Journées d’étude : L’adultéité en question. Normes, représentations, expériences.

Besançon, 24-25 novembre 2022, Maison des sciences de l’homme et de l’environnement.

 

Journée d’étude organisée par le RT7 (Vieillesse, vieillissement et parcours de vie) et le RT15 (Sociologie de la jeunesse) de l’Association française de sociologie (Afs), avec le soutien financier de l’Association française de sociologie et de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS, USPN, CNRS, Inserm).

 

La sociologie française s’intéresse aux âges de la vie depuis au moins les années 1970, en commençant par la jeunesse (Morin, 1962 ; 1963 a et b ; Chamboredon, 1966 ; 1971), la vieillesse (Guillemard, 1972) et l’enfance (Chamboredon et Prévot, 1973), se tournant ensuite vers l’adolescence (Pasquier, 2005 ; Metton, 2009 ; Mardon, 2010) et la préadolescence (Diasio et Vinel, 2017). Paradoxalement, l’âge adulte représente toujours un point aveugle (Van de Velde, 2015). Cet appel à communications est porté par deux RT s’intéressant au vieillissement et à la jeunesse : des âges de la vie qui entourent l’âge adulte et y font souvent référence (Galland, 2001 ; Corsaro, 2015 ; Mauger, 2010) sans pour autant en faire le cœur de leurs investigations. Or, à y regarder de plus près, cet âge de la vie mérite une attention propre que cette journée d’étude souhaite engager en amorçant une réflexion sur les contours et les contenus de l’âge adulte, non seulement comme un idéal ou un modèle par rapport auxquels les autres âges sont saisis, mais par les manières différenciées, empiriquement documentées, dont l’âge adulte se déploie et varie, selon les contextes sociaux.

L’absence même d’un mot conventionnel en français pour désigner cette période de la vie (comme enfance, adolescence, jeunesse ou vieillesse) traduit l’impensé de cette tranche d’âge. Si le terme de maturité (Chamboredon, 1966), de mitan de la vie (Boutinet, 2013) ou encore de maturescence (Gognalons-Nicolet, 1989) sont parfois utilisés, leur occurrence est faible dans les travaux sociologiques français. Il faut toutefois noter les efforts de la psychosociologie pour penser cet âge de la vie et le conceptualiser. De ce point de vue, les travaux fondateurs de Jean-Pierre Boutinet, Pierre Dominicé et, plus récemment, ceux de Christian Heslon constituent des références dont peuvent parfois se nourrir les sociologues sans pour autant, à ce jour, contribuer à une « sociologie des adultes ou de la vie adulte ». Nous proposons ainsi d’amorcer la discussion en mobilisant le terme d’adultéité comme traduction de l’anglais adulthood, notion qui « a émergé dans la conscience publique et est entrée dans le vocabulaire culturel de la vie quotidienne comme la fin accessible (et désirable) de l’immaturité de l’adolescence pendant la Deuxième Guerre mondiale » (Blatterer, 2007 : 12). Cette notion présente l’intérêt d’appréhender l’âge adulte comme un processus qui traverse les étapes du cycle de vie et qui porte en lui la dynamique de l’avancée en âge. De ce point de vue, s’il n’existe pas à ce jour un champ dédié en sociologie aux « adultes », ces derniers sont néanmoins au cœur de beaucoup de champs centraux en sociologie, notamment la sociologie urbaine, du travail, de la santé et du handicap, de l’articulation des temps sociaux et de la famille. Poser la question de l’adultéité revient ainsi à interroger à nouveaux frais ces champs selon les trois perspectives proposées.

L’adultéité comme construction sociale, politique, institutionnelle

La première perspective questionne l’adultéité en tant que « produit et instrument des institutions » (Bessin, 1996), résultant de catégorisations institutionnelles ou politiques prenant pour principe l’âge. La focale ici se situe donc en amont de la réception des politiques par les individus et questionne les normes produites par l’État.

La littérature consacrée tant aux systèmes de protection sociale (Mayer et Schoepflin, 1989) qu’à l’institution du parcours de vie (Kohli, 1989) ou aux politiques publiques de la vieillesse (Guillemard, 1986, 2010) a montré combien la construction progressive des systèmes de protection sociale lors de l’industrialisation des sociétés occidentales a institutionnalisé un parcours de vie ternaire qui associe étroitement l’âge adulte au travail, la jeunesse à la formation et la vieillesse à un statut nouveau d’inactivité pensionnée. Une véritable police des âges s’instaure (Rémond et Percheron, 1991). Ainsi, les lois interdisant le travail des enfants, instaurant l’obligation scolaire ou instituant la retraite ont délimité l’âge adulte et l’ont défini comme l’âge auquel le travail (et les statuts et les droits sociaux qu’il constitue) est réservé. Cette structuration par le marché et par l’État des âges de la vie est venue s’articuler aux structurations préexistantes, fondées notamment pour les femmes, sur l’institution familiale et les calendriers de reproduction.

Les critères d’accès aux politiques publiques définissent en creux ce que l’on entend par âge adulte. Cependant, ces seuils d’accès sont extrêmement hétérogènes ; en fonction des dispositifs, on cesse ainsi d’être un jeune pour devenir adulte à différents âges (à 20 ans pour l’accès aux maisons des adolescents, à 25 ans pour l’accès aux missions locales ou encore à 30 ans pour les Kolocations solidaires de l’AFEV). Par ailleurs, la France (à la différence des pays libéraux ou scandinaves) présente la particularité de s’adresser aux jeunes adultes à travers le prisme de la familialisation (Chevalier, 2018 ; Lima, 2016), ce qui contribue à faire émerger un régime de « citoyenneté refusée » (Chevalier, 2018) pour les jeunes adultes de 18 à 25 ans puisqu’ils ne sont pas pleinement considérés comme des adultes. A l’autre extrémité de l’âge adulte en tant qu’âge de l’emploi, l’entrée dans le « troisième âge » est marquée institutionnellement par la retraite, mais peut aussi s’opérer par des statuts intermédiaires, liés à une position plus ou moins dégradée sur le marché du travail (chômage, mise en invalidité) (Guillemard, 2010). Entre les deux, l’ancienneté ou les grilles de progression salariale constituent autant de principes de différenciation du social selon le critère de l’avancée dans l’âge adulte. Les recherches empiriques menées sur le rapport à l’emploi montrent que les jeunes connaissent dans l’emploi des périodes de mise à l’épreuve postulant leur « manque d’expérience », justifiant souvent aux yeux des employeurs de bas salaires (Glaymann, 2020), quand les plus âgés se voient parfois déclassés au nom d’un décalage technologique ou de compétences jugées « dépassées ».

Les contributions de cet axe viendront questionner des processus d’institutionnalisation, d’échelles variables, de différents principes de « police des âges » construisant un âge adulte à géométrie variable, propre à chaque champ. Comment, dans l’élaboration des politiques publiques, la définition de l’adultéité constitue-t-elle un enjeu de lutte ? Quelles politiques des âges s’affrontent et quels courants réussissent à faire valoir leurs perspectives ? Comment les transformations d’institutions centrales dans la société (effritement de lien salarial et du lien matrimonial, pluralisation de la famille, allongement des scolarités, etc.) ont affecté les définitions sociales de l’âge adulte ? Comment les rapports sociaux (de classe, de sexe, de race, etc.) impriment leur marque sur ces processus de construction sociale de l’adultéité ?

L’adultéité comme organisateur des parcours biographiques

La deuxième perspective porte le questionnement à un autre niveau : celui des logiques sociales cristallisées et saisies à l’échelle des individus. Elle envisage les différents principes de « police des âges » cette fois-ci à travers les trajectoires, parcours de vie ou biographies qu’ils produisent. L’adultéité apparaît alors comme une séquence d’un processus de vieillissement (Foner, 1974) ou d’une « entreprise de périodisation des trajectoires biographiques » (Mauger, 2010).

Il s’agit tout d’abord de s’intéresser aux contenus des « attributs sociaux de la maturité » (Chamboredon, 2015) et à leurs variations dans l’organisation sociale et dans le déroulement des biographies des individus. L’accès à un emploi, à une autonomie financière, à un logement indépendant, l’entrée dans la parentalité ou la mise en couple : ces attributs ont souvent été considérés par les sociologues de la jeunesse comme un horizon adulte de référence (ibid. ; Mauger, 2010) ; un ensemble de seuils à franchir et permettant d’entrer dans la vie adulte (Galland, 2001). À l’autre bout de l’échelle des âges, prendre sa retraite éloigne de l’âge adulte. Questionner les transformations contemporaines des normes d’adultéité permet ainsi un renouvellement des manières de penser la jeunesse et la vieillesse, âges qui encadrent et délimitent l’âge adulte. Réciproquement, les travaux sur les transformations de la jeunesse et de la vieillesse informent en creux sur celles de la condition adulte et de son accès ou de sa sortie. Ce renouvellement de perspective se fonde notamment sur deux dimensions de la maturité constitutives de ces attributs sociaux : l’autonomie, d’une part, et la responsabilité, d’autre part. La sociologie de la jeunesse comme la sociologie de la vieillesse et du vieillissement montrent en effet qu’on n’est pas encore ou plus tout à fait adulte lorsqu’on manque d’autonomie, ou lorsqu’on ne peut se voir confier certaines responsabilités (dans le travail, dans des activités associatives, ou la responsabilité d’autrui, d’individus dépendants de soi). Dans quelle mesure ces deux qualités sont-elles acquises et mises en œuvre aux différents moments de la vie d’adulte ? Quelles variations peut-on observer selon les domaines de la vie sociale ? Quels effets statutaires entraîne le manquement à ses responsabilités ? Et quelles sont les responsabilités essentielles pour être considéré comme adulte ?

Les expériences de l’âge adulte varient au fil de l’avancée en âge. Être parent de jeunes enfants, d’adolescents ou de jeunes adultes engage ainsi des pratiques et des investissements différents, et des compositions diverses avec l’activité professionnelle. L’accompagnement d’un parent âgé oblige également à reconsidérer les temps, l’énergie, l’attention accordées tant à la famille de procréation qu’à l’activité professionnelle (Le Bihan-Youinou, Martin, 2006) ou à d’autres cercles ou activités constitutives de la vie sociale (loisirs, amis, associations, voisins, etc.). Symétriquement, les (dés)investissements professionnels modulent l’investissement dans le travail parental comme la participation sociale au-delà du cercle familial, dans des associations, des loisirs, des sociabilités. De quelles manières se rencontrent et s’articulent, durant l’âge adulte, les attentes dans les différents domaines de la vie sociale ? Si des dispositifs institutionnels existent, qui permettent leur articulation (par exemple, par les dispositifs de conciliation entre vie professionnelle et vie privée), comment les individus répondent-ils à ces attentes, et construisent-ils des compromis entre leurs différents rôles, dans des temporalités contemporaines marquées par l’accélération du rythme de la vie quotidienne (Rosa, 2010), par l’urgence et par une pression accrue sur le temps (Aubert, 2003) ? Comment ces articulations diverses sont-elles, d’une certaine manière, constitutives de l’âge adulte et contribuent-elles à le séquencer ? Dans quelle mesure l’âge adulte est-il renouvelé par les pratiques sociales qui le constituent ou le cristallisent ?

Des recherches conduites dans des pays anglo-saxons montrent que les marqueurs institutionnels fixant les seuils d’entrée dans l’âge adulte (quitter le foyer parental, avoir un travail stable, vivre en couple, devenir parent) n’ont pas nécessairement la même signification dans tous les milieux sociaux (Blatterer, 2007 ; Silva, 2012). Ces travaux conduisent à interroger la pertinence ou l’impertinence de l’âge adulte aujourd’hui comme temps intermédiaire institutionnalisé pour les individus. Dans une société contemporaine qui tend à valoriser le développement personnel, la quête de soi et les enjeux d’une adaptation perpétuelle aux changements sociaux, économiques, politiques et environnementaux, l’âge adulte qui incarne la figure de « l’adulte étalon » (stabilisé, responsable, autonome, mature, « achevé ») (Boutinet, 1998) constitue-t-il encore un objectif à atteindre ? Cette réflexion, déjà portée par F. de Singly (2002) mérite d’être véritablement creusée en étant attentifs aux rapports subjectifs que les personnes entretiennent à l’âge adulte, des rapports travaillés par les effets du genre, des catégories sociales, de l’orientation sexuelle, de la race, etc. Des travaux français (Bidart et Lavenu, 2006 ; Van de Velde, 2008) et australiens (Blatterer, 2007) auprès de personnes de milieux plutôt favorisés montrent, par exemple, que celles-ci ne sont pas pressées de devenir adultes et tendent à associer cet âge à des transitions définitives, un palier voire à une stabilité incarnée par leurs parents. Le moment de se sentir adulte est ainsi souvent négocié et retardé, tandis que les jeunes de milieux populaires se voient souvent propulsés dans la perception de soi en tant qu’adultes du fait des responsabilités, pour soi et pour les autres, qui leurs sont imposées (Bidart et Lavenu, 2005). Entre événements biographiques et événements de la biographie (Leclerc-Olive, 1998), l’expérience de l’avancée en âge (prise dans un sens extensif) construit les rapports subjectifs contemporains à l’adultéité. De ce point de vue, iI serait également intéressant de questionner le lien entre l’arrivée du premier enfant et le sentiment d’être ou de ne pas être adulte. Cet événement de vie est en effet souvent considéré comme l’ultime étape de l’entrée dans l’âge adulte (Galland, 1996). Mais, les discours et vécus subjectifs tendent à nuancer cette réalité : du point de vue de la trajectoire, l’arrivée du premier enfant peut être plus ou moins déterminante pour se sentir adulte en fonction des classes sociales (Geay et Humeau, 2016) mais aussi de la position occupée dans le cycle de vie. Si devenir parent signifie ne plus être la dernière génération de sa famille : est-ce pour autant l’ultime étape pour « être adulte » ? Parallèlement, que se passe-t-il lors de la perte de l’un de ses parents quand on est encore dépendant de ces derniers ou lorsque l’on assume un rôle de parent auprès de ses frères et sœurs ? Autant de situations qui ne sont plus dans « l’ordre des choses » des temps institutionnalisés et qui invitent à comprendre les expériences vécues de l’âge adulte.

Il s’agira donc d’interroger la façon dont l’âge adulte est subjectivement appréhendé par les individus : aspire-t-on à devenir adulte ? Se dit-on, se pense-t-on adulte ? Plus généralement, que représente cet âge de la vie pour les individus ? Cette perspective invite ainsi à questionner les marqueurs sociaux de l’âge adulte sous l’angle du sens et des pratiques associées à ces étapes, en lien avec les trajectoires de vie. Autrement dit, il s’agit davantage de comprendre les tensions qui s’exercent entre des temps institutionnalisés et les temps vécus, ce qui conduit à ouvrir la réflexion sur une individuation de l’âge socialement construit comme adulte : comment les étapes instituées comme « passage à/sortie de l’âge adulte » sont-elles vécues par les individus ? Lesquelles sont toujours identifiées comme des étapes significatives, et comment ces identifications varient en fonction des classes sociales et du genre ?

Des tensions peuvent ainsi apparaître entre les temps institutionnalisés (le Chronos, linéaires, irréversibles, standardisés) qui constituent toujours des référentiels et les temps vécus (le Kaïros, flexibles, réversibles, pluriels) (Bessin, 1998). Les temps vécus sont en effet orientés par les projets de vie des individus, des opportunités à saisir, des épreuves à rejouer (Martuccelli, 2006) dans la vie familiale, personnelle, professionnelle, les démarches de formation continue, etc. Autant de dimensions complexes et plurielles qui travaillent les trajectoires de vie et peuvent contribuer à « brouiller les âges » (Gaullier, 1999), c’est-à-dire rendre poreuses les frontières de l’âge adulte et à déployer au-delà de celles-ci les attributs de la maturité. De ce point de vue, il paraît intéressant de déconstruire la tension institutionnalisée entre « grandir » et « vieillir », ces deux processus traversent les âges et travaillent l’âge adulte de façon simultanée en raison de la complexification des trajectoires de vie individuelles. Il convient dès lors d’éclairer le processus d’individuation de l’âge adulte en analysant les expériences parfois successives de mises en couple/séparations/veuvages, de retours en formation et/ou de reconversions professionnelles tout au long de la vie, ou encore, les expériences de dé-re-cohabitation au fil de l’âge et bien au-delà de l’âge de la retraite. Autant d’expériences et de trajectoires qui méritent d’être étoffées pour révéler des vies adultes en mouvement, qui ne cessent de s’orienter, se re-construire ou s’inventer dans un monde de plus en plus incertain et imprévisible (Beck, 2001 ; Grossetti, 2004). Dans cette perspective, les vies adultes seraient devenues plus longues, plus complexes et soit convergeraient avec l’institutionnalisation des parcours de vie, soit se singulariseraient – faisant émerger, par le bas, de nouveaux modèles normatifs.

 

L’adultéité comme rapport de domination et de pouvoir

Cette troisième perspective met en son centre les questions de domination liées à l’âge. Dans cet axe, l’adultéité est envisagée en tant que position de pouvoir vis-à-vis d’autres catégories d’âge, sans évacuer l’articulation de l’âge adulte avec les autres rapports sociaux.

Une première manière de saisir les rapports de domination liés à l’âge adulte est de s’intéresser à la manière dont l’âge adulte est une période de domination sur les autres âges de la vie. Selon ce point de vue, être adulte s’appréhende par un statut et un pouvoir spécifiques à cet âge de la vie, qui s’exerce sur des individus qui n’occupent pas une position adulte. Saisir la domination adulte nécessite d’interroger différentes dimensions des rapports entre adultes et non adultes. Il ne s’agit donc de constater ce qui, dans les relations entre des adultes et des enfants, des jeunes ou des vieux, s’interprète sous la forme d’un pouvoir. On pense notamment aux questions de violences envers les enfants, dont l’inceste (Dussy, 2021 [2013]), qui ne peuvent être expliquées sans prendre en compte la dépendance socialement instituée des enfants envers les adultes, dépendance consacrée par le droit de la famille alors que celle-ci constitue le cadre privilégié des violences à l’encontre des enfants (Tal Piterbraut-Merx, 2020). Ainsi l’âge, défini à partir de la norme de l’indépendance et de l’emploi, l’est également à travers l’autorité, quand d’autres âges de la vie sont associés à l’obéissance (Perriard, 2017). Par quels processus intériorise-t-on ces hiérarchies et comment est-on socialisés à et par ces relations de pouvoir (en famille, à l’école, etc.) ? Quels processus définissent et maintiennent l’âge adulte dans une relation de pouvoir sur les autres âges de la vie ? La lecture en termes de rapports d’âge questionne également la façon dont l’âge adulte est celui de l’exploitation des autres catégories d’âge. Peut-on aisément transposer un raisonnement matérialiste aux catégories d’âge ?

Sur le plan du parcours de vie, on pourrait également penser que l’âge adulte est l’unique moment où les individus sont considérés comme capables de reconnaître et satisfaire leurs besoins. Les enfants et les personnes âgées sont en effet souvent envisagées comme ayant des besoins spécifiques qu’il faut anticiper, avant même d’avoir cherché à comprendre si les besoins que l’on anticipe sont effectivement partagés par ces personnes (Hockey et James, 1993 ; Mallon, 2017). À l’inverse, une perception spontanée de l’âge adulte l’associe à un âge auquel les individus sont mis en capacité de faire des choix. Si les questions des choix individuels et des formes de contrainte qui s’exercent sur les parcours des individus font l’objet de réflexions nourries en sociologie, en psychiatrie ou en droit pour les mineur.e.s, les personnes âgées ou les personnes en situation de handicap physique ou mental (Chastenet et Flahault, 2010 ; Dupont et Rey-Salmon, 2014 ; Eyraud et Moreau, 2014 ; Laroque, 2009 ; Lhuillier, 2015 ; Zielinski, 2009), il nous semble que cette dimension est beaucoup moins explorée concernant les adultes en bonne santé. Les parcours de vie montrent-ils que les individus ont effectivement été plus particulièrement mis en capacité de faire des choix lorsqu’ils étaient adultes plutôt qu’enfant, jeune ou vieux ?

Une deuxième façon d’interroger l’âge adulte sous l’angle de la domination est d’interroger comment certaines catégories de la population n’ont jamais accès à une adultéité pleine et entière. Étudier les marges permettrait ainsi de renseigner sur l’âge adulte en tant que norme générale, qui reste sinon insaisissable. La jeunesse et la vieillesse forment des groupes minoritaires du point de vue des rapports d’âge, c’est-à-dire des personnes ne correspondant pas à la norme de l’adulte indépendant (Hockey et James, 1993 ; Priestley, 2000). Selon Colette Guillaumin (1985), les groupes minoritaires se caractérisent par les stéréotypes qu’on leur attribue, toujours très précis (on se représente aisément « les jeunes » ou « les vieux »), alors que le groupe majoritaire incarne l’universel et demeure difficile à cerner ou à décrire (Guillaumin, 1985).

Les conceptions de la jeunesse, par leur référence à certains attributs sociaux, dessinent en creux des modèles d’adultéité au « champ de validité sociale » restreint en raison des exceptions qu’ils admettent : les femmes soustraites du marché du travail par le mariage (Mauger, 2010) ou les enfants en bas âge (Perriard, 2017), les individus écartés durablement du marché du travail du fait de l’effritement de la condition salariale (Castel, 1997), les formes de ménages qui ne s’écartent de l’hétéronormativité et/ou de la parentalité, etc. Ainsi, un certain nombre de situations restent en marge des définitions modales et les plus légitimes de la condition adulte. Les recherches sur le handicap ou les différents régimes de tutelle éclairent le processus de différenciation des individus qui opère au moment de la confrontation aux institutions du travail et de la famille. R. Bodin note, par exemple, que les handicaps moteurs et psychiques connaissent des pics de déclaration aux tranches d’âge respectives de l’entrée sur le marché du travail et de la mise en couple (2018). Les critères et pratiques professionnelles qui président au tri de ces situations renseignent sur les frontières d’une adultéité pleine et entière. Les traitements institutionnels réservés aux individus qui en sont écartés dessinent alors des conditions adultes de seconde zone puisque ces traitements reposent sur une minoration de leurs droits et de leur participation à la vie sociale. Pour mieux saisir les rapports d’âge (en tant que rapport de domination), il faudrait comprendre ce que représente la norme de l’adultéité et s’il existe une seule ou plusieurs normes de référence.

 

Les propositions de communication ne devront pas excéder 5000 signes espaces compris, hors bibliographie. Elles devront s’appuyer sur un travail de recherche empirique et préciser leur méthodologie.

Elles sont à adresser le 20 juin 2022 au plus tard à ces deux adresses : veronika.kushtanina[at]univ-fcomte.fr et aden.gaide[at]gmail.com

Les auteurs et autrices seront averti·es de la sélection de leur proposition au 15 juillet 2022.

Comité d’organisation :

Yaëlle Amsellem-Mainguy, Alice Chamaian, Aden Gaide, Veronika Kushtanina, Patrica Loncle, Isabelle Mallon, Guillaume Teillet, Arthur Vuattoux.

 

Bibliographie :

Aubert N., 2003., Le culte de l’urgence. La société malade du temps, Paris, Flammarion.

Beck U., 2001, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

Bessin M., 1996, « Les catégories d’âge face aux mutations temporelles de la société », Gérontologie et société, n° 77, “Le temps”, pp. 45-57.

Bessin 1998, « Le Kaïros dans l’analyse temporelle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n°32, “Temps et contretemps. Approches sociologiques”, pp. 55-73.

Bidart C., Lavenu D., 2006, ​​« Se dire adulte en France : le poids des origines sociales », in Devenir adulte aujourd’hui, Bidart C. (dir.), L’Harmattan, INJEP, Paris, 2006, pp. 163-180.

Blatterer H., 2007, Coming of age in times of uncertainty, Oxford, New York: Berghahn Books.

Bodin R., 2018, L’institution du handicap, Paris, La Dispute.

Bourdieu P., 1980, « La jeunesse n’est qu’un mot », in Questions de sociologie, Paris, Editions de minuit, p. 143‑154.

Boutinet J.-P., 1998, L’immaturité de la vie adulte, Paris, PUF.

Boutinet J.-P., 2013., Psychologie de la vie adulte, Paris, PUF.

Castel R., 1997, « L’effritement de la condition salariale », Sociétés & Représentations, n°5, p. 97-103.

Chamboredon J.-C., Prévot J, 1973, « Le ‘métier d’enfant’. Définition sociale de la prime enfance et fonctions différentielles de l’école maternelle », Revue Française de Sociologie, vol. 14, n°3, p. 295-335.

Chamboredon J.-C., 1966, « La société française et sa jeunesse », in Darras P. (dir.), Le partage des bénéfices. Expansion et inégalités en France, Paris, Éditions de Minuit, p. 157-175.

Chamboredon J.-C., 2015, Jeunesse et classes sociales‪, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Chastenet D., Flahault A., 2010, Handicaps et innovation : Le défi de compétence. Presses de l’EHESP; Cairn.info. https://www.cairn.info/handicaps-et-innovation-le-defi-de-competence–9782810900411.htm

Chevalier, T., 2018, La jeunesse dans tous ses États (1re éd). PUF.

Corsaro W., 2015, The Sociology of Childhood, Sage publications.

Diasio N., Vinel V., 2017, Corps et préadolescence. Intime, privé, public, Rennes : PUR.

Dupont M., Rey-Salmon C., 2014, L’enfant et l’adolescent à l’hôpital. Règles et recommandations applicables aux mineurs. Presses de l’EHESP ; Cairn.info.

https://www.cairn.info/l-enfant-et-l-adolescent-a-l-hopital–9782810901500.html

Dussy D., 2021 [2013], Le berceau des dominations: anthropologie de l’inceste, Paris, Pocket.

Eyraud B., & Moreau, D., 2014, “Formes et régulations de l’enfermement psychiatrique : De la création de l’asile aux nouvelles unités sécurisées, l’exemple de l’hôpital du Vinatier.” Cultures & Conflits [En Ligne], 90.

Foner A., 1974, “Age Stratification and Age Conflict in Political Life”, American Sociological Review, Vol. 39, No., pp. 187- 196.

Galland O., 1996, « L’entrée dans la vie adulte en France. Bilan et perspectives sociologiques », Sociologie et sociétés, 28, 1, p. 37‑46.

Galland O., 2001, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Gaullier X., 1999, Les temps de la vie. Emploi et retraite, Paris, Esprit.

Geay B., Humeau P., 2016, « Devenir parents. Les appropriations différenciées de l’impératif de procréation », Actes de la recherche en sciences sociales, 214, 4, p. 4-29.

Glaymann D., 2020, « L’épreuve de l’accès à l’emploi. Les jeunes stigmatisés par le fonctionnement de l’emploi et les politiques publiques d’insertion », Agora Débats/Jeunesses, n°85, Dossier « La jeunesse à l’épreuve du recrutement », n°2.

Gognalons-Nicolet M., 1989, La Maturescence : les 40-65 ans. Âges critiques, Lausanne, P. M. Favre.

Grossetti M., 2004, Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, PUF.

Guillaumin C., 1985, « Sur la notion de minorité », L’Homme et la société, 77, 1, p. 101‑109.

Guillemard A.-M., 1972, La retraite : une mort sociale, Paris, Mouton.

Guillemard A.-M., 1986, Le déclin du lien social, Paris, PUF.

Guillemard A.-M., 2010, Les défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite : perspectives internationales, Paris, Armand Colin.

​​Hockey J., James A., 1993, Growing up and growing old. Ageing and dependency in the life course, London, Sage.

Kohli M., 1989, « Le cours de vie comme institution sociale », Enquête, n°5.

Laroque G., 2009, « Le libre choix du lieu de vie: Une utopie nécessaire. » Gérontologie et société, 32 / 131(4), 45–51. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/gs.131.0045

Le Bihan-Youinou B., Martin C., 2006, “Travailler et prendre soin d’un parent âgé dépendant”, Travail, genre et sociétés. 2006/2, N° 16, p. 77-96.

Leclerc-Olive M., 1998, Le dire de l’événement (biograpique), Villeneuve d’Ascq, PUS.

Lhuillier J.-M., 2015, Le droit des usagers. Dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux. Presses de l’EHESP ; Cairn.info. https://www.cairn.info/le-droit-des-usagers–9782810903627.htm

Lima L., 2016, Pauvres jeunes: Enquête au cœur de la politique sociale de jeunesse. Champ social éditions.

Mallon I., 2017, « Les rapports sociaux d’âge : une dimension (im)pertinente de la relation d’enquête ? », SociologieS.

Mardon A., 2010, « Construire son identité de fille et de garçon : pratiques et styles vestimentaires au collège », Cahiers du Genre, vol.2 (n° 49), pp. 133-154.

Martuccelli M., 2006, Forgé par l’épreuve, Paris, Armand Colin.

Mauger G., 2010, « Jeunesse : essai de construction d’objet », Agora débats/jeunesses, n°56, p. 9-24.

Mayer K.U., Schoepflin U., 1989, “The State and the Life Course.” Annual Review of Sociology, 15, p.187-209.

Metton C., 2009, Les adolescents, leur téléphone et internet, Paris, L’Harmattan.

Morin E., 1962, L’esprit du temps, Paris, Grasset.

Morin E., 1963a, « Salut les copains, une nouvelle classe d’âge », Le Monde, 6 juillet.

Morin E., 1963b, « Salut les copains, le yéyé », Le Monde, 7 juillet.

Pasquier D., 2005, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Ed. Autrement.

Perriard A., 2017, Les figures de la dépendance problématique des adultes : analyse intersectionnelle des politiques sociales liées à l’âge et à l’emploi dans le canton de Vaud., Thèse de doctorat, Lausanne, Université de Lausanne, 297 p

Pitterbraut-Merx D., 2020, « Doit-on protéger les enfants ? Les voies de la domination adulte », Revue du Crieur, N°15, 1, p. 106.

Priestley M., 2000, « Adults Only: Disability, Social Policy and the Life Course », Journal of Social Policy, 29, 3, p. 421‑439.

Rémond R., Percheron A., 1991, Age et politique, Paris, Economica.

Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Singly, F. de, 2002. « La « liberté de circulation » : un droit aussi de la jeunesse. » Revue des politiques sociales et familiales, 67, 1, p.21-36.

Van de Velde C., 2008, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF.

Van de Velde C., 2015, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin.

Zielinski A., 2009, « Le libre choix. De l’autonomie rêvée à l’attention aux capacités. » Gérontologie et société, 32 / 131(4), p. 11–24. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/gs.131.0011

 

 

 

AAC : Les jeunes trans et non-binaires et leurs familles face à l’adversité (Université Laval, Québec)

Réalisé dans le cadre du 89e congrès de l’Acfas, ce colloque offre l’occasion de croiser les savoirs et faire un état des connaissances pour mieux comprendre les situations vécues par les jeunes trans et non-binaires (TNB) et leurs familles pour mieux intervenir. Il vise non seulement à se pencher sur les expériences vécues par les jeunes TNB, mais aussi la manière dont les interactions entre ces jeunes et leur environnement affectent leur expérience, et plus spécifiquement le rôle essentiel que jouent les familles au sein de ces dynamiques. À travers cette activité de diffusion et de réseautage, nous proposons ainsi le développement d’une compréhension globale de l’expérience des jeunes TNB, en prenant en compte l’ensemble des enjeux sociaux, structurels et relationnels auxquels iels font face.

Lien vers l’appel à communication complet.

9e Congrès de l’Association française de sociologie, Lille 2021: appel à communication du RT15

9e Congrès de l’Association Française de Sociologie 2021 à Lille – Campus scientifique de Villeneuve-d’Ascq, 6-9 juillet 2021

Les recherches menées sur les jeunes et la jeunesse comme période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, posent la question du changement, de la permanence et de la continuité et s’intéressent aux logiques sociales qui semblent parfois immuables. Génération à travers laquelle une société semble se renouveler, séquence de vie collective au cours de laquelle un groupe social se reproduit autant qu’il se recompose, âge de la vie où se dessinent des positions sociales à l’échelle des biographies : quel que soit le point de vue adopté, la thématique du « changement » semble constitutive de celle de la jeunesse. Les sociologues oscillent ainsi entre la volonté de saisir les transformations sociales dont la jeunesse est porteuse (la jeunesse comme reconfiguration, recomposition) et le souci de déceler les manifestations contemporaines de mécanismes déjà connus et documentés : la domination, la reproduction ou les inégalités sociales (la jeunesse comme éternel recommencement).

Des changements au sein de la jeunesse ?

Si dans la forme des changements existent, bouleversent-ils pour autant les constats sociologiques antérieurs ? Lorsque par exemple on s’intéresse aux « nouvelles » modalités d’accès à l’université (cf. Parcoursup) on constate d’une part qu’elleschangent les règles d’accès à l’université en opérant une sélection fondée sur les seules contraintes des universités au détriment des souhaits d’orientation des jeunes, et d’autre part maintiennent une logique de sélection qui ne date pas de Parcoursup, ni même d’APB, mais bien des fondations historiques d’une université mettant à l’écart les jeunes des classes populaires, et ceux qui n’ont pas bénéficié du capital culturel suffisant pour anticiper les règles de sélection. Si l’on se penche cette fois sur les dimensions intimes de l’expérience des jeunes : les recherches menées dans ce domaine montrent bien ce que les dernières décennies ont pu révéler de changements (un accès plus libre à une information immédiate sur la sexualité, une transformation des prises de parole sur la sexualité via les réseaux sociaux, etc.), mais aussi de permanences (un âge au premier rapport sexuel demeuré stable, les difficultés de communication autour de la sexualité dans les familles, des violences sexuelles et de genre toujours aussi présentes, etc.). Quand on s’attache à étudier l’emploi et le rapport au travail, la pluralité des observations, analyses et discours interpelle : tandis que certains défendent l’idée que la jeunesse aurait changé dans son rapport au travail et à l’emploi, qu’elle serait moins individualiste, moins attachée au travail et à l’entreprise, d’autres viennent montrer le contraire. Pour autant, la permanence des inégalités dans l’accès à un emploi pérenne se traduit par une entrée dans la vie adulte marquée par la précarité et/ou le déclassement pour la part des jeunes la moins diplômée.

La jeunesse actrice ou productrice de changements ?

Les récents mouvements de jeunes posent la question de la propension des jeunes à « changer la donne », à imposer de nouvelles grilles de lecture de la société ou encore à se les approprier. Qu’il s’agisse des mobilisations autour de la crise climatique, de celles autour des réformes de l’université ou contre des dispositifs tels que le CPE ou encore de pratiques et des comportements sur les manières de faire famille, de construire son couple décohabiter/cohabiter mais aussi de travailler, on peut s’interroger sur la capacité de la jeunesse à être actrice ou productrice de changement.

Des actions destinées à changer les jeunes ?

L’encadrement des pratiques juvéniles est une constance, tant ils et elles ont été l’objet de volontés de canalisation de leurs expressions politiques, de leurs « déviances », de leurs choix. On pense ici à la répression des déviances adolescentes, à la militarisation de l’encadrement de la jeunesse (illustrée récemment par le Service national universel), ou encore à l’injonction à l’autonomie dans les dispositifs d’aide sociale à destination des jeunes précaires et à leur exclusion des dispositifs à leur majorité ou à leurs 25 ans.

Les communications proposées dans le cadre du congrès pourront enfin prendre pour objet le changement dans les modalités d’appréhension sociologique de la jeunesse. Que nous apprennent de la jeunesse les recherches intersectionnelles ? Quel est l’apport des enquêtes quantitatives sur la jeunesse et l’émergence d’éventuelles nouvelles pratiques, comportements, représentations ? Comment saisir les effets des transformations historiques sur la jeunesse ? Et dans cette année 2020 si particulière, qu’en est-il des effets de la crise sanitaire : assiste-t-on à des modifications sociales structurelles entre un avant et un après Covid ou la crise n’a-t-elle fait qu’exacerber des inégalités sociales scolaires, d’insertion, professionnelle pré-existantes et accentuées depuis 2008 ?

Parce que la question des « changements », de la « nouveauté » et de la « constance » interroge la sociologie de la jeunesse et afin de sonder les spécificités des changements jeunesse, nous avons choisi de construire notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (plusieurs sessions sont co-animées avec d’autres RT), là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité et d’originalité, à travers les questions des classes sociales, de la famille, des institutions, du numérique mais aussi du travail.

*  *  *

Session 1 : travail, insertion professionnelle, précarité, classes sociales

Session commune avec les RT 5 (classes sociales, inégalités, fragmentation) et le RT 25 (travail, formation, emploi)

Depuis les années 1970, les difficultés d’insertion des jeunes se sont accrues. Si ces bouleversements affectent structurellement l’ensemble des nouveaux entrants sur le marché du travail, certaines jeunesses, en particulier celles issues des classes populaires, les subissent plus directement. Ainsi, les inégalités entre générations, amplifiées par les crises économiques qui ont ponctué ces cinquante dernières années, ne doivent pas invisibiliser celles qui se jouent au sein d’une même classe d’âge. Elles ne doivent pas non plus masquer le désavantage de certaines cohortes, récentes, au gré des effets des crises.

Cette session commune aux RT « Jeunesse », « Classes, inégalités, fragmentations » et « Travail, organisations, emploi » se propose ainsi de questionner les modalités d’insertion professionnelle des jeunes dans un contexte de crise économique persistante et de crise sanitaire émergente. Dans quelle mesure les conditions d’insertion professionnelle des jeunes se transforment ? Qu’est-ce que le « changement », en tant qu’injonction managériale et politique, fait à leurs pratiques ainsi qu’à celles de leur entourage familial et professionnel ? Comment jouent, s’accentuent et/ou se recomposent les inégalités de classe, de genre, d’origines ethnoraciales et géographiques ou encore d’âge ? Une place sera accordée aux recherches qui s’intéressent aux effets des crises récentes – sociales, économiques et sanitaires – sur les conditions d’entrée des jeunes sur le marché du travail, diplômés ou non.

Nous proposerons deux axes :

– Les transformations des capacités d’adaptation au monde du travail et les effets de l’injonction à travailler son « employabilité » de façon de plus en plus précoce

– Les mutations des conditions d’accès à l’emploi et des conditions de travail à la sortie des études, en contexte de tertiarisation, d’ubérisation, de précarisation et de valorisation d’entrepreneuriat.

Session 2 : jeunesse en institution, changements attendus pour les jeunes par les institutions, quelles attentes de changements, quels objectifs ?

Session commune avec le RT 40 (sociologie des institutions)

Au fil de l’histoire, la jeunesse est souvent représentée comme actrice du changement, que celui-ci soit perçu de manière péjorative si on se place du point de vue de l’ordre social ou positive de celui des mouvements révolutionnaires. Elle est également perçue comme une période où les jeunes traversent des changements successifs d’identité jusqu’à l’âge adulte, dans une période moratoire entre minorité et majorité faite d’expérimentations. Pour autant, pour une partie de la jeunesse, ces seuils d’âge sont loin d’être vécus en termes d’expérimentation individuelle et sont normés par les institutions qui les encadrent. Cette session qui réunit le RT jeunesse et le RT institutions questionnera la jeunesse dite institutionnalisée (Parron, Sicot, 2009) et les cadres normatifs du changement qui leur sont imposés dans un glissement sémantique provenant du monde de l’entreprise et de ses catégories gestionnaires (Lacroix, 2016). Que l’on pense à la contractualisation croissante des dispositifs, à l’approche par projet qu’elle implique ou aux normes d’« autonomie » et d’« indépendance » au cœur des référentiels d’action publique, il serait intéressant d’interroger ces notions qui engagent un jugement social sur les personnes et les situations (Dumollard, Lima, 2016) et qui ont pour effet d’exclure les jeunes qui ne « collent » pas aux attentes institutionnelles (Muniglia, Rothé, 2012) ou aux critères d’évaluation utilisés (Carayon, Mattiussi, Vuattoux, 2018).On s’interrogera alors sur les changements attendus chez les jeunes par les différents dispositifs d’aide et donc par les institutions qui les mettent en œuvre, que l’on s’intéresse au contrat jeune majeur en protection de l’enfance (Jung, 2010 ; Petit-Gats, Guimard, 2011), au RSA jeune, au Fonds d’aide aux jeunes FAJ (Lima, 2015), à la Garantie jeune (Couronné, Sarfati, 2018) dans le champ de l’insertion, ou aux dispositifs qui ciblent par exemple les jeunes migrants. Quelles inégalités ou ressources produisent-ils ? Sur quelles normes et quels discours les agents s’appuient-ils pour produire leur évaluation ? Nous travaillerons également sur la manière dont les jeunes se saisissent ou rejettent les dispositifs qui leur sont dédiés, sur les stratégies qu’ils mettent en place pour ajuster leurs récits aux attentes normatives des institutions et sur les formes de résistance qui existent. Cette session commune sera l’occasion d’aborder ces questionnements sans pour autant qu’ils ne soient exhaustifs.

Session 3 : Les usages numériques des jeunes leur sont-ils spécifiques ?

Session commune avec le RT 11 (sociologie de la consommation et du numérique)

Cette session commune aux RT « Jeunesse » et RT « sociologie de la consommation et du numérique » (RT11) propose de mettre en saillance les enjeux autour des usages numériques des jeunes, de même que leur capacité (ou non) d’indure de « nouveaux » comportements et de « nouvelles » représentations. Cette session s’intéressera aux manières d’agir collectivement en ligne, de même qu’aux types d’applications mobilisées pour ce faire. Il s’agira par exemple de se pencher sur le profil des « activistes » afin d’interroger une éventuelle spécificité liée à l’âge, sans pour autant mettre de côté les catégories sociales, le genre, les territoires et les origines ethnoraciales….

Cette session pourra être l’occasion de se pencher sur les mobilisations politiques qui surviennent depuis plusieurs années à l’image de « #MeToo » appelant à la libération de la parole des victimes d’agressions et de harcèlement sexuels sur les réseaux sociaux née ne 2010 puis relancée en 2017 par l’affaire Weinstein. L’année 2018 a été marquée par le mouvement « #MeToo » et sa déclinaison « #balancetonporc », qui ont fait émerger des milliers de témoignages sur les violences sexistes et sexuelles quotidiennes. Si les femmes de tous âges ont largement contribué au mouvement #metoo, d’autres exemples portent davantage sur les jeunes comme c’est le cas de « #balancetontiktokeur » pour dénoncer les violences et chantages sexuels mis en place par des influenceurs « Tiktokeurs » sur cette application prisée des adolescent·e·s. C’est aussi le cas de la campagne « #balancetonbahut » qui s’est rapidement diffusé sur les médias sociaux à la rentrée 2020 dénonçant le sexisme dans les règlements intérieurs des établissements du second degré (photos, vidéos à l’appui). Ou encore, plus récemment, de « #balancetafac » lancé par les étudiant·e·s à pour dénoncer les conditions d’accueil dans les universités et la non application des protocoles sanitaires.

Les outils numériques et les médias sociaux sont aujourd’hui au cœur des actions et des mobilisations collectives et ne sont pas sans effets sur la socialisation et les sociabilités politiques. L’entraide dans le travail scolaire est également concernée. On pourra ainsi s’interroger sur les liens entre les activités en ligne et hors ligne et sur les spécificités – s’il y en a – des jeunes dans leurs mobilisations dont ils et elles sont parfois à l’initiative (“#balancetonbahut”), parfois uniquement concerné·e·s (comme c’est le cas avec « #youthforclimate »), et à d’autres moments impliqués.

Nous proposons dans cette session d’explorer les multiples dimensions de ces mobilisations numériques contemporaines, qui concernent les plus jeunes, pour mieux penser les enjeux politiques qui les traversent. Enfin, on cherchera aussi à comprendre ce que ces mobilisations en ligne disent de la manière de s’impliquer selon les âges et les causes et ce qu’elles révèlent des rapports de pouvoirs et des rapports au temps, afin de saisir des éventuels facteurs de changements.

Session 4 : entrée dans la parentalité, nouvelles formes de parentalité, décohabitation de la famille d’origine…  

Session commune avec le RT 33 (famille, vie privée, vie publique)

Combiné au passage de « l’école à la vie professionnelle », celui de « la famille d’origine à la famille de procréation » par lequel les individus accèdent à une position stabilisée sur le marché matrimonial est un processus constitutif de la jeunesse (Mauger, 2010). Dès lors, les rapports réciproques de la jeunesse et de l’institution familiale peuvent être examinées sous l’angle du « changement » de plusieurs façons.

Un premier questionnement considère la jeunesse en tant qu’ « âge de la vie » au cours duquel s’opère un double mouvement de réajustement des liens avec la famille d’origine, marqués par un plus grand respect de l’autonomie de chacun (de Singly, 2000 ; Ramos, 2006) d’une part, et d’engagement dans des relations affectivo-sexuelles et de construction conjugale d’autre part. Cette séquence biographique de changement connaît néanmoins de multiples variations selon les ancrages sociaux des jeunes et de leur famille, en matière de catégorie sociale et de genre notamment. Et si le changement passe par une autonomisation progressive de la part des jeunes, la famille d’origine (parents, collatéraux, familles élargie) continue de peser sur la façon dont ces derniers construisent à leur tour leurs propres foyers. Mais l’attention peut aussi être portée sur la configuration familiale d’origine qui subit des transformations au fur et à mesure de l’entrée des enfants successifs dans cet âge de la vie. Les socialisations familiales vécues au sein d’une même fratrie varient alors selon le critère du rang en son sein : ainsi évoluent les relations entre collatéraux, l’organisation de l’espace familial, l’intensité des cadrages parentaux, etc. au fil de l’histoire familiale. Sont visés ici les recompositions de la famille du fait de l’entrée en jeunesse de ses membres et leurs effets (en termes de configuration, de socialisation des membres restants, etc.).

Un deuxième axe cible davantage les transformations historiques de l’articulation jeunesse/famille et ses déclinaisons locales/régionales. Comment les constructions familiales et conjugales engagées par les jeunes sont impactées par les évolutions des familles observées ces deux dernières décennies (comme la proportion doublée de famille monoparentales entre 1990 et 2017, majoritairement composées de mères avec leurs enfants et qui concernent d’abord les ménages les moins diplômés et les plus exposés à la précarité, données INSEE) ? Et comment les jeunes en retour contribuent eux-mêmes et elles-mêmes à transformer l’institution-famille du fait des foyers qu’ils construisent ? Les nouvelles normes dont ils et elles sont porteurs (en termes de rapport entre conjugalité et cohabitation, de rapport à l’hétéronormativité, etc.) et leur inscription dans de nouvelles formes d’alliance conjugales témoignent de possibles « effets de génération » dont il convient d’analyser la portée. Ces phénomènes pourront également être abordés sous l’angle des variations territoriales qu’ils observent.

Enfin, deux « effets de moment » pourront être au centre des discussions : une crise sanitaire, économique et sociale surgit un peu plus d’une dizaine d’année après la précédente, dont les effets se font encore sentir pour les générations confrontées à la mise en ménage dans les années 2008 (arrêt de la hausse du niveau de fécondité et retard du premier enfant, Pinson, 2013). Dispose-t-on de premiers éléments pour saisir les nombreux canaux par lesquels la crise sanitaire actuelle influe sur le cours des constructions conjugales et familiales des jeunes d’aujourd’hui ? L’accès à un emploi, à un logement, les décohabitations/cohabitations/recohabitation contraintes du fait d’une période de confinement, la fragilité des liens avec des famille d’origine confrontées au risque sanitaire, à la maladie, voire à la mort, l’absence d’horizons temporels : autant de contraintes dont on peut faire l’hypothèse qu’elles pèsent sur la constitution des ménages juvéniles. À l’indétermination qui caractérise cet « âge de la vie » (Mauger, 2010, Van de Velde, 2008) s’ajoute l’indétermination qui caractérise le moment que nous traversons. Et en la matière, les ressources matérielles et sociales pour y faire face, fonctionnant comme autant de filets de sécurité, restent inégalement distribuées (Portela et Raynaud, 2019).

Sessions non-thématiques : Des changements au sein de la jeunesse ? La jeunesse actrice et/ou productrice de changements ?

Pour ces sessions, nous accueillons des communications en lien avec l’appel général, mais qui ne s’inscriraient pas directement dans les appels entre RT. Si votre communication répond aux questionnements de l’AAC général (voir infra), sans s’inscrire dans l’une des sessions croisées, n’hésitez pas à nous l’envoyer en précisant qu’il s’agit là d’une communication pour les sessions non-thématiques.

Les réponses à ces appels à communications (sections croisées ou sections non-thématiques) devront être chargées directement sur le site de l’AFS (https://afs-socio.fr/) au plus tard le 15 janvier 2021.

Appel à communication : congrès de l’Association française de sociologie à Aix-en-Provence (août 2019)

Voici l’appel à communication du RT15 en vue du prochain congrès de l’Association Française de Sociologie, qui se tiendra à Aix en Provence du 27 au 30 août 2019.

ATTENTION pour ce congrès, le dépôt des propositions se fera uniquement via le site AFS (aucun envoi par mail). 
Deadline : 15 février 2019.

Voici le texte de l’appel :

La sociologie de la jeunesse au cœur des classements sociaux

La “jeunesse” des sociologues apparaît d’emblée comme une affaire de classement, dont l’un des enjeux consiste à ranger des individus et groupes sociaux divers dans une catégorie abstraite, en rendant compte de la complexité qu’il y a à décrire une génération vécue par des jeunes faisant des expériences sensiblement différentes du monde social et de ses hiérarchies (Bourdieu, 1979). La jeunesse, période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, est un moment où se jouent et rejouent les classements sociaux. De nombreuses recherches se sont données pour tâche de montrer en quoi la vie des jeunes se construit via la production sociale de hiérarchies fondées sur des critères aussi divers que le genre – socialisation masculine (Bertrand et al., 2015) et socialisation féminine (Rubi, 2005) -, la sexualité – jeunesse “majoritaire” hétérosexuelle (Fidolini, 2018) et jeunesses aux sexualités minoritaires (Allard, 2001), la race – jeunesse blanche (Grossman, Charmaraman, 2009) et non-blanche (Santelli, 2007) – la classe – jeunesse des classes supérieures (Darmon, 2003) et jeunesse populaire (Mauger, 2009), le territoire – jeunes ruraux (Renahy, 2005) et jeunes urbains (Guérandel, Marlière, 2017). Ces distinctions, parfois trop schématiques, sont fondées sur des critères de classement à la fois émiques / intériorisés (liés aux identités des jeunes) et externes (construits par imposition de légitimité, et de hiérarchisation découlant de cette légitimité). Elles traversent les expériences des jeunes et donnent du « grain à moudre » à l’analyse sociologique, qui cherche à saisir ce qu’il y a de commun dans l’expérience d’une génération d’une part, et ses divisions profondes, héritées des distinctions sociales au sein de la jeunesse, d’autre part.

Au-delà de ces critères, c’est l’expérience des jeunes durant leur jeunesse qui fait “travailler” les catégorisations sociales, à travers les orientations multiples que les institutions leur imposent (Sicot, 2007), à travers les “choix” et “contraintes” pesant sur leur scolarité (Chauvel, 2016, Darmon 2003), à travers la réduction de leur expérience à une identité négative, lorsque les institutions du contrôle social classent les jeunes dont elles ont la charge : “jeunes détenus” (Amsellem-Mainguy, Coquard, Vuattoux, 2017), “jeunes décrocheurs” (Zaffran, Vollet, 2018), et autres jeunes en “galère” (Dubet, 1987). Les travaux sur le passage à l’âge adulte, qu’il s’agisse de poser la question des seuils pertinents, des expériences de placement et de classement ou encore des parcours de vie sont, eux aussi, traversés par des catégorisations qui éclairent la compréhension des vécus juvéniles. Bien que les classements sociaux de la jeunesse ne soient pas figés et qu’ils soient à envisager dans leur temporalité, les recherches montrent à quel point ces catégories résistent à la critique, à quel point leurs usages sont ancrés et tendent à naturaliser les individus qu’elles pensent désigner.

Mais parler des classements qui s’appliquent à la jeunesse, du point de vue des expériences vécues (avec l’idée selon laquelle ces classements pourraient rendre raison des propriétés sociologiques de la jeunesse), ou du point de vue des “classants” (institutions, chercheurs, relais “ordinaires” des classements sociaux), fait parfois oublier à quel point les premiers concernés sont conscients des catégorisations multiples de la jeunesse. Les jeunes se savent classés (Amsellem-Mainguy, Vuattoux, 2018), mais sont aussi à l’origine de nombreuses formes de classements ou d’auto-classements de la jeunesse. Les recherches sur l’engagement des jeunes résultent parfois du constat de divisions pesant sur la société (Becquet, 2014) et peuvent aboutir à des parcours “radicaux” (Lacroix, Lardeux, 2018). Elles montrent combien les pratiques d’engagement des jeunes font l’objet de catégorisations qui ne recouvrent pas nécessairement leur réalité. Les recherches menées sur l’enfance montrent, de la même manière, des récits du monde social marqués par l’intériorisation des divisions entre groupes sociaux, et par les aspirations légitimes ou illégitimes construites à partir de sa propre position sociale (Miller et al., 2012).

Parce que les classements sont au cœur de la sociologie de la jeunesse, et qu’il serait vain de tenter d’en faire une synthèse générale ou de chercher une “règle” générale des mécanismes de classements qui opèrent dans la société vis-à-vis des jeunes ou à partir de leur position sociale, nous avons choisi de construire l’ensemble de notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (la plupart de nos sessions sont co-animées avec d’autres RT), afin de sonder les spécificités des classements de la jeunesse là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité, à travers les questions des classes sociales, des parcours de vie, des migrations, des sexualités, à partir du point de vue de la sociologie politique.

  • Session 1 : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires – Session commune avec le RT 5 Classes, inégalités, fragmentations
  • Session 2 : Les jeunes migrants face aux catégories de l’action publique : (dé)classements par les institutions, usages et appropriations des classements par les jeunes – Session commune avec le RT 2 Migrations, altérité et internationalisation
  • Session 3 : Catégorisation des partenaires lors de l’entrée dans l’âge adulte – Session commune avec le RT 28 Recherches en sciences sociales sur la sexualité
  • Session 4 : Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels  Session commune avec le RT 22 Parcours de vie et dynamiques sociales
  • Session 5 : Quand l’action publique classe et catégorise l’engagement des jeunes – Session commune avec le RT 34 Sociologie politique
  • Session 6 : Catégorisations et classements en sociologie de la jeunesse : problématisations et méthodologies de recherche

 Les détails concernant les 6 sessions sont à retrouver en ligne : http://afs-socio.fr/rt/rt15

Appel à contributions : la culture et le culturalisme au coeur de l’encadrement des jeunes (Agora Débats / Jeunesse)

La revue Agora Débats / Jeunesse lance un appel à communication sur le thème suivant “La culture et le culturalisme au coeur de l’encadrement des jeunes”.
Vous trouverez ci joint l’appel à communication :

Les propositions sont à envoyer aux deux coordinatrices du dossier avant le 30 janvier 2019.

Appel à communication, revue française des affaires sociales : « Un regard renouvelé sur les ressources des jeunes : Ressources matérielles, soutien, accès aux capacités »

Vous trouverez à cette adresse  un appel à contribution « Un regard renouvelé sur les ressources des jeunes : Ressources matérielles, soutien, accès aux capacités » pour le numéro d’avril-juin 2019 de la Revue française des affaires sociales.

Les articles sont attendus avant le 5 novembre 2018.

Le dossier est coordonné par Nicolas Charles (Université de Bordeaux), Mickaël Portela (CEET, DREES, HCFEA) et Émilie Raynaud (DREES).

Cet appel à contribution s’adresse aux chercheurs en sociologie, économie, statistiques, science politique, démographie, histoire et droit ainsi qu’aux acteurs du champ de la protection sociale.

Trois axes sont proposés :

–          Ressources matérielles et conditions de vie des jeunes 

–          Les inégalités d’accès aux ressources 

–          Au-delà des ressources matérielles : l’entourage des jeunes adultes, les formes de soutien et leurs justifications

–          Les politiques publiques et les expériences de jeunesse

Sont également en ligne une présentation de la revue avec les conseils aux auteurs et les engagements déontologiques à respecter. Un format de 45 000 signes maximum est demandé.

 

Appel à communication : Journée doctorale actualité des recherches sur l’adolescence (22 nov 2018)

Le RT 15 organise, en novembre prochain, une journée doctorale consacrée à l’adolescence !

Vous trouverez ici un appel à contributions. Les propositions doivent arriver d’ici le 20 mai  à l’adresse du RT 15 : afs.jeunesse@gmail.com.
Une fois retenu·e, la communication devra être rédigée sous format d’un article de 30 000 signes (espaces, bibliographie et notes de bas de page comprises) pour le 15 septembre 2018 afin que cette communication puisse être discutée par un·e chercheur·e.

Des panels seront organisés, autour de plusieurs présentations et d’une discussion par un·e chercheur·e (sociologie, sciences de l’éducation, sciences politiques, histoire…) travaillant dans le domaine de l’adolescence et/ou la jeunesse.

Une rencontre avec des revues de sciences sociales clôturera la journée, afin de réfléchir aux pistes de publication des travaux des jeunes chercheurs.

Merci de diffuser l’information dans vos réseaux.

Parcours de « gamins » : regards croisés sur l’enfance d’hier ou d’aujourd’hui

Appel à communications pour une journée d’étude pluridisciplinaire de l’Association interdisciplinaire des doctorants de l’ouest en confluences.

Résumé :

Cette journée a pour thème l’enfance, dans laquelle nous incluons l’adolescence. Les doctorants de toutes disciplines peuvent proposer des communications. L’évènement s’inscrit dans la dynamique des childhood studies, qui mobilisent de nombreuses disciplines. L’intérêt pour l’enfance s’explique en effet par les différentes acceptions auxquelles le concept et ses corolaires renvoient : construction sociale, représentation des enfants, santé de l’enfant ou encore bien-être de l’enfant. Ainsi, tous les thèmes peuvent être abordés au cour de cette journée, qui aura pour but de nourrir des discussions fructueuses et approfondies.

Pour plus d’information, voir l’annonce complète sur le site Calenda.

Parcours d’engagement de jeunes dans des causes et des pratiques politiques radicales

Appel à communication pour la revue Agora Débats/Jeunesses.

Si « l’ampleur des contestations juvéniles des années 1968 a, d’emblée, placé l’âge au cœur des interprétations » (Sommier, 2016, p. 63), l’âge est à nouveau convoqué dans le cas des jeunes impliqués dans les attentats récents en France sans être problématisé en tant que tel. Ce numéro vise donc à articuler deux champs d’analyse, la jeunesse et la radicalité militante, en les appréhendant plus spécifiquement sous l’angle des parcours biographiques et des processus de subjectivation qu’ils sous-tendent.

Le chercheur qui aborde cette thématique est rapidement confronté à deux obstacles majeurs pour définir le phénomène qu’il appréhende : tout d’abord son champ sémantique large. Des notions comme radicalité, radicalisme, radicalisation, extrémisme, violence sont souvent rendues synonymes. En deuxième lieu, ces catégories sont à la fois performatives, normatives et stigmatisantes.

La notion de radicalisation,« concept buzzword » (Ducol, 2014 ; 2015 ; Crettiez, 2016), s’est imposée dans les discours médiatiques et politiques dans une acception le plus souvent religieuse en lien avec des questions sécuritaires pour qualifier des comportements et attitudes porteurs d’une rupture en valeurs avec les sociétés occidentales. Elle a également souvent été utilisée dans une rhétorique de la rupture et de la nouveauté. Or, si nous replaçons certains comportements radicaux dans leur univers historiographique, il est autorisé de rappeler non seulement leur permanence en France à différentes périodes historiques (Audigier, Girard, 2011) mais aussi le fait que l’action radicalisée ne pourrait se réduire à la seule dimension religieuse, nombre d’engagements de jeunes dans des causes radicales se réalisant au nom d’autres idéologies (mouvements indépendantistes, régionalistes, identitaires, néonazis, néofascistes, royalistes, etc.). De plus en plus d’auteurs lient également cette notion de radicalisation à l’action violente (Bronner, 2009 ; Khosrokhavar, 2014). Si certains chercheurs lui trouvent une portée heuristique (Crettiez, 2016) tandis que d’autres proposent de se « débarrasser de cette notion devenue hégémonique » (Mauger, 2016, p. 94), ce numéro vise à adopter une perspective plus large que celle de la radicalisation en mobilisant la notion de radicalité, qui « dépasse largement celle de la violence (même si elle l’englobe) » (Dufour et al., 2012, p. 7). Elle est également plus précise quand on part du sens littéral donné à la « radicalité », à savoir une analyse politique qui s’attaque « à la racine » (ibid, p.7).

Ce dossier souhaite analyser les parcours biographiques de jeunes dans des causes et des pratiques radicales et rendre compte des processus subjectifs qui leur sont liés. Il part du principe général selon lequel l’engagement dans ce type de causes exprime une scission vis-à-vis du reste de la société. Ses membres engagés recourentà des formes non conventionnelles d’action politiques – sans que celles-ci aboutissent nécessairement à la violence – et proposent une alternative révolutionnaire à l’ordre social (le capitalisme, le néo-libéralisme, les valeurs occidentales, etc.) par de nouvelles affiliations contestataires et l’adoption de nouveaux repères normatifs.

  1. Parcours biographiques des jeunes dans la radicalité militante

Le dossier propose de placer au cœur de l’analyse la question des parcours d’engagement dans des causes radicales à partir d’une dimension processuelle – entendue en termes de carrières (Fillieule, 2009), de trajectoires ou encore de cycles d’engagement. La question sera plus précisément ici de saisir comment certains jeunes sont au fil du temps amenés non seulement à entrer dans des collectifs qui se placent en rupture avec l’ordre social et qui ont pour projet la subversion d’un ordre politique (Riaux, 2012), mais aussi à s’y maintenir à partir d’un processus d’alignement au nouveau groupe de référence et de construction active de nouvelles « provinces de réalité » (Cefaï, 2003). Elle vise également à saisir comment ils peuvent éventuellement en sortir.

La reconstruction des différents parcours d’engagement donnera aussi à voir la variété des profils de jeunes qui s’engagent dans ces causes. Est-ce que la jeunesse est un âge de la vie plus prompt à s’investir dans des engagements « à haut risque  » (McAdam, 1986 ; Sommier, 2011) ? Les profils sociodémographiques, la question de la disponibilité biographique, la place d’autruis significatifs (famille, pairs) les sensibilisant à cette cause seront interrogés. S’agit-il dans ce cas d’une conversion, qui implique une prise de distance progressive avec les normes et valeurs transmises par la famille, ou de la répétition d’un système de pensée préexistant proposant des visions du monde « en scission » avec d’autres modèles de société ?

  1. Subjectivation et émancipation 

Le dossier entend également accorder une attention particulière au processus de subjectivation des jeunes au cours de leurs activités militantes radicales en vue, d’une part, d’analyser les raisons personnelles données à leur engagement et, d’autre part, de rendre compte du développement d’une réflexivité sur soi et du rapport à autrui au fur et à mesure de leurs parcours d’engagement. Quelles peuvent être les premières rétributions perçues lors de leur entrée dans l’engagement radical (être acteur de son histoire, avoir une aura auprès de son groupe de pairs) ? En quoi cela a-t-il pu constituer une offre identitaire ou un espace des possibles dans leur trajectoire par l’élaboration de différents types de capitaux, que ceux-ci soient d’ordre social, culturel ou politique ? La place donnée à l’émancipation individuelle ou collective et à l’affirmation de la subjectivité des acteurs au sein d’un collectif nous permettra de rendre compte de la façon dont ces jeunes définissent leur engagement et de voir à l’instar de Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine combien « l’implication dans un mouvement social travaille profondément l’individu jusque dans sa subjectivité et subjectivation » (2016, p. 8).

Calendrier

✔ Remise des propositions d’articles pour le 15 juin 2017 (1 à 2 pages avec la problématique, la méthodologie et le plan envisagé) à envoyer aux deux coordinateurs du numéro.

✔ Sélection des propositions d’articles et réponses aux auteurs : 15 septembre 2017

✔ Remise des articles définitifs (30 000 signes, 20 références bibliographiques) : 15 décembre 2017.

Les propositions d’articles préciseront la problématique, les données empiriques mobilisées, la méthodologie employée et les résultats obtenus.

Coordination du numéro

Isabelle Lacroix, post-doctorante au laboratoire Printemps-CNRS (UVSQ/Paris-Saclay) : isabelle.lacroix@uvsq.fr

Laurent Lardeux, chargé d’études et de recherche, INJEP, chercheur associé au laboratoire Triangle : lardeux@injep.fr