Colloque interuniversitaire sur la jeunesse : Être jeune d’ailleurs à ici. Les mobilités géographiques lors du passage à la vie adulte

2e édition de ce colloque, en ligne, les 3 et 4 juin prochain !

Plus d’informations ici : https://www.eventbrite.ca/e/billets-2e-edition-du-colloque-interuniversitaire-sur-la-jeunesse-153044679757

Argumentaire :

L’objectif de ce deuxième colloque interuniversitaire sur la jeunesse (CIJ) est de réfléchir collectivement, d’une part, aux processus conjoints de mobilités géographiques et de jeunesse, d’autre part, à la mobilité en tant que transition dans le passage vers la vie adulte. À titre d’exemple, et sans visée exhaustive, ce colloque alimentera les questionnements suivants : comment interroger, ensemble, les processus de mobilité et de jeunesse? Comment le passage vers la vie adulte est-il modulé ou forgé par les mobilités géographiques vécues? Et comment, réciproquement, les mobilités géographiques sont-elles déployées, facilitées ou au contraire contraintes dans le passage vers la vie adulte? Comment est vécue l’absence de mobilité et que produit-elle dans les parcours juvéniles? Enfin, dans quelle mesure l’action publique encourage-t-elle ou, au contraire, dissuade-t-elle les mobilités géographiques dans ces parcours? Ces questions visent à aborder la diversité des expériences juvéniles des mobilités géographiques, des leviers ou des obstacles qui la concernent, de l’action publique qui les visent et ce dans une variété de contextes.

Cet événement ouvert à tous et à toutes vise à créer un espace pluridisciplinaire et international de partage des connaissances scientifiques et pratiques entre personnes s’intéressant aux questions de jeunesse et de mobilité. Nous invitons la relève étudiante, les jeunes chercheurs∙euses et les professionnel∙le∙s du milieu de la pratique à participer à ce colloque.

Colloque : La juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires (17-19 mars 2021, Lille)

Programme du colloque

Disponible en ligne ici : https://jpp2021.sciencesconf.org/program

Inscription

https://forms.gle/6nmEFLP5zRjZWoNe6.

Présentation générale du colloque :

Depuis des décennies, se sont succédées en Europe et au-delà, des générations de politiques publiques visant à intervenir sur ou en accompagnement des jeunes, autour de thématiques comme l’insertion, l’accès à l’emploi, l’éducation, les pratiques médiatiques, informationnelles et numériques, la citoyenneté. Ces politiques se sont déclinées autour trois principaux modèles : soit des programmes d’action (planification) thématiques ou stratégies jeunesse de niveau étatique sous l’impulsion de Ministères nationaux et/ou fédéraux, soit des dispositifs inspirés de l’affirmative action (Blanchard 1989) ciblant des populations et/ou territoires spécifiques, soit celui de politiques de jeunesses dites intégrées dans le cadre d’une régionalisation, d’une décentralisation de l’action publique. Toutes ces politiques sont restées caractérisées par un relatif flou, et de fortes fluctuations dans la définition même de ces jeunesses, qualifiant parfois des classes (d’âge), des générations (Moreno et Mariano 2018) ou encore des problèmes spécifiques.

C’est en particulier le cas en France où la remise en question, dans les années 1980, d’une approche sectorielle et centralisée des politiques publiques (Muller 1990), s’est traduite dans les premiers temps de la décentralisation, par la mise en place de politiques qui ne ciblent plus tant des “problèmes” spécifiques que des catégories spécifiques ou des zones spécifiques, et qui croisent de façon orthogonale une territorialisation progressive des politiques publiques (Warin 2004). Si l’existence de politiques de la “jeunesse” n’est pas en tant que telle une nouveauté (Loncle 2003), comme en témoigne du reste l’ancienneté de l’existence d’un Ministère consacré à cette catégorie en France, cette tendance s’est notamment concrétisée par une multiplication depuis les années 1980 de ce qu’on peut qualifier de « politiques publiques juvénilisées », au sens de programmes d’action publique qui mettent en avant la catégorie « jeunesse », par ailleurs vigoureusement discutée (Barry 2005). Ceci étant avéré pour la France, mais aussi au niveau européen (Oberti et Richez 2006 ; Chevalier 2015 ; Loncle 2017), voire au-delà (Williamson 2006 ; Williamson 2017), à une échelle nationale autant que dans le champ local (Halter 2007 ; Loncle 2011). Au point que l’existence d’une spécificité de politiques dédiées à une catégorie « jeunesse » peut sembler relever de l’évidence.

Cette évolution n’est pas sans soulever un certain nombre de questions.

D’abord, la sociologie de la jeunesse n’a cessé de démontrer qu’il n’existe pas de définition consensuelle de la catégorie « jeunesse » (Mauger 2010), que cette catégorisation est tributaire de représentations voire de stigmatisation (Gauthier 2008). En outre, les dispositifs marqués du sceau des “politiques de jeunesse” se caractérisent par leur grande variété tant dans leur contenu que dans leurs objectifs, leurs méthodes et leurs populations cibles (Becquet, Loncle, Van de Velde, 2012). Dans quelle mesure cette catégorie fait-elle sens, pour qui et dans quels contextes ? La mise au pluriel de la catégorie a-t-elle un quelconque impact ou n’est-elle qu’un effet de langage ?

Elle pose aussi les questions des effets attendus de ces politiques lorsqu’elles convergent, et de leurs référents idéologiques : s’agit-il de renforcer la citoyenneté, l’esprit critique, la créativité, de lutter contre des mécanismes de désinsertion sociale, ou, d’appuyer sous des formes plus normative l’encadrement des conduites, renforcer les effets de stigmatisation des « déviances » ou de « désengagement » ? De « mettre en capacité » réelle d’action, d’émanciper ou de conforter une vision néo-libérale de l’employabilité derrière des dispositifs de développement des compétences y compris les compétences numériques de l’“e-administré”?

Par ailleurs, la définition d’une population par classes d’âge, outre le fait de masquer une grande hétérogénéité (genre, classe, lieu d’habitation, capital culturel, etc.), peut aussi être prétextes à d’autres enjeux intéressant les institutions elles-mêmes, parfois davantage que les objets auxquels leur politique sont censées s’intéresser. La mise en place d’un réseau d’acteurs, le travail de consolidation de partenariats autour des thématiques jeunesse, en constituent aussi les attentes et possibles résultats tangibles. Les espaces nouveaux de collaboration ainsi créés deviennent porteurs d’enjeux politiques pouvant dépasser les effets attendus auprès des populations bénéficiaires de ces programmes. Dans cette optique, la « juvénilisation des politiques publiques » voit dédier explicitement à certains dispositifs d’accompagnement, de mise à l’emploi etc. le rôle de laboratoires de redéfinition de la conduite de l’action publique. Il s’agirait donc d’éclairer dans quelle mesure la « jeunesse » joue-t-elle aussi ce rôle de catégorie d’action politique ? Entourée de représentations positives, elle accompagne de ce fait aussi des formes évidentes de quête institutionnelle de rationalisation des moyens, de « meilleure » gestion, de communication vertueuse, voire éventuellement des visions à très court terme de l’action politique…

Enfin, derrière l’acception du terme générique de « territoire » des politiques de jeunesses se profilent des situations fortement différenciées au sein des métropoles autant qu’à distance de celle-ci dans les territoires de faibles densités (périurbain, rural…). C’est d’abord la tension classique entre actions ciblant des périmètres (discrimination positive) et des territoires qui est aujourd’hui à réinterroger par l’entrée croissante dans la société des réseaux (Vanier 2015, Estèbe 2008). Mais aussi la situation des jeunesses que les politiques abordent par périmètres ou par classements d’urbanité (territoire ruraux, périurbains). Quel sens, pour des « jeunesses » qui s’affranchissent allègrement des compartiments spatiaux ? Qu’attendre par ailleurs de dispositifs d’exception dit « sur mesure » ou de l’affirmation de principes de différenciation territoriale ?

Ce sont ces problématiques que nous souhaitons voir développer lors de ce colloque, en accueillant notamment des contributions qui pourraient se définir autour d’axes de réflexion généraux suivant, non-limitatifs : quels sont les « problèmes sociaux » visés par les politiques publiques territoriales en direction de la jeunesse ? À quelles problématiques socio-politiques répond la juvénilisation des politiques publiques territoriales ? Quelles sont les méthodes nouvelles qui sont pratiquées et mises en œuvre dans le cadre de ces politiques ? Pour quels effets sociaux, territoriaux ?

Les axes thématiques de l’appel : 

Axe 1 : De quels problèmes la jeunesse (la juvénilisation ?) est-elle le nom ?

Axe 2 :Co-construire les politiques publiques territorialisées en direction des jeunes ?

Axe 3 :Questionner l’implication des jeunes

Les travaux interdisciplinaires seront particulièrement bienvenus ainsi que des études qui portent sur des terrains nationaux ou internationaux variés.

Des mineurs comme les autres ? Approche pluridisciplinaire de la prise en charge des mineurs étrangers isolés

Ce colloque porte sur la prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA). Il est organisé par Lisa Carayon (USPN, IRIS), Julie Couronné (INJEP), Sarra Chaïeb (USPN, IUT de Bobigny), Julie Mattiussi (UHA, CERDACC), Daniel Senovilla-Hernández (U. Poitiers, Migrinter), Arthur Vuattoux (USPN – IRIS), avec le soutien de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, de l’IUT de Bobigny, de l’Association française de sociologie et de Migrinter.

S’inscrire au colloque

Le colloque ayant lieu – période oblige – intégralement en ligne, il est nécessaire de s’inscrire en cliquant sur le lien suivant avant le mercredi 27/01/2021. Vous recevrez ensuite un lien de connexion.

Le programme

29 janvier 2021

9h: Introduction (Julie Mattiussi, Lisa Carayon et Arthur Vuattoux)

La prise en charge, entre expérience individuelle et histoire collective

Animation du tchat : Julie Mattiussi

Modération : Lisa Carayon

  • 9h30 Julien Long – Doctorant, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) – Université de Nantes, fellow à l’Institut Convergences Migrations (Policy – MINA 93 Les jeunes étrangers isolé.e.s en France et les transformations de leur prise en charge de 1945 à nos jours. Regard socio-historique sur un phénomène ancien
  • 9h45 Cléo Marmié – Doctorante, EHESS Paris / InSHS CNRS, Centre Maurice Halbwachs – LIRTES Protéger les « MNA », et redonner le sourire… aux éducateurs. Séparer le bon grain de l’ivraie en protection de l’enfance
  • 10h Marion Perrin – Doctorante à l’Université Sorbonne Paris Nord, EXPERICE Mineurs non-accompagnés en institution, des jeunes comme les autres ?

Discussion : 10h15-10h45

Pause

La prise en charge, diversité des pratiques

Modération : Sarra Chaïeb

  • 11h Sarah Hias – Doctorante en Droit privé et sciences criminelles, Laboratoire Droit et changement social, UMR CNRS 6297, Université de Nantes La disparité des capacités d’hébergement des mineurs non accompagnés selon les départements
  • 11h15 Virginie Baby-Collin – professeure de géographie, Aix Marseille Universiét, Nina Riouffe – diplômée de SciencesPo Aix Trajectoires scolaires et de formation professionnelle des Mineurs Non Accompagnés (MNA) : le rôle des établissements privés à Marseille
  • 11h30 Simon Protare, Emeline Zougbede (avec Yasmine Bouagga) – Projet MINA 93, laboratoire Triangle, ENS Lyon De l’encodage des dossiers à l’accompagnement quotidien : genèse d’une prise en charge spécialisée des MNA

Débat : 11h30-12h

Pause déjeuner

Diversité de prise en charge selon les pays

Modération : Daniel Senovilla Hernandez

  • 14h Sylvia Garcia Delahaye, Luca Decroux – HETS-Genève, Valérie Frossard – Photographe, Paris, Jérôme Mabillard – HETS-Genève Vers une prise en compte holistique et dynamique des besoins des enfants et des jeunes migrant-es à Genève
  • 14h15 Vista Eskandari, Nesa Zimmerman – Co-responsables de la Law Clinic sur les droits des personnes vulnérables de l’Université de Genève L’accès aux droits des jeunes personnes migrantes non accompagnées à Genève
  • 14h30 Williams Nyanda Mkamwa – Assistant à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université de Yaoundé II Soa La protection de l’enfance en Afrique subsaharienne: le cas des Mineurs Non Accompagnés au Cameroun
  • 14h45 Anna Granata – Université de Turin Un « village » pour chaque jeune : étude de cas sur la transition à l’âge adulte des mineurs isolés étrangers en Italie

Débat : 15h00-15h30

30 janvier 2021

Samedi matin – 9h

Animation du tchat : Lisa Carayon

La prise en charge, questions de la santé

Modération : Arthur Vuattoux

  • 9h30 Laure Hadj – Socio-démographe, Université de Picardie – Jules Verne, Sophie Dumenil– médecin référent en protection de l’enfance, conseil départemental de la Somme, Le passeport santé des MNA de la Somme
  • 9h45 Solène Plana – juriste, Hinde Maghnouji – psychologue clinicienne et doctorante en anthropologie La prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA) : les difficultés liées à la représentation légale et ses répercussions en matière de santé mentale
  • 10h Héloïse Bertin – Doctorante à l’Université Paris Ouest – Nanterre, Des configurations locales de l’accès aux soins des MNA

Discussion : 10h15-10h45

Pause

Les enjeux du passage à la majorité

Modération : Julie Couronné

  • 11h Sarra Chaïeb – Cadre pédagogique IUT de Bobigny, Chercheure associée à Dyname (Université de Strasbourg), Isabelle Frechon –chargée de recherche CNRS, Laboratoire Printemps UMR 8085 – Université Paris Saclay, La fin de parcours à l’ASE des jeunes isolé.e.s étrangers et leurs rapports à l’aide et aux institutions
  • 11h15 Marine Giannini – éducatrice spécialisée, Aude Lecroisey – assistante sociale – Fondation COS / Foyer Claude Quancard De la Protection à la demande de Contrat Jeune Majeurs : Les enjeux de la majorité.

Discussion : 11h30-12h00

 

9e Congrès de l’Association française de sociologie, Lille 2021: appel à communication du RT15

9e Congrès de l’Association Française de Sociologie 2021 à Lille – Campus scientifique de Villeneuve-d’Ascq, 6-9 juillet 2021

Les recherches menées sur les jeunes et la jeunesse comme période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, posent la question du changement, de la permanence et de la continuité et s’intéressent aux logiques sociales qui semblent parfois immuables. Génération à travers laquelle une société semble se renouveler, séquence de vie collective au cours de laquelle un groupe social se reproduit autant qu’il se recompose, âge de la vie où se dessinent des positions sociales à l’échelle des biographies : quel que soit le point de vue adopté, la thématique du « changement » semble constitutive de celle de la jeunesse. Les sociologues oscillent ainsi entre la volonté de saisir les transformations sociales dont la jeunesse est porteuse (la jeunesse comme reconfiguration, recomposition) et le souci de déceler les manifestations contemporaines de mécanismes déjà connus et documentés : la domination, la reproduction ou les inégalités sociales (la jeunesse comme éternel recommencement).

Des changements au sein de la jeunesse ?

Si dans la forme des changements existent, bouleversent-ils pour autant les constats sociologiques antérieurs ? Lorsque par exemple on s’intéresse aux « nouvelles » modalités d’accès à l’université (cf. Parcoursup) on constate d’une part qu’elleschangent les règles d’accès à l’université en opérant une sélection fondée sur les seules contraintes des universités au détriment des souhaits d’orientation des jeunes, et d’autre part maintiennent une logique de sélection qui ne date pas de Parcoursup, ni même d’APB, mais bien des fondations historiques d’une université mettant à l’écart les jeunes des classes populaires, et ceux qui n’ont pas bénéficié du capital culturel suffisant pour anticiper les règles de sélection. Si l’on se penche cette fois sur les dimensions intimes de l’expérience des jeunes : les recherches menées dans ce domaine montrent bien ce que les dernières décennies ont pu révéler de changements (un accès plus libre à une information immédiate sur la sexualité, une transformation des prises de parole sur la sexualité via les réseaux sociaux, etc.), mais aussi de permanences (un âge au premier rapport sexuel demeuré stable, les difficultés de communication autour de la sexualité dans les familles, des violences sexuelles et de genre toujours aussi présentes, etc.). Quand on s’attache à étudier l’emploi et le rapport au travail, la pluralité des observations, analyses et discours interpelle : tandis que certains défendent l’idée que la jeunesse aurait changé dans son rapport au travail et à l’emploi, qu’elle serait moins individualiste, moins attachée au travail et à l’entreprise, d’autres viennent montrer le contraire. Pour autant, la permanence des inégalités dans l’accès à un emploi pérenne se traduit par une entrée dans la vie adulte marquée par la précarité et/ou le déclassement pour la part des jeunes la moins diplômée.

La jeunesse actrice ou productrice de changements ?

Les récents mouvements de jeunes posent la question de la propension des jeunes à « changer la donne », à imposer de nouvelles grilles de lecture de la société ou encore à se les approprier. Qu’il s’agisse des mobilisations autour de la crise climatique, de celles autour des réformes de l’université ou contre des dispositifs tels que le CPE ou encore de pratiques et des comportements sur les manières de faire famille, de construire son couple décohabiter/cohabiter mais aussi de travailler, on peut s’interroger sur la capacité de la jeunesse à être actrice ou productrice de changement.

Des actions destinées à changer les jeunes ?

L’encadrement des pratiques juvéniles est une constance, tant ils et elles ont été l’objet de volontés de canalisation de leurs expressions politiques, de leurs « déviances », de leurs choix. On pense ici à la répression des déviances adolescentes, à la militarisation de l’encadrement de la jeunesse (illustrée récemment par le Service national universel), ou encore à l’injonction à l’autonomie dans les dispositifs d’aide sociale à destination des jeunes précaires et à leur exclusion des dispositifs à leur majorité ou à leurs 25 ans.

Les communications proposées dans le cadre du congrès pourront enfin prendre pour objet le changement dans les modalités d’appréhension sociologique de la jeunesse. Que nous apprennent de la jeunesse les recherches intersectionnelles ? Quel est l’apport des enquêtes quantitatives sur la jeunesse et l’émergence d’éventuelles nouvelles pratiques, comportements, représentations ? Comment saisir les effets des transformations historiques sur la jeunesse ? Et dans cette année 2020 si particulière, qu’en est-il des effets de la crise sanitaire : assiste-t-on à des modifications sociales structurelles entre un avant et un après Covid ou la crise n’a-t-elle fait qu’exacerber des inégalités sociales scolaires, d’insertion, professionnelle pré-existantes et accentuées depuis 2008 ?

Parce que la question des « changements », de la « nouveauté » et de la « constance » interroge la sociologie de la jeunesse et afin de sonder les spécificités des changements jeunesse, nous avons choisi de construire notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (plusieurs sessions sont co-animées avec d’autres RT), là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité et d’originalité, à travers les questions des classes sociales, de la famille, des institutions, du numérique mais aussi du travail.

*  *  *

Session 1 : travail, insertion professionnelle, précarité, classes sociales

Session commune avec les RT 5 (classes sociales, inégalités, fragmentation) et le RT 25 (travail, formation, emploi)

Depuis les années 1970, les difficultés d’insertion des jeunes se sont accrues. Si ces bouleversements affectent structurellement l’ensemble des nouveaux entrants sur le marché du travail, certaines jeunesses, en particulier celles issues des classes populaires, les subissent plus directement. Ainsi, les inégalités entre générations, amplifiées par les crises économiques qui ont ponctué ces cinquante dernières années, ne doivent pas invisibiliser celles qui se jouent au sein d’une même classe d’âge. Elles ne doivent pas non plus masquer le désavantage de certaines cohortes, récentes, au gré des effets des crises.

Cette session commune aux RT « Jeunesse », « Classes, inégalités, fragmentations » et « Travail, organisations, emploi » se propose ainsi de questionner les modalités d’insertion professionnelle des jeunes dans un contexte de crise économique persistante et de crise sanitaire émergente. Dans quelle mesure les conditions d’insertion professionnelle des jeunes se transforment ? Qu’est-ce que le « changement », en tant qu’injonction managériale et politique, fait à leurs pratiques ainsi qu’à celles de leur entourage familial et professionnel ? Comment jouent, s’accentuent et/ou se recomposent les inégalités de classe, de genre, d’origines ethnoraciales et géographiques ou encore d’âge ? Une place sera accordée aux recherches qui s’intéressent aux effets des crises récentes – sociales, économiques et sanitaires – sur les conditions d’entrée des jeunes sur le marché du travail, diplômés ou non.

Nous proposerons deux axes :

– Les transformations des capacités d’adaptation au monde du travail et les effets de l’injonction à travailler son « employabilité » de façon de plus en plus précoce

– Les mutations des conditions d’accès à l’emploi et des conditions de travail à la sortie des études, en contexte de tertiarisation, d’ubérisation, de précarisation et de valorisation d’entrepreneuriat.

Session 2 : jeunesse en institution, changements attendus pour les jeunes par les institutions, quelles attentes de changements, quels objectifs ?

Session commune avec le RT 40 (sociologie des institutions)

Au fil de l’histoire, la jeunesse est souvent représentée comme actrice du changement, que celui-ci soit perçu de manière péjorative si on se place du point de vue de l’ordre social ou positive de celui des mouvements révolutionnaires. Elle est également perçue comme une période où les jeunes traversent des changements successifs d’identité jusqu’à l’âge adulte, dans une période moratoire entre minorité et majorité faite d’expérimentations. Pour autant, pour une partie de la jeunesse, ces seuils d’âge sont loin d’être vécus en termes d’expérimentation individuelle et sont normés par les institutions qui les encadrent. Cette session qui réunit le RT jeunesse et le RT institutions questionnera la jeunesse dite institutionnalisée (Parron, Sicot, 2009) et les cadres normatifs du changement qui leur sont imposés dans un glissement sémantique provenant du monde de l’entreprise et de ses catégories gestionnaires (Lacroix, 2016). Que l’on pense à la contractualisation croissante des dispositifs, à l’approche par projet qu’elle implique ou aux normes d’« autonomie » et d’« indépendance » au cœur des référentiels d’action publique, il serait intéressant d’interroger ces notions qui engagent un jugement social sur les personnes et les situations (Dumollard, Lima, 2016) et qui ont pour effet d’exclure les jeunes qui ne « collent » pas aux attentes institutionnelles (Muniglia, Rothé, 2012) ou aux critères d’évaluation utilisés (Carayon, Mattiussi, Vuattoux, 2018).On s’interrogera alors sur les changements attendus chez les jeunes par les différents dispositifs d’aide et donc par les institutions qui les mettent en œuvre, que l’on s’intéresse au contrat jeune majeur en protection de l’enfance (Jung, 2010 ; Petit-Gats, Guimard, 2011), au RSA jeune, au Fonds d’aide aux jeunes FAJ (Lima, 2015), à la Garantie jeune (Couronné, Sarfati, 2018) dans le champ de l’insertion, ou aux dispositifs qui ciblent par exemple les jeunes migrants. Quelles inégalités ou ressources produisent-ils ? Sur quelles normes et quels discours les agents s’appuient-ils pour produire leur évaluation ? Nous travaillerons également sur la manière dont les jeunes se saisissent ou rejettent les dispositifs qui leur sont dédiés, sur les stratégies qu’ils mettent en place pour ajuster leurs récits aux attentes normatives des institutions et sur les formes de résistance qui existent. Cette session commune sera l’occasion d’aborder ces questionnements sans pour autant qu’ils ne soient exhaustifs.

Session 3 : Les usages numériques des jeunes leur sont-ils spécifiques ?

Session commune avec le RT 11 (sociologie de la consommation et du numérique)

Cette session commune aux RT « Jeunesse » et RT « sociologie de la consommation et du numérique » (RT11) propose de mettre en saillance les enjeux autour des usages numériques des jeunes, de même que leur capacité (ou non) d’indure de « nouveaux » comportements et de « nouvelles » représentations. Cette session s’intéressera aux manières d’agir collectivement en ligne, de même qu’aux types d’applications mobilisées pour ce faire. Il s’agira par exemple de se pencher sur le profil des « activistes » afin d’interroger une éventuelle spécificité liée à l’âge, sans pour autant mettre de côté les catégories sociales, le genre, les territoires et les origines ethnoraciales….

Cette session pourra être l’occasion de se pencher sur les mobilisations politiques qui surviennent depuis plusieurs années à l’image de « #MeToo » appelant à la libération de la parole des victimes d’agressions et de harcèlement sexuels sur les réseaux sociaux née ne 2010 puis relancée en 2017 par l’affaire Weinstein. L’année 2018 a été marquée par le mouvement « #MeToo » et sa déclinaison « #balancetonporc », qui ont fait émerger des milliers de témoignages sur les violences sexistes et sexuelles quotidiennes. Si les femmes de tous âges ont largement contribué au mouvement #metoo, d’autres exemples portent davantage sur les jeunes comme c’est le cas de « #balancetontiktokeur » pour dénoncer les violences et chantages sexuels mis en place par des influenceurs « Tiktokeurs » sur cette application prisée des adolescent·e·s. C’est aussi le cas de la campagne « #balancetonbahut » qui s’est rapidement diffusé sur les médias sociaux à la rentrée 2020 dénonçant le sexisme dans les règlements intérieurs des établissements du second degré (photos, vidéos à l’appui). Ou encore, plus récemment, de « #balancetafac » lancé par les étudiant·e·s à pour dénoncer les conditions d’accueil dans les universités et la non application des protocoles sanitaires.

Les outils numériques et les médias sociaux sont aujourd’hui au cœur des actions et des mobilisations collectives et ne sont pas sans effets sur la socialisation et les sociabilités politiques. L’entraide dans le travail scolaire est également concernée. On pourra ainsi s’interroger sur les liens entre les activités en ligne et hors ligne et sur les spécificités – s’il y en a – des jeunes dans leurs mobilisations dont ils et elles sont parfois à l’initiative (« #balancetonbahut »), parfois uniquement concerné·e·s (comme c’est le cas avec « #youthforclimate »), et à d’autres moments impliqués.

Nous proposons dans cette session d’explorer les multiples dimensions de ces mobilisations numériques contemporaines, qui concernent les plus jeunes, pour mieux penser les enjeux politiques qui les traversent. Enfin, on cherchera aussi à comprendre ce que ces mobilisations en ligne disent de la manière de s’impliquer selon les âges et les causes et ce qu’elles révèlent des rapports de pouvoirs et des rapports au temps, afin de saisir des éventuels facteurs de changements.

Session 4 : entrée dans la parentalité, nouvelles formes de parentalité, décohabitation de la famille d’origine…  

Session commune avec le RT 33 (famille, vie privée, vie publique)

Combiné au passage de « l’école à la vie professionnelle », celui de « la famille d’origine à la famille de procréation » par lequel les individus accèdent à une position stabilisée sur le marché matrimonial est un processus constitutif de la jeunesse (Mauger, 2010). Dès lors, les rapports réciproques de la jeunesse et de l’institution familiale peuvent être examinées sous l’angle du « changement » de plusieurs façons.

Un premier questionnement considère la jeunesse en tant qu’ « âge de la vie » au cours duquel s’opère un double mouvement de réajustement des liens avec la famille d’origine, marqués par un plus grand respect de l’autonomie de chacun (de Singly, 2000 ; Ramos, 2006) d’une part, et d’engagement dans des relations affectivo-sexuelles et de construction conjugale d’autre part. Cette séquence biographique de changement connaît néanmoins de multiples variations selon les ancrages sociaux des jeunes et de leur famille, en matière de catégorie sociale et de genre notamment. Et si le changement passe par une autonomisation progressive de la part des jeunes, la famille d’origine (parents, collatéraux, familles élargie) continue de peser sur la façon dont ces derniers construisent à leur tour leurs propres foyers. Mais l’attention peut aussi être portée sur la configuration familiale d’origine qui subit des transformations au fur et à mesure de l’entrée des enfants successifs dans cet âge de la vie. Les socialisations familiales vécues au sein d’une même fratrie varient alors selon le critère du rang en son sein : ainsi évoluent les relations entre collatéraux, l’organisation de l’espace familial, l’intensité des cadrages parentaux, etc. au fil de l’histoire familiale. Sont visés ici les recompositions de la famille du fait de l’entrée en jeunesse de ses membres et leurs effets (en termes de configuration, de socialisation des membres restants, etc.).

Un deuxième axe cible davantage les transformations historiques de l’articulation jeunesse/famille et ses déclinaisons locales/régionales. Comment les constructions familiales et conjugales engagées par les jeunes sont impactées par les évolutions des familles observées ces deux dernières décennies (comme la proportion doublée de famille monoparentales entre 1990 et 2017, majoritairement composées de mères avec leurs enfants et qui concernent d’abord les ménages les moins diplômés et les plus exposés à la précarité, données INSEE) ? Et comment les jeunes en retour contribuent eux-mêmes et elles-mêmes à transformer l’institution-famille du fait des foyers qu’ils construisent ? Les nouvelles normes dont ils et elles sont porteurs (en termes de rapport entre conjugalité et cohabitation, de rapport à l’hétéronormativité, etc.) et leur inscription dans de nouvelles formes d’alliance conjugales témoignent de possibles « effets de génération » dont il convient d’analyser la portée. Ces phénomènes pourront également être abordés sous l’angle des variations territoriales qu’ils observent.

Enfin, deux « effets de moment » pourront être au centre des discussions : une crise sanitaire, économique et sociale surgit un peu plus d’une dizaine d’année après la précédente, dont les effets se font encore sentir pour les générations confrontées à la mise en ménage dans les années 2008 (arrêt de la hausse du niveau de fécondité et retard du premier enfant, Pinson, 2013). Dispose-t-on de premiers éléments pour saisir les nombreux canaux par lesquels la crise sanitaire actuelle influe sur le cours des constructions conjugales et familiales des jeunes d’aujourd’hui ? L’accès à un emploi, à un logement, les décohabitations/cohabitations/recohabitation contraintes du fait d’une période de confinement, la fragilité des liens avec des famille d’origine confrontées au risque sanitaire, à la maladie, voire à la mort, l’absence d’horizons temporels : autant de contraintes dont on peut faire l’hypothèse qu’elles pèsent sur la constitution des ménages juvéniles. À l’indétermination qui caractérise cet « âge de la vie » (Mauger, 2010, Van de Velde, 2008) s’ajoute l’indétermination qui caractérise le moment que nous traversons. Et en la matière, les ressources matérielles et sociales pour y faire face, fonctionnant comme autant de filets de sécurité, restent inégalement distribuées (Portela et Raynaud, 2019).

Sessions non-thématiques : Des changements au sein de la jeunesse ? La jeunesse actrice et/ou productrice de changements ?

Pour ces sessions, nous accueillons des communications en lien avec l’appel général, mais qui ne s’inscriraient pas directement dans les appels entre RT. Si votre communication répond aux questionnements de l’AAC général (voir infra), sans s’inscrire dans l’une des sessions croisées, n’hésitez pas à nous l’envoyer en précisant qu’il s’agit là d’une communication pour les sessions non-thématiques.

Les réponses à ces appels à communications (sections croisées ou sections non-thématiques) devront être chargées directement sur le site de l’AFS (https://afs-socio.fr/) au plus tard le 15 janvier 2021.

Congrès de l’Association française de sociologie (AFS) à Aix en Provence : le programme du RT15 est disponible !

NB : le programme des autres réseaux thématiques est disponible en suivant ce lien.

Mardi 27 août 2019

Session 1 – 10h30-12h30 (en partenariat avec le RT5)  : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires

(RT 5 « Classes, inégalités, fragmentations » : Elie Guéraut, RT 15 « sociologie de la jeunesse »: Yaëlle Amsellem Mainguy, Guillaume Teillet)

  • Samuel BOURON & collectif Maurice, Fragmentation et polarisation politique des jeunesses populaires. Le cas de Pontier, petite ville picarde « en désindustrialisation »
  • Meriam CHEIKH, Masculinités plurielles dans les classes populaires marocaines
  • Cyril NAZARETH, « C’est pas la même façon d’coacher ». Les aspirations d’une génération de jeunes éducateurs de football des quartiers populaires.
  • Antoine QUERREC, Décrochage scolaire et transition vers l’âge adulte : un processus de deuil à l’épreuve des catégorisations.
  • Alexandre VAYER, (Re)produire des destinées sociales ? L’exemple d’un dispositif pédagogique de création d’une entreprise coopérative à destination de jeunes de quartiers populaires

 

Session 2 – 16h30-18h30 (en partenariat avec le RT2) : Les jeunes migrants face aux catégories de l’action publique : (dé)classements par les institutions, usages et appropriations des classements par les jeunes

 (RT 2 « Migrations, altérité et internationalisation » : Sarra Chaïeb Ingrid Tucci et Grégory Gireaudobaujeu, RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Arthur Vuattoux)

  • Maïtena ARMAGNAGUE, Audrey BOULIN, : « Être un migrant au collège : une jeunesse sous l’emprise de la catégorisation institutionnelle »
  • Xavier DUNEZAT, « Racisme institutionnel et production de frontières : la fabrique du migrant étranger dans la société d’accueil. Le cas des « mijeurs » »
  • Hannes KÄCKMEISTER : « Rendre décidable l’indécidable » La construction administrative d’un « mineur isolé » en France et en Allemagne.
  • Hyppolyte KOUAKO, « Faire travailler le « noir », travailler dans le « noir » : Les jeunes étudiants subsahariens face à l’expérience sociale du racket »

 

Mercredi 28 août 2019

Session 3 – 9h-10h30 (en partenariat avec le RT28) : Catégorisation des partenaires lors de l’entrée dans l’âge adulte

(RT 15 « sociologie de la jeunesse »: Yaëlle Amsellem Mainguy et Arthur Vuattoux, RT 28 « recherches en sciences sociales sur la sexualité » : Wilfried Rault)

  • Meriam CHEIKH, Les expériences intimes des jeunes des classes populaires urbaines au Maroc : entre valorisation et dévalorisation.
  • Margot DEAGE, Nouvelles coprésences, nouveaux classements ? Images numériques et constitution des groupes de pairs au collège
  • Lena PAMBOUTZOGLOU, L’élite et la pornographie. Les élèves des grandes écoles sont-iels des masturbateur·ices comme les autres ?
  • Virginie RIGOT, Le placement socio-judiciaire au prisme du genre et de la sexualité : le cas de Chloé, 15 ans

 

Session 4 – 11h-13h (en partenariat avec les RT22 et 40): Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels (1)

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Valérie Becquet, RT 22 « parcours de vie et dynamiques sociales » : Catherine Negroni, RT 40 « sociologie des institutions » : Anaïk Purenne)

  • Mélaine CERVERA, Audrey PARRON, Stratégies individuelles de contournement et d’appropriation des classements institutionnels : le cas des parcours de vie des jeunes accompagnés en Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques (ITEP).
  • Sarra CHAIEB, Produire les classements en protection de l’enfance et en sortir : l’exemple des jeunes racisés
  • Pierrine ROBIN, Des parcours sous injonction
  • Mickael SEGON, Le poids des politiques de compensation du handicap dans l’élaboration des possibles professionnels : analyse à partir de la transition vers l’emploi des anciens \ »étudiants handicapés
  • Fanny SALANE, « Eux, c’est nos p’tits ». Système de classement et hiérarchisation normative chez des jeunes de quartiers populaires.

 

Session 4 bis – 11h-13h (en partenariat avec les RT22 et 40) : Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels (2)

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Paolo Stuppia, RT 22 « parcours de vie et dynamiques sociales » : Veronika Kushtania, RT 40 « sociologie des institutions » : Anne Wuilleumier)

  • Gaële HENRI PANABIERE, Parcours dans ou à la marge de l’institution universitaire : le rôle des classements scolaires et académiques
  • Lila LE TRIVIDIC HARRACHE, Les cas d’élèves au lycée : des parcours juvéniles aux prises avec les jugements des acteurs scolaires
  • Flavie LE BAYON, La recomposition des significations accordées aux formes d’emplois atypiques chez les jeunes docteurs
  • Elise LEMERCIER, Hugo BRÉANT, Devenir étranger.e au cours de sa scolarité. Les effets de logiques institutionnelles désajustées sur les parcours de jeunes de nationalité comorienne à Mayotte.
  • Pauline SABUCO, Le public de l’Ecole de la Deuxième Chance : la construction négociée d’une catégorisation des jeunes sans diplôme

 

Jeudi 29 août 2019

Session 5 – 9h-10h30 (en partenariat avec le RT34) : Quand l’action publique classe et catégorise l’engagement des jeunes

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Isabelle Lacroix et Laurent Lardeux, RT 34 « sociologie politique » : Lorenzo Barrault-Stella et Mathilde Pette)

  • Brice ANGRAND, Les Conseils Municipaux d’enfants : Entre appropriation hétérodoxe et bricolage d’un rapport au politique
  • Olivia CHAMBARD, L’« entrepreneuriat » : nouvelle forme d’engagement des jeunes ?
  • Florence IHADDADENE, Les « bonnes pratiques d’engagement » : le service civique comme formation du militantisme étudiant et populaire
  • Julie LE MAZIER, Jeunes réservistes dans la garde nationale : offre d’engagement citoyen, demande de professionnalisation et captation de dispositions critiques

 

 

 

Séminaire DREES – Un regard renouvelé sur les ressources des jeunes – 9 juillet 2019

inscription obligatoire à l’adresse suivante: rfas-drees@sante.gouv.fr

08h30 – 09h00 Café d’accueil

09h00 – 09h05 Mot de bienvenue, par Jean-Marc Aubert (Directeur de la DREES)

09h05-09h35 Introduction générale, par Olivier Galland (CNRS, GEMASS, Université Paris IV)

Table 1 : L’État providence et les jeunes :

 vers une plus grande individualisation des politiques de jeunesse ?

09h35 – 09h40 Présentation des auteurs et des éléments de cadrage, par les coordinateurs du numéro Nicolas Charles (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim), Mickaël Portela (DREES, CEET, HCFEA) et Émilie Raynaud (DREES)

09h40 – 10h00 Où va la politique de jeunesse en France ?, de Tom Chevalier (Université d’Oxford, CEE/LIEPP, Science Po) et Sébastien Grobon (INSEE, INED), la présentation est assurée par les coordinateurs du numéro

10h00 – 10h20 D’une politique de défamilialisation à des pratiques de refamilialisation. Les ressources des jeunes saisies par la Garantie jeunes, par Julie Couronné (INJEP, CEET, LISE), Marie Loison-Leruste (Université Paris 13) et François Sarfati (Université d’Évry-Paris Saclay, Centre Pierre Naville, CEET)

10h20 – 10h40 Questions/discussion, par Jérôme Gautié (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre d’Économie de la Sorbonne)

10h40 – 11h50 Pause-café

Table 2 : Le temps des études : les parents, acteurs du « projet » jeunes ?

10h50– 10h55 Présentation des auteurs et des éléments de cadrage, par les coordinateurs du numéro

10h55 – 11h15 Soutenir le jeune et son projet : les logiques éducatives parentales à l’épreuve de l’insertion professionnelle, par Nicolas Charles (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim), Marie-Clémence La Pape (Université Lyon 2, Centre Max Weber, DREES), Mickaël Portela (DREES, CEET, HCFEA) et Élise Tenret (Université Paris Dauphine, IRISSO)

11h15 – 11h35 Mobilisation parentale et exercice d’une activité rémunérée en cours d’études, par Vanessa Pinto (Université de Reims-Champagne-Ardenne, CÉREP, CESSP), Tristan Poullaouec (Université de Nantes, CENS) et Camille Trémeau (Université de Nantes, CENS)

11h35 – 11h55 Questions/discussion, par Joseph Hivert (Université de Lausanne, DREES)

Table 3 : Des expériences de jeunesse spécifiques :où trouver des ressources pour aller vers l’âge adulte ?

11h55 – 12h00 Présentation des auteurs et des éléments de cadrage, par les coordinateurs du numéro

12h00 – 12h20 Les ressources de la proximité – Capital d’autochtonie et engagements locaux des jeunes femmes d’origine populaire et rurale, par Sofia Aouani (Université Grenoble Alpes, PACTE), Sophie Orange (Université de Nantes, CENS) et Fanny Renard (Université de Poitiers)

12h20 – 12h40 Le domicile familial comme ressource ? Expériences de recohabitation dans les transitions vers l’âge adulte, par Emmanuelle Maunaye (Université de Rennes 1, ARENES), Virginie Muniglia (EHESP, ARENES), Emilie Potin (Université de Rennes 2, LIRIS) et Céline Rothé (EHESP, ARENES)

12h40 – 13h00 Questions/discussion, par Laurence Faure (Université Lyon 2, Centre Max Weber)

Appel à communication : congrès de l’Association française de sociologie à Aix-en-Provence (août 2019)

Voici l’appel à communication du RT15 en vue du prochain congrès de l’Association Française de Sociologie, qui se tiendra à Aix en Provence du 27 au 30 août 2019.

ATTENTION pour ce congrès, le dépôt des propositions se fera uniquement via le site AFS (aucun envoi par mail). 
Deadline : 15 février 2019.

Voici le texte de l’appel :

La sociologie de la jeunesse au cœur des classements sociaux

La “jeunesse” des sociologues apparaît d’emblée comme une affaire de classement, dont l’un des enjeux consiste à ranger des individus et groupes sociaux divers dans une catégorie abstraite, en rendant compte de la complexité qu’il y a à décrire une génération vécue par des jeunes faisant des expériences sensiblement différentes du monde social et de ses hiérarchies (Bourdieu, 1979). La jeunesse, période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, est un moment où se jouent et rejouent les classements sociaux. De nombreuses recherches se sont données pour tâche de montrer en quoi la vie des jeunes se construit via la production sociale de hiérarchies fondées sur des critères aussi divers que le genre – socialisation masculine (Bertrand et al., 2015) et socialisation féminine (Rubi, 2005) -, la sexualité – jeunesse “majoritaire” hétérosexuelle (Fidolini, 2018) et jeunesses aux sexualités minoritaires (Allard, 2001), la race – jeunesse blanche (Grossman, Charmaraman, 2009) et non-blanche (Santelli, 2007) – la classe – jeunesse des classes supérieures (Darmon, 2003) et jeunesse populaire (Mauger, 2009), le territoire – jeunes ruraux (Renahy, 2005) et jeunes urbains (Guérandel, Marlière, 2017). Ces distinctions, parfois trop schématiques, sont fondées sur des critères de classement à la fois émiques / intériorisés (liés aux identités des jeunes) et externes (construits par imposition de légitimité, et de hiérarchisation découlant de cette légitimité). Elles traversent les expériences des jeunes et donnent du « grain à moudre » à l’analyse sociologique, qui cherche à saisir ce qu’il y a de commun dans l’expérience d’une génération d’une part, et ses divisions profondes, héritées des distinctions sociales au sein de la jeunesse, d’autre part.

Au-delà de ces critères, c’est l’expérience des jeunes durant leur jeunesse qui fait “travailler” les catégorisations sociales, à travers les orientations multiples que les institutions leur imposent (Sicot, 2007), à travers les “choix” et “contraintes” pesant sur leur scolarité (Chauvel, 2016, Darmon 2003), à travers la réduction de leur expérience à une identité négative, lorsque les institutions du contrôle social classent les jeunes dont elles ont la charge : “jeunes détenus” (Amsellem-Mainguy, Coquard, Vuattoux, 2017), “jeunes décrocheurs” (Zaffran, Vollet, 2018), et autres jeunes en “galère” (Dubet, 1987). Les travaux sur le passage à l’âge adulte, qu’il s’agisse de poser la question des seuils pertinents, des expériences de placement et de classement ou encore des parcours de vie sont, eux aussi, traversés par des catégorisations qui éclairent la compréhension des vécus juvéniles. Bien que les classements sociaux de la jeunesse ne soient pas figés et qu’ils soient à envisager dans leur temporalité, les recherches montrent à quel point ces catégories résistent à la critique, à quel point leurs usages sont ancrés et tendent à naturaliser les individus qu’elles pensent désigner.

Mais parler des classements qui s’appliquent à la jeunesse, du point de vue des expériences vécues (avec l’idée selon laquelle ces classements pourraient rendre raison des propriétés sociologiques de la jeunesse), ou du point de vue des “classants” (institutions, chercheurs, relais “ordinaires” des classements sociaux), fait parfois oublier à quel point les premiers concernés sont conscients des catégorisations multiples de la jeunesse. Les jeunes se savent classés (Amsellem-Mainguy, Vuattoux, 2018), mais sont aussi à l’origine de nombreuses formes de classements ou d’auto-classements de la jeunesse. Les recherches sur l’engagement des jeunes résultent parfois du constat de divisions pesant sur la société (Becquet, 2014) et peuvent aboutir à des parcours “radicaux” (Lacroix, Lardeux, 2018). Elles montrent combien les pratiques d’engagement des jeunes font l’objet de catégorisations qui ne recouvrent pas nécessairement leur réalité. Les recherches menées sur l’enfance montrent, de la même manière, des récits du monde social marqués par l’intériorisation des divisions entre groupes sociaux, et par les aspirations légitimes ou illégitimes construites à partir de sa propre position sociale (Miller et al., 2012).

Parce que les classements sont au cœur de la sociologie de la jeunesse, et qu’il serait vain de tenter d’en faire une synthèse générale ou de chercher une “règle” générale des mécanismes de classements qui opèrent dans la société vis-à-vis des jeunes ou à partir de leur position sociale, nous avons choisi de construire l’ensemble de notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (la plupart de nos sessions sont co-animées avec d’autres RT), afin de sonder les spécificités des classements de la jeunesse là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité, à travers les questions des classes sociales, des parcours de vie, des migrations, des sexualités, à partir du point de vue de la sociologie politique.

  • Session 1 : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires – Session commune avec le RT 5 Classes, inégalités, fragmentations
  • Session 2 : Les jeunes migrants face aux catégories de l’action publique : (dé)classements par les institutions, usages et appropriations des classements par les jeunes – Session commune avec le RT 2 Migrations, altérité et internationalisation
  • Session 3 : Catégorisation des partenaires lors de l’entrée dans l’âge adulte – Session commune avec le RT 28 Recherches en sciences sociales sur la sexualité
  • Session 4 : Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels  Session commune avec le RT 22 Parcours de vie et dynamiques sociales
  • Session 5 : Quand l’action publique classe et catégorise l’engagement des jeunes – Session commune avec le RT 34 Sociologie politique
  • Session 6 : Catégorisations et classements en sociologie de la jeunesse : problématisations et méthodologies de recherche

 Les détails concernant les 6 sessions sont à retrouver en ligne : http://afs-socio.fr/rt/rt15

Actualité des recherches sur l’adolescence: journée doctorale du RT 15 (22 novembre 2018)

Programme complet de la journée doctorale à télécharger ici.

L’adolescence est un objet complexe, car construit au carrefour de traditions disciplinaires diverses : d’une approche naturalisante issue des travaux de recherche sur la puberté, le développement ou la psychologie des adolescents, à une approche visant à déconstruire la catégorie en en explorant les limites (en pointant notamment l’homogénéisation d’une classe d’âge sur des critères biologiques et sociaux discutables et en explorant la diversité historique et géographique des constructions sociales, culturelles et politiques de l’adolescence, etc. ). Par ailleurs, la sociologie de l’adolescence s’est constituée il y a seulement une dizaine d’années, étant intégrée jusque-là dans la sociologie de la jeunesse.

Dans le débat public, la notion apparaît sous les traits de la crise, de la déviance et du risque ou d’une mise à l’agenda guidée par des enjeux de santé publique, de sécurité ou de gestion des familles. Elle renvoie plus généralement aux questions de jeunesse. Les travaux récents montrent que l’adolescence est appréhendée à la lumière de l’allongement de la durée de cet âge de la vie, de la porosité des frontières avec l’enfance ou l’entrée dans l’âge adulte, de l’imbrication des expériences adolescentes au sein de rapports de pouvoir multiples liés au genre, à la classe, au territoire ou aux origines ethniques.

Penser l’actualité des recherches sur les adolescent·e·s et l’adolescence est l’objectif de cette journée d’étude. Elle sera ainsi l’occasion de réfléchir à l’évolution des thématiques, aux méthodologies mobilisées et aux lieux de publication possibles. Elle s’adresse en priorité aux doctorant·e·s et aux jeunes docteur·e·s en sciences sociales, dont les travaux concernent les questions de jeunesse et plus spécifiquement l’adolescence. Les communications présentées seront discutées par des chercheurs titulaires dans la perspective d’accompagner leurs auteur·e·s dans leur réflexion et la publication de leurs travaux.

La journée aura lieu à SciencePo Paris (OSC), Salle Percheron, 98 rue de l’Université (75007)

S’inscrire : https://bit.ly/2NBmjg8

Cette journée pourra faire l’objet d’une validation d’ECTS dans le cadre de la formation doctorale.

Journée d’étude: Les mutations du rapport au temps et à l’espace dans les métiers de la relation à l’ère de l’hypermodernité

Cette journée d’études a pour objet l’analyse du rapport au temps et à l’espace auxquels sont confrontés les étudiants, stagiaires et professionnels aujourd’hui, plus particulièrement dans les métiers de la relation, centrés sur le travail « sur autrui » et « avec autrui » : métiers de l’enseignement, de l’accompagnement social, éducatif ou sanitaire, métiers de la médiation, de la relation d’aide, du conseil, de la psychothérapie…

Plus d’informations et les modalités d’inscription / d’accès ici.

Colloque: Adolescence et entrée dans l’âge adulte : politiques publiques et pratiques numériques

Un colloque en partenariat avec le RT 15, l’INJEP et la CNAF.

Vendredi 23 mars 2018
9h30 -16h30

Amphithéâtre de l’Institut Montsouris
42 Boulevard Jourdan
Paris 14e

À l’occasion de la parution du numéro 125 de la Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) sur l’adolescence, et de la publication de cinq revues de littérature sur la jeunesse et l’adolescence, la Caisse nationale des Allocations familiales  (CNAF) et l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) organisent un colloque le vendredi 23 mars à l’Institut Montsouris sur ces questions.

Alors que les adolescents et les jeunes adultes sont, à différents égards, souvent associés aux notions de crise, de risques et de difficultés, ce colloque mettra en valeur les ressources des adolescents et des jeunes en articulant les discussions autour de deux axes principaux, l’action publique et le numérique.

Comment les politiques publiques prennent-elles en compte les adolescents et les jeunes adultes ? Et comment les jeunes reçoivent-ils les propositions ou les injonctions qui leur sont adressées ? Désormais incontournable dans le quotidien des adolescents et des jeunes adultes, quels usages les jeunes ont-ils du numérique ? En quoi cela modifie-t-il la socialisation des adolescents et leurs interactions ?

Fruit d’une collaboration institutionnelle et scientifique entre l’INJEP et la CNAF, cette journée permettra d’enrichir les connaissances sur les adolescent·e·s et les jeunes adultes afin d’éclairer les politiques publiques destinées aux jeunes.

Voici le lien pour s’inscrire au colloque.

 

Le congrès d’Amiens, et après.

Cette année encore, pour le congrès de l’Association française de sociologie qui s’est déroulé à Amiens, le RT15 a organisé de nombreuses sessions portant sur les politiques territoriales, la famille/vie privée des jeunes (avec le RT33), sur l’engagement politique des jeunes (avec le RT21), etc.

Ces sessions ont été très suivies, avec 15 à 20 participant·e·s par session et de nombreuses discussions. L’Assemblée générale (AG) du Réseau a également eu lieu, et a vu le réseau s’enrichir de nouveaux·elles membres.

Il ressort de cette AG des idées de partenariats entre réseaux, mais également de valorisation de la nouvelle recherche sur la jeunesse et l’adolescence.

La vie du réseau sera donc riche d’ici le prochain congrès en 2019.

Pour terminer, et comme un clin d’œil à ce travail de partenariat inter-Réseau thématiques voulu par le RT15, voici un graphique réalisé par Baptiste Coulmont concernant les liens entre Réseaux thématiques de l’AFS.

Nous laissons chacun·e conclure ce qu’il souhaite de cette représentation des réseaux du RT15, et continuerons donc à discuter avec d’autres approches thématiques de la sociologie dans les années qui viennent.

Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation

 Jeudi 8 juin 2017

De 17h à 19h

Université Paris Descartes

Amphithéâtre Giroud
12, rue de l’École de Médecine
75006 Paris

Perçue pendant un temps comme une notion « passée de mode », l’éducation populaire est depuis quelques années de retour sur le devant de la scène, réaffirmant sa dimension politique et expérimentale. Ce renouveau fait l’objet du dossier du n°76 d’Agora débats/jeunesses « Education populaire : politisation et pratiques d’émancipation » et sera discuté lors de la conférence-débat organisée par l’INJEP le jeudi 8 juin 2017 à l’Université Paris-Descartes.

En s’intéressant aux nouvelles pratiques d’éducation populaire, aux changements structurels et organisationnels qui s’opèrent dans ce champ, le dossier d’Agora débats/jeunesses montre que le renouveau de l’éducation populaire s’opère moins autour des méthodes pédagogiques qu’à travers la réaffirmation de sa conception militante et de sa vocation émancipatrice. A la fois redynamisée par l’engouement autour des pratiques d’empowerment (pouvoir d’agir) et de community organizing (organisations collectives à l’échelle locale visant la participation des citoyens à la vie de leur communauté), et revendiquée par des  acteurs aux postures contestataires, l’éducation populaire renoue avec son caractère politique et ses visées de transformations sociales.

Le focus proposé sur des pratiques d’acteurs revendiquant cette dimension politique et expérimentale forte, réduit l’appréhension du phénomène d’« éducation populaire » à ses franges les plus militantes, excluant de fait des acteurs plus institués. Mais si le prisme d’étude est resserré, il invite néanmoins à une vision élargie et décloisonnée de l’éducation populaire aujourd’hui, en lien avec les mouvements sociaux contemporains, qui dépasse le champ des politiques de jeunesse et repense les cadres collectifs de l’émancipation et de production de savoirs.

Toutes ces questions liées au « réanchantement » de l’éducation populaire seront exposées le 8 juin prochain par les coordinateurs du dossier de la revue, éclairées par des chercheurs et acteur de l’éducation populaire puis débattues avec la salle.

COORDINATEURS DU DOSSIER :

  • Emmanuel de Lescure, maître de conférences, Université Paris Descartes, Centre de recherche sur les liens sociaux
  • Emmanuel Porte, chargé d’études et de recherche, INJEP

INTERVENANTS :

  • Gérard Mauger, sociologue, chercheur au Centre de Sociologie Européenne CNRS
  • Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique, Université François Rabelais de Tours
  • Guillaume Coti, coordinateur du collectif Pouvoir d’agir

Prochain congrès de l’association française de sociologie à Amiens : le programme du Réseau thématique Sociologie de la jeunesse

Le programme du Réseau thématique Sociologie de la jeunesse (RT15) pour le prochain congrès de l’Association française de sociologie (à Amiens) est maintenant disponible (ci-dessous et ici).

Les salles et des détails complémentaires seront indiqués ultérieurement.


Programme

RT 15 congrès AFS 2017

 

Réseau thématique 15 – sociologie de la jeunesse

 

7ème congrès de l’Association française de sociologie (AFS)

3-6 juillet 2017, Université d’Amiens

 

 

 

LUNDI 3 JUILLET

 

10h30-12h30 – Session 1 : Catégorisations sociales et construction des problèmes publics : un pouvoir sur les individus ? 

Animée par Emmanuelle Maunaye, Université de Rennes 1, Arènes/CRAPE et Guillaume Teillet, Université de Poitiers, GRESCO

GAIDE Aden, Une thèse sur les étudiant-e-s parents. Quelle contribution à l’émergence d’un problème public ?

GUIJARRO ARRIBAS Delia « Parce que la littérature ado existe bien » : Adolescence et adolescents dans les catalogues d’éditeur jeunesse.

LESSARD Coralie, L’articulation difficile entre « savoirs expertisés et décisions politiques » à l’échelle des services jeunesses de villes d’Ile de France.

MARTIN Olivier, Que gagne-t-on à étudier les pratiques numériques des jeunes ? Le cas de leurs relations sociales et de leurs sociabilités.

 

 

16h30 – 18h00 – Session 2 (avec le RT 33 « Famille, vie privée, vie publique ») : Familles et adolescences : des systèmes normatifs en question.

Animée par Yaëlle Amsellem-Mainguy, INJEP, CERLIS et Arthur Vuattoux, Université Paris 13, IRIS, chercheur associé à l’INJEP

BERGSTRÖM Marie, L’entrée en couple a-t-elle vraiment été retardée ? Retour critique sur l’analyse des calendriers conjugaux des jeunes.

CHARRUAULT Amélie et DEBAUCHE Alice, Violences sexuelles intrafamiliales et conditions de vie à l’adolescence.

EL KHATABI Ahmed, Adolescence rebelle : Crise normative ou pouvoir en crise.

MARDON Aurélia, Impact de l’âge des adolescents sur la socialisation sexuée dans les pratiques sportives : le cas de jeunes pratiquant-e-s d’escalade.

 

 

MARDI 4 JUILLET

 

9h30 – 11h00 – Session 3 : Prises de pouvoir des jeunes : une pluralité de formes et de pratiques

Animée par Emmanuelle Maunaye, Université de Rennes 1, Arènes/CRAPE et Laurent Lardeux, INJEP

EL MNASFI Mustapha, Les conseils locaux des jeunes au Maroc, entre « participation » et cooptation.

MARTIN Céline, Le pouvoir d’agir des jeunes adultes, à quelles conditions ?

VENNIN Léo, Organiser les « inorganisés » : éducation populaire et encadrement de la jeunesse dans la France de l’après-guerre.

 

MARDI 4 JUILLET

11h30 – 13h00 – Session 4 : Pouvoir de définition de la jeunesse et pouvoir d’agir des jeunes : quelles dynamiques territoriales ?

Animée par Valérie Becquet, ESPE/Université de Cergy-Pontoise, EMA et Benjamin Vial, Université de Grenoble Alpes, PACTE

CHEVALIER Tom, Devenir citoyen en Europe. L’impact des politiques publiques sur la participation politique des jeunes en perspective comparée.

KERIVEL Aude, La jeunesse en France au regard des appels à expérimentations du Fonds d’expérimentation jeunesse : des catégories et des enjeux.

LONCLE Patricia, Quelle potentielle influence des analyses sociologiques dans une recherche-action à destination de l’action publique territoriale ? L’exemple du Projet d’investissement d’avenir Jeunes en TTTrans (transversalité, transitions, transformations).

MAUNAYE Emmanuelle, Les formes d’engagement des adolescents impliqués dans un dispositif de soutien à l’action coopérative. L’exemple des Coopératives Jeunesse de Services (CJS).

BATICLE Christophe, Le mouvement rural de jeunesse chrétienne entre 1980 et 2000. Le pouvoir d’un réseau.

 

MERCREDI 5 JUILLET

 

9h00 10h30 – Session 5 (avec le RT 21 « Mouvements sociaux ») : Prendre le pouvoir : mobilisations juvéniles à travers le monde.

Animée par Laurent Lardeux, INJEP et Geoffrey Pleyers, FNRS, CADIS (Ehess)

CHUANG Ya-Han, Devenir une minorité exemplaire: comment les jeunes Franco-Chinois transforment une mobilisation « réactionnaire » en une action anti-discriminations.

DRONGITI Angeliki, Les conscrits sont des citoyens en uniforme » : Le mouvement de la jeunesse pour la démocratisation du service militaire et de l’armée (1980-1985) et les luttes contemporaines autour de l’armée en Grèce.

MONTONI Angelo, Après la contestation, que faire ? : Trajectoires et pratiques des militants post mouvement de contestation.

TORRES Rodrigo, Le mouvement lycéen et la « mise en politique » du problème éducatif au Chili : d’un acteur politique à un acteur des politiques publiques.

 

JEUDI 6 JUILLET  

 

11h00 – 13h00 – Session 6 : Formation, insertion, travail : pouvoir des institutions et situations des jeunes

Animée par Yaëlle Amsellem-Mainguy, INJEP, CERLIS et Guillaume Teillet, Université de Poitiers, GRESCO

BEDROUNI Mohammed, Les jeunes (15-29 ans) ni scolarisés ni en emploi ni en formation «NEET» : Cas de l’Algérie.

STUPPIA Paolo, « Contre Pouvoir Etudiant ». Les rapports de/au pouvoir des jeunes (scolarisés) lors du mouvement « anti-CPE » de 2006.

TASSET Cyprien, L’inquiétude sur le rapport des jeunes au travail à la fin des années 1970 : une nébuleuse d’expertise.

TESTI Julie, La reconnaissance pédagogique des actions bénévoles à l’université : un outil pour favoriser et encadrer les engagements étudiants ?

Bureau du RT 15 : Yaëlle Amsellem-Mainguy, Valérie Becquet, Isabelle Lacroix, Laurent Lardeux, Patricia Loncle, Emmanuelle Maunaye, David Sudre, Guillaume Teillet, Benjamin Vial, Arthur Vuattoux.