Journées d’étude : L’adultéité en question. Normes, représentations, expériences.

Besançon, 24-25 novembre 2022, Maison des sciences de l’homme et de l’environnement.

 

Journée d’étude organisée par le RT7 (Vieillesse, vieillissement et parcours de vie) et le RT15 (Sociologie de la jeunesse) de l’Association française de sociologie (Afs), avec le soutien financier de l’Association française de sociologie et de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS, USPN, CNRS, Inserm).

 

La sociologie française s’intéresse aux âges de la vie depuis au moins les années 1970, en commençant par la jeunesse (Morin, 1962 ; 1963 a et b ; Chamboredon, 1966 ; 1971), la vieillesse (Guillemard, 1972) et l’enfance (Chamboredon et Prévot, 1973), se tournant ensuite vers l’adolescence (Pasquier, 2005 ; Metton, 2009 ; Mardon, 2010) et la préadolescence (Diasio et Vinel, 2017). Paradoxalement, l’âge adulte représente toujours un point aveugle (Van de Velde, 2015). Cet appel à communications est porté par deux RT s’intéressant au vieillissement et à la jeunesse : des âges de la vie qui entourent l’âge adulte et y font souvent référence (Galland, 2001 ; Corsaro, 2015 ; Mauger, 2010) sans pour autant en faire le cœur de leurs investigations. Or, à y regarder de plus près, cet âge de la vie mérite une attention propre que cette journée d’étude souhaite engager en amorçant une réflexion sur les contours et les contenus de l’âge adulte, non seulement comme un idéal ou un modèle par rapport auxquels les autres âges sont saisis, mais par les manières différenciées, empiriquement documentées, dont l’âge adulte se déploie et varie, selon les contextes sociaux.

L’absence même d’un mot conventionnel en français pour désigner cette période de la vie (comme enfance, adolescence, jeunesse ou vieillesse) traduit l’impensé de cette tranche d’âge. Si le terme de maturité (Chamboredon, 1966), de mitan de la vie (Boutinet, 2013) ou encore de maturescence (Gognalons-Nicolet, 1989) sont parfois utilisés, leur occurrence est faible dans les travaux sociologiques français. Il faut toutefois noter les efforts de la psychosociologie pour penser cet âge de la vie et le conceptualiser. De ce point de vue, les travaux fondateurs de Jean-Pierre Boutinet, Pierre Dominicé et, plus récemment, ceux de Christian Heslon constituent des références dont peuvent parfois se nourrir les sociologues sans pour autant, à ce jour, contribuer à une « sociologie des adultes ou de la vie adulte ». Nous proposons ainsi d’amorcer la discussion en mobilisant le terme d’adultéité comme traduction de l’anglais adulthood, notion qui « a émergé dans la conscience publique et est entrée dans le vocabulaire culturel de la vie quotidienne comme la fin accessible (et désirable) de l’immaturité de l’adolescence pendant la Deuxième Guerre mondiale » (Blatterer, 2007 : 12). Cette notion présente l’intérêt d’appréhender l’âge adulte comme un processus qui traverse les étapes du cycle de vie et qui porte en lui la dynamique de l’avancée en âge. De ce point de vue, s’il n’existe pas à ce jour un champ dédié en sociologie aux « adultes », ces derniers sont néanmoins au cœur de beaucoup de champs centraux en sociologie, notamment la sociologie urbaine, du travail, de la santé et du handicap, de l’articulation des temps sociaux et de la famille. Poser la question de l’adultéité revient ainsi à interroger à nouveaux frais ces champs selon les trois perspectives proposées.

L’adultéité comme construction sociale, politique, institutionnelle

La première perspective questionne l’adultéité en tant que « produit et instrument des institutions » (Bessin, 1996), résultant de catégorisations institutionnelles ou politiques prenant pour principe l’âge. La focale ici se situe donc en amont de la réception des politiques par les individus et questionne les normes produites par l’État.

La littérature consacrée tant aux systèmes de protection sociale (Mayer et Schoepflin, 1989) qu’à l’institution du parcours de vie (Kohli, 1989) ou aux politiques publiques de la vieillesse (Guillemard, 1986, 2010) a montré combien la construction progressive des systèmes de protection sociale lors de l’industrialisation des sociétés occidentales a institutionnalisé un parcours de vie ternaire qui associe étroitement l’âge adulte au travail, la jeunesse à la formation et la vieillesse à un statut nouveau d’inactivité pensionnée. Une véritable police des âges s’instaure (Rémond et Percheron, 1991). Ainsi, les lois interdisant le travail des enfants, instaurant l’obligation scolaire ou instituant la retraite ont délimité l’âge adulte et l’ont défini comme l’âge auquel le travail (et les statuts et les droits sociaux qu’il constitue) est réservé. Cette structuration par le marché et par l’État des âges de la vie est venue s’articuler aux structurations préexistantes, fondées notamment pour les femmes, sur l’institution familiale et les calendriers de reproduction.

Les critères d’accès aux politiques publiques définissent en creux ce que l’on entend par âge adulte. Cependant, ces seuils d’accès sont extrêmement hétérogènes ; en fonction des dispositifs, on cesse ainsi d’être un jeune pour devenir adulte à différents âges (à 20 ans pour l’accès aux maisons des adolescents, à 25 ans pour l’accès aux missions locales ou encore à 30 ans pour les Kolocations solidaires de l’AFEV). Par ailleurs, la France (à la différence des pays libéraux ou scandinaves) présente la particularité de s’adresser aux jeunes adultes à travers le prisme de la familialisation (Chevalier, 2018 ; Lima, 2016), ce qui contribue à faire émerger un régime de « citoyenneté refusée » (Chevalier, 2018) pour les jeunes adultes de 18 à 25 ans puisqu’ils ne sont pas pleinement considérés comme des adultes. A l’autre extrémité de l’âge adulte en tant qu’âge de l’emploi, l’entrée dans le « troisième âge » est marquée institutionnellement par la retraite, mais peut aussi s’opérer par des statuts intermédiaires, liés à une position plus ou moins dégradée sur le marché du travail (chômage, mise en invalidité) (Guillemard, 2010). Entre les deux, l’ancienneté ou les grilles de progression salariale constituent autant de principes de différenciation du social selon le critère de l’avancée dans l’âge adulte. Les recherches empiriques menées sur le rapport à l’emploi montrent que les jeunes connaissent dans l’emploi des périodes de mise à l’épreuve postulant leur « manque d’expérience », justifiant souvent aux yeux des employeurs de bas salaires (Glaymann, 2020), quand les plus âgés se voient parfois déclassés au nom d’un décalage technologique ou de compétences jugées « dépassées ».

Les contributions de cet axe viendront questionner des processus d’institutionnalisation, d’échelles variables, de différents principes de « police des âges » construisant un âge adulte à géométrie variable, propre à chaque champ. Comment, dans l’élaboration des politiques publiques, la définition de l’adultéité constitue-t-elle un enjeu de lutte ? Quelles politiques des âges s’affrontent et quels courants réussissent à faire valoir leurs perspectives ? Comment les transformations d’institutions centrales dans la société (effritement de lien salarial et du lien matrimonial, pluralisation de la famille, allongement des scolarités, etc.) ont affecté les définitions sociales de l’âge adulte ? Comment les rapports sociaux (de classe, de sexe, de race, etc.) impriment leur marque sur ces processus de construction sociale de l’adultéité ?

L’adultéité comme organisateur des parcours biographiques

La deuxième perspective porte le questionnement à un autre niveau : celui des logiques sociales cristallisées et saisies à l’échelle des individus. Elle envisage les différents principes de « police des âges » cette fois-ci à travers les trajectoires, parcours de vie ou biographies qu’ils produisent. L’adultéité apparaît alors comme une séquence d’un processus de vieillissement (Foner, 1974) ou d’une « entreprise de périodisation des trajectoires biographiques » (Mauger, 2010).

Il s’agit tout d’abord de s’intéresser aux contenus des « attributs sociaux de la maturité » (Chamboredon, 2015) et à leurs variations dans l’organisation sociale et dans le déroulement des biographies des individus. L’accès à un emploi, à une autonomie financière, à un logement indépendant, l’entrée dans la parentalité ou la mise en couple : ces attributs ont souvent été considérés par les sociologues de la jeunesse comme un horizon adulte de référence (ibid. ; Mauger, 2010) ; un ensemble de seuils à franchir et permettant d’entrer dans la vie adulte (Galland, 2001). À l’autre bout de l’échelle des âges, prendre sa retraite éloigne de l’âge adulte. Questionner les transformations contemporaines des normes d’adultéité permet ainsi un renouvellement des manières de penser la jeunesse et la vieillesse, âges qui encadrent et délimitent l’âge adulte. Réciproquement, les travaux sur les transformations de la jeunesse et de la vieillesse informent en creux sur celles de la condition adulte et de son accès ou de sa sortie. Ce renouvellement de perspective se fonde notamment sur deux dimensions de la maturité constitutives de ces attributs sociaux : l’autonomie, d’une part, et la responsabilité, d’autre part. La sociologie de la jeunesse comme la sociologie de la vieillesse et du vieillissement montrent en effet qu’on n’est pas encore ou plus tout à fait adulte lorsqu’on manque d’autonomie, ou lorsqu’on ne peut se voir confier certaines responsabilités (dans le travail, dans des activités associatives, ou la responsabilité d’autrui, d’individus dépendants de soi). Dans quelle mesure ces deux qualités sont-elles acquises et mises en œuvre aux différents moments de la vie d’adulte ? Quelles variations peut-on observer selon les domaines de la vie sociale ? Quels effets statutaires entraîne le manquement à ses responsabilités ? Et quelles sont les responsabilités essentielles pour être considéré comme adulte ?

Les expériences de l’âge adulte varient au fil de l’avancée en âge. Être parent de jeunes enfants, d’adolescents ou de jeunes adultes engage ainsi des pratiques et des investissements différents, et des compositions diverses avec l’activité professionnelle. L’accompagnement d’un parent âgé oblige également à reconsidérer les temps, l’énergie, l’attention accordées tant à la famille de procréation qu’à l’activité professionnelle (Le Bihan-Youinou, Martin, 2006) ou à d’autres cercles ou activités constitutives de la vie sociale (loisirs, amis, associations, voisins, etc.). Symétriquement, les (dés)investissements professionnels modulent l’investissement dans le travail parental comme la participation sociale au-delà du cercle familial, dans des associations, des loisirs, des sociabilités. De quelles manières se rencontrent et s’articulent, durant l’âge adulte, les attentes dans les différents domaines de la vie sociale ? Si des dispositifs institutionnels existent, qui permettent leur articulation (par exemple, par les dispositifs de conciliation entre vie professionnelle et vie privée), comment les individus répondent-ils à ces attentes, et construisent-ils des compromis entre leurs différents rôles, dans des temporalités contemporaines marquées par l’accélération du rythme de la vie quotidienne (Rosa, 2010), par l’urgence et par une pression accrue sur le temps (Aubert, 2003) ? Comment ces articulations diverses sont-elles, d’une certaine manière, constitutives de l’âge adulte et contribuent-elles à le séquencer ? Dans quelle mesure l’âge adulte est-il renouvelé par les pratiques sociales qui le constituent ou le cristallisent ?

Des recherches conduites dans des pays anglo-saxons montrent que les marqueurs institutionnels fixant les seuils d’entrée dans l’âge adulte (quitter le foyer parental, avoir un travail stable, vivre en couple, devenir parent) n’ont pas nécessairement la même signification dans tous les milieux sociaux (Blatterer, 2007 ; Silva, 2012). Ces travaux conduisent à interroger la pertinence ou l’impertinence de l’âge adulte aujourd’hui comme temps intermédiaire institutionnalisé pour les individus. Dans une société contemporaine qui tend à valoriser le développement personnel, la quête de soi et les enjeux d’une adaptation perpétuelle aux changements sociaux, économiques, politiques et environnementaux, l’âge adulte qui incarne la figure de « l’adulte étalon » (stabilisé, responsable, autonome, mature, « achevé ») (Boutinet, 1998) constitue-t-il encore un objectif à atteindre ? Cette réflexion, déjà portée par F. de Singly (2002) mérite d’être véritablement creusée en étant attentifs aux rapports subjectifs que les personnes entretiennent à l’âge adulte, des rapports travaillés par les effets du genre, des catégories sociales, de l’orientation sexuelle, de la race, etc. Des travaux français (Bidart et Lavenu, 2006 ; Van de Velde, 2008) et australiens (Blatterer, 2007) auprès de personnes de milieux plutôt favorisés montrent, par exemple, que celles-ci ne sont pas pressées de devenir adultes et tendent à associer cet âge à des transitions définitives, un palier voire à une stabilité incarnée par leurs parents. Le moment de se sentir adulte est ainsi souvent négocié et retardé, tandis que les jeunes de milieux populaires se voient souvent propulsés dans la perception de soi en tant qu’adultes du fait des responsabilités, pour soi et pour les autres, qui leurs sont imposées (Bidart et Lavenu, 2005). Entre événements biographiques et événements de la biographie (Leclerc-Olive, 1998), l’expérience de l’avancée en âge (prise dans un sens extensif) construit les rapports subjectifs contemporains à l’adultéité. De ce point de vue, iI serait également intéressant de questionner le lien entre l’arrivée du premier enfant et le sentiment d’être ou de ne pas être adulte. Cet événement de vie est en effet souvent considéré comme l’ultime étape de l’entrée dans l’âge adulte (Galland, 1996). Mais, les discours et vécus subjectifs tendent à nuancer cette réalité : du point de vue de la trajectoire, l’arrivée du premier enfant peut être plus ou moins déterminante pour se sentir adulte en fonction des classes sociales (Geay et Humeau, 2016) mais aussi de la position occupée dans le cycle de vie. Si devenir parent signifie ne plus être la dernière génération de sa famille : est-ce pour autant l’ultime étape pour « être adulte » ? Parallèlement, que se passe-t-il lors de la perte de l’un de ses parents quand on est encore dépendant de ces derniers ou lorsque l’on assume un rôle de parent auprès de ses frères et sœurs ? Autant de situations qui ne sont plus dans « l’ordre des choses » des temps institutionnalisés et qui invitent à comprendre les expériences vécues de l’âge adulte.

Il s’agira donc d’interroger la façon dont l’âge adulte est subjectivement appréhendé par les individus : aspire-t-on à devenir adulte ? Se dit-on, se pense-t-on adulte ? Plus généralement, que représente cet âge de la vie pour les individus ? Cette perspective invite ainsi à questionner les marqueurs sociaux de l’âge adulte sous l’angle du sens et des pratiques associées à ces étapes, en lien avec les trajectoires de vie. Autrement dit, il s’agit davantage de comprendre les tensions qui s’exercent entre des temps institutionnalisés et les temps vécus, ce qui conduit à ouvrir la réflexion sur une individuation de l’âge socialement construit comme adulte : comment les étapes instituées comme « passage à/sortie de l’âge adulte » sont-elles vécues par les individus ? Lesquelles sont toujours identifiées comme des étapes significatives, et comment ces identifications varient en fonction des classes sociales et du genre ?

Des tensions peuvent ainsi apparaître entre les temps institutionnalisés (le Chronos, linéaires, irréversibles, standardisés) qui constituent toujours des référentiels et les temps vécus (le Kaïros, flexibles, réversibles, pluriels) (Bessin, 1998). Les temps vécus sont en effet orientés par les projets de vie des individus, des opportunités à saisir, des épreuves à rejouer (Martuccelli, 2006) dans la vie familiale, personnelle, professionnelle, les démarches de formation continue, etc. Autant de dimensions complexes et plurielles qui travaillent les trajectoires de vie et peuvent contribuer à « brouiller les âges » (Gaullier, 1999), c’est-à-dire rendre poreuses les frontières de l’âge adulte et à déployer au-delà de celles-ci les attributs de la maturité. De ce point de vue, il paraît intéressant de déconstruire la tension institutionnalisée entre « grandir » et « vieillir », ces deux processus traversent les âges et travaillent l’âge adulte de façon simultanée en raison de la complexification des trajectoires de vie individuelles. Il convient dès lors d’éclairer le processus d’individuation de l’âge adulte en analysant les expériences parfois successives de mises en couple/séparations/veuvages, de retours en formation et/ou de reconversions professionnelles tout au long de la vie, ou encore, les expériences de dé-re-cohabitation au fil de l’âge et bien au-delà de l’âge de la retraite. Autant d’expériences et de trajectoires qui méritent d’être étoffées pour révéler des vies adultes en mouvement, qui ne cessent de s’orienter, se re-construire ou s’inventer dans un monde de plus en plus incertain et imprévisible (Beck, 2001 ; Grossetti, 2004). Dans cette perspective, les vies adultes seraient devenues plus longues, plus complexes et soit convergeraient avec l’institutionnalisation des parcours de vie, soit se singulariseraient – faisant émerger, par le bas, de nouveaux modèles normatifs.

 

L’adultéité comme rapport de domination et de pouvoir

Cette troisième perspective met en son centre les questions de domination liées à l’âge. Dans cet axe, l’adultéité est envisagée en tant que position de pouvoir vis-à-vis d’autres catégories d’âge, sans évacuer l’articulation de l’âge adulte avec les autres rapports sociaux.

Une première manière de saisir les rapports de domination liés à l’âge adulte est de s’intéresser à la manière dont l’âge adulte est une période de domination sur les autres âges de la vie. Selon ce point de vue, être adulte s’appréhende par un statut et un pouvoir spécifiques à cet âge de la vie, qui s’exerce sur des individus qui n’occupent pas une position adulte. Saisir la domination adulte nécessite d’interroger différentes dimensions des rapports entre adultes et non adultes. Il ne s’agit donc de constater ce qui, dans les relations entre des adultes et des enfants, des jeunes ou des vieux, s’interprète sous la forme d’un pouvoir. On pense notamment aux questions de violences envers les enfants, dont l’inceste (Dussy, 2021 [2013]), qui ne peuvent être expliquées sans prendre en compte la dépendance socialement instituée des enfants envers les adultes, dépendance consacrée par le droit de la famille alors que celle-ci constitue le cadre privilégié des violences à l’encontre des enfants (Tal Piterbraut-Merx, 2020). Ainsi l’âge, défini à partir de la norme de l’indépendance et de l’emploi, l’est également à travers l’autorité, quand d’autres âges de la vie sont associés à l’obéissance (Perriard, 2017). Par quels processus intériorise-t-on ces hiérarchies et comment est-on socialisés à et par ces relations de pouvoir (en famille, à l’école, etc.) ? Quels processus définissent et maintiennent l’âge adulte dans une relation de pouvoir sur les autres âges de la vie ? La lecture en termes de rapports d’âge questionne également la façon dont l’âge adulte est celui de l’exploitation des autres catégories d’âge. Peut-on aisément transposer un raisonnement matérialiste aux catégories d’âge ?

Sur le plan du parcours de vie, on pourrait également penser que l’âge adulte est l’unique moment où les individus sont considérés comme capables de reconnaître et satisfaire leurs besoins. Les enfants et les personnes âgées sont en effet souvent envisagées comme ayant des besoins spécifiques qu’il faut anticiper, avant même d’avoir cherché à comprendre si les besoins que l’on anticipe sont effectivement partagés par ces personnes (Hockey et James, 1993 ; Mallon, 2017). À l’inverse, une perception spontanée de l’âge adulte l’associe à un âge auquel les individus sont mis en capacité de faire des choix. Si les questions des choix individuels et des formes de contrainte qui s’exercent sur les parcours des individus font l’objet de réflexions nourries en sociologie, en psychiatrie ou en droit pour les mineur.e.s, les personnes âgées ou les personnes en situation de handicap physique ou mental (Chastenet et Flahault, 2010 ; Dupont et Rey-Salmon, 2014 ; Eyraud et Moreau, 2014 ; Laroque, 2009 ; Lhuillier, 2015 ; Zielinski, 2009), il nous semble que cette dimension est beaucoup moins explorée concernant les adultes en bonne santé. Les parcours de vie montrent-ils que les individus ont effectivement été plus particulièrement mis en capacité de faire des choix lorsqu’ils étaient adultes plutôt qu’enfant, jeune ou vieux ?

Une deuxième façon d’interroger l’âge adulte sous l’angle de la domination est d’interroger comment certaines catégories de la population n’ont jamais accès à une adultéité pleine et entière. Étudier les marges permettrait ainsi de renseigner sur l’âge adulte en tant que norme générale, qui reste sinon insaisissable. La jeunesse et la vieillesse forment des groupes minoritaires du point de vue des rapports d’âge, c’est-à-dire des personnes ne correspondant pas à la norme de l’adulte indépendant (Hockey et James, 1993 ; Priestley, 2000). Selon Colette Guillaumin (1985), les groupes minoritaires se caractérisent par les stéréotypes qu’on leur attribue, toujours très précis (on se représente aisément « les jeunes » ou « les vieux »), alors que le groupe majoritaire incarne l’universel et demeure difficile à cerner ou à décrire (Guillaumin, 1985).

Les conceptions de la jeunesse, par leur référence à certains attributs sociaux, dessinent en creux des modèles d’adultéité au « champ de validité sociale » restreint en raison des exceptions qu’ils admettent : les femmes soustraites du marché du travail par le mariage (Mauger, 2010) ou les enfants en bas âge (Perriard, 2017), les individus écartés durablement du marché du travail du fait de l’effritement de la condition salariale (Castel, 1997), les formes de ménages qui ne s’écartent de l’hétéronormativité et/ou de la parentalité, etc. Ainsi, un certain nombre de situations restent en marge des définitions modales et les plus légitimes de la condition adulte. Les recherches sur le handicap ou les différents régimes de tutelle éclairent le processus de différenciation des individus qui opère au moment de la confrontation aux institutions du travail et de la famille. R. Bodin note, par exemple, que les handicaps moteurs et psychiques connaissent des pics de déclaration aux tranches d’âge respectives de l’entrée sur le marché du travail et de la mise en couple (2018). Les critères et pratiques professionnelles qui président au tri de ces situations renseignent sur les frontières d’une adultéité pleine et entière. Les traitements institutionnels réservés aux individus qui en sont écartés dessinent alors des conditions adultes de seconde zone puisque ces traitements reposent sur une minoration de leurs droits et de leur participation à la vie sociale. Pour mieux saisir les rapports d’âge (en tant que rapport de domination), il faudrait comprendre ce que représente la norme de l’adultéité et s’il existe une seule ou plusieurs normes de référence.

 

Les propositions de communication ne devront pas excéder 5000 signes espaces compris, hors bibliographie. Elles devront s’appuyer sur un travail de recherche empirique et préciser leur méthodologie.

Elles sont à adresser le 20 juin 2022 au plus tard à ces deux adresses : veronika.kushtanina[at]univ-fcomte.fr et aden.gaide[at]gmail.com

Les auteurs et autrices seront averti·es de la sélection de leur proposition au 15 juillet 2022.

Comité d’organisation :

Yaëlle Amsellem-Mainguy, Alice Chamaian, Aden Gaide, Veronika Kushtanina, Patrica Loncle, Isabelle Mallon, Guillaume Teillet, Arthur Vuattoux.

 

Bibliographie :

Aubert N., 2003., Le culte de l’urgence. La société malade du temps, Paris, Flammarion.

Beck U., 2001, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

Bessin M., 1996, « Les catégories d’âge face aux mutations temporelles de la société », Gérontologie et société, n° 77, “Le temps”, pp. 45-57.

Bessin 1998, « Le Kaïros dans l’analyse temporelle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n°32, “Temps et contretemps. Approches sociologiques”, pp. 55-73.

Bidart C., Lavenu D., 2006, ​​« Se dire adulte en France : le poids des origines sociales », in Devenir adulte aujourd’hui, Bidart C. (dir.), L’Harmattan, INJEP, Paris, 2006, pp. 163-180.

Blatterer H., 2007, Coming of age in times of uncertainty, Oxford, New York: Berghahn Books.

Bodin R., 2018, L’institution du handicap, Paris, La Dispute.

Bourdieu P., 1980, « La jeunesse n’est qu’un mot », in Questions de sociologie, Paris, Editions de minuit, p. 143‑154.

Boutinet J.-P., 1998, L’immaturité de la vie adulte, Paris, PUF.

Boutinet J.-P., 2013., Psychologie de la vie adulte, Paris, PUF.

Castel R., 1997, « L’effritement de la condition salariale », Sociétés & Représentations, n°5, p. 97-103.

Chamboredon J.-C., Prévot J, 1973, « Le ‘métier d’enfant’. Définition sociale de la prime enfance et fonctions différentielles de l’école maternelle », Revue Française de Sociologie, vol. 14, n°3, p. 295-335.

Chamboredon J.-C., 1966, « La société française et sa jeunesse », in Darras P. (dir.), Le partage des bénéfices. Expansion et inégalités en France, Paris, Éditions de Minuit, p. 157-175.

Chamboredon J.-C., 2015, Jeunesse et classes sociales‪, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Chastenet D., Flahault A., 2010, Handicaps et innovation : Le défi de compétence. Presses de l’EHESP; Cairn.info. https://www.cairn.info/handicaps-et-innovation-le-defi-de-competence–9782810900411.htm

Chevalier, T., 2018, La jeunesse dans tous ses États (1re éd). PUF.

Corsaro W., 2015, The Sociology of Childhood, Sage publications.

Diasio N., Vinel V., 2017, Corps et préadolescence. Intime, privé, public, Rennes : PUR.

Dupont M., Rey-Salmon C., 2014, L’enfant et l’adolescent à l’hôpital. Règles et recommandations applicables aux mineurs. Presses de l’EHESP ; Cairn.info.

https://www.cairn.info/l-enfant-et-l-adolescent-a-l-hopital–9782810901500.html

Dussy D., 2021 [2013], Le berceau des dominations: anthropologie de l’inceste, Paris, Pocket.

Eyraud B., & Moreau, D., 2014, “Formes et régulations de l’enfermement psychiatrique : De la création de l’asile aux nouvelles unités sécurisées, l’exemple de l’hôpital du Vinatier.” Cultures & Conflits [En Ligne], 90.

Foner A., 1974, “Age Stratification and Age Conflict in Political Life”, American Sociological Review, Vol. 39, No., pp. 187- 196.

Galland O., 1996, « L’entrée dans la vie adulte en France. Bilan et perspectives sociologiques », Sociologie et sociétés, 28, 1, p. 37‑46.

Galland O., 2001, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Gaullier X., 1999, Les temps de la vie. Emploi et retraite, Paris, Esprit.

Geay B., Humeau P., 2016, « Devenir parents. Les appropriations différenciées de l’impératif de procréation », Actes de la recherche en sciences sociales, 214, 4, p. 4-29.

Glaymann D., 2020, « L’épreuve de l’accès à l’emploi. Les jeunes stigmatisés par le fonctionnement de l’emploi et les politiques publiques d’insertion », Agora Débats/Jeunesses, n°85, Dossier « La jeunesse à l’épreuve du recrutement », n°2.

Gognalons-Nicolet M., 1989, La Maturescence : les 40-65 ans. Âges critiques, Lausanne, P. M. Favre.

Grossetti M., 2004, Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, PUF.

Guillaumin C., 1985, « Sur la notion de minorité », L’Homme et la société, 77, 1, p. 101‑109.

Guillemard A.-M., 1972, La retraite : une mort sociale, Paris, Mouton.

Guillemard A.-M., 1986, Le déclin du lien social, Paris, PUF.

Guillemard A.-M., 2010, Les défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite : perspectives internationales, Paris, Armand Colin.

​​Hockey J., James A., 1993, Growing up and growing old. Ageing and dependency in the life course, London, Sage.

Kohli M., 1989, « Le cours de vie comme institution sociale », Enquête, n°5.

Laroque G., 2009, « Le libre choix du lieu de vie: Une utopie nécessaire. » Gérontologie et société, 32 / 131(4), 45–51. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/gs.131.0045

Le Bihan-Youinou B., Martin C., 2006, “Travailler et prendre soin d’un parent âgé dépendant”, Travail, genre et sociétés. 2006/2, N° 16, p. 77-96.

Leclerc-Olive M., 1998, Le dire de l’événement (biograpique), Villeneuve d’Ascq, PUS.

Lhuillier J.-M., 2015, Le droit des usagers. Dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux. Presses de l’EHESP ; Cairn.info. https://www.cairn.info/le-droit-des-usagers–9782810903627.htm

Lima L., 2016, Pauvres jeunes: Enquête au cœur de la politique sociale de jeunesse. Champ social éditions.

Mallon I., 2017, « Les rapports sociaux d’âge : une dimension (im)pertinente de la relation d’enquête ? », SociologieS.

Mardon A., 2010, « Construire son identité de fille et de garçon : pratiques et styles vestimentaires au collège », Cahiers du Genre, vol.2 (n° 49), pp. 133-154.

Martuccelli M., 2006, Forgé par l’épreuve, Paris, Armand Colin.

Mauger G., 2010, « Jeunesse : essai de construction d’objet », Agora débats/jeunesses, n°56, p. 9-24.

Mayer K.U., Schoepflin U., 1989, “The State and the Life Course.” Annual Review of Sociology, 15, p.187-209.

Metton C., 2009, Les adolescents, leur téléphone et internet, Paris, L’Harmattan.

Morin E., 1962, L’esprit du temps, Paris, Grasset.

Morin E., 1963a, « Salut les copains, une nouvelle classe d’âge », Le Monde, 6 juillet.

Morin E., 1963b, « Salut les copains, le yéyé », Le Monde, 7 juillet.

Pasquier D., 2005, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Ed. Autrement.

Perriard A., 2017, Les figures de la dépendance problématique des adultes : analyse intersectionnelle des politiques sociales liées à l’âge et à l’emploi dans le canton de Vaud., Thèse de doctorat, Lausanne, Université de Lausanne, 297 p

Pitterbraut-Merx D., 2020, « Doit-on protéger les enfants ? Les voies de la domination adulte », Revue du Crieur, N°15, 1, p. 106.

Priestley M., 2000, « Adults Only: Disability, Social Policy and the Life Course », Journal of Social Policy, 29, 3, p. 421‑439.

Rémond R., Percheron A., 1991, Age et politique, Paris, Economica.

Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Singly, F. de, 2002. « La « liberté de circulation » : un droit aussi de la jeunesse. » Revue des politiques sociales et familiales, 67, 1, p.21-36.

Van de Velde C., 2008, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF.

Van de Velde C., 2015, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin.

Zielinski A., 2009, « Le libre choix. De l’autonomie rêvée à l’attention aux capacités. » Gérontologie et société, 32 / 131(4), p. 11–24. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/gs.131.0011

 

 

 

AAC : Les jeunes trans et non-binaires et leurs familles face à l’adversité (Université Laval, Québec)

Réalisé dans le cadre du 89e congrès de l’Acfas, ce colloque offre l’occasion de croiser les savoirs et faire un état des connaissances pour mieux comprendre les situations vécues par les jeunes trans et non-binaires (TNB) et leurs familles pour mieux intervenir. Il vise non seulement à se pencher sur les expériences vécues par les jeunes TNB, mais aussi la manière dont les interactions entre ces jeunes et leur environnement affectent leur expérience, et plus spécifiquement le rôle essentiel que jouent les familles au sein de ces dynamiques. À travers cette activité de diffusion et de réseautage, nous proposons ainsi le développement d’une compréhension globale de l’expérience des jeunes TNB, en prenant en compte l’ensemble des enjeux sociaux, structurels et relationnels auxquels iels font face.

Lien vers l’appel à communication complet.

Colloque interuniversitaire sur la jeunesse : Être jeune d’ailleurs à ici. Les mobilités géographiques lors du passage à la vie adulte

2e édition de ce colloque, en ligne, les 3 et 4 juin prochain !

Plus d’informations ici : https://www.eventbrite.ca/e/billets-2e-edition-du-colloque-interuniversitaire-sur-la-jeunesse-153044679757

Argumentaire :

L’objectif de ce deuxième colloque interuniversitaire sur la jeunesse (CIJ) est de réfléchir collectivement, d’une part, aux processus conjoints de mobilités géographiques et de jeunesse, d’autre part, à la mobilité en tant que transition dans le passage vers la vie adulte. À titre d’exemple, et sans visée exhaustive, ce colloque alimentera les questionnements suivants : comment interroger, ensemble, les processus de mobilité et de jeunesse? Comment le passage vers la vie adulte est-il modulé ou forgé par les mobilités géographiques vécues? Et comment, réciproquement, les mobilités géographiques sont-elles déployées, facilitées ou au contraire contraintes dans le passage vers la vie adulte? Comment est vécue l’absence de mobilité et que produit-elle dans les parcours juvéniles? Enfin, dans quelle mesure l’action publique encourage-t-elle ou, au contraire, dissuade-t-elle les mobilités géographiques dans ces parcours? Ces questions visent à aborder la diversité des expériences juvéniles des mobilités géographiques, des leviers ou des obstacles qui la concernent, de l’action publique qui les visent et ce dans une variété de contextes.

Cet événement ouvert à tous et à toutes vise à créer un espace pluridisciplinaire et international de partage des connaissances scientifiques et pratiques entre personnes s’intéressant aux questions de jeunesse et de mobilité. Nous invitons la relève étudiante, les jeunes chercheurs∙euses et les professionnel∙le∙s du milieu de la pratique à participer à ce colloque.

Appel à articles : « Les politiques locales de la jeunesse : nouvelles questions, nouveaux enjeux ? »

Appel à proposition d’articles pour la revue Agora débats/jeunesses no 92 (2022.3)

Un dossier coordonné Patricia Loncle (EHESP – Arènes) Emmanuelle Maunaye (Université de Rennes 1 – Arènes).

Le dernier numéro dédié aux politiques locales de jeunesse dans la revue Agora débats/jeunesses date de 2007. Treize ans plus tard, il nous semble intéressant de revenir sur ces politiques publiques et de nous interroger sur les évolutions qui les ont concernées au cours de cette période. En effet, si un certain nombre d’interrogations demeurent (les dynamiques de territorialisation et les inégalités territoriales, la transversalité et la nécessité ou non de développer un ciblage ou des démarches de discrimination positive), d’autres sont apparues depuis lors : la prise en compte des « nouveaux » échelons territoriaux (les régions et les intercommunalités) dans un jeu d’acteurs déjà très dense, la nécessité ou non de trouver un leader pour les politiques locales de jeunesse qui apparaissent particulièrement dispersées, le retrait sans cesse accentué de l’État (central et déconcentré), la montée en puissance des institutions européennes, le développement des politiques rurales, l’adaptation des réponses aux différentes problématiques sociales vécues par les jeunes (notamment du point de vue de la capacité des politiques locales à soutenir les jeunes dans leur transition vers l’âge adulte)…

C’est à la fois pour revenir sur les enjeux déjà pointés il y a treize ans et pour examiner les nouvelles problématiques des politiques locales de jeunesse que nous proposons ce numéro. L’intérêt pour les politiques locales de la jeunesse peut ainsi s’exprimer à différents points de vue :

Évolutions récentes des politiques locales de jeunesse 

Tout d’abord, on peut souligner un besoin d’identification, de repérage, de ces politiques publiques. Dans la mesure où elles sont dispersées (à la fois en termes d’acteurs mobilisés, d’échelons d’intervention, de thématiques développées et de publics ciblés) et souvent peu lisibles, leur réalité reste assez largement inexplorée. Des contributions permettant de mettre en évidence les processus de décision et de mise en œuvre des politiques locales de jeunesse (du point de vue des acteurs mobilisés, de la définition des problèmes publics ou bien encore des budgets alloués) ainsi que les tensions et apports des intercessions territoriales seraient particulièrement bienvenues pour ce numéro.

Les interactions entre l’État et les collectivités locales en matière de politiques de jeunesse

Ensuite, la question des liens entre politiques locales de la jeunesse et politiques étatiques (centrales et déconcentrées) apparaît singulièrement méconnue. La plupart des travaux dédiés à ces politiques publiques prennent en compte soit leur dimension nationale soit leur dimension locale. Or, dans les territoires, les modalités de partenariat, de coopération et d’échange entre ces acteurs apparaissent très fréquentes et soulèvent de nombreuses questions en termes de leadership et de définition des intérêts communs aux différentes parties. Des contributions permettant de revenir sur ces modalités de coconstruction de l’action publique (sur les apports et sur les difficultés) seraient très utiles pour saisir la complexité des montages expérimentés.

Les politiques locales de jeunesse en contexte

Par ailleurs, l’analyse de ces politiques publiques est souvent peu située par rapport aux réalités des autres pays, par rapport à d’autres périodes historiques ou encore par rapport à d’autres secteurs de politiques publiques. Pourtant, on peut constater des circulations et des importations dans les modèles de politiques locales mises en œuvre d’un point de vue transnational ou trans-sectoriel. C’est pourquoi, pour ce numéro, nous accueillerions avec plaisir des contributions permettant de comprendre les influences (pratiques ou cognitives) qui traversent les politiques publiques locales de la jeunesse, que ces influences émanent d’autres horizons territoriaux, d’autres périodes historiques ou d’autres sphères décisionnelles.

La prise en compte de la parole des jeunes dans les politiques locales de jeunesse

Aussi, l’adaptation de ces politiques publiques locales aux besoins des publics concernés est rarement questionnée. Si de nombreuses expériences de participation et de consultation des jeunes ont été développées au cours des deux dernières décennies (qu’il s’agisse de saisir les jeunes à l’étape de la formulation de la politique publique, pour le suivi de la mise en œuvre ou bien encore au moment de son évaluation), l’influence de ces initiatives sur les contenus de l’action publique reste incertaine. C’est pourquoi, des propositions qui permettraient de comprendre quelles sont les conditions de prise en compte de la parole des jeunes (en termes de diagnostics territoriaux ou d’expériences de participation) dans les politiques publiques des territoires seraient les bienvenues.

L’importance du local dans les politiques de jeunesse

Pour conclure, alors que les politiques nationales tendent à décroître (voire à disparaître), alors que les institutions européennes ne s’autorisent pas à interpeller directement les territoires infranationaux pour renforcer l’action en matière de jeunesse, il nous semble donc que s’intéresser aux politiques locales de la jeunesse est tout à fait important aujourd’hui, car c’est à cet échelon que l’on peut identifier des initiatives, des avancées mais également des inégalités fortes dans le territoire de la métropole et dans les territoires ultramarins. Des contributions décrivant les réalités de ces territoires hors de la métropole seraient particulièrement appréciées.

Bibliographie indicative :

Angot Sylvère, La « modernisation de l’état », indifférente à l’expertise des services en territoires, La Réforme de l’Administration Territoriale de l’État dans les domaines de la Cohésion sociale et du Développement durable (2009-2015), Thèse de doctorat en sociologie de l’université de Paris-Est, janvier 2020.

Becquet Valérie, Analyser la construction des pratiques citoyennes des jeunes : objets, résultats et perspectives de recherche, Habilitation à diriger les recherches en sociologie, Université de Nanterre, 2013.

Chevalier Tom, La jeunesse dans tous ses Etats, Paris, PUF, 2018.

Hbila Chafik, Jeunes de quartiers populaires et politiques de jeunesse, thèse de doctorat en sociologie de l’université de Rennes 1, Rennes, 2012.

Lima Léa, Pauvres jeunes, Enquête au cœur de la politique sociale de la jeunesse, Nîmes, Champ social, 2016.

Loncle Patricia, Politiques de jeunesse, les enjeux de l’intégration, PUR, Rennes, 2010.

Moalic Maëlle Parisse Jordan, Les politiques de jeunesse des conseils régionaux. Entre recomposition des compétences et affirmation inégale d’un rôle de coordination, INJEP, IAS n°37, 2020.

Nico Magda, Taru Marti, (eds.) Needles in haystacks finding a way forward for cross-sectoral youth policy. Strasbourg, Council of Europe Publishing; 2017.

Parisse Jordan, Réforme territoriale et réorganisation de l’état : quels enjeux pour les politiques de jeunesse ?, Paris, INJEP, 2019.

Poisson Fransez, Collectivités locales et actions publiques en direction des jeunes : les actions des adolescents et adultes dans les expériences nouvelles d’engagement en France et au Québec, thèse de doctorat en science politique, de l’Ecole nationale d’administration publique et de l’Université de Rennes 1, octobre 2018.

Vial Benjamin, Le non-recours des jeunes adultes à l’aide publique. Revue de littérature, Paris, INJEP Notes &rapports, 2018. 

Walther Andreas, Batsleer Janet, Loncle Patricia, Pohl Axel (eds.), Young people and the struggle for participation. Contested practices, power and pedagogies in public spaces. London, Routledge, 2019.

Calendrier

1er juillet 2021: remise des propositions d’articles (1 à 2 pages avec la problématique, la méthodologie et le plan de l’article et une courte notice biographique) à envoyer aux deux coordonnatrices.

20 juillet 2021 : sélection des propositions d’article et réponse aux auteurs et autrices.

15 octobre 2021 : remise des articles aux coordinateurs.

10 décembre 2021: évaluation des articles et retours aux auteurs et autrices

Octobre 2022 : parution du numéro.

Les articles (entre 30 000 et 35 000 signes) préciseront la problématique, les données empiriques mobilisées, le cadre dans lequel l’étude a été menée, la méthodologie employée et les résultats obtenus. 

Coordination du numero

Patricia Loncle –  patricia.loncle[AT]ehesp.fr

Emmanuelle Maunaye – emmanuelle.maunaye[at]univ-rennes1.fr

Parution : Les filles du coin

Yaëlle Amsellem-Mainguy publie un ouvrage issu d’une enquête menée sur les filles en milieu rural.

(Présentation de l’éditeur) : On entend rarement celles à qui ce livre donne la parole. Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l’Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l’échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à « mieux ».

Lors d’une enquête menée dans les Deux-Sèvres, les Ardennes, la presqu’île de Crozon et le massif de la Chartreuse, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse a priori « sans problème » et pourtant largement concernée par les grandes évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Les « filles du coin » lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes
villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?

Plus d’informations ici.

Couverture de l'ouvrage Les filles du coin.

Couverture de l’ouvrage Les filles du coin.

Générations désenchantées. Jeunes et démocratie

Un livre co-dirigé par Laurent Lardeux (RT15) et Vincent Tiberj, à paraître à la Documentation Française / INJEP. Sortie le 23 mars, et en précommande ici.

Résumé de l’ouvrage :

Les analyses rassemblées dans ce livre présentent un tableau approfondi des valeurs juvéniles et de leurs évolutions. En s’appuyant sur de solides enquêtes, ce rapport de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) aborde différentes entrées sur la démocratie en observant plus particulièrement les évolutions entre les différentes vagues de l’enquête européennes sur les valeurs. Ses analyses s’intéressent aussi bien aux valeurs politiques qu’au rapport des jeunes aux normes sociales, au travail, à la famille, à l’écologie. Elles examinent aussi les différenciations à l’œuvre selon l’âge, le niveau d’études, le genre et l’origine. Quelles sont les variations sociodémographiques observées ? Et parmi les jeunes, observe-t-on sur ces sujets beaucoup d’homogénéité ou au contraire peut-on identifier plusieurs jeunesses ?

Colloque : La juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires (17-19 mars 2021, Lille)

Programme du colloque

Disponible en ligne ici : https://jpp2021.sciencesconf.org/program

Inscription

https://forms.gle/6nmEFLP5zRjZWoNe6.

Présentation générale du colloque :

Depuis des décennies, se sont succédées en Europe et au-delà, des générations de politiques publiques visant à intervenir sur ou en accompagnement des jeunes, autour de thématiques comme l’insertion, l’accès à l’emploi, l’éducation, les pratiques médiatiques, informationnelles et numériques, la citoyenneté. Ces politiques se sont déclinées autour trois principaux modèles : soit des programmes d’action (planification) thématiques ou stratégies jeunesse de niveau étatique sous l’impulsion de Ministères nationaux et/ou fédéraux, soit des dispositifs inspirés de l’affirmative action (Blanchard 1989) ciblant des populations et/ou territoires spécifiques, soit celui de politiques de jeunesses dites intégrées dans le cadre d’une régionalisation, d’une décentralisation de l’action publique. Toutes ces politiques sont restées caractérisées par un relatif flou, et de fortes fluctuations dans la définition même de ces jeunesses, qualifiant parfois des classes (d’âge), des générations (Moreno et Mariano 2018) ou encore des problèmes spécifiques.

C’est en particulier le cas en France où la remise en question, dans les années 1980, d’une approche sectorielle et centralisée des politiques publiques (Muller 1990), s’est traduite dans les premiers temps de la décentralisation, par la mise en place de politiques qui ne ciblent plus tant des “problèmes” spécifiques que des catégories spécifiques ou des zones spécifiques, et qui croisent de façon orthogonale une territorialisation progressive des politiques publiques (Warin 2004). Si l’existence de politiques de la “jeunesse” n’est pas en tant que telle une nouveauté (Loncle 2003), comme en témoigne du reste l’ancienneté de l’existence d’un Ministère consacré à cette catégorie en France, cette tendance s’est notamment concrétisée par une multiplication depuis les années 1980 de ce qu’on peut qualifier de « politiques publiques juvénilisées », au sens de programmes d’action publique qui mettent en avant la catégorie « jeunesse », par ailleurs vigoureusement discutée (Barry 2005). Ceci étant avéré pour la France, mais aussi au niveau européen (Oberti et Richez 2006 ; Chevalier 2015 ; Loncle 2017), voire au-delà (Williamson 2006 ; Williamson 2017), à une échelle nationale autant que dans le champ local (Halter 2007 ; Loncle 2011). Au point que l’existence d’une spécificité de politiques dédiées à une catégorie « jeunesse » peut sembler relever de l’évidence.

Cette évolution n’est pas sans soulever un certain nombre de questions.

D’abord, la sociologie de la jeunesse n’a cessé de démontrer qu’il n’existe pas de définition consensuelle de la catégorie « jeunesse » (Mauger 2010), que cette catégorisation est tributaire de représentations voire de stigmatisation (Gauthier 2008). En outre, les dispositifs marqués du sceau des “politiques de jeunesse” se caractérisent par leur grande variété tant dans leur contenu que dans leurs objectifs, leurs méthodes et leurs populations cibles (Becquet, Loncle, Van de Velde, 2012). Dans quelle mesure cette catégorie fait-elle sens, pour qui et dans quels contextes ? La mise au pluriel de la catégorie a-t-elle un quelconque impact ou n’est-elle qu’un effet de langage ?

Elle pose aussi les questions des effets attendus de ces politiques lorsqu’elles convergent, et de leurs référents idéologiques : s’agit-il de renforcer la citoyenneté, l’esprit critique, la créativité, de lutter contre des mécanismes de désinsertion sociale, ou, d’appuyer sous des formes plus normative l’encadrement des conduites, renforcer les effets de stigmatisation des « déviances » ou de « désengagement » ? De « mettre en capacité » réelle d’action, d’émanciper ou de conforter une vision néo-libérale de l’employabilité derrière des dispositifs de développement des compétences y compris les compétences numériques de l’“e-administré”?

Par ailleurs, la définition d’une population par classes d’âge, outre le fait de masquer une grande hétérogénéité (genre, classe, lieu d’habitation, capital culturel, etc.), peut aussi être prétextes à d’autres enjeux intéressant les institutions elles-mêmes, parfois davantage que les objets auxquels leur politique sont censées s’intéresser. La mise en place d’un réseau d’acteurs, le travail de consolidation de partenariats autour des thématiques jeunesse, en constituent aussi les attentes et possibles résultats tangibles. Les espaces nouveaux de collaboration ainsi créés deviennent porteurs d’enjeux politiques pouvant dépasser les effets attendus auprès des populations bénéficiaires de ces programmes. Dans cette optique, la « juvénilisation des politiques publiques » voit dédier explicitement à certains dispositifs d’accompagnement, de mise à l’emploi etc. le rôle de laboratoires de redéfinition de la conduite de l’action publique. Il s’agirait donc d’éclairer dans quelle mesure la « jeunesse » joue-t-elle aussi ce rôle de catégorie d’action politique ? Entourée de représentations positives, elle accompagne de ce fait aussi des formes évidentes de quête institutionnelle de rationalisation des moyens, de « meilleure » gestion, de communication vertueuse, voire éventuellement des visions à très court terme de l’action politique…

Enfin, derrière l’acception du terme générique de « territoire » des politiques de jeunesses se profilent des situations fortement différenciées au sein des métropoles autant qu’à distance de celle-ci dans les territoires de faibles densités (périurbain, rural…). C’est d’abord la tension classique entre actions ciblant des périmètres (discrimination positive) et des territoires qui est aujourd’hui à réinterroger par l’entrée croissante dans la société des réseaux (Vanier 2015, Estèbe 2008). Mais aussi la situation des jeunesses que les politiques abordent par périmètres ou par classements d’urbanité (territoire ruraux, périurbains). Quel sens, pour des « jeunesses » qui s’affranchissent allègrement des compartiments spatiaux ? Qu’attendre par ailleurs de dispositifs d’exception dit « sur mesure » ou de l’affirmation de principes de différenciation territoriale ?

Ce sont ces problématiques que nous souhaitons voir développer lors de ce colloque, en accueillant notamment des contributions qui pourraient se définir autour d’axes de réflexion généraux suivant, non-limitatifs : quels sont les « problèmes sociaux » visés par les politiques publiques territoriales en direction de la jeunesse ? À quelles problématiques socio-politiques répond la juvénilisation des politiques publiques territoriales ? Quelles sont les méthodes nouvelles qui sont pratiquées et mises en œuvre dans le cadre de ces politiques ? Pour quels effets sociaux, territoriaux ?

Les axes thématiques de l’appel : 

Axe 1 : De quels problèmes la jeunesse (la juvénilisation ?) est-elle le nom ?

Axe 2 :Co-construire les politiques publiques territorialisées en direction des jeunes ?

Axe 3 :Questionner l’implication des jeunes

Les travaux interdisciplinaires seront particulièrement bienvenus ainsi que des études qui portent sur des terrains nationaux ou internationaux variés.

Des mineurs comme les autres ? Approche pluridisciplinaire de la prise en charge des mineurs étrangers isolés

Ce colloque porte sur la prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA). Il est organisé par Lisa Carayon (USPN, IRIS), Julie Couronné (INJEP), Sarra Chaïeb (USPN, IUT de Bobigny), Julie Mattiussi (UHA, CERDACC), Daniel Senovilla-Hernández (U. Poitiers, Migrinter), Arthur Vuattoux (USPN – IRIS), avec le soutien de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, de l’IUT de Bobigny, de l’Association française de sociologie et de Migrinter.

S’inscrire au colloque

Le colloque ayant lieu – période oblige – intégralement en ligne, il est nécessaire de s’inscrire en cliquant sur le lien suivant avant le mercredi 27/01/2021. Vous recevrez ensuite un lien de connexion.

Le programme

29 janvier 2021

9h: Introduction (Julie Mattiussi, Lisa Carayon et Arthur Vuattoux)

La prise en charge, entre expérience individuelle et histoire collective

Animation du tchat : Julie Mattiussi

Modération : Lisa Carayon

  • 9h30 Julien Long – Doctorant, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) – Université de Nantes, fellow à l’Institut Convergences Migrations (Policy – MINA 93 Les jeunes étrangers isolé.e.s en France et les transformations de leur prise en charge de 1945 à nos jours. Regard socio-historique sur un phénomène ancien
  • 9h45 Cléo Marmié – Doctorante, EHESS Paris / InSHS CNRS, Centre Maurice Halbwachs – LIRTES Protéger les « MNA », et redonner le sourire… aux éducateurs. Séparer le bon grain de l’ivraie en protection de l’enfance
  • 10h Marion Perrin – Doctorante à l’Université Sorbonne Paris Nord, EXPERICE Mineurs non-accompagnés en institution, des jeunes comme les autres ?

Discussion : 10h15-10h45

Pause

La prise en charge, diversité des pratiques

Modération : Sarra Chaïeb

  • 11h Sarah Hias – Doctorante en Droit privé et sciences criminelles, Laboratoire Droit et changement social, UMR CNRS 6297, Université de Nantes La disparité des capacités d’hébergement des mineurs non accompagnés selon les départements
  • 11h15 Virginie Baby-Collin – professeure de géographie, Aix Marseille Universiét, Nina Riouffe – diplômée de SciencesPo Aix Trajectoires scolaires et de formation professionnelle des Mineurs Non Accompagnés (MNA) : le rôle des établissements privés à Marseille
  • 11h30 Simon Protare, Emeline Zougbede (avec Yasmine Bouagga) – Projet MINA 93, laboratoire Triangle, ENS Lyon De l’encodage des dossiers à l’accompagnement quotidien : genèse d’une prise en charge spécialisée des MNA

Débat : 11h30-12h

Pause déjeuner

Diversité de prise en charge selon les pays

Modération : Daniel Senovilla Hernandez

  • 14h Sylvia Garcia Delahaye, Luca Decroux – HETS-Genève, Valérie Frossard – Photographe, Paris, Jérôme Mabillard – HETS-Genève Vers une prise en compte holistique et dynamique des besoins des enfants et des jeunes migrant-es à Genève
  • 14h15 Vista Eskandari, Nesa Zimmerman – Co-responsables de la Law Clinic sur les droits des personnes vulnérables de l’Université de Genève L’accès aux droits des jeunes personnes migrantes non accompagnées à Genève
  • 14h30 Williams Nyanda Mkamwa – Assistant à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université de Yaoundé II Soa La protection de l’enfance en Afrique subsaharienne: le cas des Mineurs Non Accompagnés au Cameroun
  • 14h45 Anna Granata – Université de Turin Un « village » pour chaque jeune : étude de cas sur la transition à l’âge adulte des mineurs isolés étrangers en Italie

Débat : 15h00-15h30

30 janvier 2021

Samedi matin – 9h

Animation du tchat : Lisa Carayon

La prise en charge, questions de la santé

Modération : Arthur Vuattoux

  • 9h30 Laure Hadj – Socio-démographe, Université de Picardie – Jules Verne, Sophie Dumenil– médecin référent en protection de l’enfance, conseil départemental de la Somme, Le passeport santé des MNA de la Somme
  • 9h45 Solène Plana – juriste, Hinde Maghnouji – psychologue clinicienne et doctorante en anthropologie La prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA) : les difficultés liées à la représentation légale et ses répercussions en matière de santé mentale
  • 10h Héloïse Bertin – Doctorante à l’Université Paris Ouest – Nanterre, Des configurations locales de l’accès aux soins des MNA

Discussion : 10h15-10h45

Pause

Les enjeux du passage à la majorité

Modération : Julie Couronné

  • 11h Sarra Chaïeb – Cadre pédagogique IUT de Bobigny, Chercheure associée à Dyname (Université de Strasbourg), Isabelle Frechon –chargée de recherche CNRS, Laboratoire Printemps UMR 8085 – Université Paris Saclay, La fin de parcours à l’ASE des jeunes isolé.e.s étrangers et leurs rapports à l’aide et aux institutions
  • 11h15 Marine Giannini – éducatrice spécialisée, Aude Lecroisey – assistante sociale – Fondation COS / Foyer Claude Quancard De la Protection à la demande de Contrat Jeune Majeurs : Les enjeux de la majorité.

Discussion : 11h30-12h00

 

9e Congrès de l’Association française de sociologie, Lille 2021: appel à communication du RT15

9e Congrès de l’Association Française de Sociologie 2021 à Lille – Campus scientifique de Villeneuve-d’Ascq, 6-9 juillet 2021

Les recherches menées sur les jeunes et la jeunesse comme période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, posent la question du changement, de la permanence et de la continuité et s’intéressent aux logiques sociales qui semblent parfois immuables. Génération à travers laquelle une société semble se renouveler, séquence de vie collective au cours de laquelle un groupe social se reproduit autant qu’il se recompose, âge de la vie où se dessinent des positions sociales à l’échelle des biographies : quel que soit le point de vue adopté, la thématique du « changement » semble constitutive de celle de la jeunesse. Les sociologues oscillent ainsi entre la volonté de saisir les transformations sociales dont la jeunesse est porteuse (la jeunesse comme reconfiguration, recomposition) et le souci de déceler les manifestations contemporaines de mécanismes déjà connus et documentés : la domination, la reproduction ou les inégalités sociales (la jeunesse comme éternel recommencement).

Des changements au sein de la jeunesse ?

Si dans la forme des changements existent, bouleversent-ils pour autant les constats sociologiques antérieurs ? Lorsque par exemple on s’intéresse aux « nouvelles » modalités d’accès à l’université (cf. Parcoursup) on constate d’une part qu’elleschangent les règles d’accès à l’université en opérant une sélection fondée sur les seules contraintes des universités au détriment des souhaits d’orientation des jeunes, et d’autre part maintiennent une logique de sélection qui ne date pas de Parcoursup, ni même d’APB, mais bien des fondations historiques d’une université mettant à l’écart les jeunes des classes populaires, et ceux qui n’ont pas bénéficié du capital culturel suffisant pour anticiper les règles de sélection. Si l’on se penche cette fois sur les dimensions intimes de l’expérience des jeunes : les recherches menées dans ce domaine montrent bien ce que les dernières décennies ont pu révéler de changements (un accès plus libre à une information immédiate sur la sexualité, une transformation des prises de parole sur la sexualité via les réseaux sociaux, etc.), mais aussi de permanences (un âge au premier rapport sexuel demeuré stable, les difficultés de communication autour de la sexualité dans les familles, des violences sexuelles et de genre toujours aussi présentes, etc.). Quand on s’attache à étudier l’emploi et le rapport au travail, la pluralité des observations, analyses et discours interpelle : tandis que certains défendent l’idée que la jeunesse aurait changé dans son rapport au travail et à l’emploi, qu’elle serait moins individualiste, moins attachée au travail et à l’entreprise, d’autres viennent montrer le contraire. Pour autant, la permanence des inégalités dans l’accès à un emploi pérenne se traduit par une entrée dans la vie adulte marquée par la précarité et/ou le déclassement pour la part des jeunes la moins diplômée.

La jeunesse actrice ou productrice de changements ?

Les récents mouvements de jeunes posent la question de la propension des jeunes à « changer la donne », à imposer de nouvelles grilles de lecture de la société ou encore à se les approprier. Qu’il s’agisse des mobilisations autour de la crise climatique, de celles autour des réformes de l’université ou contre des dispositifs tels que le CPE ou encore de pratiques et des comportements sur les manières de faire famille, de construire son couple décohabiter/cohabiter mais aussi de travailler, on peut s’interroger sur la capacité de la jeunesse à être actrice ou productrice de changement.

Des actions destinées à changer les jeunes ?

L’encadrement des pratiques juvéniles est une constance, tant ils et elles ont été l’objet de volontés de canalisation de leurs expressions politiques, de leurs « déviances », de leurs choix. On pense ici à la répression des déviances adolescentes, à la militarisation de l’encadrement de la jeunesse (illustrée récemment par le Service national universel), ou encore à l’injonction à l’autonomie dans les dispositifs d’aide sociale à destination des jeunes précaires et à leur exclusion des dispositifs à leur majorité ou à leurs 25 ans.

Les communications proposées dans le cadre du congrès pourront enfin prendre pour objet le changement dans les modalités d’appréhension sociologique de la jeunesse. Que nous apprennent de la jeunesse les recherches intersectionnelles ? Quel est l’apport des enquêtes quantitatives sur la jeunesse et l’émergence d’éventuelles nouvelles pratiques, comportements, représentations ? Comment saisir les effets des transformations historiques sur la jeunesse ? Et dans cette année 2020 si particulière, qu’en est-il des effets de la crise sanitaire : assiste-t-on à des modifications sociales structurelles entre un avant et un après Covid ou la crise n’a-t-elle fait qu’exacerber des inégalités sociales scolaires, d’insertion, professionnelle pré-existantes et accentuées depuis 2008 ?

Parce que la question des « changements », de la « nouveauté » et de la « constance » interroge la sociologie de la jeunesse et afin de sonder les spécificités des changements jeunesse, nous avons choisi de construire notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (plusieurs sessions sont co-animées avec d’autres RT), là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité et d’originalité, à travers les questions des classes sociales, de la famille, des institutions, du numérique mais aussi du travail.

*  *  *

Session 1 : travail, insertion professionnelle, précarité, classes sociales

Session commune avec les RT 5 (classes sociales, inégalités, fragmentation) et le RT 25 (travail, formation, emploi)

Depuis les années 1970, les difficultés d’insertion des jeunes se sont accrues. Si ces bouleversements affectent structurellement l’ensemble des nouveaux entrants sur le marché du travail, certaines jeunesses, en particulier celles issues des classes populaires, les subissent plus directement. Ainsi, les inégalités entre générations, amplifiées par les crises économiques qui ont ponctué ces cinquante dernières années, ne doivent pas invisibiliser celles qui se jouent au sein d’une même classe d’âge. Elles ne doivent pas non plus masquer le désavantage de certaines cohortes, récentes, au gré des effets des crises.

Cette session commune aux RT « Jeunesse », « Classes, inégalités, fragmentations » et « Travail, organisations, emploi » se propose ainsi de questionner les modalités d’insertion professionnelle des jeunes dans un contexte de crise économique persistante et de crise sanitaire émergente. Dans quelle mesure les conditions d’insertion professionnelle des jeunes se transforment ? Qu’est-ce que le « changement », en tant qu’injonction managériale et politique, fait à leurs pratiques ainsi qu’à celles de leur entourage familial et professionnel ? Comment jouent, s’accentuent et/ou se recomposent les inégalités de classe, de genre, d’origines ethnoraciales et géographiques ou encore d’âge ? Une place sera accordée aux recherches qui s’intéressent aux effets des crises récentes – sociales, économiques et sanitaires – sur les conditions d’entrée des jeunes sur le marché du travail, diplômés ou non.

Nous proposerons deux axes :

– Les transformations des capacités d’adaptation au monde du travail et les effets de l’injonction à travailler son « employabilité » de façon de plus en plus précoce

– Les mutations des conditions d’accès à l’emploi et des conditions de travail à la sortie des études, en contexte de tertiarisation, d’ubérisation, de précarisation et de valorisation d’entrepreneuriat.

Session 2 : jeunesse en institution, changements attendus pour les jeunes par les institutions, quelles attentes de changements, quels objectifs ?

Session commune avec le RT 40 (sociologie des institutions)

Au fil de l’histoire, la jeunesse est souvent représentée comme actrice du changement, que celui-ci soit perçu de manière péjorative si on se place du point de vue de l’ordre social ou positive de celui des mouvements révolutionnaires. Elle est également perçue comme une période où les jeunes traversent des changements successifs d’identité jusqu’à l’âge adulte, dans une période moratoire entre minorité et majorité faite d’expérimentations. Pour autant, pour une partie de la jeunesse, ces seuils d’âge sont loin d’être vécus en termes d’expérimentation individuelle et sont normés par les institutions qui les encadrent. Cette session qui réunit le RT jeunesse et le RT institutions questionnera la jeunesse dite institutionnalisée (Parron, Sicot, 2009) et les cadres normatifs du changement qui leur sont imposés dans un glissement sémantique provenant du monde de l’entreprise et de ses catégories gestionnaires (Lacroix, 2016). Que l’on pense à la contractualisation croissante des dispositifs, à l’approche par projet qu’elle implique ou aux normes d’« autonomie » et d’« indépendance » au cœur des référentiels d’action publique, il serait intéressant d’interroger ces notions qui engagent un jugement social sur les personnes et les situations (Dumollard, Lima, 2016) et qui ont pour effet d’exclure les jeunes qui ne « collent » pas aux attentes institutionnelles (Muniglia, Rothé, 2012) ou aux critères d’évaluation utilisés (Carayon, Mattiussi, Vuattoux, 2018).On s’interrogera alors sur les changements attendus chez les jeunes par les différents dispositifs d’aide et donc par les institutions qui les mettent en œuvre, que l’on s’intéresse au contrat jeune majeur en protection de l’enfance (Jung, 2010 ; Petit-Gats, Guimard, 2011), au RSA jeune, au Fonds d’aide aux jeunes FAJ (Lima, 2015), à la Garantie jeune (Couronné, Sarfati, 2018) dans le champ de l’insertion, ou aux dispositifs qui ciblent par exemple les jeunes migrants. Quelles inégalités ou ressources produisent-ils ? Sur quelles normes et quels discours les agents s’appuient-ils pour produire leur évaluation ? Nous travaillerons également sur la manière dont les jeunes se saisissent ou rejettent les dispositifs qui leur sont dédiés, sur les stratégies qu’ils mettent en place pour ajuster leurs récits aux attentes normatives des institutions et sur les formes de résistance qui existent. Cette session commune sera l’occasion d’aborder ces questionnements sans pour autant qu’ils ne soient exhaustifs.

Session 3 : Les usages numériques des jeunes leur sont-ils spécifiques ?

Session commune avec le RT 11 (sociologie de la consommation et du numérique)

Cette session commune aux RT « Jeunesse » et RT « sociologie de la consommation et du numérique » (RT11) propose de mettre en saillance les enjeux autour des usages numériques des jeunes, de même que leur capacité (ou non) d’indure de « nouveaux » comportements et de « nouvelles » représentations. Cette session s’intéressera aux manières d’agir collectivement en ligne, de même qu’aux types d’applications mobilisées pour ce faire. Il s’agira par exemple de se pencher sur le profil des « activistes » afin d’interroger une éventuelle spécificité liée à l’âge, sans pour autant mettre de côté les catégories sociales, le genre, les territoires et les origines ethnoraciales….

Cette session pourra être l’occasion de se pencher sur les mobilisations politiques qui surviennent depuis plusieurs années à l’image de « #MeToo » appelant à la libération de la parole des victimes d’agressions et de harcèlement sexuels sur les réseaux sociaux née ne 2010 puis relancée en 2017 par l’affaire Weinstein. L’année 2018 a été marquée par le mouvement « #MeToo » et sa déclinaison « #balancetonporc », qui ont fait émerger des milliers de témoignages sur les violences sexistes et sexuelles quotidiennes. Si les femmes de tous âges ont largement contribué au mouvement #metoo, d’autres exemples portent davantage sur les jeunes comme c’est le cas de « #balancetontiktokeur » pour dénoncer les violences et chantages sexuels mis en place par des influenceurs « Tiktokeurs » sur cette application prisée des adolescent·e·s. C’est aussi le cas de la campagne « #balancetonbahut » qui s’est rapidement diffusé sur les médias sociaux à la rentrée 2020 dénonçant le sexisme dans les règlements intérieurs des établissements du second degré (photos, vidéos à l’appui). Ou encore, plus récemment, de « #balancetafac » lancé par les étudiant·e·s à pour dénoncer les conditions d’accueil dans les universités et la non application des protocoles sanitaires.

Les outils numériques et les médias sociaux sont aujourd’hui au cœur des actions et des mobilisations collectives et ne sont pas sans effets sur la socialisation et les sociabilités politiques. L’entraide dans le travail scolaire est également concernée. On pourra ainsi s’interroger sur les liens entre les activités en ligne et hors ligne et sur les spécificités – s’il y en a – des jeunes dans leurs mobilisations dont ils et elles sont parfois à l’initiative (“#balancetonbahut”), parfois uniquement concerné·e·s (comme c’est le cas avec « #youthforclimate »), et à d’autres moments impliqués.

Nous proposons dans cette session d’explorer les multiples dimensions de ces mobilisations numériques contemporaines, qui concernent les plus jeunes, pour mieux penser les enjeux politiques qui les traversent. Enfin, on cherchera aussi à comprendre ce que ces mobilisations en ligne disent de la manière de s’impliquer selon les âges et les causes et ce qu’elles révèlent des rapports de pouvoirs et des rapports au temps, afin de saisir des éventuels facteurs de changements.

Session 4 : entrée dans la parentalité, nouvelles formes de parentalité, décohabitation de la famille d’origine…  

Session commune avec le RT 33 (famille, vie privée, vie publique)

Combiné au passage de « l’école à la vie professionnelle », celui de « la famille d’origine à la famille de procréation » par lequel les individus accèdent à une position stabilisée sur le marché matrimonial est un processus constitutif de la jeunesse (Mauger, 2010). Dès lors, les rapports réciproques de la jeunesse et de l’institution familiale peuvent être examinées sous l’angle du « changement » de plusieurs façons.

Un premier questionnement considère la jeunesse en tant qu’ « âge de la vie » au cours duquel s’opère un double mouvement de réajustement des liens avec la famille d’origine, marqués par un plus grand respect de l’autonomie de chacun (de Singly, 2000 ; Ramos, 2006) d’une part, et d’engagement dans des relations affectivo-sexuelles et de construction conjugale d’autre part. Cette séquence biographique de changement connaît néanmoins de multiples variations selon les ancrages sociaux des jeunes et de leur famille, en matière de catégorie sociale et de genre notamment. Et si le changement passe par une autonomisation progressive de la part des jeunes, la famille d’origine (parents, collatéraux, familles élargie) continue de peser sur la façon dont ces derniers construisent à leur tour leurs propres foyers. Mais l’attention peut aussi être portée sur la configuration familiale d’origine qui subit des transformations au fur et à mesure de l’entrée des enfants successifs dans cet âge de la vie. Les socialisations familiales vécues au sein d’une même fratrie varient alors selon le critère du rang en son sein : ainsi évoluent les relations entre collatéraux, l’organisation de l’espace familial, l’intensité des cadrages parentaux, etc. au fil de l’histoire familiale. Sont visés ici les recompositions de la famille du fait de l’entrée en jeunesse de ses membres et leurs effets (en termes de configuration, de socialisation des membres restants, etc.).

Un deuxième axe cible davantage les transformations historiques de l’articulation jeunesse/famille et ses déclinaisons locales/régionales. Comment les constructions familiales et conjugales engagées par les jeunes sont impactées par les évolutions des familles observées ces deux dernières décennies (comme la proportion doublée de famille monoparentales entre 1990 et 2017, majoritairement composées de mères avec leurs enfants et qui concernent d’abord les ménages les moins diplômés et les plus exposés à la précarité, données INSEE) ? Et comment les jeunes en retour contribuent eux-mêmes et elles-mêmes à transformer l’institution-famille du fait des foyers qu’ils construisent ? Les nouvelles normes dont ils et elles sont porteurs (en termes de rapport entre conjugalité et cohabitation, de rapport à l’hétéronormativité, etc.) et leur inscription dans de nouvelles formes d’alliance conjugales témoignent de possibles « effets de génération » dont il convient d’analyser la portée. Ces phénomènes pourront également être abordés sous l’angle des variations territoriales qu’ils observent.

Enfin, deux « effets de moment » pourront être au centre des discussions : une crise sanitaire, économique et sociale surgit un peu plus d’une dizaine d’année après la précédente, dont les effets se font encore sentir pour les générations confrontées à la mise en ménage dans les années 2008 (arrêt de la hausse du niveau de fécondité et retard du premier enfant, Pinson, 2013). Dispose-t-on de premiers éléments pour saisir les nombreux canaux par lesquels la crise sanitaire actuelle influe sur le cours des constructions conjugales et familiales des jeunes d’aujourd’hui ? L’accès à un emploi, à un logement, les décohabitations/cohabitations/recohabitation contraintes du fait d’une période de confinement, la fragilité des liens avec des famille d’origine confrontées au risque sanitaire, à la maladie, voire à la mort, l’absence d’horizons temporels : autant de contraintes dont on peut faire l’hypothèse qu’elles pèsent sur la constitution des ménages juvéniles. À l’indétermination qui caractérise cet « âge de la vie » (Mauger, 2010, Van de Velde, 2008) s’ajoute l’indétermination qui caractérise le moment que nous traversons. Et en la matière, les ressources matérielles et sociales pour y faire face, fonctionnant comme autant de filets de sécurité, restent inégalement distribuées (Portela et Raynaud, 2019).

Sessions non-thématiques : Des changements au sein de la jeunesse ? La jeunesse actrice et/ou productrice de changements ?

Pour ces sessions, nous accueillons des communications en lien avec l’appel général, mais qui ne s’inscriraient pas directement dans les appels entre RT. Si votre communication répond aux questionnements de l’AAC général (voir infra), sans s’inscrire dans l’une des sessions croisées, n’hésitez pas à nous l’envoyer en précisant qu’il s’agit là d’une communication pour les sessions non-thématiques.

Les réponses à ces appels à communications (sections croisées ou sections non-thématiques) devront être chargées directement sur le site de l’AFS (https://afs-socio.fr/) au plus tard le 15 janvier 2021.

Appel à textes : Le chez-soi et les limites de l’individualisation

Appel à texte, dossier coordonné par Emmanuelle Maunaye et Elsa Ramos, revue EFG.

Ce numéro a pour objectif, à partir de l’analyse de la notion de chez-soi, d’éclairer et de comprendre les dynamiques sociales complexes que produisent, partout dans le monde, les transformations de la famille et des rapports de générations marqués par une tension entre, d’une part, une demande et une injonction à l’autonomie et, d’autre part, une recherche de maintien des liens étroits de solidarité. Ce dossier compte plus spécifiquement cerner l’idée du chez- soi comme un espace qui intervient dans la construction d’un « individu individualisé », où chaque membre du groupe familial pourrait ainsi être considéré notamment dans les sociétés individualistes contemporaines.

Trois questions guideront en particulier la problématique de ce numéro. Dans quelles situations le chez-soi peut-il perdre cette fonction ? Cette perte révèle-t-elle des contraintes sociales, familiales et personnelles où sont insérés les individus ? Que devient alors l’idée de l’«individu individualisé» par le chez-soi ?

Lien vers l’appel à texte : Appel EFG

Parution : La participation politique en ligne des jeunes à travers le prisme des inégalités socioculturelles (INJEP)

Julien Boyadjian, maître de conférences en science politique, Science Po Lille, Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS, UMR 8026), publie un rapport sur la participation politique en ligne des jeunes.

Il est disponible / téléchargeable sur le site de l’INJEP (voir résumé ci-dessous).

Le numérique et les médias sociaux apparaissent aujourd’hui comme les principaux supports et vecteurs de la participation politique des jeunes. Signer une pétition en ligne, participer à des groupes de discussion politiques sur les réseaux sociaux ou encore partager des vidéos de candidats apparaissent comme autant de modalités participatives plébiscitées par la jeunesse. Loin de se désengager de la vie de la cité, les jeunes semblent ainsi continuellement renouveler les formes de leur engagement au gré des avancées technologiques. Plus ou moins « conventionnelles », plus ou moins chronophages, plus ou moins assumées, ces nouvelles formes de participation sont néanmoins loin de former un tout homogène. Ce rapport propose d’éclairer ces différentes facettes de la participation en ligne, en les articulant aux profils des jeunes qui y ont recours. À cette fin, l’auteur a mené une enquête multi-méthode (questionnaire, entretiens et observation de comptes en ligne) auprès d’un millier de jeunes, aux origines sociales et aux parcours scolaires diversifiés. Catégorie sociale composite et hétérogène, la jeunesse est en effet traversée par de nombreuses inégalités que le numérique n’a pas fait disparaître. Qu’ils soient décrocheurs scolaires ou étudiants de grandes écoles, les jeunes interrogés apparaissent tous comme hyper connectés. Pour autant, tous ne développent pas les mêmes usages sociaux et politiques du numérique. Il apparaît alors que le rapport à la participation en ligne dépend très étroitement de l’acquisition de ressources très inégalement distribuées au sein de la jeunesse (capital culturel des parents, capital scolaire, etc.). À partir des résultats d’une analyse multivariée, le rapport établit plus précisément une typologie de quatre grands rapports à la participation numérique. Une typologie qui permet de rendre compte de toute la diversité de cette participation, mais aussi des inégalités qui la structurent.

Mort de Jean-Claude Chamboredon

Le sociologue Jean-Claude Chamboredon est mort le 30 mars 2020. France Culture publie un portrait de ce sociologue majeur, pour la sociologie de la jeunesse comme pour la sociologie urbaine ou celle de l’enfance.

Parmi ses articles, on peut notamment lire un classique de la sociologie de la jeunesse : “La Délinquance juvénile : essai de construction d’objet”, en ligne sur Persée.

Gouverner par les inégalités : l’ESR « en marche » – communiqué commun ASES/AFS

En tant que Réseau thématique de l’Association française de sociologie, le RT15 relaie le communiqué commun de l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur et de l’Association française de sociologie.

 

L’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES) et l’Association française de sociologie (AFS) se mobilisent aujourd’hui, à l’image de nombreux syndicats, départements, laboratoires, revues et associations savantes, contre la perspective d’un projet de Loi de Programmation pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

Malgré sa technicité apparente, la nature des mesures préconisées dans les trois rapports préparatoires (fin du CNU, mise en place de la modulation de service sans accord préalable, des tenure tracks, de CDI de projets, etc.) souligne à quel point il ne s’agit pas d’une réforme isolée, propre au fonctionnement de la recherche ou relevant du seul statut des enseignants-chercheurs. Elle s’inscrit au contraire dans la continuité de toutes les lois précédentes (LRU et ORE en tête) qui ont visé depuis maintenant plus de dix ans à réorganiser l’enseignement supérieur et la recherche et à faire, selon les mots d’Antoine Petit, PDG du CNRS, du darwinisme social et de la compétition de tous contre tous, le principe d’organisation majeur de nos professions, mais aussi comme fil conducteur des parcours de nos étudiant.e.s.

Car dans le cas du réagencement des modes de financement de la recherche comme dans la loi ORE, ce sont les inégalités qui sont érigées non pas comme un dysfonctionnement des services publics ouverts à tous et toutes, mais comme un instrument acceptable et revendiqué de régulation de l’enseignement supérieur et de la recherche.

L’ASES a, depuis 2017, souligné à de nombreuses reprises l’inanité de la plateforme Parcoursup. Elle fait de la sélection l’alpha et l’oméga du travail des universitaires, dont la relation avec les étudiants ne repose plus en premier lieu sur l’établissement d’une relation pédagogique, mais sur un fastidieux et moralement insupportable travail de classement et de tri. Ce que l’on demande aux enseignants-chercheurs, ce n’est plus de veiller à la qualité de leur cours ni même au « bien-être » des étudiants, c’est ni plus ni moins un travail de « commensuration », c’est-à-dire d’étalonnage des individus à l’égard d’un standard de compétences ou de « valeurs » sur le marché du travail (appelés attendus). Les analyses de la réforme de l’entrée à l’université ont fait l’objet des États généraux de la sociologie organisés lors du dernier congrès de l’AFS en août 2019 en partenariat avec l’ASES.

Aujourd’hui, le comité de suivi de Parcoursup publie son deuxième rapport annuel sur le fonctionnement de la plateforme. Il y reconnaît lui-même que ce travail d’évaluation attendu des universitaires ne relève en aucun cas d’un quelconque « principe méritocratique ». En constatant l’existence de candidatures très hétérogènes, par exemple celles issues de personnes en reprise d’études (qui doivent être examinées par le biais de Parcoursup), le comité reconnaît ainsi qu’il est difficile (par exemple) de « comparer un candidat salarié de quarante ans et un jeune bachelier de l’année ».

Car cette politique de gouvernance par le darwinisme s’accompagne de nouveaux modes de légitimation rhétoriques, qui — paradoxalement — abandonnent jusqu’à l’idée même de mérite. C’était déjà le cas de Parcoursup, qui repose non pas sur un quelconque « idéal » méritocratique de reconnaissance des « talents », mais sur la nécessité de réguler les « flux » des étudiants vers certaines filières et certaines institutions jugées ajustées à… leur filière d’origine, ce qui contribue immanquablement à davantage boucher l’horizon de leurs possibles. C’était également le cas des mesures dites « Bienvenue en France » de 2019 visant l’augmentation des frais d’inscription à l’étranger, dont le but était également la « régulation » du flux des étudiants issus de pays désignés « indésirables ».

Aujourd’hui, l’analyse des rapports préliminaires à la LPPR ne dit pas autre chose : en prônant la concentration des financements de recherche sur quelques sites jugés « excellents » (selon une lecture compétitive de la notion d’élite), voire sur quelques profils de « stars » jugées les plus « performantes » lors des évaluations (sans qu’on sache très bien de quoi relève cette performance), on contribue à dessécher l’idée même qu’un profil « excellent », voire « disruptif » pourrait émerger ailleurs que dans les dix institutions (généralement parisiennes ou situées dans les grandes agglomérations françaises) désignées comme « leaders » du secteur qui bénéficient déjà de moyens conséquents.

Plus globalement, l’ensemble de ces textes témoignent d’une méconnaissance des conditions de travail des enseignants-chercheurs et d’une fétichisation dérisoire des systèmes de recrutement en vigueur à l’étranger, expurgés des limites pourtant bien réelles (standardisation sociale et scolaire des profils des étudiants, émergence d’une anxiété généralisée chez les doctorants et les universitaires en tenure tracks, pour n’en citer que quelques-unes) et déjà bien connues de nos collègues britanniques ou encore américains.

La focalisation sur des primes liées à l’« engagement » et l’« excellence » des mesures censées assurer une revalorisation salariale en dit aussi beaucoup sur le poids de ces logiques de concurrence. Que dire alors de l’actuel projet de loi sur les retraites qui promet aux universitaires d’aligner le niveau de leurs retraites sur le reste de la fonction publique par une revalorisation salariale ? Probablement que le gouvernement prend ces mêmes universitaires pour des idiots. Sociologues, nous sommes de plus bien placés pour connaître le caractère implacable du gradient d’espérance de vie et des inégalités sociales de santé et de vieillissement. Assurément que le projet de réforme des retraites, les nouvelles dispositions introduisant rupture conventionnelle et CDI de chantier dans la fonction publique, et la future loi de programmation pluriannuelle pour la recherche forment un tout absolument cohérent, augmentant précarité et inégalités tout en travestissant les notions d’universalité, de solidarité et de progrès.

Face à ces réformes, la communauté universitaire se voit menacée y compris dans ses modes de mobilisation. A cet égard, une récente enquête de Mediapart souligne qu’il existerait même dans certains établissements des “listes noires” d’enseignants-chercheurs désignés comme “bloqueurs” et établis avec l’aide des services techniques, suite aux mobilisations contre la loi ORE. Ces méthodes auraient ainsi sanctionné, sans aucune forme de jugement équitable, des collègues de notre discipline -par exemple en restreignant leur accès aux bâtiments- mais également d’autres universitaires (en économie-gestion, sciences de l’éducation).

Face à ces constats accablants, l’ASES…

– Suspend les publications sur la liste de tous les mails ayant trait aux annonces de séminaires, colloques, publications (ils sont rejetés par les modérateurs, il faudra les renvoyer ultérieurement). Nous encourageons les collègues à annuler/repousser leurs manifestations sine die.

Diffuse sur cette même liste toutes les informations, analyses, motions, débats concernant les luttes en cours.

L’AFS se joint à plusieurs des réseaux thématiques de l’association et…

– Suspend elle aussi ses activités au sein du Comité exécutif, hormis celles liées à la mobilisation

– Suspend les activités du comité de rédaction de la revue Socio-Logos

– Reporte le processus d’examen des demandes de financement pour les journées d’études et colloques inter-RT.

L’ASES et l’AFS invitent par ailleurs les collègues sociologues à…

– relayer à l’échelle des départements universitaires la mobilisation sous la forme de différentes actions (demande de report des examens, réunion d’information auprès des étudiants, grève des enseignements, rétention des notes, etc.).

– rassembler dans cette mobilisation, au sein des départements et des laboratoires de sciences sociales, enseignants-chercheurs, chercheurs, BIATSS et précaires de la sociologie.

– engager ou poursuivre la discussion et le rassemblement, au delà des sciences humaines et sociales, avec les collègues d’autres disciplines pour prendre la mesure collective de l’ampleur des attaques et de la défense cruciale de nos professions et de la science comme métier.

– investir les plateformes numériques (Mailing listes, Carnets « Hypothèses », blogs, réseaux sociaux, etc.) afin de diffuser messages et informations autour des luttes sociales, alors que celles-ci structurent de plus en plus l’activité des enseignants-chercheurs. L’ASES s’inscrit en cela en soutien à l’initiative de la grève des salariés de la plateforme Open-éditions qui ont, le 16 Décembre dernier, bloqué la diffusion numérique d’informations sur les publications et les séminaires produits par leurs partenaires : https://blogs.mediapart.fr/les-invisibles-de-lusr-2004/blog/100120/une-nouvelle-place-de-greve-retour-sur-un-blocage-numerique?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

rendre visible leur mobilisation dans leurs signatures électroniques et réponses automatiques d’absence (cf. suggestion ci-après).

« J’accuse réception de votre message. Étant mobilisé.e contre le projet de loi de

programmation pluriannuelle de la recherche et contre le projet de réforme des retraites, j’ai strictement réduit mes activités d’enseignement et de recherche, et ne suis donc pas en mesure de vous répondre dans l’immédiat »

pratiquer la grève de la recherche : suspendre les activités scientifiques (reporter les colloques et journées d’étude, refuser d’effectuer un quelconque travail pour les agences de financement, faire des instances de l’ESR des espaces de revendication, etc.)

Nous appelons enfin à participer aux journées de mobilisation nationale, ainsi qu’aux actions de soutien aux grévistes (piquets, caisses de grève, AG, etc.)”.

Le CA de l’ASES et le CE de l’AFS.

 

Actualité des recherches sur les jeunes ruraux·ales

Deux parutions récentes concernant les jeunes en milieu rural, celle de Benoît Coquard et celle de Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin).

Benoît Coquard, Ceux qui restent

Couverture Ceux qui restent

Qui sont ces hommes et ces femmes qui continuent d’habiter dans les campagnes en déclin ? Certains y fantasment le « vrai » peuple de la « France oubliée », d’autres y projettent leur dégoût des prétendus « beaufs » racistes et ignorants. Mais « ceux qui restent » se préoccupent peu de ces clichés éculés. Comment vit-on réellement dans des zones dont on ne parle d’ordinaire que pour leur vote Rassemblement national ou, plus récemment, à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes ?
Parmi les nouvelles générations, ils sont nombreux à rejoindre les villes pour les études, puis il y a ceux qui restent, souvent parce qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour partir. Ceux-là tiennent néanmoins à ce mode de vie rural et populaire dans lequel « tout le monde se connaît » et où ils peuvent être socialement reconnus. Comment perçoivent-ils alors la société qui les entoure ? À qui se sentent-ils opposés ou alliés ?
À partir d’une enquête immersive de plusieurs années dans la région Grand-Est, Benoît Coquard plonge dans la vie quotidienne de jeunes femmes et hommes ouvriers, employés, chômeurs qui font la part belle à l’amitié et au travail, et qui accordent une importance particulière à l’entretien d’une « bonne réputation ».
À rebours des idées reçues, ce livre montre comment, malgré la lente disparition des services publics, des usines, des associations et des cafés, malgré le chômage qui sévit, des consciences collectives persistent, mais sous des formes fragilisées et conflictuelles. L’enquête de Benoît Coquard en restitue la complexité.

À découvrir ici.

 

Yaëlle Amsellem-Mainguy (en collaboration avec Sacha-Gaspar Voisin), Les filles du coin

« Les filles du coin » est une recherche qui fait écho à l’enquête majeure sur la jeunesse rurale réalisée il y a 20 ans par Nicolas Renahy et intitulée « Les gars du coin ». Elle a pour objectif de rendre compte des trajectoires, conditions de vie et expériences juvéniles des jeunes femmes vivant en milieu rural et de poursuivre les travaux de sociologie sur les jeunesses rurales, en documentant les éventuelles spécificités rencontrées par les jeunes femmes résidant hors des grandes agglomérations en France hexagonale.

À partir de leurs récits, il s’agit de saisir comment des jeunes femmes âgées essentiellement de 15 à 26 ans vivent « leur jeunesse » en milieu rural, où elles ont pour la plupart grandi et où elles vivent toujours au moment de l’enquête. Pour décrire leur territoire, elles évoquent des problématiques soulignées dans les enquêtes antérieures sur les jeunes ruraux : absence d’offre et d’activités de loisirs et d’animation socioculturelle, forte interconnaissance, orientation scolaire par le bas, précarité du marché du travail, des conditions de travail et emplois sous-qualifiés… La question de la mobilité est transversale, se pose à tous les instants de la vie quotidienne et à tous les âges de la vie: l’inadaptation de l’offre de transports en commun est largement pointée du doigt par toutes les enquêtées, indépendamment de leur âge et du territoire où elles résident.

Cette enquête montre aussi comment elles se « débrouillent » et font face aux difficultés qui sont les leurs en cherchant à s’adapter, à « faire avec », à les contourner ou à s’en échapper. L’analyse de leurs pratiques quotidiennes permet d’appréhender les spécificités des sociabilités des jeunes femmes dans le monde rural et les rapports de genre qui sont à l’oeuvre. Pour ce faire, l’enquête s’est intéressée à l’orientation scolaire, à la formation, à l’insertion professionnelle, à la composition des groupes de pairs, aux sociabilités féminines ou encore aux pratiques de loisirs, révélant au passage comment les jeunes femmes se conforment à leur rôle de genre, mais parviennent aussi à investir des bastions masculins.

À télécharger ici.

 

Congrès de l’Association française de sociologie (AFS) à Aix en Provence : le programme du RT15 est disponible !

NB : le programme des autres réseaux thématiques est disponible en suivant ce lien.

Mardi 27 août 2019

Session 1 – 10h30-12h30 (en partenariat avec le RT5)  : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires

(RT 5 « Classes, inégalités, fragmentations » : Elie Guéraut, RT 15 « sociologie de la jeunesse »: Yaëlle Amsellem Mainguy, Guillaume Teillet)

  • Samuel BOURON & collectif Maurice, Fragmentation et polarisation politique des jeunesses populaires. Le cas de Pontier, petite ville picarde « en désindustrialisation »
  • Meriam CHEIKH, Masculinités plurielles dans les classes populaires marocaines
  • Cyril NAZARETH, « C’est pas la même façon d’coacher ». Les aspirations d’une génération de jeunes éducateurs de football des quartiers populaires.
  • Antoine QUERREC, Décrochage scolaire et transition vers l’âge adulte : un processus de deuil à l’épreuve des catégorisations.
  • Alexandre VAYER, (Re)produire des destinées sociales ? L’exemple d’un dispositif pédagogique de création d’une entreprise coopérative à destination de jeunes de quartiers populaires

 

Session 2 – 16h30-18h30 (en partenariat avec le RT2) : Les jeunes migrants face aux catégories de l’action publique : (dé)classements par les institutions, usages et appropriations des classements par les jeunes

 (RT 2 « Migrations, altérité et internationalisation » : Sarra Chaïeb Ingrid Tucci et Grégory Gireaudobaujeu, RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Arthur Vuattoux)

  • Maïtena ARMAGNAGUE, Audrey BOULIN, : « Être un migrant au collège : une jeunesse sous l’emprise de la catégorisation institutionnelle »
  • Xavier DUNEZAT, « Racisme institutionnel et production de frontières : la fabrique du migrant étranger dans la société d’accueil. Le cas des « mijeurs » »
  • Hannes KÄCKMEISTER : « Rendre décidable l’indécidable » La construction administrative d’un « mineur isolé » en France et en Allemagne.
  • Hyppolyte KOUAKO, « Faire travailler le « noir », travailler dans le « noir » : Les jeunes étudiants subsahariens face à l’expérience sociale du racket »

 

Mercredi 28 août 2019

Session 3 – 9h-10h30 (en partenariat avec le RT28) : Catégorisation des partenaires lors de l’entrée dans l’âge adulte

(RT 15 « sociologie de la jeunesse »: Yaëlle Amsellem Mainguy et Arthur Vuattoux, RT 28 « recherches en sciences sociales sur la sexualité » : Wilfried Rault)

  • Meriam CHEIKH, Les expériences intimes des jeunes des classes populaires urbaines au Maroc : entre valorisation et dévalorisation.
  • Margot DEAGE, Nouvelles coprésences, nouveaux classements ? Images numériques et constitution des groupes de pairs au collège
  • Lena PAMBOUTZOGLOU, L’élite et la pornographie. Les élèves des grandes écoles sont-iels des masturbateur·ices comme les autres ?
  • Virginie RIGOT, Le placement socio-judiciaire au prisme du genre et de la sexualité : le cas de Chloé, 15 ans

 

Session 4 – 11h-13h (en partenariat avec les RT22 et 40): Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels (1)

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Valérie Becquet, RT 22 « parcours de vie et dynamiques sociales » : Catherine Negroni, RT 40 « sociologie des institutions » : Anaïk Purenne)

  • Mélaine CERVERA, Audrey PARRON, Stratégies individuelles de contournement et d’appropriation des classements institutionnels : le cas des parcours de vie des jeunes accompagnés en Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques (ITEP).
  • Sarra CHAIEB, Produire les classements en protection de l’enfance et en sortir : l’exemple des jeunes racisés
  • Pierrine ROBIN, Des parcours sous injonction
  • Mickael SEGON, Le poids des politiques de compensation du handicap dans l’élaboration des possibles professionnels : analyse à partir de la transition vers l’emploi des anciens \”étudiants handicapés
  • Fanny SALANE, “Eux, c’est nos p’tits”. Système de classement et hiérarchisation normative chez des jeunes de quartiers populaires.

 

Session 4 bis – 11h-13h (en partenariat avec les RT22 et 40) : Des parcours de vie juvéniles en prise avec les classements institutionnels (2)

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Paolo Stuppia, RT 22 « parcours de vie et dynamiques sociales » : Veronika Kushtania, RT 40 « sociologie des institutions » : Anne Wuilleumier)

  • Gaële HENRI PANABIERE, Parcours dans ou à la marge de l’institution universitaire : le rôle des classements scolaires et académiques
  • Lila LE TRIVIDIC HARRACHE, Les cas d’élèves au lycée : des parcours juvéniles aux prises avec les jugements des acteurs scolaires
  • Flavie LE BAYON, La recomposition des significations accordées aux formes d’emplois atypiques chez les jeunes docteurs
  • Elise LEMERCIER, Hugo BRÉANT, Devenir étranger.e au cours de sa scolarité. Les effets de logiques institutionnelles désajustées sur les parcours de jeunes de nationalité comorienne à Mayotte.
  • Pauline SABUCO, Le public de l’Ecole de la Deuxième Chance : la construction négociée d’une catégorisation des jeunes sans diplôme

 

Jeudi 29 août 2019

Session 5 – 9h-10h30 (en partenariat avec le RT34) : Quand l’action publique classe et catégorise l’engagement des jeunes

(RT 15 « sociologie de la jeunesse » : Isabelle Lacroix et Laurent Lardeux, RT 34 « sociologie politique » : Lorenzo Barrault-Stella et Mathilde Pette)

  • Brice ANGRAND, Les Conseils Municipaux d’enfants : Entre appropriation hétérodoxe et bricolage d’un rapport au politique
  • Olivia CHAMBARD, L’« entrepreneuriat » : nouvelle forme d’engagement des jeunes ?
  • Florence IHADDADENE, Les « bonnes pratiques d’engagement » : le service civique comme formation du militantisme étudiant et populaire
  • Julie LE MAZIER, Jeunes réservistes dans la garde nationale : offre d’engagement citoyen, demande de professionnalisation et captation de dispositions critiques