Appel à communication : congrès de l’Association française de sociologie à Aix-en-Provence (août 2019)

Voici l’appel à communication du RT15 en vue du prochain congrès de l’Association Française de Sociologie, qui se tiendra à Aix en Provence du 27 au 30 août 2019.

ATTENTION pour ce congrès, le dépôt des propositions se fera uniquement via le site AFS (aucun envoi par mail). 
Deadline : 15 février 2019.

Voici le texte de l’appel :

La sociologie de la jeunesse au cœur des classements sociaux

La “jeunesse” des sociologues apparaît d’emblée comme une affaire de classement, dont l’un des enjeux consiste à ranger des individus et groupes sociaux divers dans une catégorie abstraite, en rendant compte de la complexité qu’il y a à décrire une génération vécue par des jeunes faisant des expériences sensiblement différentes du monde social et de ses hiérarchies (Bourdieu, 1979). La jeunesse, période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, est un moment où se jouent et rejouent les classements sociaux. De nombreuses recherches se sont données pour tâche de montrer en quoi la vie des jeunes se construit via la production sociale de hiérarchies fondées sur des critères aussi divers que le genre – socialisation masculine (Bertrand et al., 2015) et socialisation féminine (Rubi, 2005) -, la sexualité – jeunesse “majoritaire” hétérosexuelle (Fidolini, 2018) et jeunesses aux sexualités minoritaires (Allard, 2001), la race – jeunesse blanche (Grossman, Charmaraman, 2009) et non-blanche (Santelli, 2007) – la classe – jeunesse des classes supérieures (Darmon, 2003) et jeunesse populaire (Mauger, 2009), le territoire – jeunes ruraux (Renahy, 2005) et jeunes urbains (Guérandel, Marlière, 2017). Ces distinctions, parfois trop schématiques, sont fondées sur des critères de classement à la fois émiques / intériorisés (liés aux identités des jeunes) et externes (construits par imposition de légitimité, et de hiérarchisation découlant de cette légitimité). Elles traversent les expériences des jeunes et donnent du « grain à moudre » à l’analyse sociologique, qui cherche à saisir ce qu’il y a de commun dans l’expérience d’une génération d’une part, et ses divisions profondes, héritées des distinctions sociales au sein de la jeunesse, d’autre part.

Au-delà de ces critères, c’est l’expérience des jeunes durant leur jeunesse qui fait “travailler” les catégorisations sociales, à travers les orientations multiples que les institutions leur imposent (Sicot, 2007), à travers les “choix” et “contraintes” pesant sur leur scolarité (Chauvel, 2016, Darmon 2003), à travers la réduction de leur expérience à une identité négative, lorsque les institutions du contrôle social classent les jeunes dont elles ont la charge : “jeunes détenus” (Amsellem-Mainguy, Coquard, Vuattoux, 2017), “jeunes décrocheurs” (Zaffran, Vollet, 2018), et autres jeunes en “galère” (Dubet, 1987). Les travaux sur le passage à l’âge adulte, qu’il s’agisse de poser la question des seuils pertinents, des expériences de placement et de classement ou encore des parcours de vie sont, eux aussi, traversés par des catégorisations qui éclairent la compréhension des vécus juvéniles. Bien que les classements sociaux de la jeunesse ne soient pas figés et qu’ils soient à envisager dans leur temporalité, les recherches montrent à quel point ces catégories résistent à la critique, à quel point leurs usages sont ancrés et tendent à naturaliser les individus qu’elles pensent désigner.

Mais parler des classements qui s’appliquent à la jeunesse, du point de vue des expériences vécues (avec l’idée selon laquelle ces classements pourraient rendre raison des propriétés sociologiques de la jeunesse), ou du point de vue des “classants” (institutions, chercheurs, relais “ordinaires” des classements sociaux), fait parfois oublier à quel point les premiers concernés sont conscients des catégorisations multiples de la jeunesse. Les jeunes se savent classés (Amsellem-Mainguy, Vuattoux, 2018), mais sont aussi à l’origine de nombreuses formes de classements ou d’auto-classements de la jeunesse. Les recherches sur l’engagement des jeunes résultent parfois du constat de divisions pesant sur la société (Becquet, 2014) et peuvent aboutir à des parcours “radicaux” (Lacroix, Lardeux, 2018). Elles montrent combien les pratiques d’engagement des jeunes font l’objet de catégorisations qui ne recouvrent pas nécessairement leur réalité. Les recherches menées sur l’enfance montrent, de la même manière, des récits du monde social marqués par l’intériorisation des divisions entre groupes sociaux, et par les aspirations légitimes ou illégitimes construites à partir de sa propre position sociale (Miller et al., 2012).

Parce que les classements sont au cœur de la sociologie de la jeunesse, et qu’il serait vain de tenter d’en faire une synthèse générale ou de chercher une “règle” générale des mécanismes de classements qui opèrent dans la société vis-à-vis des jeunes ou à partir de leur position sociale, nous avons choisi de construire l’ensemble de notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (la plupart de nos sessions sont co-animées avec d’autres RT), afin de sonder les spécificités des classements de la jeunesse là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité, à travers les questions des classes sociales, des parcours de vie, des migrations, des sexualités, à partir du point de vue de la sociologie politique.

  • Session 1 : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires – Session commune avec le RT 5 Classes, inégalités, fragmentations
  • Session 2 : Les jeunes migrants face aux catégories de l’action publique : (dé)classements par les institutions, usages et appropriations des classements par les jeunes – Session commune avec le RT 2 Migrations, altérité et internationalisation
  • Session 3 : Catégorisation des partenaires lors de l’entrée dans l’âge adulte – Session commune avec le RT 28 Recherches en sciences sociales sur la sexualité
  • Session 4 : Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels  Session commune avec le RT 22 Parcours de vie et dynamiques sociales
  • Session 5 : Quand l’action publique classe et catégorise l’engagement des jeunes – Session commune avec le RT 34 Sociologie politique
  • Session 6 : Catégorisations et classements en sociologie de la jeunesse : problématisations et méthodologies de recherche

 Les détails concernant les 6 sessions sont à retrouver en ligne : http://afs-socio.fr/rt/rt15

Actualité des recherches sur l’adolescence: journée doctorale du RT 15 (22 novembre 2018)

Programme complet de la journée doctorale à télécharger ici.

L’adolescence est un objet complexe, car construit au carrefour de traditions disciplinaires diverses : d’une approche naturalisante issue des travaux de recherche sur la puberté, le développement ou la psychologie des adolescents, à une approche visant à déconstruire la catégorie en en explorant les limites (en pointant notamment l’homogénéisation d’une classe d’âge sur des critères biologiques et sociaux discutables et en explorant la diversité historique et géographique des constructions sociales, culturelles et politiques de l’adolescence, etc. ). Par ailleurs, la sociologie de l’adolescence s’est constituée il y a seulement une dizaine d’années, étant intégrée jusque-là dans la sociologie de la jeunesse.

Dans le débat public, la notion apparaît sous les traits de la crise, de la déviance et du risque ou d’une mise à l’agenda guidée par des enjeux de santé publique, de sécurité ou de gestion des familles. Elle renvoie plus généralement aux questions de jeunesse. Les travaux récents montrent que l’adolescence est appréhendée à la lumière de l’allongement de la durée de cet âge de la vie, de la porosité des frontières avec l’enfance ou l’entrée dans l’âge adulte, de l’imbrication des expériences adolescentes au sein de rapports de pouvoir multiples liés au genre, à la classe, au territoire ou aux origines ethniques.

Penser l’actualité des recherches sur les adolescent·e·s et l’adolescence est l’objectif de cette journée d’étude. Elle sera ainsi l’occasion de réfléchir à l’évolution des thématiques, aux méthodologies mobilisées et aux lieux de publication possibles. Elle s’adresse en priorité aux doctorant·e·s et aux jeunes docteur·e·s en sciences sociales, dont les travaux concernent les questions de jeunesse et plus spécifiquement l’adolescence. Les communications présentées seront discutées par des chercheurs titulaires dans la perspective d’accompagner leurs auteur·e·s dans leur réflexion et la publication de leurs travaux.

La journée aura lieu à SciencePo Paris (OSC), Salle Percheron, 98 rue de l’Université (75007)

S’inscrire : https://bit.ly/2NBmjg8

Cette journée pourra faire l’objet d’une validation d’ECTS dans le cadre de la formation doctorale.

Journée d’étude: Les mutations du rapport au temps et à l’espace dans les métiers de la relation à l’ère de l’hypermodernité

Cette journée d’études a pour objet l’analyse du rapport au temps et à l’espace auxquels sont confrontés les étudiants, stagiaires et professionnels aujourd’hui, plus particulièrement dans les métiers de la relation, centrés sur le travail « sur autrui » et « avec autrui » : métiers de l’enseignement, de l’accompagnement social, éducatif ou sanitaire, métiers de la médiation, de la relation d’aide, du conseil, de la psychothérapie…

Plus d’informations et les modalités d’inscription / d’accès ici.

Colloque: Adolescence et entrée dans l’âge adulte : politiques publiques et pratiques numériques

Un colloque en partenariat avec le RT 15, l’INJEP et la CNAF.

Vendredi 23 mars 2018
9h30 -16h30

Amphithéâtre de l’Institut Montsouris
42 Boulevard Jourdan
Paris 14e

À l’occasion de la parution du numéro 125 de la Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) sur l’adolescence, et de la publication de cinq revues de littérature sur la jeunesse et l’adolescence, la Caisse nationale des Allocations familiales  (CNAF) et l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) organisent un colloque le vendredi 23 mars à l’Institut Montsouris sur ces questions.

Alors que les adolescents et les jeunes adultes sont, à différents égards, souvent associés aux notions de crise, de risques et de difficultés, ce colloque mettra en valeur les ressources des adolescents et des jeunes en articulant les discussions autour de deux axes principaux, l’action publique et le numérique.

Comment les politiques publiques prennent-elles en compte les adolescents et les jeunes adultes ? Et comment les jeunes reçoivent-ils les propositions ou les injonctions qui leur sont adressées ? Désormais incontournable dans le quotidien des adolescents et des jeunes adultes, quels usages les jeunes ont-ils du numérique ? En quoi cela modifie-t-il la socialisation des adolescents et leurs interactions ?

Fruit d’une collaboration institutionnelle et scientifique entre l’INJEP et la CNAF, cette journée permettra d’enrichir les connaissances sur les adolescent·e·s et les jeunes adultes afin d’éclairer les politiques publiques destinées aux jeunes.

Voici le lien pour s’inscrire au colloque.

 

Le congrès d’Amiens, et après.

Cette année encore, pour le congrès de l’Association française de sociologie qui s’est déroulé à Amiens, le RT15 a organisé de nombreuses sessions portant sur les politiques territoriales, la famille/vie privée des jeunes (avec le RT33), sur l’engagement politique des jeunes (avec le RT21), etc.

Ces sessions ont été très suivies, avec 15 à 20 participant·e·s par session et de nombreuses discussions. L’Assemblée générale (AG) du Réseau a également eu lieu, et a vu le réseau s’enrichir de nouveaux·elles membres.

Il ressort de cette AG des idées de partenariats entre réseaux, mais également de valorisation de la nouvelle recherche sur la jeunesse et l’adolescence.

La vie du réseau sera donc riche d’ici le prochain congrès en 2019.

Pour terminer, et comme un clin d’œil à ce travail de partenariat inter-Réseau thématiques voulu par le RT15, voici un graphique réalisé par Baptiste Coulmont concernant les liens entre Réseaux thématiques de l’AFS.

Nous laissons chacun·e conclure ce qu’il souhaite de cette représentation des réseaux du RT15, et continuerons donc à discuter avec d’autres approches thématiques de la sociologie dans les années qui viennent.

Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation

 Jeudi 8 juin 2017

De 17h à 19h

Université Paris Descartes

Amphithéâtre Giroud
12, rue de l’École de Médecine
75006 Paris

Perçue pendant un temps comme une notion « passée de mode », l’éducation populaire est depuis quelques années de retour sur le devant de la scène, réaffirmant sa dimension politique et expérimentale. Ce renouveau fait l’objet du dossier du n°76 d’Agora débats/jeunesses « Education populaire : politisation et pratiques d’émancipation » et sera discuté lors de la conférence-débat organisée par l’INJEP le jeudi 8 juin 2017 à l’Université Paris-Descartes.

En s’intéressant aux nouvelles pratiques d’éducation populaire, aux changements structurels et organisationnels qui s’opèrent dans ce champ, le dossier d’Agora débats/jeunesses montre que le renouveau de l’éducation populaire s’opère moins autour des méthodes pédagogiques qu’à travers la réaffirmation de sa conception militante et de sa vocation émancipatrice. A la fois redynamisée par l’engouement autour des pratiques d’empowerment (pouvoir d’agir) et de community organizing (organisations collectives à l’échelle locale visant la participation des citoyens à la vie de leur communauté), et revendiquée par des  acteurs aux postures contestataires, l’éducation populaire renoue avec son caractère politique et ses visées de transformations sociales.

Le focus proposé sur des pratiques d’acteurs revendiquant cette dimension politique et expérimentale forte, réduit l’appréhension du phénomène d’« éducation populaire » à ses franges les plus militantes, excluant de fait des acteurs plus institués. Mais si le prisme d’étude est resserré, il invite néanmoins à une vision élargie et décloisonnée de l’éducation populaire aujourd’hui, en lien avec les mouvements sociaux contemporains, qui dépasse le champ des politiques de jeunesse et repense les cadres collectifs de l’émancipation et de production de savoirs.

Toutes ces questions liées au « réanchantement » de l’éducation populaire seront exposées le 8 juin prochain par les coordinateurs du dossier de la revue, éclairées par des chercheurs et acteur de l’éducation populaire puis débattues avec la salle.

COORDINATEURS DU DOSSIER :

  • Emmanuel de Lescure, maître de conférences, Université Paris Descartes, Centre de recherche sur les liens sociaux
  • Emmanuel Porte, chargé d’études et de recherche, INJEP

INTERVENANTS :

  • Gérard Mauger, sociologue, chercheur au Centre de Sociologie Européenne CNRS
  • Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique, Université François Rabelais de Tours
  • Guillaume Coti, coordinateur du collectif Pouvoir d’agir

Prochain congrès de l’association française de sociologie à Amiens : le programme du Réseau thématique Sociologie de la jeunesse

Le programme du Réseau thématique Sociologie de la jeunesse (RT15) pour le prochain congrès de l’Association française de sociologie (à Amiens) est maintenant disponible (ci-dessous et ici).

Les salles et des détails complémentaires seront indiqués ultérieurement.


Programme

RT 15 congrès AFS 2017

 

Réseau thématique 15 – sociologie de la jeunesse

 

7ème congrès de l’Association française de sociologie (AFS)

3-6 juillet 2017, Université d’Amiens

 

 

 

LUNDI 3 JUILLET

 

10h30-12h30 – Session 1 : Catégorisations sociales et construction des problèmes publics : un pouvoir sur les individus ? 

Animée par Emmanuelle Maunaye, Université de Rennes 1, Arènes/CRAPE et Guillaume Teillet, Université de Poitiers, GRESCO

GAIDE Aden, Une thèse sur les étudiant-e-s parents. Quelle contribution à l’émergence d’un problème public ?

GUIJARRO ARRIBAS Delia « Parce que la littérature ado existe bien » : Adolescence et adolescents dans les catalogues d’éditeur jeunesse.

LESSARD Coralie, L’articulation difficile entre « savoirs expertisés et décisions politiques » à l’échelle des services jeunesses de villes d’Ile de France.

MARTIN Olivier, Que gagne-t-on à étudier les pratiques numériques des jeunes ? Le cas de leurs relations sociales et de leurs sociabilités.

 

 

16h30 – 18h00 – Session 2 (avec le RT 33 « Famille, vie privée, vie publique ») : Familles et adolescences : des systèmes normatifs en question.

Animée par Yaëlle Amsellem-Mainguy, INJEP, CERLIS et Arthur Vuattoux, Université Paris 13, IRIS, chercheur associé à l’INJEP

BERGSTRÖM Marie, L’entrée en couple a-t-elle vraiment été retardée ? Retour critique sur l’analyse des calendriers conjugaux des jeunes.

CHARRUAULT Amélie et DEBAUCHE Alice, Violences sexuelles intrafamiliales et conditions de vie à l’adolescence.

EL KHATABI Ahmed, Adolescence rebelle : Crise normative ou pouvoir en crise.

MARDON Aurélia, Impact de l’âge des adolescents sur la socialisation sexuée dans les pratiques sportives : le cas de jeunes pratiquant-e-s d’escalade.

 

 

MARDI 4 JUILLET

 

9h30 – 11h00 – Session 3 : Prises de pouvoir des jeunes : une pluralité de formes et de pratiques

Animée par Emmanuelle Maunaye, Université de Rennes 1, Arènes/CRAPE et Laurent Lardeux, INJEP

EL MNASFI Mustapha, Les conseils locaux des jeunes au Maroc, entre « participation » et cooptation.

MARTIN Céline, Le pouvoir d’agir des jeunes adultes, à quelles conditions ?

VENNIN Léo, Organiser les « inorganisés » : éducation populaire et encadrement de la jeunesse dans la France de l’après-guerre.

 

MARDI 4 JUILLET

11h30 – 13h00 – Session 4 : Pouvoir de définition de la jeunesse et pouvoir d’agir des jeunes : quelles dynamiques territoriales ?

Animée par Valérie Becquet, ESPE/Université de Cergy-Pontoise, EMA et Benjamin Vial, Université de Grenoble Alpes, PACTE

CHEVALIER Tom, Devenir citoyen en Europe. L’impact des politiques publiques sur la participation politique des jeunes en perspective comparée.

KERIVEL Aude, La jeunesse en France au regard des appels à expérimentations du Fonds d’expérimentation jeunesse : des catégories et des enjeux.

LONCLE Patricia, Quelle potentielle influence des analyses sociologiques dans une recherche-action à destination de l’action publique territoriale ? L’exemple du Projet d’investissement d’avenir Jeunes en TTTrans (transversalité, transitions, transformations).

MAUNAYE Emmanuelle, Les formes d’engagement des adolescents impliqués dans un dispositif de soutien à l’action coopérative. L’exemple des Coopératives Jeunesse de Services (CJS).

BATICLE Christophe, Le mouvement rural de jeunesse chrétienne entre 1980 et 2000. Le pouvoir d’un réseau.

 

MERCREDI 5 JUILLET

 

9h00 10h30 – Session 5 (avec le RT 21 « Mouvements sociaux ») : Prendre le pouvoir : mobilisations juvéniles à travers le monde.

Animée par Laurent Lardeux, INJEP et Geoffrey Pleyers, FNRS, CADIS (Ehess)

CHUANG Ya-Han, Devenir une minorité exemplaire: comment les jeunes Franco-Chinois transforment une mobilisation « réactionnaire » en une action anti-discriminations.

DRONGITI Angeliki, Les conscrits sont des citoyens en uniforme » : Le mouvement de la jeunesse pour la démocratisation du service militaire et de l’armée (1980-1985) et les luttes contemporaines autour de l’armée en Grèce.

MONTONI Angelo, Après la contestation, que faire ? : Trajectoires et pratiques des militants post mouvement de contestation.

TORRES Rodrigo, Le mouvement lycéen et la « mise en politique » du problème éducatif au Chili : d’un acteur politique à un acteur des politiques publiques.

 

JEUDI 6 JUILLET  

 

11h00 – 13h00 – Session 6 : Formation, insertion, travail : pouvoir des institutions et situations des jeunes

Animée par Yaëlle Amsellem-Mainguy, INJEP, CERLIS et Guillaume Teillet, Université de Poitiers, GRESCO

BEDROUNI Mohammed, Les jeunes (15-29 ans) ni scolarisés ni en emploi ni en formation «NEET» : Cas de l’Algérie.

STUPPIA Paolo, « Contre Pouvoir Etudiant ». Les rapports de/au pouvoir des jeunes (scolarisés) lors du mouvement « anti-CPE » de 2006.

TASSET Cyprien, L’inquiétude sur le rapport des jeunes au travail à la fin des années 1970 : une nébuleuse d’expertise.

TESTI Julie, La reconnaissance pédagogique des actions bénévoles à l’université : un outil pour favoriser et encadrer les engagements étudiants ?

Bureau du RT 15 : Yaëlle Amsellem-Mainguy, Valérie Becquet, Isabelle Lacroix, Laurent Lardeux, Patricia Loncle, Emmanuelle Maunaye, David Sudre, Guillaume Teillet, Benjamin Vial, Arthur Vuattoux.