9e Congrès de l’Association française de sociologie, Lille 2021: appel à communication du RT15

9e Congrès de l’Association Française de Sociologie 2021 à Lille – Campus scientifique de Villeneuve-d’Ascq, 6-9 juillet 2021

Les recherches menées sur les jeunes et la jeunesse comme période de la vie marquée par la reproduction sociale, mais aussi par le processus d’autonomisation vis-à-vis des déterminismes familiaux, posent la question du changement, de la permanence et de la continuité et s’intéressent aux logiques sociales qui semblent parfois immuables. Génération à travers laquelle une société semble se renouveler, séquence de vie collective au cours de laquelle un groupe social se reproduit autant qu’il se recompose, âge de la vie où se dessinent des positions sociales à l’échelle des biographies : quel que soit le point de vue adopté, la thématique du « changement » semble constitutive de celle de la jeunesse. Les sociologues oscillent ainsi entre la volonté de saisir les transformations sociales dont la jeunesse est porteuse (la jeunesse comme reconfiguration, recomposition) et le souci de déceler les manifestations contemporaines de mécanismes déjà connus et documentés : la domination, la reproduction ou les inégalités sociales (la jeunesse comme éternel recommencement).

Des changements au sein de la jeunesse ?

Si dans la forme des changements existent, bouleversent-ils pour autant les constats sociologiques antérieurs ? Lorsque par exemple on s’intéresse aux « nouvelles » modalités d’accès à l’université (cf. Parcoursup) on constate d’une part qu’elleschangent les règles d’accès à l’université en opérant une sélection fondée sur les seules contraintes des universités au détriment des souhaits d’orientation des jeunes, et d’autre part maintiennent une logique de sélection qui ne date pas de Parcoursup, ni même d’APB, mais bien des fondations historiques d’une université mettant à l’écart les jeunes des classes populaires, et ceux qui n’ont pas bénéficié du capital culturel suffisant pour anticiper les règles de sélection. Si l’on se penche cette fois sur les dimensions intimes de l’expérience des jeunes : les recherches menées dans ce domaine montrent bien ce que les dernières décennies ont pu révéler de changements (un accès plus libre à une information immédiate sur la sexualité, une transformation des prises de parole sur la sexualité via les réseaux sociaux, etc.), mais aussi de permanences (un âge au premier rapport sexuel demeuré stable, les difficultés de communication autour de la sexualité dans les familles, des violences sexuelles et de genre toujours aussi présentes, etc.). Quand on s’attache à étudier l’emploi et le rapport au travail, la pluralité des observations, analyses et discours interpelle : tandis que certains défendent l’idée que la jeunesse aurait changé dans son rapport au travail et à l’emploi, qu’elle serait moins individualiste, moins attachée au travail et à l’entreprise, d’autres viennent montrer le contraire. Pour autant, la permanence des inégalités dans l’accès à un emploi pérenne se traduit par une entrée dans la vie adulte marquée par la précarité et/ou le déclassement pour la part des jeunes la moins diplômée.

La jeunesse actrice ou productrice de changements ?

Les récents mouvements de jeunes posent la question de la propension des jeunes à « changer la donne », à imposer de nouvelles grilles de lecture de la société ou encore à se les approprier. Qu’il s’agisse des mobilisations autour de la crise climatique, de celles autour des réformes de l’université ou contre des dispositifs tels que le CPE ou encore de pratiques et des comportements sur les manières de faire famille, de construire son couple décohabiter/cohabiter mais aussi de travailler, on peut s’interroger sur la capacité de la jeunesse à être actrice ou productrice de changement.

Des actions destinées à changer les jeunes ?

L’encadrement des pratiques juvéniles est une constance, tant ils et elles ont été l’objet de volontés de canalisation de leurs expressions politiques, de leurs « déviances », de leurs choix. On pense ici à la répression des déviances adolescentes, à la militarisation de l’encadrement de la jeunesse (illustrée récemment par le Service national universel), ou encore à l’injonction à l’autonomie dans les dispositifs d’aide sociale à destination des jeunes précaires et à leur exclusion des dispositifs à leur majorité ou à leurs 25 ans.

Les communications proposées dans le cadre du congrès pourront enfin prendre pour objet le changement dans les modalités d’appréhension sociologique de la jeunesse. Que nous apprennent de la jeunesse les recherches intersectionnelles ? Quel est l’apport des enquêtes quantitatives sur la jeunesse et l’émergence d’éventuelles nouvelles pratiques, comportements, représentations ? Comment saisir les effets des transformations historiques sur la jeunesse ? Et dans cette année 2020 si particulière, qu’en est-il des effets de la crise sanitaire : assiste-t-on à des modifications sociales structurelles entre un avant et un après Covid ou la crise n’a-t-elle fait qu’exacerber des inégalités sociales scolaires, d’insertion, professionnelle pré-existantes et accentuées depuis 2008 ?

Parce que la question des « changements », de la « nouveauté » et de la « constance » interroge la sociologie de la jeunesse et afin de sonder les spécificités des changements jeunesse, nous avons choisi de construire notre appel à communication en dialogue avec d’autres réseaux thématiques (plusieurs sessions sont co-animées avec d’autres RT), là où il nous semble que la question se pose avec le plus d’acuité et d’originalité, à travers les questions des classes sociales, de la famille, des institutions, du numérique mais aussi du travail.

*  *  *

Session 1 : travail, insertion professionnelle, précarité, classes sociales

Session commune avec les RT 5 (classes sociales, inégalités, fragmentation) et le RT 25 (travail, formation, emploi)

Depuis les années 1970, les difficultés d’insertion des jeunes se sont accrues. Si ces bouleversements affectent structurellement l’ensemble des nouveaux entrants sur le marché du travail, certaines jeunesses, en particulier celles issues des classes populaires, les subissent plus directement. Ainsi, les inégalités entre générations, amplifiées par les crises économiques qui ont ponctué ces cinquante dernières années, ne doivent pas invisibiliser celles qui se jouent au sein d’une même classe d’âge. Elles ne doivent pas non plus masquer le désavantage de certaines cohortes, récentes, au gré des effets des crises.

Cette session commune aux RT « Jeunesse », « Classes, inégalités, fragmentations » et « Travail, organisations, emploi » se propose ainsi de questionner les modalités d’insertion professionnelle des jeunes dans un contexte de crise économique persistante et de crise sanitaire émergente. Dans quelle mesure les conditions d’insertion professionnelle des jeunes se transforment ? Qu’est-ce que le « changement », en tant qu’injonction managériale et politique, fait à leurs pratiques ainsi qu’à celles de leur entourage familial et professionnel ? Comment jouent, s’accentuent et/ou se recomposent les inégalités de classe, de genre, d’origines ethnoraciales et géographiques ou encore d’âge ? Une place sera accordée aux recherches qui s’intéressent aux effets des crises récentes – sociales, économiques et sanitaires – sur les conditions d’entrée des jeunes sur le marché du travail, diplômés ou non.

Nous proposerons deux axes :

– Les transformations des capacités d’adaptation au monde du travail et les effets de l’injonction à travailler son « employabilité » de façon de plus en plus précoce

– Les mutations des conditions d’accès à l’emploi et des conditions de travail à la sortie des études, en contexte de tertiarisation, d’ubérisation, de précarisation et de valorisation d’entrepreneuriat.

Session 2 : jeunesse en institution, changements attendus pour les jeunes par les institutions, quelles attentes de changements, quels objectifs ?

Session commune avec le RT 40 (sociologie des institutions)

Au fil de l’histoire, la jeunesse est souvent représentée comme actrice du changement, que celui-ci soit perçu de manière péjorative si on se place du point de vue de l’ordre social ou positive de celui des mouvements révolutionnaires. Elle est également perçue comme une période où les jeunes traversent des changements successifs d’identité jusqu’à l’âge adulte, dans une période moratoire entre minorité et majorité faite d’expérimentations. Pour autant, pour une partie de la jeunesse, ces seuils d’âge sont loin d’être vécus en termes d’expérimentation individuelle et sont normés par les institutions qui les encadrent. Cette session qui réunit le RT jeunesse et le RT institutions questionnera la jeunesse dite institutionnalisée (Parron, Sicot, 2009) et les cadres normatifs du changement qui leur sont imposés dans un glissement sémantique provenant du monde de l’entreprise et de ses catégories gestionnaires (Lacroix, 2016). Que l’on pense à la contractualisation croissante des dispositifs, à l’approche par projet qu’elle implique ou aux normes d’« autonomie » et d’« indépendance » au cœur des référentiels d’action publique, il serait intéressant d’interroger ces notions qui engagent un jugement social sur les personnes et les situations (Dumollard, Lima, 2016) et qui ont pour effet d’exclure les jeunes qui ne « collent » pas aux attentes institutionnelles (Muniglia, Rothé, 2012) ou aux critères d’évaluation utilisés (Carayon, Mattiussi, Vuattoux, 2018).On s’interrogera alors sur les changements attendus chez les jeunes par les différents dispositifs d’aide et donc par les institutions qui les mettent en œuvre, que l’on s’intéresse au contrat jeune majeur en protection de l’enfance (Jung, 2010 ; Petit-Gats, Guimard, 2011), au RSA jeune, au Fonds d’aide aux jeunes FAJ (Lima, 2015), à la Garantie jeune (Couronné, Sarfati, 2018) dans le champ de l’insertion, ou aux dispositifs qui ciblent par exemple les jeunes migrants. Quelles inégalités ou ressources produisent-ils ? Sur quelles normes et quels discours les agents s’appuient-ils pour produire leur évaluation ? Nous travaillerons également sur la manière dont les jeunes se saisissent ou rejettent les dispositifs qui leur sont dédiés, sur les stratégies qu’ils mettent en place pour ajuster leurs récits aux attentes normatives des institutions et sur les formes de résistance qui existent. Cette session commune sera l’occasion d’aborder ces questionnements sans pour autant qu’ils ne soient exhaustifs.

Session 3 : Les usages numériques des jeunes leur sont-ils spécifiques ?

Session commune avec le RT 11 (sociologie de la consommation et du numérique)

Cette session commune aux RT « Jeunesse » et RT « sociologie de la consommation et du numérique » (RT11) propose de mettre en saillance les enjeux autour des usages numériques des jeunes, de même que leur capacité (ou non) d’indure de « nouveaux » comportements et de « nouvelles » représentations. Cette session s’intéressera aux manières d’agir collectivement en ligne, de même qu’aux types d’applications mobilisées pour ce faire. Il s’agira par exemple de se pencher sur le profil des « activistes » afin d’interroger une éventuelle spécificité liée à l’âge, sans pour autant mettre de côté les catégories sociales, le genre, les territoires et les origines ethnoraciales….

Cette session pourra être l’occasion de se pencher sur les mobilisations politiques qui surviennent depuis plusieurs années à l’image de « #MeToo » appelant à la libération de la parole des victimes d’agressions et de harcèlement sexuels sur les réseaux sociaux née ne 2010 puis relancée en 2017 par l’affaire Weinstein. L’année 2018 a été marquée par le mouvement « #MeToo » et sa déclinaison « #balancetonporc », qui ont fait émerger des milliers de témoignages sur les violences sexistes et sexuelles quotidiennes. Si les femmes de tous âges ont largement contribué au mouvement #metoo, d’autres exemples portent davantage sur les jeunes comme c’est le cas de « #balancetontiktokeur » pour dénoncer les violences et chantages sexuels mis en place par des influenceurs « Tiktokeurs » sur cette application prisée des adolescent·e·s. C’est aussi le cas de la campagne « #balancetonbahut » qui s’est rapidement diffusé sur les médias sociaux à la rentrée 2020 dénonçant le sexisme dans les règlements intérieurs des établissements du second degré (photos, vidéos à l’appui). Ou encore, plus récemment, de « #balancetafac » lancé par les étudiant·e·s à pour dénoncer les conditions d’accueil dans les universités et la non application des protocoles sanitaires.

Les outils numériques et les médias sociaux sont aujourd’hui au cœur des actions et des mobilisations collectives et ne sont pas sans effets sur la socialisation et les sociabilités politiques. L’entraide dans le travail scolaire est également concernée. On pourra ainsi s’interroger sur les liens entre les activités en ligne et hors ligne et sur les spécificités – s’il y en a – des jeunes dans leurs mobilisations dont ils et elles sont parfois à l’initiative (« #balancetonbahut »), parfois uniquement concerné·e·s (comme c’est le cas avec « #youthforclimate »), et à d’autres moments impliqués.

Nous proposons dans cette session d’explorer les multiples dimensions de ces mobilisations numériques contemporaines, qui concernent les plus jeunes, pour mieux penser les enjeux politiques qui les traversent. Enfin, on cherchera aussi à comprendre ce que ces mobilisations en ligne disent de la manière de s’impliquer selon les âges et les causes et ce qu’elles révèlent des rapports de pouvoirs et des rapports au temps, afin de saisir des éventuels facteurs de changements.

Session 4 : entrée dans la parentalité, nouvelles formes de parentalité, décohabitation de la famille d’origine…  

Session commune avec le RT 33 (famille, vie privée, vie publique)

Combiné au passage de « l’école à la vie professionnelle », celui de « la famille d’origine à la famille de procréation » par lequel les individus accèdent à une position stabilisée sur le marché matrimonial est un processus constitutif de la jeunesse (Mauger, 2010). Dès lors, les rapports réciproques de la jeunesse et de l’institution familiale peuvent être examinées sous l’angle du « changement » de plusieurs façons.

Un premier questionnement considère la jeunesse en tant qu’ « âge de la vie » au cours duquel s’opère un double mouvement de réajustement des liens avec la famille d’origine, marqués par un plus grand respect de l’autonomie de chacun (de Singly, 2000 ; Ramos, 2006) d’une part, et d’engagement dans des relations affectivo-sexuelles et de construction conjugale d’autre part. Cette séquence biographique de changement connaît néanmoins de multiples variations selon les ancrages sociaux des jeunes et de leur famille, en matière de catégorie sociale et de genre notamment. Et si le changement passe par une autonomisation progressive de la part des jeunes, la famille d’origine (parents, collatéraux, familles élargie) continue de peser sur la façon dont ces derniers construisent à leur tour leurs propres foyers. Mais l’attention peut aussi être portée sur la configuration familiale d’origine qui subit des transformations au fur et à mesure de l’entrée des enfants successifs dans cet âge de la vie. Les socialisations familiales vécues au sein d’une même fratrie varient alors selon le critère du rang en son sein : ainsi évoluent les relations entre collatéraux, l’organisation de l’espace familial, l’intensité des cadrages parentaux, etc. au fil de l’histoire familiale. Sont visés ici les recompositions de la famille du fait de l’entrée en jeunesse de ses membres et leurs effets (en termes de configuration, de socialisation des membres restants, etc.).

Un deuxième axe cible davantage les transformations historiques de l’articulation jeunesse/famille et ses déclinaisons locales/régionales. Comment les constructions familiales et conjugales engagées par les jeunes sont impactées par les évolutions des familles observées ces deux dernières décennies (comme la proportion doublée de famille monoparentales entre 1990 et 2017, majoritairement composées de mères avec leurs enfants et qui concernent d’abord les ménages les moins diplômés et les plus exposés à la précarité, données INSEE) ? Et comment les jeunes en retour contribuent eux-mêmes et elles-mêmes à transformer l’institution-famille du fait des foyers qu’ils construisent ? Les nouvelles normes dont ils et elles sont porteurs (en termes de rapport entre conjugalité et cohabitation, de rapport à l’hétéronormativité, etc.) et leur inscription dans de nouvelles formes d’alliance conjugales témoignent de possibles « effets de génération » dont il convient d’analyser la portée. Ces phénomènes pourront également être abordés sous l’angle des variations territoriales qu’ils observent.

Enfin, deux « effets de moment » pourront être au centre des discussions : une crise sanitaire, économique et sociale surgit un peu plus d’une dizaine d’année après la précédente, dont les effets se font encore sentir pour les générations confrontées à la mise en ménage dans les années 2008 (arrêt de la hausse du niveau de fécondité et retard du premier enfant, Pinson, 2013). Dispose-t-on de premiers éléments pour saisir les nombreux canaux par lesquels la crise sanitaire actuelle influe sur le cours des constructions conjugales et familiales des jeunes d’aujourd’hui ? L’accès à un emploi, à un logement, les décohabitations/cohabitations/recohabitation contraintes du fait d’une période de confinement, la fragilité des liens avec des famille d’origine confrontées au risque sanitaire, à la maladie, voire à la mort, l’absence d’horizons temporels : autant de contraintes dont on peut faire l’hypothèse qu’elles pèsent sur la constitution des ménages juvéniles. À l’indétermination qui caractérise cet « âge de la vie » (Mauger, 2010, Van de Velde, 2008) s’ajoute l’indétermination qui caractérise le moment que nous traversons. Et en la matière, les ressources matérielles et sociales pour y faire face, fonctionnant comme autant de filets de sécurité, restent inégalement distribuées (Portela et Raynaud, 2019).

Sessions non-thématiques : Des changements au sein de la jeunesse ? La jeunesse actrice et/ou productrice de changements ?

Pour ces sessions, nous accueillons des communications en lien avec l’appel général, mais qui ne s’inscriraient pas directement dans les appels entre RT. Si votre communication répond aux questionnements de l’AAC général (voir infra), sans s’inscrire dans l’une des sessions croisées, n’hésitez pas à nous l’envoyer en précisant qu’il s’agit là d’une communication pour les sessions non-thématiques.

Les réponses à ces appels à communications (sections croisées ou sections non-thématiques) devront être chargées directement sur le site de l’AFS (https://afs-socio.fr/) au plus tard le 15 janvier 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.