Parution : Les filles du coin

Yaëlle Amsellem-Mainguy publie un ouvrage issu d’une enquête menée sur les filles en milieu rural.

(Présentation de l’éditeur) : On entend rarement celles à qui ce livre donne la parole. Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l’Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l’échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à « mieux ».

Lors d’une enquête menée dans les Deux-Sèvres, les Ardennes, la presqu’île de Crozon et le massif de la Chartreuse, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse a priori « sans problème » et pourtant largement concernée par les grandes évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Les « filles du coin » lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes
villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?

Plus d’informations ici.

Couverture de l'ouvrage Les filles du coin.

Couverture de l’ouvrage Les filles du coin.

Mort de Jean-Claude Chamboredon

Le sociologue Jean-Claude Chamboredon est mort le 30 mars 2020. France Culture publie un portrait de ce sociologue majeur, pour la sociologie de la jeunesse comme pour la sociologie urbaine ou celle de l’enfance.

Parmi ses articles, on peut notamment lire un classique de la sociologie de la jeunesse : « La Délinquance juvénile : essai de construction d’objet », en ligne sur Persée.

Gouverner par les inégalités : l’ESR « en marche » – communiqué commun ASES/AFS

En tant que Réseau thématique de l’Association française de sociologie, le RT15 relaie le communiqué commun de l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur et de l’Association française de sociologie.

 

L’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES) et l’Association française de sociologie (AFS) se mobilisent aujourd’hui, à l’image de nombreux syndicats, départements, laboratoires, revues et associations savantes, contre la perspective d’un projet de Loi de Programmation pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

Malgré sa technicité apparente, la nature des mesures préconisées dans les trois rapports préparatoires (fin du CNU, mise en place de la modulation de service sans accord préalable, des tenure tracks, de CDI de projets, etc.) souligne à quel point il ne s’agit pas d’une réforme isolée, propre au fonctionnement de la recherche ou relevant du seul statut des enseignants-chercheurs. Elle s’inscrit au contraire dans la continuité de toutes les lois précédentes (LRU et ORE en tête) qui ont visé depuis maintenant plus de dix ans à réorganiser l’enseignement supérieur et la recherche et à faire, selon les mots d’Antoine Petit, PDG du CNRS, du darwinisme social et de la compétition de tous contre tous, le principe d’organisation majeur de nos professions, mais aussi comme fil conducteur des parcours de nos étudiant.e.s.

Car dans le cas du réagencement des modes de financement de la recherche comme dans la loi ORE, ce sont les inégalités qui sont érigées non pas comme un dysfonctionnement des services publics ouverts à tous et toutes, mais comme un instrument acceptable et revendiqué de régulation de l’enseignement supérieur et de la recherche.

L’ASES a, depuis 2017, souligné à de nombreuses reprises l’inanité de la plateforme Parcoursup. Elle fait de la sélection l’alpha et l’oméga du travail des universitaires, dont la relation avec les étudiants ne repose plus en premier lieu sur l’établissement d’une relation pédagogique, mais sur un fastidieux et moralement insupportable travail de classement et de tri. Ce que l’on demande aux enseignants-chercheurs, ce n’est plus de veiller à la qualité de leur cours ni même au « bien-être » des étudiants, c’est ni plus ni moins un travail de « commensuration », c’est-à-dire d’étalonnage des individus à l’égard d’un standard de compétences ou de « valeurs » sur le marché du travail (appelés attendus). Les analyses de la réforme de l’entrée à l’université ont fait l’objet des États généraux de la sociologie organisés lors du dernier congrès de l’AFS en août 2019 en partenariat avec l’ASES.

Aujourd’hui, le comité de suivi de Parcoursup publie son deuxième rapport annuel sur le fonctionnement de la plateforme. Il y reconnaît lui-même que ce travail d’évaluation attendu des universitaires ne relève en aucun cas d’un quelconque « principe méritocratique ». En constatant l’existence de candidatures très hétérogènes, par exemple celles issues de personnes en reprise d’études (qui doivent être examinées par le biais de Parcoursup), le comité reconnaît ainsi qu’il est difficile (par exemple) de « comparer un candidat salarié de quarante ans et un jeune bachelier de l’année ».

Car cette politique de gouvernance par le darwinisme s’accompagne de nouveaux modes de légitimation rhétoriques, qui — paradoxalement — abandonnent jusqu’à l’idée même de mérite. C’était déjà le cas de Parcoursup, qui repose non pas sur un quelconque « idéal » méritocratique de reconnaissance des « talents », mais sur la nécessité de réguler les « flux » des étudiants vers certaines filières et certaines institutions jugées ajustées à… leur filière d’origine, ce qui contribue immanquablement à davantage boucher l’horizon de leurs possibles. C’était également le cas des mesures dites « Bienvenue en France » de 2019 visant l’augmentation des frais d’inscription à l’étranger, dont le but était également la « régulation » du flux des étudiants issus de pays désignés « indésirables ».

Aujourd’hui, l’analyse des rapports préliminaires à la LPPR ne dit pas autre chose : en prônant la concentration des financements de recherche sur quelques sites jugés « excellents » (selon une lecture compétitive de la notion d’élite), voire sur quelques profils de « stars » jugées les plus « performantes » lors des évaluations (sans qu’on sache très bien de quoi relève cette performance), on contribue à dessécher l’idée même qu’un profil « excellent », voire « disruptif » pourrait émerger ailleurs que dans les dix institutions (généralement parisiennes ou situées dans les grandes agglomérations françaises) désignées comme « leaders » du secteur qui bénéficient déjà de moyens conséquents.

Plus globalement, l’ensemble de ces textes témoignent d’une méconnaissance des conditions de travail des enseignants-chercheurs et d’une fétichisation dérisoire des systèmes de recrutement en vigueur à l’étranger, expurgés des limites pourtant bien réelles (standardisation sociale et scolaire des profils des étudiants, émergence d’une anxiété généralisée chez les doctorants et les universitaires en tenure tracks, pour n’en citer que quelques-unes) et déjà bien connues de nos collègues britanniques ou encore américains.

La focalisation sur des primes liées à l’« engagement » et l’« excellence » des mesures censées assurer une revalorisation salariale en dit aussi beaucoup sur le poids de ces logiques de concurrence. Que dire alors de l’actuel projet de loi sur les retraites qui promet aux universitaires d’aligner le niveau de leurs retraites sur le reste de la fonction publique par une revalorisation salariale ? Probablement que le gouvernement prend ces mêmes universitaires pour des idiots. Sociologues, nous sommes de plus bien placés pour connaître le caractère implacable du gradient d’espérance de vie et des inégalités sociales de santé et de vieillissement. Assurément que le projet de réforme des retraites, les nouvelles dispositions introduisant rupture conventionnelle et CDI de chantier dans la fonction publique, et la future loi de programmation pluriannuelle pour la recherche forment un tout absolument cohérent, augmentant précarité et inégalités tout en travestissant les notions d’universalité, de solidarité et de progrès.

Face à ces réformes, la communauté universitaire se voit menacée y compris dans ses modes de mobilisation. A cet égard, une récente enquête de Mediapart souligne qu’il existerait même dans certains établissements des “listes noires” d’enseignants-chercheurs désignés comme “bloqueurs” et établis avec l’aide des services techniques, suite aux mobilisations contre la loi ORE. Ces méthodes auraient ainsi sanctionné, sans aucune forme de jugement équitable, des collègues de notre discipline -par exemple en restreignant leur accès aux bâtiments- mais également d’autres universitaires (en économie-gestion, sciences de l’éducation).

Face à ces constats accablants, l’ASES…

– Suspend les publications sur la liste de tous les mails ayant trait aux annonces de séminaires, colloques, publications (ils sont rejetés par les modérateurs, il faudra les renvoyer ultérieurement). Nous encourageons les collègues à annuler/repousser leurs manifestations sine die.

Diffuse sur cette même liste toutes les informations, analyses, motions, débats concernant les luttes en cours.

L’AFS se joint à plusieurs des réseaux thématiques de l’association et…

– Suspend elle aussi ses activités au sein du Comité exécutif, hormis celles liées à la mobilisation

– Suspend les activités du comité de rédaction de la revue Socio-Logos

– Reporte le processus d’examen des demandes de financement pour les journées d’études et colloques inter-RT.

L’ASES et l’AFS invitent par ailleurs les collègues sociologues à…

– relayer à l’échelle des départements universitaires la mobilisation sous la forme de différentes actions (demande de report des examens, réunion d’information auprès des étudiants, grève des enseignements, rétention des notes, etc.).

– rassembler dans cette mobilisation, au sein des départements et des laboratoires de sciences sociales, enseignants-chercheurs, chercheurs, BIATSS et précaires de la sociologie.

– engager ou poursuivre la discussion et le rassemblement, au delà des sciences humaines et sociales, avec les collègues d’autres disciplines pour prendre la mesure collective de l’ampleur des attaques et de la défense cruciale de nos professions et de la science comme métier.

– investir les plateformes numériques (Mailing listes, Carnets « Hypothèses », blogs, réseaux sociaux, etc.) afin de diffuser messages et informations autour des luttes sociales, alors que celles-ci structurent de plus en plus l’activité des enseignants-chercheurs. L’ASES s’inscrit en cela en soutien à l’initiative de la grève des salariés de la plateforme Open-éditions qui ont, le 16 Décembre dernier, bloqué la diffusion numérique d’informations sur les publications et les séminaires produits par leurs partenaires : https://blogs.mediapart.fr/les-invisibles-de-lusr-2004/blog/100120/une-nouvelle-place-de-greve-retour-sur-un-blocage-numerique?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

rendre visible leur mobilisation dans leurs signatures électroniques et réponses automatiques d’absence (cf. suggestion ci-après).

« J’accuse réception de votre message. Étant mobilisé.e contre le projet de loi de

programmation pluriannuelle de la recherche et contre le projet de réforme des retraites, j’ai strictement réduit mes activités d’enseignement et de recherche, et ne suis donc pas en mesure de vous répondre dans l’immédiat »

pratiquer la grève de la recherche : suspendre les activités scientifiques (reporter les colloques et journées d’étude, refuser d’effectuer un quelconque travail pour les agences de financement, faire des instances de l’ESR des espaces de revendication, etc.)

Nous appelons enfin à participer aux journées de mobilisation nationale, ainsi qu’aux actions de soutien aux grévistes (piquets, caisses de grève, AG, etc.)”.

Le CA de l’ASES et le CE de l’AFS.

 

Actualité des recherches sur les jeunes ruraux·ales

Deux parutions récentes concernant les jeunes en milieu rural, celle de Benoît Coquard et celle de Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin).

Benoît Coquard, Ceux qui restent

Couverture Ceux qui restent

Qui sont ces hommes et ces femmes qui continuent d’habiter dans les campagnes en déclin ? Certains y fantasment le « vrai » peuple de la « France oubliée », d’autres y projettent leur dégoût des prétendus « beaufs » racistes et ignorants. Mais « ceux qui restent » se préoccupent peu de ces clichés éculés. Comment vit-on réellement dans des zones dont on ne parle d’ordinaire que pour leur vote Rassemblement national ou, plus récemment, à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes ?
Parmi les nouvelles générations, ils sont nombreux à rejoindre les villes pour les études, puis il y a ceux qui restent, souvent parce qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour partir. Ceux-là tiennent néanmoins à ce mode de vie rural et populaire dans lequel « tout le monde se connaît » et où ils peuvent être socialement reconnus. Comment perçoivent-ils alors la société qui les entoure ? À qui se sentent-ils opposés ou alliés ?
À partir d’une enquête immersive de plusieurs années dans la région Grand-Est, Benoît Coquard plonge dans la vie quotidienne de jeunes femmes et hommes ouvriers, employés, chômeurs qui font la part belle à l’amitié et au travail, et qui accordent une importance particulière à l’entretien d’une « bonne réputation ».
À rebours des idées reçues, ce livre montre comment, malgré la lente disparition des services publics, des usines, des associations et des cafés, malgré le chômage qui sévit, des consciences collectives persistent, mais sous des formes fragilisées et conflictuelles. L’enquête de Benoît Coquard en restitue la complexité.

À découvrir ici.

 

Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin), Les filles du coin

« Les filles du coin » est une recherche qui fait écho à l’enquête majeure sur la jeunesse rurale réalisée il y a 20 ans par Nicolas Renahy et intitulée « Les gars du coin ». Elle a pour objectif de rendre compte des trajectoires, conditions de vie et expériences juvéniles des jeunes femmes vivant en milieu rural et de poursuivre les travaux de sociologie sur les jeunesses rurales, en documentant les éventuelles spécificités rencontrées par les jeunes femmes résidant hors des grandes agglomérations en France hexagonale.

À partir de leurs récits, il s’agit de saisir comment des jeunes femmes âgées essentiellement de 15 à 26 ans vivent « leur jeunesse » en milieu rural, où elles ont pour la plupart grandi et où elles vivent toujours au moment de l’enquête. Pour décrire leur territoire, elles évoquent des problématiques soulignées dans les enquêtes antérieures sur les jeunes ruraux : absence d’offre et d’activités de loisirs et d’animation socioculturelle, forte interconnaissance, orientation scolaire par le bas, précarité du marché du travail, des conditions de travail et emplois sous-qualifiés… La question de la mobilité est transversale, se pose à tous les instants de la vie quotidienne et à tous les âges de la vie: l’inadaptation de l’offre de transports en commun est largement pointée du doigt par toutes les enquêtées, indépendamment de leur âge et du territoire où elles résident.

Cette enquête montre aussi comment elles se « débrouillent » et font face aux difficultés qui sont les leurs en cherchant à s’adapter, à « faire avec », à les contourner ou à s’en échapper. L’analyse de leurs pratiques quotidiennes permet d’appréhender les spécificités des sociabilités des jeunes femmes dans le monde rural et les rapports de genre qui sont à l’oeuvre. Pour ce faire, l’enquête s’est intéressée à l’orientation scolaire, à la formation, à l’insertion professionnelle, à la composition des groupes de pairs, aux sociabilités féminines ou encore aux pratiques de loisirs, révélant au passage comment les jeunes femmes se conforment à leur rôle de genre, mais parviennent aussi à investir des bastions masculins.

À télécharger ici.

 

Programme court 8ème congrès de l’Association Française de Sociologie (Aix – août 2019)

Vous trouverez dans le document joint toutes les infos essentielles concernant le déroulement général du 8ème congrès AFS qui se tiendra du 27 au 30 août à Aix en Provence y compris le programme des sessions plénières :

https://afs-socio.fr/wp-content/uploads/2019/07/ProgCourt_AFS_2019.pdf

+ d’infos https://afs-socio.fr/

Prix de thèse ONPE / Fondation de France 2019

Pour information, voici l’annonce d’un nouveau prix de thèse pour les recherche portant sur la protection de l’enfance (plus d’information concernant l’ONPE sur https://www.onpe.gouv.fr/) :

L’ONPE décerne en 2019, avec le soutien de la Fondation de France, un prix de thèse récompensant une thèse portant sur la protection de l’enfance.

Ce prix récompense une recherche doctorale validée, rédigée en langue française, publiée ou non, d’un.e auteur.e français.e ou étranger.e, qui porte sur la protection de l’enfance, quelle que soit la discipline concernée: sciences humaines et sociales, droit, psychologie, médecine… Le jury, composé des membres du conseil scientifique de l’ONPE, valorisera l’originalité, la qualité scientifique et les apports pour la pratique dans la sélection de la thèse récompensée.

Le prix est d’une valeur de 10 000 €.

5 000 € sont versés le jour d’attribution du prix. Si la thèse n’a pas encore fait l’objet d’une publication, 5 000 € sont versés pour l’édition de l’ouvrage issu de la thèse sur présentation d’un engagement à publication.

Conditions de candidature : seuls les travaux doctoraux (thèse) validés sont pris en considération pour l’attribution du prix. Pour concourir en 2019, la thèse doit avoir été soutenue entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2018.

Le dossier de candidature doit comprendre obligatoirement l’ensemble des pièces suivantes :

En format numérique (PDF), sur clé USB ou CD-Rom un fichier de la thèse référencé de la manière suivant : PT_ONPE_ 2019_Nom de famille :

– une lettre de candidature,

– un C.V. mentionnant notamment les coordonnées postales, électroniques et téléphoniques du candidat,

– la liste de ses publications,

– le résumé de la thèse (2 à 5 pages),

– l’intégralité du document de thèse,

– le rapport de soutenance.

En format papier :

5 exemplaires, recto-verso et agrafés, du dossier complet, à l’exclusion de la thèse.

Les dossiers de candidature doivent être adressés au plus tard le 15 juin 2019 à l’adresse suivante :

Mme la Directrice de l’ONPE

63 bis boulevard Bessières

75017 Paris

Télécharger le règlement du prix de thèse.

Parution : l’engagement des jeunes dans des causes radicales (Agora débats jeunesses, n°80)

Ce dossier appréhende les formes d’engagement et les trajectoires biographiques de jeunes dans la radicalité militante. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 et ceux plus récents survenus en Europe au cours de la dernière décennie, la notion de radicalisation s’est imposée dans les discours médiatiques et politiques dans une acception le plus souvent religieuse. Pour autant, nombre d’engagements de jeunes dans des causes radicales se réalisent au nom d’autres idéologies (mouvements indépendantistes, régionalistes, néonazis, royalistes, etc.). Qui s’engage dans ces causes? La jeunesse est-elle un âge de la vie plus prompt à s’investir dans les engagements radicaux ? En quoi ce type d’engagement constitue-t-il une offre identitaire ou un espace des possibles dans la trajectoire de ces jeunes ? Ce dossier invite à repenser la dialectique permanente entre histoire individuelle, institution et contexte.

En ligne à l’adresse suivante.

Sommaire

Dossier

Parcours d’engagement de jeunes dans des causes et des pratiques politiques radicales.
par Isabelle Lacroix et Laurent Lardeux 
Colin Robineau Page 53 à 69 – S’engager corps et âme Socialisations secondaires et modes de production du militant « autonome »
Édith Gaillard Page 70 à 84 – Militer et habiter au sein de squats féministes. Parcours d’engagement « anarcha-féministe »
Paul Cormier Page 85 à 99 – Engagement radical et mise en cohérence des sphères de vie
Le cas des jeunes militant·e·s révolutionnaires turc·que·s dans les années 1970
Erminia Chiara Calabrese Page 100 à 116« On n’arrive jamais seul au parti » – Parcours d’engagement des jeunes au sein du Hezbollah libanais
Sami Zegnani Page 117 à 131 -Les carrières des jeunes salafis des quartiers populaires : entre radicalité et conformisme.

Articles hors dossier

Michaël Bailleul, Maryse Bresson Page 7 à 23  Lille-Sud, un quartier au masculin De la masculinité hégémonique à la marginalisation par le territoire
Claire de Saint Martin Page 25 à 40  Les élèves, analyseurs du dispositif partenarial d’une classe de quatrième externée

Parution : La jeunesse dans tous ses États

Depuis la crise économique de 2008, l’actualité est jalonnée de manifestations et de protestations. Occupy Wall Street aux États-Unis, Nuit Debout en France, Indignados en Espagne : ces mouvements se multiplient avec pour points communs la présence des jeunes et leur demande d’accès à l’autonomie. Les réponses que peut apporter l’État en la matière sont donc cruciales, au risque de faire émerger une « génération sacrifiée », non seulement souffrant de formes d’exclusion, mais pouvant également remettre en cause la légitimité des gouvernements et des systèmes démocratiques, comme les votes croissants en faveur des partis populistes parmi les jeunes le laissent penser. Cet ouvrage analyse ainsi la façon dont l’État promeut l’autonomie des jeunes en Europe en identifiant quatre modèles : le régime de citoyenneté habilitante, le régime de citoyenneté encadrée, le régime de citoyenneté de seconde classe et le régime de citoyenneté refusée.

Plus d’informations ici.

Parution : Enquêter sur la jeunesse

Cet ouvrage a pour objectif de sensibiliser aux méthodes et pratiques des sciences sociales tous ceux qui souhaitent enquêter sur les jeunes pour mieux comprendre la diversité de leurs expériences.
Réaliser des entretiens, observer la société, quantifier des phénomènes sociaux, comptent parmi les multiples manières de saisir une part de la réalité vécue par les jeunes, et d’en produire une connaissance scientifique.
Autour des trois temps de l’enquête – sa préparation, sa réalisation, et sa restitution – sont proposés des dispositifs méthodologiques, des conseils et des exemples d’enquêtes.
L’ouvrage est une invitation à adopter une démarche réflexive tout au long d’un travail de recherche et donne ainsi à réfléchir sur le sens d’une enquête en sciences sociales, sur les enjeux éthiques et politiques du rapport entre enquêteurs et population enquêtée.

Vous pouvez accédez au sommaire et à l’introduction ici.

Parution : Revue Jeunes et Société vol. 2, n°1.

 

 

 

 

Avec la parution de ce troisième numéro, la Revue Jeunes et Société continue sur sa lancée. Le besoin de ce lieu de partage de la recherche de langue française sur les jeunes est confirmé par la réception enthousiaste que cette nouvelle publication a reçue jusqu’ici » – Madeleine Gauthier et Sylvain Bourdon, Présentation du numéro .

Vous pouvez accéder au sommaire du numéro ou, ci-dessous, directement aux articles.

 

Madeleine Gauthier et Sylvain Bourdon

Qualité de l’emploi et défi de l’articulation travail-études chez les jeunes étudiants québécois : une question de précarité ?

Marco Alberio et Diane-Gabrielle Tremblay

Le rôle de la socialisation familiale dans les choix d’études supérieures des jeunes issus de l’immigration

Marie-Odile Magnan, Annie Pilote, Véronique Grenier et Pierre Canisius Kamanzi

La formation professionnelle en contexte de « scolarisation totale ». Désirs de réussite, normes scolaires et relations familiales

Stéphanie Garneau

Intégration socioprofessionnelle, apprentissage et pratiques de l’écrit de jeunes mères de Ma place au soleil : contributions du non-scolaire

Jean-Pierre Mercier

Jeunesse militante et radicalisation de l’engagement politique. Émotions et contestation étudiante au Chili

Angelo Montoni Rios

 

Nous vous invitons à visiter notre site Internet http://rjs.inrs.ca/, et à consulter nos deux premiers numéros.

Nicole Gallant, directrice de la revue

Sylvain Bourdon et Madeleine Gauthier, rédacteurs en chef

Deux parutions récentes / Jeunes et politiques de jeunesse en Europe

Voici deux publications récentes sur les jeunes et les professionnel·le·s de jeunesse en Europe :

Pourquoi s’intéresser à « l’Europe de la jeunesse » quand on est un décideur, un professionnel de la jeunesse, futur ou en exercice, ou un jeune responsable d’association ? Comment enseigner l’Europe à ces publics et les convaincre de la richesse de ce domaine ? Les politiques européennes visant la jeunesse restent largement méconnues, alors qu’elles sont en expansion dans tous les pays européens.

Cet ouvrage éclaire d’un jour nouveau le positionnement actuel de la Commission européenne à l’égard de la jeunesse (préoccupations relatives au chômage, à la pauvreté des jeunes et encouragement à la mobilité internationale…) et donne les clés pour comprendre les relations qui se nouent entre les instances européennes et les pays membres (quels rôles jouent les institutions européennes en matière de jeunesse ? qui en sont les acteurs ?).

En mettant en évidence la variété des situations des jeunes, des politiques publiques et des actions, ce livre permettra aux professionnels de ce secteur de développer leurs pratiques et leurs réseaux.

Avec la collaboration de : P. Boetzelen, Y. Boishardy, T. Chevalier, M. Cuconato, C. Delvaux, P. Durosoy, F. Labadie, M. Lecoq, C. Martin, C. Valtat, G. Vigour, H. Williamson, C. Zandona.

Council of Europe Publishing, ISBN 978-92-871-8416-0

If we consider the 50 states having ratified the European Cultural Convention of the Council of Europe or the member states of the European Union, the multiple and divergent nature of the realities, theories, concepts and strategies underlying the expression “youth work” becomes evident. Across Europe, youth work takes place in circumstances presenting enormous differences with regard to opportunities, support, structures, recognition and realities, and how it performs reflects the social, cultural, political and economic context, and the value systems in which it is undertaken.

By analysing theories and concepts of youth work and by providing insight from various perspectives and geographical and professional backgrounds, the authors hope to further contribute to finding common ground for – and thus assure the quality of – youth work in general. Presenting its purified and essential concept is not the objective here. The focus rather is on describing how to “provide opportunities for all young people to shape their own futures”, as Peter Lauritzen described the fundamental mission of youth work.

The best way to do this remains an open question. This Youth Knowledge book tries to find some answers and strives to communicate the strengths, capacities and impact of youth work to those within the youth sector and those beyond, to those familiar with its concepts and those new to this field, all the while sharing practices and insights and encouraging further reflection.

Parution: Participer dans le monde chinois, une jeunesse connectée.

Un numéro disponible sur CAIRN.

Présentation du numéro

Dans ce numéro, nous nous interrogeons sur les spécificités de la parole, de l’opinion publique et de la participation politique des Chinois, et sur les conséquences de leur interaction croissante avec le monde extérieur, que ce soit en Chine, sur Internet, en voyage, dans le cadre de leurs études ou de leur vie professionnelle, ainsi que sur les stratégies qu’ils adoptent pour exprimer leurs opinions et participer. Cette réflexion collective s’ouvre à des contributions portant sur les Chinois résidant en France ainsi que sur le cas taïwanais : il s’agit de mettre à l’épreuve les analyses de l’influence du confucianisme, des « valeurs asiatiques » et de la « culture politique » chinoise et de leur incompatibilité potentielle avec des pratiques démocratiques, selon lesquelles « la Chine serait, depuis toujours, sous la coupe d’une culture politique de la soumission au pouvoir étatique. Par contrecoup, l’autorité en général, familiale, professorale, administrative, policière jouirait d’une position éminente dans l’architecture sociale » (Rocca, 2013, p. 15). Notre objectif principal est de proposer une analyse des formes ascendantes de participation, des manières dont la jeunesse chinoise ou d’origine chinoise navigue, notamment en ligne, entre différents environnements politiques (autoritaires, démocratiques, représentatifs, participatifs, etc.), s’exprime et participe à la politique, de façon plus ou moins critique à l’égard du pouvoir. On s’intéressera également à la réponse apportée à ces diverses formes de participation par les gouvernements chinois et taïwanais. Enfin, ce dossier veut s’inscrire dans des débats plus larges, d’ordre méthodologique, autour de la question de comment faire de la science politique et de la sociologie en contexte autoritaire ou dans sa périphérie. Ces débats portent sur l’usage controversé des sources statistiques, l’accès aux archives officielles, institutionnelles et privées, les ressources disponibles dans l’espace public (notamment médias et Internet), les spécificités de l’entretien et de l’observation ou les jeux de langage.

Les adolescents et leur famille – Revue de littérature

L’INJEP a publié une revue de littérature sur les adolescent·e·s et la famille, rédigée par Audrey Boulin. À lire sur le site de l’INJEP, en accès libre.

Résumé : Cette revue de littérature s’intéresse aux recherches – quantitatives et qualitatives – de sciences sociales portant sur les adolescents et les relations qu’ils entretiennent avec leur famille. La sociologie sera notre angle d’approche principal mais elle sera également complétée par des travaux de disciplines diverses, telles que l’histoire, l’anthropologie, les sciences politiques, les sciences de l’éducation, la psychologie sociale et la psychologie.