Deux parutions récentes / Jeunes et politiques de jeunesse en Europe

Voici deux publications récentes sur les jeunes et les professionnel·le·s de jeunesse en Europe :

Pourquoi s’intéresser à « l’Europe de la jeunesse » quand on est un décideur, un professionnel de la jeunesse, futur ou en exercice, ou un jeune responsable d’association ? Comment enseigner l’Europe à ces publics et les convaincre de la richesse de ce domaine ? Les politiques européennes visant la jeunesse restent largement méconnues, alors qu’elles sont en expansion dans tous les pays européens.

Cet ouvrage éclaire d’un jour nouveau le positionnement actuel de la Commission européenne à l’égard de la jeunesse (préoccupations relatives au chômage, à la pauvreté des jeunes et encouragement à la mobilité internationale…) et donne les clés pour comprendre les relations qui se nouent entre les instances européennes et les pays membres (quels rôles jouent les institutions européennes en matière de jeunesse ? qui en sont les acteurs ?).

En mettant en évidence la variété des situations des jeunes, des politiques publiques et des actions, ce livre permettra aux professionnels de ce secteur de développer leurs pratiques et leurs réseaux.

Avec la collaboration de : P. Boetzelen, Y. Boishardy, T. Chevalier, M. Cuconato, C. Delvaux, P. Durosoy, F. Labadie, M. Lecoq, C. Martin, C. Valtat, G. Vigour, H. Williamson, C. Zandona.

Council of Europe Publishing, ISBN 978-92-871-8416-0

If we consider the 50 states having ratified the European Cultural Convention of the Council of Europe or the member states of the European Union, the multiple and divergent nature of the realities, theories, concepts and strategies underlying the expression “youth work” becomes evident. Across Europe, youth work takes place in circumstances presenting enormous differences with regard to opportunities, support, structures, recognition and realities, and how it performs reflects the social, cultural, political and economic context, and the value systems in which it is undertaken.

By analysing theories and concepts of youth work and by providing insight from various perspectives and geographical and professional backgrounds, the authors hope to further contribute to finding common ground for – and thus assure the quality of – youth work in general. Presenting its purified and essential concept is not the objective here. The focus rather is on describing how to “provide opportunities for all young people to shape their own futures”, as Peter Lauritzen described the fundamental mission of youth work.

The best way to do this remains an open question. This Youth Knowledge book tries to find some answers and strives to communicate the strengths, capacities and impact of youth work to those within the youth sector and those beyond, to those familiar with its concepts and those new to this field, all the while sharing practices and insights and encouraging further reflection.

Parution: Participer dans le monde chinois, une jeunesse connectée.

Un numéro disponible sur CAIRN.

Présentation du numéro

Dans ce numéro, nous nous interrogeons sur les spécificités de la parole, de l’opinion publique et de la participation politique des Chinois, et sur les conséquences de leur interaction croissante avec le monde extérieur, que ce soit en Chine, sur Internet, en voyage, dans le cadre de leurs études ou de leur vie professionnelle, ainsi que sur les stratégies qu’ils adoptent pour exprimer leurs opinions et participer. Cette réflexion collective s’ouvre à des contributions portant sur les Chinois résidant en France ainsi que sur le cas taïwanais : il s’agit de mettre à l’épreuve les analyses de l’influence du confucianisme, des « valeurs asiatiques » et de la « culture politique » chinoise et de leur incompatibilité potentielle avec des pratiques démocratiques, selon lesquelles « la Chine serait, depuis toujours, sous la coupe d’une culture politique de la soumission au pouvoir étatique. Par contrecoup, l’autorité en général, familiale, professorale, administrative, policière jouirait d’une position éminente dans l’architecture sociale » (Rocca, 2013, p. 15). Notre objectif principal est de proposer une analyse des formes ascendantes de participation, des manières dont la jeunesse chinoise ou d’origine chinoise navigue, notamment en ligne, entre différents environnements politiques (autoritaires, démocratiques, représentatifs, participatifs, etc.), s’exprime et participe à la politique, de façon plus ou moins critique à l’égard du pouvoir. On s’intéressera également à la réponse apportée à ces diverses formes de participation par les gouvernements chinois et taïwanais. Enfin, ce dossier veut s’inscrire dans des débats plus larges, d’ordre méthodologique, autour de la question de comment faire de la science politique et de la sociologie en contexte autoritaire ou dans sa périphérie. Ces débats portent sur l’usage controversé des sources statistiques, l’accès aux archives officielles, institutionnelles et privées, les ressources disponibles dans l’espace public (notamment médias et Internet), les spécificités de l’entretien et de l’observation ou les jeux de langage.

Les adolescents et leur famille – Revue de littérature

L’INJEP a publié une revue de littérature sur les adolescent·e·s et la famille, rédigée par Audrey Boulin. À lire sur le site de l’INJEP, en accès libre.

Résumé : Cette revue de littérature s’intéresse aux recherches – quantitatives et qualitatives – de sciences sociales portant sur les adolescents et les relations qu’ils entretiennent avec leur famille. La sociologie sera notre angle d’approche principal mais elle sera également complétée par des travaux de disciplines diverses, telles que l’histoire, l’anthropologie, les sciences politiques, les sciences de l’éducation, la psychologie sociale et la psychologie.

Lancement d’une nouvelle revue : la revue de socio-anthropologie de l’adolescence

Le premier numéro de cette nouvelle revue, en libre accès, vient de paraître.

Présentation de la revue : Cette revue publie des articles scientifiques écrits par des sociologues et des anthropologues dont les travaux théoriques ou empiriques s’intéressent à l’adolescence contemporaine. Ces travaux cherchent à comprendre en quoi l’adolescence constitue une catégorie socialement située et révélatrice du contexte socio-culturel dans lequel elle se déploie. Ils s’intéressent également au sens que les adolescent-e-s donnent à leurs propres comportements ainsi qu’aux modalités du devenir adulte. Tous les articles proposés à la RSAA sont soumis à des évaluations en double aveugle effectuées par des pairs.

Numéro 1 « Les discours experts » : Ce premier numéro aborde le rôle des discours experts et de ses liens avec l’adolescence contemporaine. Nous avons donc rassemblé les textes de chercheur·e·s abordant des objets différents, ayant toutefois comme dénominateur commun d’illustrer de manière significative la mobilisation conjointe de l’anthropologie et la sociologie dans le cadre de leurs travaux.

Contributions :

Puberté : la fabrique des regards (Nicoletta Diasio)

Observer l’adolescence avec l’alimentation (Louis Mathiot)

L’entre-deux risque(s). Entre perspective préventive et réalité individuelle (Sophie Le Garrec)

Pour une approche émique de la recherche sur les adolescents et les médias sociaux (Caroline Caron)

La socio-anthropologie (Pierre Bouvier)

« L’entrepreunariat et les jeunes », conférence à Dijon.

Bonjour,

A l’occasion de la sortie du numéro 75 de la revue Agora débats/jeunesses intitulé « L’entrepreneuriat et les jeunes », http://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2017-1.htm  l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) organise une conférence-débat le jeudi 9 mars 2017 à Dijon.
9 mars 2017 de 17h à 19h
Amphithéâtre Ziller
Burgundy School of Business
29 rue Sambin
50608 Dijon

Les intervenant·e·s :

  • Angélica Trindade-Chadeau, chargée d’études et de recherche à l’INJEP
  • Caroline Verzat, professeure en entrepreneuriat à Novancia Business School Paris
  • Olivier Toutain, professeur en entrepreneuriat, reponsable du centre d’entrepreneuriat TEG, Université Bourgogne-Franche Comté, Brugundy School of Business-CEREN
  • Claire Bonnart, maître de conférence en sciences de l’éducation, IREDU
  • Pascal Olive, directeur de la coopérative d’activité et d’emploi L’Envol
  • Benoît Raucent, enseignant à l’Université Catholique de Louvain

inscription gratuite mais indispensable :
http://www.injep.fr/conference-debat-de-linjep-lentrepreneuriat-et-les-jeunes-9-mars-2017-dijon-11037.html

Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs (dossier de la revue SociologieS)

La revue SociologieS vient de publier un dossier sur les rapports d’âge dans l’enquête, disponible à cette adresse, et dont voici le sommaire :

Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs

Dossier préparé par Fanny Auger, Claire Lefrançois et Valentine Trépied

Appel à communication du RT15 pour le 7e congrès de l’Association française de sociologie (Amiens, 3 – 6 juillet 2017)

La question du pouvoir est au cœur de plusieurs axes de réflexion des sociologies de la jeunesse, notamment lorsqu’elles traitent de l’engagement ou de la mobilisation des jeunes (quel pouvoir des jeunes sur leur avenir, sur leurs conditions de vie, sur les politiques menées en leur nom ?). Mais les formes de participation auxquelles les jeunes sont appelées, lorsqu’elles n’émergent pas spontanément, sont une partie non négligeable des nouvelles politiques publiques à leur égard, autour de la citoyenneté, de la valorisation de l’engagement (souvent en lieu et place du déficit d’emplois disponibles pour certaines franges de la jeunesse). Ainsi, travailler sur le pouvoir des jeunes consiste à la fois à interroger ce pouvoir et celui des institutions qui accompagnent les formes d’engagement et de mobilisation des jeunes (axe 1), mais aussi à comprendre sur quelles expertises, quelles formes de savoir se fondent ces politiques publiques (Axe 2). De manière générale, le pouvoir qui s’exerce sur la jeunesse est indissociable de formes de savoir guidant l’action. Enfin, partant du constat selon lequel certaines manières de parler de la jeunesse ou de la constituer en objet des politiques publiques impliquent une analyse renouvelée, nous avons fait le choix de consacrer un axe à part entière (Axe 3) à l’adolescence. En effet, catégorie floue, relevant à la fois de catégorisations institutionnelles, psychologiques, médicales, voire sociologiques, l’adolescence (et les adolescent·e·s) constitue un théâtre d’expérimentation des formes de pouvoir et de savoir exercées par les institutions (notamment les institutions sanitaires et éducatives). Afin de comprendre cette focalisation sur l’adolescence et les formes de savoir/pouvoir associées, nous explorerons lors du congrès les différentes façons dont les sociologues peuvent (ou non) se saisir de la notion et en tirer parti.

Axe 1 : Pouvoir des jeunes, pouvoir sur les jeunes

Cet axe propose d’analyser les engagements juvéniles sous l’angle du pouvoir que les jeunes tentent d’exercer au travers des diverses modalités qu’ils et elles privilégient, ou du pouvoir que les collectifs et les institutions publiques leur laissent prendre. Leurs engagements se déploient au sein d’espaces d’action (Mathieu, 2012) plus ou moins repérables. D’un côté, l’espace des mouvements sociaux correspond aux mouvements portés par les jeunes (jeunesse scolarisée, mais aussi jeunesse des quartiers populaires) et aux mouvements plus généraux et intergénérationnels. Ces mobilisations reflètent des crispations dans les rapports sociaux et vis-à-vis des institutions. Elles révèlent également un sentiment d’incertitude d’une grande partie des jeunes à l’égard de leur avenir, dont les enjeux ne sont pas identiques selon les classes sociales, le genre, le lieu d’habitation, l’origine ethnique. De l’autre, l’espace des collectifs d’engagement englobe le militantisme et le bénévolat au sein des associations, des partis politiques et des syndicats, mais aussi au sein de collectifs plus informels. S’y déploient des pratiques hétérogènes qui illustrent des évolutions plus globales des modalités d’engagement (Ion, 2012). À ces deux espaces s’ajoute l’espace de l’action publique qui s’est progressivement construit autour de la prise en charge par les pouvoirs publics de la question de la citoyenneté des enfants et des jeunes. En témoigne le développement de politiques de citoyenneté dans les secteurs de l’éducation et de la jeunesse aux différents échelons territoriaux (Becquet, 2012 ; Loncle, 2008). Ces trois espaces sont à l’origine d’expériences spécifiques, mais aussi complémentaires, contradictoires ou en tensions qui peuvent susciter des engagements ou des désengagements (Becquet, 2014 ; Gallant, Garneau, 2016 ; Pleyers et Capitaine, 2016). Pourtant, les pratiques des jeunes font l’objet de discours relativement disqualifiants, en particulier lorsqu’ils et elles appartiennent aux minorités victimes de discriminations institutionnelles (Marlière, 2008). D’ailleurs, les jeunes constituent la catégorie de la population sur laquelle l’injonction à participer pèse le plus. Par exemple, l’impératif de la citoyenneté et le rapport des jeunes à la cohésion nationale ont été de nouveau interrogés lors des attentats de l’automne 2015. Au final, quelles sont leurs pratiques ? Comment se construisent-elles et comment varient-elles au sein d’une catégorie d’âge socialement hétérogène ? Comment les causes qu’ils et elles choisissent et les formes d’action associées nous permettent de saisir leur rapport au pouvoir et à son exercice ? Quels espaces de pouvoir inventent-ils ou tentent-ils d’intégrer ? Quels sont les effets de leurs engagements sur leurs parcours, mais également sur les territoires et les espaces dans lesquels ils prennent corps ? Dans quelle mesure les politiques de citoyenneté, et plus globalement les politiques publiques qui s’adressent à eux cherchent-elles à leur donner un pouvoir d’agir et contribuent à leur émancipation. Ne constituent-elles pas, à l’inverse, des formes renouvelées de gouvernement de cette population ?

Une session conjointe avec le RT 21 « Mouvements sociaux » portera spécifiquement les jeunes comme acteurs majeurs des sociétés contemporaines. Ainsi on cherchera s’interroger sur l’initiative des jeunes dans des mouvements de contestation ou de production alternatives aux pouvoirs publics et aux institutions. Comment les formes récentes de mobilisation observées à l’échelle internationale contribuent-elles à interroger les  notion d’engagement, de participation, d’(alter)activisme ? En s’interrogeant sur les modalités mises en œuvre, il s’agira de penser la place des réseaux sociaux et des réseaux plus traditionnels utilisés dans les actions collectives ? Plus spécifiquement sur les jeunes impliqués, on cherchera à comprendre qui sont ces « jeunes » (sexe, classe, territoire, âge, origines, socialisation politique / associative…) et en quoi ces mouvements contribuent à redéfinir la catégorie « jeunesse ».

Axe 2 : Savoir et pouvoir sur la jeunesse

Cet axe propose d’analyser les liens qui existent et qui se jouent entre les chercheur·e·s, notamment les sociologues de la jeunesse, les institutions et les acteurs de la jeunesse (professionnels, politiques, associations de jeunes, jeunes). Il s’agit de s’intéresser tout à la fois à la façon dont émergent les problématiques sur la jeunesse, dont s’élaborent et se mènent les travaux, dont sont utilisés les résultats des recherches. Comment s’organisent ces liens ? Des mécanismes d’allers et retours existent aussi bien au niveau national qu’européen (Cicchelli, Pugeault-Cicchelli, 2006 ; Loncle, 2010). Le livre Blanc de la Commission européenne, le rapport Charvet, le Livre Vert, l’actuelle Priorité jeunesse rendent compte d’usages réguliers des expertises sociologiques. Les grandes orientations des politiques de jeunesse, les problèmes publics qui résultent, pour partie, des réflexions sur la jeunesse sont indéniablement instruites, entre autres, par la sociologie de la jeunesse. Mais après ? Peut-on réellement soutenir que ces expertises sociologiques sont relayées dans la décision et la mise en œuvre ? Il s’agit ici de questionner l’interface entre savoirs et décisions. Qu’en est-il ? Existe-t-il et doit-il exister une continuité entre expertise, décision et mise en œuvre ? Ces relations se jouent-elles de la même façon selon les acteurs et selon les territoires : acteurs de la sphère politique ? acteurs des mondes professionnels de la jeunesse ? organisations de jeunesse et d’éducation populaire ? Comment ces différents acteurs collaborent-ils avec les chercheur·e·s et s’approprient-ils les résultats des recherches développées ? Les travaux en sociologie de la jeunesse orientent-ils l’évolution des regards sur la jeunesse, les dispositifs d’action publique, les pratiques professionnelles des acteurs de terrain ? Récemment des expérimentations de recherche ont mobilisé les jeunes comme co-chercheur·e·s, en quoi cela influe t-il sur les protocoles de recherche et la construction des objets d’études ? Ces travaux se trouvent-ils en concurrence avec d’autres disciplines ou d’autres types d’expertise ? Ou au contraire, les commandes publiques, par le système des appels d’offres, façonnent-elles les orientations de recherche et contribuent-elles à resserrer les interrogations des chercheur·e·s ?

Axe 3 : Adolescences, rapports aux systèmes normatifs, rapports aux pouvoirs

Cet axe, plus singulier, propose de s’interroger sur l’adolescence (Thiercé, 1999 ; Cuin, 2011 ; Singly, 2006) qui, habituellement comprise comme une subdivision ou un « sous-champ » de la sociologie de la jeunesse, fait l’objet de travaux relativement récents en sociologie pour tenter de revenir sur ses contours, ses spécificités, sa définition (Pasquier, 2005 ; Barrère, 2011 ; Portier-Lecoq, 2009 ; Mardon, 2015), et plus généralement sur la construction de cette notion dans l’espace public (histoire de la notion, exportation des sciences médicales et de la psychologie vers les sciences sociales, etc.). S’il y a consensus sur l’idée selon laquelle la jeunesse renvoie à des catégories socio-démographiques hétérogènes qui expliquent son utilisation plurielle de plus en plus fréquente (Amsellem-Mainguy, Timoteo, 2012 ; Labadie (dir), 2012, 2014) l’adolescence pourrait faire l’objet d’une remise en question critique de son homogénéité, qui s’explique pour partie par une vision réductrice de la fameuse « crise » que les individus traverseraient pendant cette période, et par son usage de sens commun, la renvoyant à une figure singulière de la jeunesse. Il s’agira ici de chercher à voir en quoi la sociologie peut contribuer à une définition de l’adolescence et plus particulièrement comment, à partir d’une rupture avec la construction de l’adolescence comme un phénomène psychosociologique déterminé et déterminant, les travaux sur les adolescent·e·s (ou les politiques publiques qui leurs sont destinées) permettent d’éclairer le concept de « jeunesse » (Vuattoux, 2014 ; Balleys 2015). Au-delà donc d’une lecture autour de la « crise » ou des « problèmes existentiels » que les individus rencontrent à cette période de la vie, il s’agira ici de s’intéresser aux façons d’être, d’agir, de penser des adolescent·e·s par rapport aux normes parfois contradictoires, et à la manière dont les jeunes se réapproprient une notion qui leur est apposée par les institutions qui affichent parfois l’adolescence comme une de leurs priorités (cf. les politiques de santé publique en direction spécifiquement des adolescents, tout comme les politiques éducatives par exemple). Autrement dit, les contributions attendues s’interrogeront sur le rapport (spécifique ou non) des adolescent·e·s aux systèmes normatifs, aux institutions, aux politiques de jeunesse, aux rapports sociaux de sexe, de classe, de race, mais aussi de territoire. Y-a-t-il, par exemple, des spécificités dans le rapport que les adolescent·e·s entretiennent avec les institutions (école, famille, religions…), leur groupe de pairs et les réseaux sociaux… De manière transversale, il s’agira donc de s’intéresser aux rapports de pouvoirs dans lesquels sont inscrit·e·s les adolescent·e·s.

Une session conjointe avec le RT 33 « Familles » se focalisera sur les enjeux de la famille à l’adolescence. Quelles évolutions peut-on constater dans les relations intergénérationnelles et intrafamiliales qui mettent en scène des adolescents et leurs familles ? Que nous apprend une analyse des relations familiales dans une perspective de rapports de pouvoirs entre les individus ? Quels enseignements tirer de l’encadrement des comportements des adolescents et adolescentes par les familles et les politiques publiques ? Du côté des normes familiales, on peut s’interroger à la fois sur les modes de transmission et sur leur contenu, y a t-il des normes spécifiquement dédiées aux adolescents ? Quelles variations d’enjeux de pouvoirs dans les familles peut on observer selon le genre, l’âge (des parents et/ou des adolescent·e·s), la composition de la fratrie, le territoire ou encore les classes sociales…

Références :

Amsellem-Mainguy Y, Timoteo J, 2012, Atlas des jeunes en France, Paris, Autrement

Balleys C., 2015, Grandir entre adolescents. À l’école et sur internet, Presses polytechniques et universitaires romandes

Barrère A., 2011, L’éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Armand Colin

Becquet V. (dir.), 2014, Jeunesses engagées, Syllepse.

Becquet V. 2012, « Politiques de citoyenneté : constats, finalités et outils », dans V. Becquet, P. Loncle et Van de Velde C., dir., Politiques de jeunesse : le grand malentendu, Champ social, coll. Questions de société, p. 165-186.

Cicchelli V., Cicchelli-Pugeault C., 2006, « Les recherches sociologiques sur la jeunesse en France et leurs liens avec les préoccupation politico-administratives », Papers, n°79, p.101-120.

Cuin C.H., 2011, « Esquisse d’une théorie sociologique de l’adolescence », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 49-2

Gallant N., Garneau S. (dir.), 2016, Les jeunes et l’action politique. Participation, contestation, résistance, Presses de l’Université Laval.

Ion J. 2012, S‘engager dans une société d’individus, Armand Colin.

Labadie F. (dir), 2012, Inégalités entre jeunes sur fond de crise. Rapport de l’observatoire de la jeunesse 2012, La Documentation française

Labadie F. (dir), 2014, Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’observatoire de la jeunesse 2014, La Documentation française

Loncle P., 2010, Politiques de jeunesse. Les défis majeurs de l’intégration, PUR.

Loncle P., 2008, Pourquoi faire participer les jeunes ? Expériences locales en Europe, L’Harmattan.

Mardon A., 2015, « Sociabilité, construction du corps et de l’apparence dans le devenir collégien. », in Marie-Hélène Jacques (dir.), Les transitions en contexte scolaire. Presses Universitaire de Rennes

Marlière, É., 2008. La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités, Paris, Fayard.

Mathieu L., 2012, L’espace des mouvements sociaux, Editions du Croquant.

Pasquier D., Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Ed. Autrement (Coll. « Mutations » 235), 2005

Pleyers G., Capitaine B. (coord.), 2016, « Jeunes alteractivistes : d’autres manières de faire de la politique ? Perspectives internationales » (dossier), Agora débats/jeunesses, n°73.

Portier Le-Cocq F., 2009, Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises, PUR

Singly F. de, 2006, Les adonaissants, Armand Colin

Vuattoux A., 2014, « Adolescents, adolescentes face à la justice pénale », Genèses, n°97, décembre, p.47-66

Proposition de communications à envoyer avant le 30 janvier 2017

Après avoir précisé l’axe dans lequel elles s’inscrivent, les propositions de communications, d’une page maximum (environ 3.500 caractères, bibliographie et espaces compris), devront présenter la problématique traitée, la méthodologie et les données mobilisées et les principales questions, voire les principaux résultats, qui seront présentés lors du congrès.

Les auteur·e·s sont également invité·e·s à préciser leur nom, leur statut, leur affiliation et leurs coordonnées. Les contributions de doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s sont encouragées.

Envoi des propositions :

Les propositions doivent être adressées sous fichier word à Yaëlle Amsellem-Mainguy, Valérie Becquet, Arthur Vuattoux : afs.jeunesse@gmail.com, elles seront examinées par l’ensemble des membres du bureau du RT 15.

Pour les propositions conjointes axe 1 avec le RT 21 « Mouvements sociaux » merci d’ajouter Geoffrey Pleyers (Geoffrey.Pleyers@uclouvain.be)

Pour les propositions conjointes axe 3 avec le RT 33 « Famille » merci d’ajouter Elsa Ramos (elsa.ramos@free.fr)

Membres du bureau RT 15 : Yaëlle AMSELLEM-MAINGUY, Valérie BECQUET, Isabelle LACROIX, Laurent LARDEUX, Léa LIMA, Patricia LONCLE, Eric MARLIERE, Emmanuelle MAUNAYE, David SUDRE, Guillaume TEILLET, Arthur VUATTOUX.

 

Journée d’étude Âges et rapports sociaux

Journée d’étude co-organisée par les RT7, RT15 et RT24 de l’Association française de sociologie

S’il est devenu une variable incontournable dans les travaux de sociologie, l’âge n’est pour autant pas systématiquement analysé en soi et se trouve plutôt pris comme une donnée, voire un déterminant biologique. Loin de faire consensus, l’idée de considérer l’âge au fondement de rapports sociaux est encore débattue. Cette journée d’étude se propose de renouveler ce débat en mettant l’âge en perspective avec les rapports sociaux de sexe, de classe et de race. Elle s’organisera autour de deux axes. D’une part, nous proposons d’interroger l’âge comme rapport social en analysant ses enjeux et sa spécificité. D’autre part, cette journée d’étude sera l’occasion de réfléchir à l’intersection potentielle de l’âge avec les autres rapports sociaux. Dans ce cadre, les intervenant.e.s invité.e.s présenteront des analyses portant sur l’âge du point de vue de sa construction sociale et sur la pertinence théorique de la catégorie de « rapports sociaux d’âge ». Les interventions s’intéresseront également aux différents âges de la vie, et ce, dans une perspective intersectionnelle. Croiser l’âge avec les rapports sociaux de sexe, de classe et de race permettra de penser les dominations en tant qu’elles sont traversées par des rapports de pouvoir pluriels.

Le programme complet ici : je_ages_17janvier2017

Comité d’organisation :

  • Yaelle AMSELLEM-MAINGUY, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, CERLIS, RT15.
  • Valérie BECQUET, professeure de sociologie, Université de Cergy-Pontoise, RT15
  • Suzy BOSSARD, docteure en sociologie, maîtresse de conférence – LRU, Université de Bretagne Occidentale, Labers (Brest) / Clersé (Lille), RT24.
  • Cécile CHARLAP, post-doctorante, CeRIES, Université Lille 3, RT7.
  • Aurélie DAMAMME, maître de conférences, Université Paris 8, Cresspa, RT24.
  • Veronika DUPRAT-KUSHTANINA, maître de conférences, Université de Franche-Comté, LASA, RT7.
  • Rose-Myrlie JOSEPH, docteure en sociologie et en études genre, ATER, Université Paris 7 – Denis Diderot,
  • Claire LEFRANÇOIS, maître de conférences, Université de Tours, CITERES, RT7.
  • Arthur VUATTOUX, docteur en sociologie (IRIS-UP13), chargé d’études et de recherche à l’INJEP, RT15.

Save the date. Le 7e congrès de l’Association française de sociologie aura lieu à Amiens du 3 au 6 juillet 2017.

Le RT 15 lancera prochainement son appel à contribution pour le congrès, mais voici d’ores-et-déjà l’appel général publié hier par l’AFS :

Accusée de favoriser une « culture de l’excuse », raillée pour son prétendu manque de scientificité ou réduite à un « sociologisme » honni, la sociologie continue de déclencher régulièrement les sarcasmes de tous ceux qui voudraient la réduire au silence pour mieux asseoir et étendre leur(s) pouvoir(s). En prenant pour thème « Sociologie des pouvoirs, pouvoirs de la sociologie », le congrès de l’Association française de sociologie qui se tiendra à Amiens en juillet 2017 repose au contraire sur l’idée que le (la) sociologue est d’abord un(e) « chasseur(se) de mythes », selon l’expression de Norbert Elias. Or, parmi ceux-ci, l’un des plus puissants est peut-être celui qui fait de l’ordre social un ensemble de données à la fois naturelles et légitimes : les pouvoirs se présentent ainsi le plus souvent comme neutres et leurs logiques s’affichent comme spontanément justes.

Alors même que les inégalités sociales de toutes sortes se cumulent et souvent s’accroissent, le rôle de la sociologie est ainsi plus que jamais de découvrir les processus par lesquels divers pouvoirs parviennent à les légitimer, voire à les renforcer, cela tout en préservant les apparences de la neutralité et de l’universalité.

Le congrès de l’AFS permettra avant tout de faire le point sur l’état des recherches sociologiques menées en France et ailleurs dans le monde, visant à analyser les fondements des pouvoirs sous toutes leurs formes, à diverses échelles, du niveau le plus « micro » au plus « macro », et dans divers contextes. Elles peuvent porter sur leur histoire, leur mode de fonctionnement, leur étendue et leurs limites, ce qui les renforce et ce qui les fragilise, ce qui les construit comme ce qui peut les renverser.

Il s’agira aussi de montrer en quoi les outils et les méthodes de la sociologie continuent dans la pratique quotidienne de la recherche d’interroger les fondements de nos sociétés, et tout particulièrement en quoi ils renouvellent la connaissance des actions, des discours, des dispositifs qui permettent de les « gouverner » et de les reproduire, mais aussi de les changer : pouvoirs politiques bien sûr, mais aussi économique, médiatique, culturel, académique, religieux, familial, etc.

Dans chaque cas, la sociologie met en œuvre des démarches qui lui sont propres, mobilise des outils théoriques et empiriques originaux, produit un ensemble de résultats cumulatifs qui sont susceptibles de nourrir le débat démocratique en se fondant sur des raisonnements et des faits, et en rompant avec les représentations idéologiques diverses qui dominent l’espace public.

Indépendante de tout pouvoir, la sociologie peut ainsi constituer en elle-même une forme de « contre-pouvoir », mais il s’agira aussi de discuter des conditions qui rendent possible l’existence de celui-ci, d’en identifier la nature, le fondement, les conséquences possibles et souhaitables : quels sont, finalement, les « pouvoirs » de la sociologie ? S’agit-il seulement de contribuer à la connaissance de la réalité (dans sa dimension proprement sociale), ce à quoi semble parfois se résumer sa raison d’être, ou la sociologie peut-elle aussi, et à quelles conditions, participer à la dynamique de changement des pouvoirs et de l’ordre social ? Si elle doit permettre de « comprendre le monde », en adoptant sur lui un regard scientifique, peut-elle également contribuer à le « transformer » ? Si c’est le cas, comment peut-elle tirer parti de ses résultats, de ses théories ou de ses méthodes pour exercer des effets, et lesquels ?

Telles sont les questions auxquelles le congrès 2017 de l’AFS se donne pour tâche de commencer à répondre, en appelant pour cela les sociologues à la mobilisation !

Appel à communication : le parcours en question

L’appel à communications pour le Colloque Le parcours en question : comprendre les tensions entre les logiques individuelles, collectives et institutionnelles vient d’être diffusé.

Voici le texte de l’appel à communication.

Ce colloque est organisé conjointement par les RT15 « Sociologie de la jeunesse », RT22 « Parcours de vie et dynamiques sociales » et RT33 « Famille, vie privée, vie publique ».
Il se déroulera les 2-3 février 2017 à l’Université Paris-Descartes.

Comment les jeunes placés à l’âge de 17 ans préparent-ils leur avenir ?

Un document de travail co-signé par Isabelle Fréchon et Lucy Marquet, réalisé à partir de l’enquête ELAP (Étude longitudinale sur l’autonomisation des jeunes placés), réalisée en 2013-2014 auprès de plus de 1 600 jeunes, vient d’être publié par l’INED.

Il livre des résultats de recherche intéressants concernant les parcours de protection, l’orientation scolaire et professionnelle ou la conjugalité.

Le document de travail est téléchargeable sur le site de l’INED.

Appel à contribution: Expériences juvéniles de la pénalité (Agora Débats/jeunesses)

Remise des propositions d’articles (1 à 2 pages avec la problématique, la méthodologie et le plan de l’article) à envoyer aux deux coordinateurs pour le 15 septembre 2016.

Agora

Ce numéro de la revue Agora débats/jeunesses propose d’explorer cette question en interrogeant – par-delà les catégorisations d’âge juridicisées qui réduisent la « jeunesse » à la « minorité » légale – la diversité des situations sociales, des expériences subjectives et des trajectoires biographiques qui conduisent certains jeunes à voir une part de leur existence structurée par leur rapport aux institutions pénales. Pour approfondir cette question, nous proposons, dans ce dossier, de
passer d’une sociologie des institutions pénales de la jeunesse – désormais assez largement balisée – à une sociologie des
expériences juvéniles de la pénalité.

Trois séquences de la « chaîne pénale » retiendront particulièrement notre attention : l’arrestation, quand la police appréhende un jeune qu’elle suspecte d’avoir commis une infraction ; la comparution, quand le jeune est sommé de se présenter au tribunal pour y rencontrer un magistrat, que celui-ci soit juge ou procureur ; l’intervention socio-judiciaire, qui de l’accompagnement en milieu ouvert à la privation de liberté, recouvre une diversité d’options selon les contextes nationaux : suivi probatoire en famille et dans la communauté, exécutions de prestations ou d’actions restauratrices, placement en institution spécialisée, incarcération en établissement pénitentiaire, etc.

Coordinateurs :
Alice Jaspart, maîtresse de conférences, Centre de recherches criminologiques, Université libre de Bruxelles (ULB)
Nicolas Sallée, professeur adjoint, département de sociologie, Université de Montréal
Contacts : ajaspart@ulb.ac.be et nicolas.sallee@gmail.com
Contact revue : agora@injep.fr

Conférence-débat de l’INJEP le 21 juin à Paris « Jeunes alteractivistes : d’autres manières de faire de la politique ? »

À  l’occasion de la parution d’Agora débats/jeunesses n°73 intitulé « Jeunes alteractivistes : d’autres manières de faire de la politique ? Perspectives internationales », l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) organise une conférence-débat le mardi 21 juin 2016

Les années 2010 ont démontré que les jeunes ne sont pas que des « citoyens de demain en formation », rôle dans lequel ils sont souvent cantonnés. Ils sont dès aujourd’hui des acteurs majeurs de nos sociétés.
Á partir des recherches empiriques menées dans l’ouvrage autour des mouvements de démocratisation en Belgique, Espagne, Turquie, Liban et au Canada, cette conférence permettra d’exposer les différentes modalités et les enjeux de l’alteractivisme.

Dans ces contextes internationaux différents, et plus particulièrement en France, comment ces jeunes militants vivent-ils leur engagement sur les places, en ligne ou dans leur vie quotidienne ? Si la cohérence entre les pratiques et les valeurs sont au cœur de la conception de ces nouvelles formes d’engagement, dans quelle mesure oscillent-t-elles entre construction de soi et volonté de transformer la société ?
En voulant expérimenter une forme de démocratie directe et un mode d’organisation horizontal avec l’usage des réseaux sociaux, quels sont les défis et limites auxquels ces mouvements sont confrontés ? Est-il possible de « changer le monde sans prendre le pouvoir »? Quelles alternatives politiques proposent ces jeunes face aux logiques d’institutionnalisation ou d’autoritarisme ?

Geoffrey Pleyers présentera le numéro 73 d’Agora débats/jeunesses qu’il a coordonné, puis Anne Muxel et Vincent Tiberj apporteront leur éclairage au regard de leurs travaux respectifs. Deux jeunes activistes viendront ensuite témoigner de leur expérience.

Information pratiques :

Lieu : Sciences Po – amphithéâtre Caquot – 28, rue des Saints-Pères – 75007 Paris

Date : Mardi 21 Juin 2016 de 17h00 à 19h00

INSCRIPTION GRATUITE EN LIGNE <https://docs.google.com/forms/d/1W8ZaOPmCzgKU_m1G09M0_9jFsUdq_sr2OuD1NBLEgjo/viewform>

Informations complémentaires au 01 70 98 94 39 ou conferences@injep.fr

Journée d’étude « Expériences urbaines des enfants et traitement institutionnel des mineurs. Repenser la question des âges dans la ville »

Une journée d’étude organisée par le groupe Traitements & Contraintes et le réseau Sciences de l’enfance / Enfants des sciences le 4 avril 2016 à Paris, MSH Paris Nord.

Voir le descriptif ci-dessous et le Programme.

« Repenser la question des âges dans la ville »

Organisation: Irène Pochetti, Camille Salgues, Alice-Sophie Sarcinelli.

Cette journée d’étude a comme objectif de croiser trois questions de sciences sociales qui sont habituellement traitées séparément : les institutions, l’âge (en particulier l’enfance) et la ville. La journée s’interroge sur la production institutionnelle de l’enfance et des catégories d’âges. La dimension urbaine nous parait importante car elle permet de mettre en contexte la réflexion sur le travail des intuitions qui s’occupent d’enfance et ses possibles variations dans des contextes et des tissus sociaux différents.

La ville a été choisie comme lieu privilégié pour faire rencontrer ces problématiques issues de mondes scientifiques différents, mais qui peuvent se croiser dans des ethnographies urbaines. En particulier, comment peut-on re-décrire l’expérience urbaine des enfants et la géographie des âges, à partir d’un intérêt renouvelé pour la place accordée aux différentes catégories d’âge dans le maillage des institutions urbaines ? Quelle expérience se dessine, si l’on élargit le périmètre de l’espace urbain au-delà des “lieux communs” (rues, parcs…), pour y intégrer le fonctionnement spécifique des institutions et la démultiplication des espaces différenciés qu’elles engendrent ? En quoi la diversité des institutions et des espaces urbains apporte-t-elle un éclairage nouveau sur la production d’une enfance socialement diverse ?