne Meyer-Heine Le droit d’asile des mineurs non accompagnés dans l’Union européenne. Questions liées à leur représentation

Francois Melou et Lionel Dagot La mise à distance dans le travail social : effet sur l’épuisement émotionnel

Notes de lecture

Anne Kletzlen Aaron Cicourel, La justice des mineurs au quotidien de ses services [Texte intégral] (avant-propos et traduction de Samuel Bordreuil), IES, coll. Le geste social, [1968], 2017, 606 p.

Séverine Depoilly Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux, Enquêter sur la jeunesse. Outils, pratiques d’enquête, analyse [Texte intégral] Paris, Armand Colin, 2018

Marie-Pierre Mackiewicz Gilles Monceau [dir.] Enquêter ou intervenir ? Effets de la recherche socio-clinique [Texte intégral] Champ Social, Nîmes, 2017, 160 p.

Revue Diversité (n°194), « Portrait de jeunesses »

Le sommaire et des entretiens sont disponibles sur le site de la revue.

Résumé : Entre enfance et âge adulte, la jeunesse reste marquée par un statut transitoire, un entre-deux plus ou moins confortable pour le jeune : c’est le moment où se conquiert l’autonomie pour s’extraire de l’enfance, et de son cercle familial, qui passe à la fois par une confiance à gagner auprès des adultes tout en acceptant – ou se résignant à accepter – les normes sociales établies ; c’est l’âge des découvertes, de soi, des autres, du monde, et de l’aspiration à plus d’indépendance ; c’est aussi un temps où l’on cherche à s’affirmer en se démarquant des autres.

Bien évidemment, dans ce cheminement de l’enfance vers l’âge adulte, il y a bien des parcours possibles, alternant les choix ou les phases de loyauté au système, de départs ou de révoltes. Ce numéro de Diversité souhaite apporter des éclairages et des pistes pour mieux comprendre ce qu’est la jeunesse aujourd’hui, en France, en particulier en répondant aux questions suivantes : qu’est-ce qui définit la jeunesse ? Peut-on parler d’un sentiment d’appartenance à la jeunesse comme catégorie spécifique ? Quelles sont les pratiques culturelles des jeunes ? Peut-on dire que les jeunes se « radicalisent » ? Quelles sont les différentes trajectoires des jeunes dans leur parcours personnel et scolaire ?

Appel à contributions : La jeunesse à l’épreuve du recrutement

Appel à contribution dans le cadre d’un dossier de la revue Agora Débats/Jeunesses, coordonné par Oumaya Hidri Neys, professeure en STAPS, université d’Artois, Atelier SHERPAS(URePSSS) et Éric Macé, professeur de sociologie, université de Bordeaux, Centre Émile-Durkheim.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 1er mars 2019.

Parution : l’engagement des jeunes dans des causes radicales (Agora débats jeunesses, n°80)

Ce dossier appréhende les formes d’engagement et les trajectoires biographiques de jeunes dans la radicalité militante. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 et ceux plus récents survenus en Europe au cours de la dernière décennie, la notion de radicalisation s’est imposée dans les discours médiatiques et politiques dans une acception le plus souvent religieuse. Pour autant, nombre d’engagements de jeunes dans des causes radicales se réalisent au nom d’autres idéologies (mouvements indépendantistes, régionalistes, néonazis, royalistes, etc.). Qui s’engage dans ces causes? La jeunesse est-elle un âge de la vie plus prompt à s’investir dans les engagements radicaux ? En quoi ce type d’engagement constitue-t-il une offre identitaire ou un espace des possibles dans la trajectoire de ces jeunes ? Ce dossier invite à repenser la dialectique permanente entre histoire individuelle, institution et contexte.

En ligne à l’adresse suivante.

Sommaire

Dossier

Parcours d’engagement de jeunes dans des causes et des pratiques politiques radicales.
par Isabelle Lacroix et Laurent Lardeux 
Colin Robineau Page 53 à 69 – S’engager corps et âme Socialisations secondaires et modes de production du militant « autonome »
Édith Gaillard Page 70 à 84 – Militer et habiter au sein de squats féministes. Parcours d’engagement « anarcha-féministe »
Paul Cormier Page 85 à 99 – Engagement radical et mise en cohérence des sphères de vie
Le cas des jeunes militant·e·s révolutionnaires turc·que·s dans les années 1970
Erminia Chiara Calabrese Page 100 à 116« On n’arrive jamais seul au parti » – Parcours d’engagement des jeunes au sein du Hezbollah libanais
Sami Zegnani Page 117 à 131 -Les carrières des jeunes salafis des quartiers populaires : entre radicalité et conformisme.

Articles hors dossier

Michaël Bailleul, Maryse Bresson Page 7 à 23  Lille-Sud, un quartier au masculin De la masculinité hégémonique à la marginalisation par le territoire
Claire de Saint Martin Page 25 à 40  Les élèves, analyseurs du dispositif partenarial d’une classe de quatrième externée

Parution: « Parcours adolescents : expériences et représentations » (Revue des politiques sociales et familiales, n°125)

Parution: « Bande dessinée, jeunesses et activités corporelles » (Agora Débats/Jeunesse n°78)

Les bandes dessinées proposent-elles des injonctions normatives du corps des jeunes filles et garçons ? Ont-elles été, selon les époques, les générations, les cultures…, un lieu de conservation des traditions ou, au contraire, un levier de changements et d’évolutions des mentalités  ? Participant à son niveau à l’éducation de la jeunesse, dans quelle mesure la bande dessinée interroge-t-elle les valeurs assignées au sport ou les bienfaits supposés de l’activité physique ?

Fruit d’un appel à contribution, ce dossier de la revue Agora débats/jeunesses portant sur la BD explore ces questions à travers l’analyse d’ouvrages d’époques et d’auteurs très différents : de l’album illustré Le Pierrot sportif, au héros Thorgal, en passant par l’oeuvre de Jean-Jacques Servais ou de Jean Harambat ou bien encore les mangas japonais…

Sébastien Laffage-Cosnier, Christian Vivier, Julien Fuchs Introduction : La bande dessinée, miroir ou moteur des activités physiques des jeunes ?

Emmanuel Auvray, Yohann Fortune L’album d’inspiration catholique Pierrot sportif, un idéal d’éducation physique et sportive pour les jeunes garçons après 1930

Pierrick Desfontaine, Prune Mesyngier, Jean-Nicolas Renaud Thorgal, une masculinité « douce » comme modèle pour la jeunesse

 

Camille Roelens – Représentation du corps des héroïnes chez Jean-Claude Servais Philosophie de l’autorité et mise en scène des jeunes corps féminins


Vincent Marie « Un rugby de petites choses » en bande dessinée. À propos de En même temps que la jeunesse de Jean Harambat

Bounthavy Suvilay – Le manga de sport comme récit de formation pour la jeunesse au Japon

Et 2 articles « hors dossier »

Angelo Montoni Les nouvelles formes de l’activisme radical chez les jeunes Chiliens.Distinction, autonomisme et action directe
Alice Simon L’attentat de Charlie Hebdo du point de vue d’élèves dits « musulmans ». Étude sur l’action politique de l’école

+ infos :

agora@injep.fr  – www.agora.injep.frwww.injep.fr

 

Parution : Revue Jeunes et Société vol. 2, n°1.

 

 

 

 

Avec la parution de ce troisième numéro, la Revue Jeunes et Société continue sur sa lancée. Le besoin de ce lieu de partage de la recherche de langue française sur les jeunes est confirmé par la réception enthousiaste que cette nouvelle publication a reçue jusqu’ici » – Madeleine Gauthier et Sylvain Bourdon, Présentation du numéro .

Vous pouvez accéder au sommaire du numéro ou, ci-dessous, directement aux articles.

 

Madeleine Gauthier et Sylvain Bourdon

Qualité de l’emploi et défi de l’articulation travail-études chez les jeunes étudiants québécois : une question de précarité ?

Marco Alberio et Diane-Gabrielle Tremblay

Le rôle de la socialisation familiale dans les choix d’études supérieures des jeunes issus de l’immigration

Marie-Odile Magnan, Annie Pilote, Véronique Grenier et Pierre Canisius Kamanzi

La formation professionnelle en contexte de « scolarisation totale ». Désirs de réussite, normes scolaires et relations familiales

Stéphanie Garneau

Intégration socioprofessionnelle, apprentissage et pratiques de l’écrit de jeunes mères de Ma place au soleil : contributions du non-scolaire

Jean-Pierre Mercier

Jeunesse militante et radicalisation de l’engagement politique. Émotions et contestation étudiante au Chili

Angelo Montoni Rios

 

Nous vous invitons à visiter notre site Internet http://rjs.inrs.ca/, et à consulter nos deux premiers numéros.

Nicole Gallant, directrice de la revue

Sylvain Bourdon et Madeleine Gauthier, rédacteurs en chef

Publication : Ageism in Youth Studies (Gayle Kimball)

Vient de paraître: Ageism in Youth Studies, de Gayle Kimball.

Un extrait (introduction et début de premier chapitre) est disponible à l’adresse suivante.

Résumé :

Ageism is prevalent in a great deal of current scholarship in the social sciences as scholars fault youth for being delinquent or politically apathetic. Researchers ignore young people’s actual voices, despite their leadership in recent global uprisings, some of which unseated entrenched dictators. Neoliberalism must be exposed in its focus on youth sub-cultures and styles rather than economic barriers caused by growing inequality and rising youth unemployment rates. Ageism in Youth Studies also discusses the debate about “Generation We or Me” and if Millennials are narcissistic. Resources about global youth studies are included, along with the results of the author’s surveys and interviews with over 4,000 young people from 88 countries.

Parution: Jeunesse(s), les voies de l’autonomie (Informations sociales)

Le dernier numéro de la revue Informations sociales, « Jeunesse(s) : les voies de l’autonomie » est disponible. Il a été coordonné par Patricia Loncle, professeure des universités en sociologie, titulaire de la Chaire de recherche sur la jeunesse à l’École des hautes études en santé publique.

Depuis près de deux décennies, l’accès des jeunes à l’autonomie souffre de l’impact de difficultés économiques durables. Celles-ci perturbent notablement la transition vers l’âge adulte. Trouver son premier emploi, concilier travail et études supérieures, accéder à un logement autonome sont autant d’épreuves pour les moins de 30 ans, au point qu’elles caractérisent cette phase de la vie. Pour aider les jeunes à faire face à ces difficultés, les pouvoirs publics mettent en œuvre des dispositifs et des programmes dont la portée est régulièrement débattue par les spécialistes et les professionnels, même si ces controverses affleurent peu dans le débat public. Ces évolutions et programmes suscitent une diversité de pratiques d’accompagnement (professionnelles, associatives, militantes, issues de l’entreprise) souvent innovantes, dont beaucoup facilitent les parcours des jeunes vers l’âge adulte.

Ce numéro de la revue Informations sociales présente les différentes voies d’accès à l’autonomie des jeunes en France (par l’emploi, les études supérieures, le logement…) ainsi que les évolutions récentes dans les parcours des jeunes et les manières dont ces derniers perçoivent leur avenir et leur passage vers l’âge adulte (première partie). Face à l’intensité des difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes, l’intervention publique peut être considérée comme une modalité de structuration de leurs parcours de vie vers l’âge adulte. Dans cette perspective, il est utile à la fois de comprendre les logiques sur lesquelles reposent les politiques en direction de la jeunesse, d’en saisir les évolutions et de s’intéresser à certains dispositifs récents qui visent à faciliter les modalités d’accès à l’autonomie, comme la Garantie jeunes (deuxième partie). L’accompagnement individuel et collectif des jeunes dans leur accès à l’autonomie fait l’objet d’une pluralité d’interventions, qu’elles soient professionnelles, bénévoles, militantes ou issues du monde de l’entreprise. Le renouvellement de ces pratiques, tout à fait notable, ouvre des perspectives intéressantes pour l’émancipation des nouvelles générations (troisième partie).

Pour commander ce numéro, merci d’utiliser le formulaire suivant :

https://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Images/Dser/IS/bulletin_abonnement.gif

Créée en 1946, Informations sociales est une revue bimestrielle d’information, d’analyse et de débat, publiée par la Caisse nationale des Allocations familiales, rédigée par des chercheurs, des experts et des acteurs des questions sociales. Tous les deux mois, Informations sociales offre un panorama de travaux autour d’un thème particulier. Les anciens numéros sont disponibles en ligne:

http://www.cairn.info/revue-informations-sociales.htm

 

 

 

Jeunesse(s) : les voies de l’autonomie, Informations sociales, n°195, 2017

Coordination : Patricia Loncle

Editorial : Daniel Lenoir

Introduction : Patricia Loncle

Point de repère : L’accès à l’âge adulte pour les jeunes en France, Yaëlle Amsellem-Mainguy

Partie 1 : Jeunes et accès à l’autonomie

Article : Le « chômage-intérim » en début de vie active : quelle socialisation salariale ? Quel accès à l’indépendance ?, Christian Papinot

Contrepoint :  Millenials, Y, Z … et après ?, Léa Rochford

Article :          Processus d’autonomisation des jeunes : le cas des étudiants de Rennes, Isabelle Danic, Béatrice Valdes

Contrepoint :  Cohabitation intergénérationnelle, le retour, Pierre Grelley.

Article : L’accès au logement autonome pour les jeunes, un chemin semé d’embûches, Emmanuelle Maunaye

Entretien:       Sous la colère, les épreuves du devenir adulte en monde néolibéral. Un entretien avec Cécile Van de Velde, par Patricia Loncle

Partie 2 : Accès à l’autonomie et interventions publiques

Article :          Familialisation de la citoyenneté sociale des jeunes en France et inégalités, Tom Chevalier

Contrepoint :  Les visages de la maturité, Pierre Grelley

Article : Du RMI jeunes à la Garantie jeunes : les débats sur le soutien à l’autonomie des jeunes adultes, Claire Magord

Contrepoint :  Les jeunes handicapés mentaux deviennent eux aussi des adultes, Pierre Grelley

Article : Les aides publiques aux jeunes majeurs : une allocation d’autonomie universelle est-elle possible ?, Lucie Gonzalez et Céline Marc

Focus : Soutenir l’autonomie des jeunes, un engagement central pour la branche Famille de la Sécurité sociale, Pauline Domingo

Entretien :      Décloisonner les politiques publiques locales en faveur des jeunes, un entretien avec Frédéric Bourthoumieu par Patricia Loncle et Etch Kalala Mabuluki

Article : Le service civique : un choix d’engagement inscrit dans les parcours juvéniles, Valérie Becquet

Article :          Devenir adulte quand le soutien familial fait défaut, Virginie Muniglia

Partie 3 : De nouvelles formes d’accompagnement vers l’autonomie ?

Article : Articuler l’accompagnement des jeunes et leurs engagements individuels : l’exemple d’une junior association, Fransez Poisson

Contrepoint : « Les générations futures, c’est nous ! », Léa Rochford.

Focus : Quand des jeunes en accompagnent d’autres. L’exemple du Laboratoire artistique populaire à Rennes, Patricia Loncle et Céline Martin

Entretien : « La seule chose qu’on peut donner aux jeunes c’est la confiance, avec ça ils font tout ! », un entretien avec Mario Piromalli, par Patricia Loncle et Etch Kalala Mabuluki.

Article : Premiers retours sur le statut d’étudiant-entrepreneur, Karine Lerudulier.

Contrepoint : Découvrir le monde du travail dans une entreprise coopérative, Léa Rochford.

 

Socialisation adolescente et usages du numérique : revue de littérature

Cette revue de littérature, écrite par Claire Balleys, présente les résultats d’une sélection de travaux récents sur les usages adolescents des médias sociaux, en sciences sociales et en particulier en sociologie. L’objectif est de faire le point sur l’état des savoirs concernant les nouveaux modes de socialisation adolescente corrélés à l’avènement puis à la démocratisation des technologies socionumériques. Adoptant une perspective internationale, l’enjeu est d’englober les perspectives micro et macrosociologiques, afin de comprendre ce qui se joue tant entre les individus, au fil des interactions quotidiennes, que vis-à-vis des enjeux de société plus globaux, impliquant les clivages de classe et de genre. Les usages adolescents du numérique engendrent de nouvelles formes de préoccupations sociales ainsi que de nouveaux espoirs en termes de participation politique et citoyenne des jeunes. Nous proposons un regard nuancé sur ces représentations contemporaines, en les inscrivant dans leur contexte sociologique.
Disponible en ligne :