Thèses sur la jeunesse

Voici deux annonces de soutenances de thèses portant sur la jeunesse.

 

  1. Le gouvernement des conduites juvéniles populaires. Prévenir les addictions en milieu scolaire dans un département rural du Sud-Ouest (Yohan Selponi)
  2. Ethnicité et cultures juvéniles (Agathe Voisin)

Le gouvernement des conduites juvéniles populaires. Prévenir les addictions en milieu scolaire dans un département rural du Sud-Ouest

Cette soutenance aura lieu le 6 octobre à 14h à l’Université de Bourgogne (Dijon) en salle du Conseil de Lettres dans le bâtiment Droit/Lettres (RDC côté Sud).

Les actions de prévention des conduites addictives à l’école sont des interactions scolaires extraordinaires au cours desquelles un intervenant – membre ou non de l’éducation nationale – s’adresse à des élèves pour tenter de modérer leurs investissements dans des comportements susceptibles d’entrainer une dépendance ou des « prises de risques » (essentiellement des consommations d’alcool et de cannabis). Mais les manières de définir « la prévention » ou les « conduites addictives » sont des enjeux de lutte entre agents et entre institutions. A travers une enquête par entretiens et par observations dans un département rural du Sud-Ouest de la France, il s’agit d’étudier à la fois ces luttes de définition, les investissements dans le travail qui les ordonnent et dont elles sont le produit et le gouvernement des conduites qu’elles supposent. Les politiques publiques préventives sont a priori à destination de tous les « jeunes » mais l’observation concrète de leur mise en place au niveau local permet de souligner que leur réalisation est socialement différenciée. Les élèves scolarisés dans des formations professionnelles ou dans des collèges au recrutement social défavorisé sont en effet des cibles privilégiées des actions menées. En quoi le travail préventif contribue-t-il au gouvernement des conduites juvéniles populaires par la re-production de manières d’être et de penser le monde social ?

La structuration de l’espace de la prévention dans le département est abordée dans une première partie consacrée à l’étude du travail des infirmières scolaires, des gendarmes et des salariés d’associations gérant des centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa). Comment ces agents concilient-t-ils la réalisation de tâches préventives avec des modes d’occupation du métier considérés comme légitimes dans leurs espaces d’appartenance respectifs ? L’intérêt des agents à intervenir à l’école, leur légitimité pour le faire et les fonctions institutionnelles sur lesquelles reposent leurs actions sont des constructions sociales indissociables. L’occupation de positions institutionnelles, générationnelles et sociales différentes conduit les agents à définir leur travail ordinaire, les tâches préventives qu’ils investissent et le public auquel ils s’adressent de manière concurrente. Les actions préventives sont ainsi susceptibles d’être construites comme une gestion sanitaire de l’éducation des élèves (infirmières scolaires), une forme de proximité et d’enquête auprès de civils (gendarmes), et une forme de travail social (membres de Csapa).

Dans une seconde partie, il s’agit de se demander en quoi les actions préventives concourent au gouvernement des conduites juvéniles populaires par la re-production de manières conformes et déviantes de consommer des produits ? Les dispositifs préventifs se caractérisent par leurs emprunts plus ou moins nets aux registres de la mise en garde, de la délivrance d’un savoir ou de la création d’un « support préventif » par des élèves. Les interactions entre les positions, les intérêts et les dispositions des intervenants, la construction de leur spécificité préventive, le fonctionnement de l’institution scolaire et les logiques des espaces de sociabilité entre élèves favorisent la réalisation d’interventions auprès de garçons des classes populaires scolarisés en établissements professionnels. Pour des raisons en partie communes, en partie différentes, les agents préventifs normalisent certaines consommations collectives et festives associées à ces derniers et stigmatisent les usages solitaires. Les actions préventives participent par ailleurs à la construction des conduites juvéniles déviantes et conformes associées, entre autres au masculin et au féminin. Ces risques genrés trouvent à s’exprimer de manière prégnante en établissements professionnels où les savoir-faire et les savoir-être associés aux formations sont fréquemment différenciés. Garçons et filles s’approprient néanmoins les actions dont ils sont les cibles avec ambivalence, tantôt en jouant le jeu de la prévention, tantôt en s’y opposant plus ou moins explicitement. Les usages qu’ils font des dispositifs préventifs contribuent indissociablement à la remise en cause et au maintien des principes de structuration des espaces dans lesquels évoluent élèves et intervenants.

Mots-clés : infirmières, gendarmes, classes populaires, addictions, école, travail, genre.

Ethnicité et cultures juvéniles

La soutenance se tiendra le vendredi 29 septembre à 14h, en salle de réunion de l’école doctorale de Sciences Po, au 199 boulevard St Germain, Paris 7ème, 3ème étage.

Cette thèse analyse la saillance de l’ethnicité dans les cultures juvéniles à Bondy en Seine-Saint-Denis et à Newham dans le Grand Londres. Reposant sur une enquête ethnographique menée de 2007 à 2012 par entretiens individuels, collectifs et observations auprès d’adolescents et de jeunes adultes, elle montre comment cadres locaux et modèles nationaux se combinent pour favoriser une saillance ethnique sociale, locale et éclatée à Newham, politique et collective à Bondy.

A Bondy, l’ethnicité est expérimentée et représentée comme redoublant les diverses dimensions des inégalités sociales ; elle rassemble les enquêté.e.s dans un « nous » proche et multidimensionnel opposé à un « eux » distant. L’expérience des discriminations ethniques y est une expérience centrale qui structure le rapport des enquêté.e.s aux institutions locales et à la société française. A Newham, l’ethnicité organise la séparation de différentes socialisations et sociabilités dans l’espace local. Perçue comme découplée des autres dimensions des inégalités sociales, l’ethnicité reste peu politisée et peu conflictuelle dans le rapport aux institutions locales. L’expérience de classe prédomine, alors, dans les rapports conflictuels des enquêté.e.s à la société britannique.

 

Publication : Ageism in Youth Studies (Gayle Kimball)

Vient de paraître: Ageism in Youth Studies, de Gayle Kimball.

Un extrait (introduction et début de premier chapitre) est disponible à l’adresse suivante.

Résumé :

Ageism is prevalent in a great deal of current scholarship in the social sciences as scholars fault youth for being delinquent or politically apathetic. Researchers ignore young people’s actual voices, despite their leadership in recent global uprisings, some of which unseated entrenched dictators. Neoliberalism must be exposed in its focus on youth sub-cultures and styles rather than economic barriers caused by growing inequality and rising youth unemployment rates. Ageism in Youth Studies also discusses the debate about “Generation We or Me” and if Millennials are narcissistic. Resources about global youth studies are included, along with the results of the author’s surveys and interviews with over 4,000 young people from 88 countries.

Parution: Jeunesse(s), les voies de l’autonomie (Informations sociales)

Le dernier numéro de la revue Informations sociales, « Jeunesse(s) : les voies de l’autonomie » est disponible. Il a été coordonné par Patricia Loncle, professeure des universités en sociologie, titulaire de la Chaire de recherche sur la jeunesse à l’École des hautes études en santé publique.

Depuis près de deux décennies, l’accès des jeunes à l’autonomie souffre de l’impact de difficultés économiques durables. Celles-ci perturbent notablement la transition vers l’âge adulte. Trouver son premier emploi, concilier travail et études supérieures, accéder à un logement autonome sont autant d’épreuves pour les moins de 30 ans, au point qu’elles caractérisent cette phase de la vie. Pour aider les jeunes à faire face à ces difficultés, les pouvoirs publics mettent en œuvre des dispositifs et des programmes dont la portée est régulièrement débattue par les spécialistes et les professionnels, même si ces controverses affleurent peu dans le débat public. Ces évolutions et programmes suscitent une diversité de pratiques d’accompagnement (professionnelles, associatives, militantes, issues de l’entreprise) souvent innovantes, dont beaucoup facilitent les parcours des jeunes vers l’âge adulte.

Ce numéro de la revue Informations sociales présente les différentes voies d’accès à l’autonomie des jeunes en France (par l’emploi, les études supérieures, le logement…) ainsi que les évolutions récentes dans les parcours des jeunes et les manières dont ces derniers perçoivent leur avenir et leur passage vers l’âge adulte (première partie). Face à l’intensité des difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes, l’intervention publique peut être considérée comme une modalité de structuration de leurs parcours de vie vers l’âge adulte. Dans cette perspective, il est utile à la fois de comprendre les logiques sur lesquelles reposent les politiques en direction de la jeunesse, d’en saisir les évolutions et de s’intéresser à certains dispositifs récents qui visent à faciliter les modalités d’accès à l’autonomie, comme la Garantie jeunes (deuxième partie). L’accompagnement individuel et collectif des jeunes dans leur accès à l’autonomie fait l’objet d’une pluralité d’interventions, qu’elles soient professionnelles, bénévoles, militantes ou issues du monde de l’entreprise. Le renouvellement de ces pratiques, tout à fait notable, ouvre des perspectives intéressantes pour l’émancipation des nouvelles générations (troisième partie).

Pour commander ce numéro, merci d’utiliser le formulaire suivant :

https://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Images/Dser/IS/bulletin_abonnement.gif

Créée en 1946, Informations sociales est une revue bimestrielle d’information, d’analyse et de débat, publiée par la Caisse nationale des Allocations familiales, rédigée par des chercheurs, des experts et des acteurs des questions sociales. Tous les deux mois, Informations sociales offre un panorama de travaux autour d’un thème particulier. Les anciens numéros sont disponibles en ligne:

http://www.cairn.info/revue-informations-sociales.htm

 

 

 

Jeunesse(s) : les voies de l’autonomie, Informations sociales, n°195, 2017

Coordination : Patricia Loncle

Editorial : Daniel Lenoir

Introduction : Patricia Loncle

Point de repère : L’accès à l’âge adulte pour les jeunes en France, Yaëlle Amsellem-Mainguy

Partie 1 : Jeunes et accès à l’autonomie

Article : Le « chômage-intérim » en début de vie active : quelle socialisation salariale ? Quel accès à l’indépendance ?, Christian Papinot

Contrepoint :  Millenials, Y, Z … et après ?, Léa Rochford

Article :          Processus d’autonomisation des jeunes : le cas des étudiants de Rennes, Isabelle Danic, Béatrice Valdes

Contrepoint :  Cohabitation intergénérationnelle, le retour, Pierre Grelley.

Article : L’accès au logement autonome pour les jeunes, un chemin semé d’embûches, Emmanuelle Maunaye

Entretien:       Sous la colère, les épreuves du devenir adulte en monde néolibéral. Un entretien avec Cécile Van de Velde, par Patricia Loncle

Partie 2 : Accès à l’autonomie et interventions publiques

Article :          Familialisation de la citoyenneté sociale des jeunes en France et inégalités, Tom Chevalier

Contrepoint :  Les visages de la maturité, Pierre Grelley

Article : Du RMI jeunes à la Garantie jeunes : les débats sur le soutien à l’autonomie des jeunes adultes, Claire Magord

Contrepoint :  Les jeunes handicapés mentaux deviennent eux aussi des adultes, Pierre Grelley

Article : Les aides publiques aux jeunes majeurs : une allocation d’autonomie universelle est-elle possible ?, Lucie Gonzalez et Céline Marc

Focus : Soutenir l’autonomie des jeunes, un engagement central pour la branche Famille de la Sécurité sociale, Pauline Domingo

Entretien :      Décloisonner les politiques publiques locales en faveur des jeunes, un entretien avec Frédéric Bourthoumieu par Patricia Loncle et Etch Kalala Mabuluki

Article : Le service civique : un choix d’engagement inscrit dans les parcours juvéniles, Valérie Becquet

Article :          Devenir adulte quand le soutien familial fait défaut, Virginie Muniglia

Partie 3 : De nouvelles formes d’accompagnement vers l’autonomie ?

Article : Articuler l’accompagnement des jeunes et leurs engagements individuels : l’exemple d’une junior association, Fransez Poisson

Contrepoint : « Les générations futures, c’est nous ! », Léa Rochford.

Focus : Quand des jeunes en accompagnent d’autres. L’exemple du Laboratoire artistique populaire à Rennes, Patricia Loncle et Céline Martin

Entretien : « La seule chose qu’on peut donner aux jeunes c’est la confiance, avec ça ils font tout ! », un entretien avec Mario Piromalli, par Patricia Loncle et Etch Kalala Mabuluki.

Article : Premiers retours sur le statut d’étudiant-entrepreneur, Karine Lerudulier.

Contrepoint : Découvrir le monde du travail dans une entreprise coopérative, Léa Rochford.

 

Les adolescents et leur famille – Revue de littérature

L’INJEP a publié une revue de littérature sur les adolescent·e·s et la famille, rédigée par Audrey Boulin. À lire sur le site de l’INJEP, en accès libre.

Résumé : Cette revue de littérature s’intéresse aux recherches – quantitatives et qualitatives – de sciences sociales portant sur les adolescents et les relations qu’ils entretiennent avec leur famille. La sociologie sera notre angle d’approche principal mais elle sera également complétée par des travaux de disciplines diverses, telles que l’histoire, l’anthropologie, les sciences politiques, les sciences de l’éducation, la psychologie sociale et la psychologie.

Le congrès d’Amiens, et après.

Cette année encore, pour le congrès de l’Association française de sociologie qui s’est déroulé à Amiens, le RT15 a organisé de nombreuses sessions portant sur les politiques territoriales, la famille/vie privée des jeunes (avec le RT33), sur l’engagement politique des jeunes (avec le RT21), etc.

Ces sessions ont été très suivies, avec 15 à 20 participant·e·s par session et de nombreuses discussions. L’Assemblée générale (AG) du Réseau a également eu lieu, et a vu le réseau s’enrichir de nouveaux·elles membres.

Il ressort de cette AG des idées de partenariats entre réseaux, mais également de valorisation de la nouvelle recherche sur la jeunesse et l’adolescence.

La vie du réseau sera donc riche d’ici le prochain congrès en 2019.

Pour terminer, et comme un clin d’œil à ce travail de partenariat inter-Réseau thématiques voulu par le RT15, voici un graphique réalisé par Baptiste Coulmont concernant les liens entre Réseaux thématiques de l’AFS.

Nous laissons chacun·e conclure ce qu’il souhaite de cette représentation des réseaux du RT15, et continuerons donc à discuter avec d’autres approches thématiques de la sociologie dans les années qui viennent.

Socialisation adolescente et usages du numérique : revue de littérature

Cette revue de littérature, écrite par Claire Balleys, présente les résultats d’une sélection de travaux récents sur les usages adolescents des médias sociaux, en sciences sociales et en particulier en sociologie. L’objectif est de faire le point sur l’état des savoirs concernant les nouveaux modes de socialisation adolescente corrélés à l’avènement puis à la démocratisation des technologies socionumériques. Adoptant une perspective internationale, l’enjeu est d’englober les perspectives micro et macrosociologiques, afin de comprendre ce qui se joue tant entre les individus, au fil des interactions quotidiennes, que vis-à-vis des enjeux de société plus globaux, impliquant les clivages de classe et de genre. Les usages adolescents du numérique engendrent de nouvelles formes de préoccupations sociales ainsi que de nouveaux espoirs en termes de participation politique et citoyenne des jeunes. Nous proposons un regard nuancé sur ces représentations contemporaines, en les inscrivant dans leur contexte sociologique.
Disponible en ligne :

Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation

 Jeudi 8 juin 2017

De 17h à 19h

Université Paris Descartes

Amphithéâtre Giroud
12, rue de l’École de Médecine
75006 Paris

Perçue pendant un temps comme une notion « passée de mode », l’éducation populaire est depuis quelques années de retour sur le devant de la scène, réaffirmant sa dimension politique et expérimentale. Ce renouveau fait l’objet du dossier du n°76 d’Agora débats/jeunesses « Education populaire : politisation et pratiques d’émancipation » et sera discuté lors de la conférence-débat organisée par l’INJEP le jeudi 8 juin 2017 à l’Université Paris-Descartes.

En s’intéressant aux nouvelles pratiques d’éducation populaire, aux changements structurels et organisationnels qui s’opèrent dans ce champ, le dossier d’Agora débats/jeunesses montre que le renouveau de l’éducation populaire s’opère moins autour des méthodes pédagogiques qu’à travers la réaffirmation de sa conception militante et de sa vocation émancipatrice. A la fois redynamisée par l’engouement autour des pratiques d’empowerment (pouvoir d’agir) et de community organizing (organisations collectives à l’échelle locale visant la participation des citoyens à la vie de leur communauté), et revendiquée par des  acteurs aux postures contestataires, l’éducation populaire renoue avec son caractère politique et ses visées de transformations sociales.

Le focus proposé sur des pratiques d’acteurs revendiquant cette dimension politique et expérimentale forte, réduit l’appréhension du phénomène d’« éducation populaire » à ses franges les plus militantes, excluant de fait des acteurs plus institués. Mais si le prisme d’étude est resserré, il invite néanmoins à une vision élargie et décloisonnée de l’éducation populaire aujourd’hui, en lien avec les mouvements sociaux contemporains, qui dépasse le champ des politiques de jeunesse et repense les cadres collectifs de l’émancipation et de production de savoirs.

Toutes ces questions liées au « réanchantement » de l’éducation populaire seront exposées le 8 juin prochain par les coordinateurs du dossier de la revue, éclairées par des chercheurs et acteur de l’éducation populaire puis débattues avec la salle.

COORDINATEURS DU DOSSIER :

  • Emmanuel de Lescure, maître de conférences, Université Paris Descartes, Centre de recherche sur les liens sociaux
  • Emmanuel Porte, chargé d’études et de recherche, INJEP

INTERVENANTS :

  • Gérard Mauger, sociologue, chercheur au Centre de Sociologie Européenne CNRS
  • Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique, Université François Rabelais de Tours
  • Guillaume Coti, coordinateur du collectif Pouvoir d’agir

Parcours d’engagement de jeunes dans des causes et des pratiques politiques radicales

Appel à communication pour la revue Agora Débats/Jeunesses.

Si « l’ampleur des contestations juvéniles des années 1968 a, d’emblée, placé l’âge au cœur des interprétations » (Sommier, 2016, p. 63), l’âge est à nouveau convoqué dans le cas des jeunes impliqués dans les attentats récents en France sans être problématisé en tant que tel. Ce numéro vise donc à articuler deux champs d’analyse, la jeunesse et la radicalité militante, en les appréhendant plus spécifiquement sous l’angle des parcours biographiques et des processus de subjectivation qu’ils sous-tendent.

Le chercheur qui aborde cette thématique est rapidement confronté à deux obstacles majeurs pour définir le phénomène qu’il appréhende : tout d’abord son champ sémantique large. Des notions comme radicalité, radicalisme, radicalisation, extrémisme, violence sont souvent rendues synonymes. En deuxième lieu, ces catégories sont à la fois performatives, normatives et stigmatisantes.

La notion de radicalisation,« concept buzzword » (Ducol, 2014 ; 2015 ; Crettiez, 2016), s’est imposée dans les discours médiatiques et politiques dans une acception le plus souvent religieuse en lien avec des questions sécuritaires pour qualifier des comportements et attitudes porteurs d’une rupture en valeurs avec les sociétés occidentales. Elle a également souvent été utilisée dans une rhétorique de la rupture et de la nouveauté. Or, si nous replaçons certains comportements radicaux dans leur univers historiographique, il est autorisé de rappeler non seulement leur permanence en France à différentes périodes historiques (Audigier, Girard, 2011) mais aussi le fait que l’action radicalisée ne pourrait se réduire à la seule dimension religieuse, nombre d’engagements de jeunes dans des causes radicales se réalisant au nom d’autres idéologies (mouvements indépendantistes, régionalistes, identitaires, néonazis, néofascistes, royalistes, etc.). De plus en plus d’auteurs lient également cette notion de radicalisation à l’action violente (Bronner, 2009 ; Khosrokhavar, 2014). Si certains chercheurs lui trouvent une portée heuristique (Crettiez, 2016) tandis que d’autres proposent de se « débarrasser de cette notion devenue hégémonique » (Mauger, 2016, p. 94), ce numéro vise à adopter une perspective plus large que celle de la radicalisation en mobilisant la notion de radicalité, qui « dépasse largement celle de la violence (même si elle l’englobe) » (Dufour et al., 2012, p. 7). Elle est également plus précise quand on part du sens littéral donné à la « radicalité », à savoir une analyse politique qui s’attaque « à la racine » (ibid, p.7).

Ce dossier souhaite analyser les parcours biographiques de jeunes dans des causes et des pratiques radicales et rendre compte des processus subjectifs qui leur sont liés. Il part du principe général selon lequel l’engagement dans ce type de causes exprime une scission vis-à-vis du reste de la société. Ses membres engagés recourentà des formes non conventionnelles d’action politiques – sans que celles-ci aboutissent nécessairement à la violence – et proposent une alternative révolutionnaire à l’ordre social (le capitalisme, le néo-libéralisme, les valeurs occidentales, etc.) par de nouvelles affiliations contestataires et l’adoption de nouveaux repères normatifs.

  1. Parcours biographiques des jeunes dans la radicalité militante

Le dossier propose de placer au cœur de l’analyse la question des parcours d’engagement dans des causes radicales à partir d’une dimension processuelle – entendue en termes de carrières (Fillieule, 2009), de trajectoires ou encore de cycles d’engagement. La question sera plus précisément ici de saisir comment certains jeunes sont au fil du temps amenés non seulement à entrer dans des collectifs qui se placent en rupture avec l’ordre social et qui ont pour projet la subversion d’un ordre politique (Riaux, 2012), mais aussi à s’y maintenir à partir d’un processus d’alignement au nouveau groupe de référence et de construction active de nouvelles « provinces de réalité » (Cefaï, 2003). Elle vise également à saisir comment ils peuvent éventuellement en sortir.

La reconstruction des différents parcours d’engagement donnera aussi à voir la variété des profils de jeunes qui s’engagent dans ces causes. Est-ce que la jeunesse est un âge de la vie plus prompt à s’investir dans des engagements « à haut risque  » (McAdam, 1986 ; Sommier, 2011) ? Les profils sociodémographiques, la question de la disponibilité biographique, la place d’autruis significatifs (famille, pairs) les sensibilisant à cette cause seront interrogés. S’agit-il dans ce cas d’une conversion, qui implique une prise de distance progressive avec les normes et valeurs transmises par la famille, ou de la répétition d’un système de pensée préexistant proposant des visions du monde « en scission » avec d’autres modèles de société ?

  1. Subjectivation et émancipation 

Le dossier entend également accorder une attention particulière au processus de subjectivation des jeunes au cours de leurs activités militantes radicales en vue, d’une part, d’analyser les raisons personnelles données à leur engagement et, d’autre part, de rendre compte du développement d’une réflexivité sur soi et du rapport à autrui au fur et à mesure de leurs parcours d’engagement. Quelles peuvent être les premières rétributions perçues lors de leur entrée dans l’engagement radical (être acteur de son histoire, avoir une aura auprès de son groupe de pairs) ? En quoi cela a-t-il pu constituer une offre identitaire ou un espace des possibles dans leur trajectoire par l’élaboration de différents types de capitaux, que ceux-ci soient d’ordre social, culturel ou politique ? La place donnée à l’émancipation individuelle ou collective et à l’affirmation de la subjectivité des acteurs au sein d’un collectif nous permettra de rendre compte de la façon dont ces jeunes définissent leur engagement et de voir à l’instar de Geoffrey Pleyers et Brieg Capitaine combien « l’implication dans un mouvement social travaille profondément l’individu jusque dans sa subjectivité et subjectivation » (2016, p. 8).

Calendrier

✔ Remise des propositions d’articles pour le 15 juin 2017 (1 à 2 pages avec la problématique, la méthodologie et le plan envisagé) à envoyer aux deux coordinateurs du numéro.

✔ Sélection des propositions d’articles et réponses aux auteurs : 15 septembre 2017

✔ Remise des articles définitifs (30 000 signes, 20 références bibliographiques) : 15 décembre 2017.

Les propositions d’articles préciseront la problématique, les données empiriques mobilisées, la méthodologie employée et les résultats obtenus.

Coordination du numéro

Isabelle Lacroix, post-doctorante au laboratoire Printemps-CNRS (UVSQ/Paris-Saclay) : isabelle.lacroix@uvsq.fr

Laurent Lardeux, chargé d’études et de recherche, INJEP, chercheur associé au laboratoire Triangle : lardeux@injep.fr

Prochain congrès de l’association française de sociologie à Amiens : le programme du Réseau thématique Sociologie de la jeunesse

Le programme du Réseau thématique Sociologie de la jeunesse (RT15) pour le prochain congrès de l’Association française de sociologie (à Amiens) est maintenant disponible (ci-dessous et ici).

Les salles et des détails complémentaires seront indiqués ultérieurement.


Programme

RT 15 congrès AFS 2017

 

Réseau thématique 15 – sociologie de la jeunesse

 

7ème congrès de l’Association française de sociologie (AFS)

3-6 juillet 2017, Université d’Amiens

 

 

 

LUNDI 3 JUILLET

 

10h30-12h30 – Session 1 : Catégorisations sociales et construction des problèmes publics : un pouvoir sur les individus ? 

Animée par Emmanuelle Maunaye, Université de Rennes 1, Arènes/CRAPE et Guillaume Teillet, Université de Poitiers, GRESCO

GAIDE Aden, Une thèse sur les étudiant-e-s parents. Quelle contribution à l’émergence d’un problème public ?

GUIJARRO ARRIBAS Delia « Parce que la littérature ado existe bien » : Adolescence et adolescents dans les catalogues d’éditeur jeunesse.

LESSARD Coralie, L’articulation difficile entre « savoirs expertisés et décisions politiques » à l’échelle des services jeunesses de villes d’Ile de France.

MARTIN Olivier, Que gagne-t-on à étudier les pratiques numériques des jeunes ? Le cas de leurs relations sociales et de leurs sociabilités.

 

 

16h30 – 18h00 – Session 2 (avec le RT 33 « Famille, vie privée, vie publique ») : Familles et adolescences : des systèmes normatifs en question.

Animée par Yaëlle Amsellem-Mainguy, INJEP, CERLIS et Arthur Vuattoux, Université Paris 13, IRIS, chercheur associé à l’INJEP

BERGSTRÖM Marie, L’entrée en couple a-t-elle vraiment été retardée ? Retour critique sur l’analyse des calendriers conjugaux des jeunes.

CHARRUAULT Amélie et DEBAUCHE Alice, Violences sexuelles intrafamiliales et conditions de vie à l’adolescence.

EL KHATABI Ahmed, Adolescence rebelle : Crise normative ou pouvoir en crise.

MARDON Aurélia, Impact de l’âge des adolescents sur la socialisation sexuée dans les pratiques sportives : le cas de jeunes pratiquant-e-s d’escalade.

 

 

MARDI 4 JUILLET

 

9h30 – 11h00 – Session 3 : Prises de pouvoir des jeunes : une pluralité de formes et de pratiques

Animée par Emmanuelle Maunaye, Université de Rennes 1, Arènes/CRAPE et Laurent Lardeux, INJEP

EL MNASFI Mustapha, Les conseils locaux des jeunes au Maroc, entre « participation » et cooptation.

MARTIN Céline, Le pouvoir d’agir des jeunes adultes, à quelles conditions ?

VENNIN Léo, Organiser les « inorganisés » : éducation populaire et encadrement de la jeunesse dans la France de l’après-guerre.

 

MARDI 4 JUILLET

11h30 – 13h00 – Session 4 : Pouvoir de définition de la jeunesse et pouvoir d’agir des jeunes : quelles dynamiques territoriales ?

Animée par Valérie Becquet, ESPE/Université de Cergy-Pontoise, EMA et Benjamin Vial, Université de Grenoble Alpes, PACTE

CHEVALIER Tom, Devenir citoyen en Europe. L’impact des politiques publiques sur la participation politique des jeunes en perspective comparée.

KERIVEL Aude, La jeunesse en France au regard des appels à expérimentations du Fonds d’expérimentation jeunesse : des catégories et des enjeux.

LONCLE Patricia, Quelle potentielle influence des analyses sociologiques dans une recherche-action à destination de l’action publique territoriale ? L’exemple du Projet d’investissement d’avenir Jeunes en TTTrans (transversalité, transitions, transformations).

MAUNAYE Emmanuelle, Les formes d’engagement des adolescents impliqués dans un dispositif de soutien à l’action coopérative. L’exemple des Coopératives Jeunesse de Services (CJS).

BATICLE Christophe, Le mouvement rural de jeunesse chrétienne entre 1980 et 2000. Le pouvoir d’un réseau.

 

MERCREDI 5 JUILLET

 

9h00 10h30 – Session 5 (avec le RT 21 « Mouvements sociaux ») : Prendre le pouvoir : mobilisations juvéniles à travers le monde.

Animée par Laurent Lardeux, INJEP et Geoffrey Pleyers, FNRS, CADIS (Ehess)

CHUANG Ya-Han, Devenir une minorité exemplaire: comment les jeunes Franco-Chinois transforment une mobilisation « réactionnaire » en une action anti-discriminations.

DRONGITI Angeliki, Les conscrits sont des citoyens en uniforme » : Le mouvement de la jeunesse pour la démocratisation du service militaire et de l’armée (1980-1985) et les luttes contemporaines autour de l’armée en Grèce.

MONTONI Angelo, Après la contestation, que faire ? : Trajectoires et pratiques des militants post mouvement de contestation.

TORRES Rodrigo, Le mouvement lycéen et la « mise en politique » du problème éducatif au Chili : d’un acteur politique à un acteur des politiques publiques.

 

JEUDI 6 JUILLET  

 

11h00 – 13h00 – Session 6 : Formation, insertion, travail : pouvoir des institutions et situations des jeunes

Animée par Yaëlle Amsellem-Mainguy, INJEP, CERLIS et Guillaume Teillet, Université de Poitiers, GRESCO

BEDROUNI Mohammed, Les jeunes (15-29 ans) ni scolarisés ni en emploi ni en formation «NEET» : Cas de l’Algérie.

STUPPIA Paolo, « Contre Pouvoir Etudiant ». Les rapports de/au pouvoir des jeunes (scolarisés) lors du mouvement « anti-CPE » de 2006.

TASSET Cyprien, L’inquiétude sur le rapport des jeunes au travail à la fin des années 1970 : une nébuleuse d’expertise.

TESTI Julie, La reconnaissance pédagogique des actions bénévoles à l’université : un outil pour favoriser et encadrer les engagements étudiants ?

Bureau du RT 15 : Yaëlle Amsellem-Mainguy, Valérie Becquet, Isabelle Lacroix, Laurent Lardeux, Patricia Loncle, Emmanuelle Maunaye, David Sudre, Guillaume Teillet, Benjamin Vial, Arthur Vuattoux.

Lancement d’une nouvelle revue : la revue de socio-anthropologie de l’adolescence

Le premier numéro de cette nouvelle revue, en libre accès, vient de paraître.

Présentation de la revue : Cette revue publie des articles scientifiques écrits par des sociologues et des anthropologues dont les travaux théoriques ou empiriques s’intéressent à l’adolescence contemporaine. Ces travaux cherchent à comprendre en quoi l’adolescence constitue une catégorie socialement située et révélatrice du contexte socio-culturel dans lequel elle se déploie. Ils s’intéressent également au sens que les adolescent-e-s donnent à leurs propres comportements ainsi qu’aux modalités du devenir adulte. Tous les articles proposés à la RSAA sont soumis à des évaluations en double aveugle effectuées par des pairs.

Numéro 1 « Les discours experts » : Ce premier numéro aborde le rôle des discours experts et de ses liens avec l’adolescence contemporaine. Nous avons donc rassemblé les textes de chercheur·e·s abordant des objets différents, ayant toutefois comme dénominateur commun d’illustrer de manière significative la mobilisation conjointe de l’anthropologie et la sociologie dans le cadre de leurs travaux.

Contributions :

Puberté : la fabrique des regards (Nicoletta Diasio)

Observer l’adolescence avec l’alimentation (Louis Mathiot)

L’entre-deux risque(s). Entre perspective préventive et réalité individuelle (Sophie Le Garrec)

Pour une approche émique de la recherche sur les adolescents et les médias sociaux (Caroline Caron)

La socio-anthropologie (Pierre Bouvier)

« L’entrepreunariat et les jeunes », conférence à Dijon.

Bonjour,

A l’occasion de la sortie du numéro 75 de la revue Agora débats/jeunesses intitulé « L’entrepreneuriat et les jeunes », http://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2017-1.htm  l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) organise une conférence-débat le jeudi 9 mars 2017 à Dijon.
9 mars 2017 de 17h à 19h
Amphithéâtre Ziller
Burgundy School of Business
29 rue Sambin
50608 Dijon

Les intervenant·e·s :

  • Angélica Trindade-Chadeau, chargée d’études et de recherche à l’INJEP
  • Caroline Verzat, professeure en entrepreneuriat à Novancia Business School Paris
  • Olivier Toutain, professeur en entrepreneuriat, reponsable du centre d’entrepreneuriat TEG, Université Bourgogne-Franche Comté, Brugundy School of Business-CEREN
  • Claire Bonnart, maître de conférence en sciences de l’éducation, IREDU
  • Pascal Olive, directeur de la coopérative d’activité et d’emploi L’Envol
  • Benoît Raucent, enseignant à l’Université Catholique de Louvain

inscription gratuite mais indispensable :
http://www.injep.fr/conference-debat-de-linjep-lentrepreneuriat-et-les-jeunes-9-mars-2017-dijon-11037.html

Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs (dossier de la revue SociologieS)

La revue SociologieS vient de publier un dossier sur les rapports d’âge dans l’enquête, disponible à cette adresse, et dont voici le sommaire :

Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs

Dossier préparé par Fanny Auger, Claire Lefrançois et Valentine Trépied

Appel à communication du RT15 pour le 7e congrès de l’Association française de sociologie (Amiens, 3 – 6 juillet 2017)

La question du pouvoir est au cœur de plusieurs axes de réflexion des sociologies de la jeunesse, notamment lorsqu’elles traitent de l’engagement ou de la mobilisation des jeunes (quel pouvoir des jeunes sur leur avenir, sur leurs conditions de vie, sur les politiques menées en leur nom ?). Mais les formes de participation auxquelles les jeunes sont appelées, lorsqu’elles n’émergent pas spontanément, sont une partie non négligeable des nouvelles politiques publiques à leur égard, autour de la citoyenneté, de la valorisation de l’engagement (souvent en lieu et place du déficit d’emplois disponibles pour certaines franges de la jeunesse). Ainsi, travailler sur le pouvoir des jeunes consiste à la fois à interroger ce pouvoir et celui des institutions qui accompagnent les formes d’engagement et de mobilisation des jeunes (axe 1), mais aussi à comprendre sur quelles expertises, quelles formes de savoir se fondent ces politiques publiques (Axe 2). De manière générale, le pouvoir qui s’exerce sur la jeunesse est indissociable de formes de savoir guidant l’action. Enfin, partant du constat selon lequel certaines manières de parler de la jeunesse ou de la constituer en objet des politiques publiques impliquent une analyse renouvelée, nous avons fait le choix de consacrer un axe à part entière (Axe 3) à l’adolescence. En effet, catégorie floue, relevant à la fois de catégorisations institutionnelles, psychologiques, médicales, voire sociologiques, l’adolescence (et les adolescent·e·s) constitue un théâtre d’expérimentation des formes de pouvoir et de savoir exercées par les institutions (notamment les institutions sanitaires et éducatives). Afin de comprendre cette focalisation sur l’adolescence et les formes de savoir/pouvoir associées, nous explorerons lors du congrès les différentes façons dont les sociologues peuvent (ou non) se saisir de la notion et en tirer parti.

Axe 1 : Pouvoir des jeunes, pouvoir sur les jeunes

Cet axe propose d’analyser les engagements juvéniles sous l’angle du pouvoir que les jeunes tentent d’exercer au travers des diverses modalités qu’ils et elles privilégient, ou du pouvoir que les collectifs et les institutions publiques leur laissent prendre. Leurs engagements se déploient au sein d’espaces d’action (Mathieu, 2012) plus ou moins repérables. D’un côté, l’espace des mouvements sociaux correspond aux mouvements portés par les jeunes (jeunesse scolarisée, mais aussi jeunesse des quartiers populaires) et aux mouvements plus généraux et intergénérationnels. Ces mobilisations reflètent des crispations dans les rapports sociaux et vis-à-vis des institutions. Elles révèlent également un sentiment d’incertitude d’une grande partie des jeunes à l’égard de leur avenir, dont les enjeux ne sont pas identiques selon les classes sociales, le genre, le lieu d’habitation, l’origine ethnique. De l’autre, l’espace des collectifs d’engagement englobe le militantisme et le bénévolat au sein des associations, des partis politiques et des syndicats, mais aussi au sein de collectifs plus informels. S’y déploient des pratiques hétérogènes qui illustrent des évolutions plus globales des modalités d’engagement (Ion, 2012). À ces deux espaces s’ajoute l’espace de l’action publique qui s’est progressivement construit autour de la prise en charge par les pouvoirs publics de la question de la citoyenneté des enfants et des jeunes. En témoigne le développement de politiques de citoyenneté dans les secteurs de l’éducation et de la jeunesse aux différents échelons territoriaux (Becquet, 2012 ; Loncle, 2008). Ces trois espaces sont à l’origine d’expériences spécifiques, mais aussi complémentaires, contradictoires ou en tensions qui peuvent susciter des engagements ou des désengagements (Becquet, 2014 ; Gallant, Garneau, 2016 ; Pleyers et Capitaine, 2016). Pourtant, les pratiques des jeunes font l’objet de discours relativement disqualifiants, en particulier lorsqu’ils et elles appartiennent aux minorités victimes de discriminations institutionnelles (Marlière, 2008). D’ailleurs, les jeunes constituent la catégorie de la population sur laquelle l’injonction à participer pèse le plus. Par exemple, l’impératif de la citoyenneté et le rapport des jeunes à la cohésion nationale ont été de nouveau interrogés lors des attentats de l’automne 2015. Au final, quelles sont leurs pratiques ? Comment se construisent-elles et comment varient-elles au sein d’une catégorie d’âge socialement hétérogène ? Comment les causes qu’ils et elles choisissent et les formes d’action associées nous permettent de saisir leur rapport au pouvoir et à son exercice ? Quels espaces de pouvoir inventent-ils ou tentent-ils d’intégrer ? Quels sont les effets de leurs engagements sur leurs parcours, mais également sur les territoires et les espaces dans lesquels ils prennent corps ? Dans quelle mesure les politiques de citoyenneté, et plus globalement les politiques publiques qui s’adressent à eux cherchent-elles à leur donner un pouvoir d’agir et contribuent à leur émancipation. Ne constituent-elles pas, à l’inverse, des formes renouvelées de gouvernement de cette population ?

Une session conjointe avec le RT 21 « Mouvements sociaux » portera spécifiquement les jeunes comme acteurs majeurs des sociétés contemporaines. Ainsi on cherchera s’interroger sur l’initiative des jeunes dans des mouvements de contestation ou de production alternatives aux pouvoirs publics et aux institutions. Comment les formes récentes de mobilisation observées à l’échelle internationale contribuent-elles à interroger les  notion d’engagement, de participation, d’(alter)activisme ? En s’interrogeant sur les modalités mises en œuvre, il s’agira de penser la place des réseaux sociaux et des réseaux plus traditionnels utilisés dans les actions collectives ? Plus spécifiquement sur les jeunes impliqués, on cherchera à comprendre qui sont ces « jeunes » (sexe, classe, territoire, âge, origines, socialisation politique / associative…) et en quoi ces mouvements contribuent à redéfinir la catégorie « jeunesse ».

Axe 2 : Savoir et pouvoir sur la jeunesse

Cet axe propose d’analyser les liens qui existent et qui se jouent entre les chercheur·e·s, notamment les sociologues de la jeunesse, les institutions et les acteurs de la jeunesse (professionnels, politiques, associations de jeunes, jeunes). Il s’agit de s’intéresser tout à la fois à la façon dont émergent les problématiques sur la jeunesse, dont s’élaborent et se mènent les travaux, dont sont utilisés les résultats des recherches. Comment s’organisent ces liens ? Des mécanismes d’allers et retours existent aussi bien au niveau national qu’européen (Cicchelli, Pugeault-Cicchelli, 2006 ; Loncle, 2010). Le livre Blanc de la Commission européenne, le rapport Charvet, le Livre Vert, l’actuelle Priorité jeunesse rendent compte d’usages réguliers des expertises sociologiques. Les grandes orientations des politiques de jeunesse, les problèmes publics qui résultent, pour partie, des réflexions sur la jeunesse sont indéniablement instruites, entre autres, par la sociologie de la jeunesse. Mais après ? Peut-on réellement soutenir que ces expertises sociologiques sont relayées dans la décision et la mise en œuvre ? Il s’agit ici de questionner l’interface entre savoirs et décisions. Qu’en est-il ? Existe-t-il et doit-il exister une continuité entre expertise, décision et mise en œuvre ? Ces relations se jouent-elles de la même façon selon les acteurs et selon les territoires : acteurs de la sphère politique ? acteurs des mondes professionnels de la jeunesse ? organisations de jeunesse et d’éducation populaire ? Comment ces différents acteurs collaborent-ils avec les chercheur·e·s et s’approprient-ils les résultats des recherches développées ? Les travaux en sociologie de la jeunesse orientent-ils l’évolution des regards sur la jeunesse, les dispositifs d’action publique, les pratiques professionnelles des acteurs de terrain ? Récemment des expérimentations de recherche ont mobilisé les jeunes comme co-chercheur·e·s, en quoi cela influe t-il sur les protocoles de recherche et la construction des objets d’études ? Ces travaux se trouvent-ils en concurrence avec d’autres disciplines ou d’autres types d’expertise ? Ou au contraire, les commandes publiques, par le système des appels d’offres, façonnent-elles les orientations de recherche et contribuent-elles à resserrer les interrogations des chercheur·e·s ?

Axe 3 : Adolescences, rapports aux systèmes normatifs, rapports aux pouvoirs

Cet axe, plus singulier, propose de s’interroger sur l’adolescence (Thiercé, 1999 ; Cuin, 2011 ; Singly, 2006) qui, habituellement comprise comme une subdivision ou un « sous-champ » de la sociologie de la jeunesse, fait l’objet de travaux relativement récents en sociologie pour tenter de revenir sur ses contours, ses spécificités, sa définition (Pasquier, 2005 ; Barrère, 2011 ; Portier-Lecoq, 2009 ; Mardon, 2015), et plus généralement sur la construction de cette notion dans l’espace public (histoire de la notion, exportation des sciences médicales et de la psychologie vers les sciences sociales, etc.). S’il y a consensus sur l’idée selon laquelle la jeunesse renvoie à des catégories socio-démographiques hétérogènes qui expliquent son utilisation plurielle de plus en plus fréquente (Amsellem-Mainguy, Timoteo, 2012 ; Labadie (dir), 2012, 2014) l’adolescence pourrait faire l’objet d’une remise en question critique de son homogénéité, qui s’explique pour partie par une vision réductrice de la fameuse « crise » que les individus traverseraient pendant cette période, et par son usage de sens commun, la renvoyant à une figure singulière de la jeunesse. Il s’agira ici de chercher à voir en quoi la sociologie peut contribuer à une définition de l’adolescence et plus particulièrement comment, à partir d’une rupture avec la construction de l’adolescence comme un phénomène psychosociologique déterminé et déterminant, les travaux sur les adolescent·e·s (ou les politiques publiques qui leurs sont destinées) permettent d’éclairer le concept de « jeunesse » (Vuattoux, 2014 ; Balleys 2015). Au-delà donc d’une lecture autour de la « crise » ou des « problèmes existentiels » que les individus rencontrent à cette période de la vie, il s’agira ici de s’intéresser aux façons d’être, d’agir, de penser des adolescent·e·s par rapport aux normes parfois contradictoires, et à la manière dont les jeunes se réapproprient une notion qui leur est apposée par les institutions qui affichent parfois l’adolescence comme une de leurs priorités (cf. les politiques de santé publique en direction spécifiquement des adolescents, tout comme les politiques éducatives par exemple). Autrement dit, les contributions attendues s’interrogeront sur le rapport (spécifique ou non) des adolescent·e·s aux systèmes normatifs, aux institutions, aux politiques de jeunesse, aux rapports sociaux de sexe, de classe, de race, mais aussi de territoire. Y-a-t-il, par exemple, des spécificités dans le rapport que les adolescent·e·s entretiennent avec les institutions (école, famille, religions…), leur groupe de pairs et les réseaux sociaux… De manière transversale, il s’agira donc de s’intéresser aux rapports de pouvoirs dans lesquels sont inscrit·e·s les adolescent·e·s.

Une session conjointe avec le RT 33 « Familles » se focalisera sur les enjeux de la famille à l’adolescence. Quelles évolutions peut-on constater dans les relations intergénérationnelles et intrafamiliales qui mettent en scène des adolescents et leurs familles ? Que nous apprend une analyse des relations familiales dans une perspective de rapports de pouvoirs entre les individus ? Quels enseignements tirer de l’encadrement des comportements des adolescents et adolescentes par les familles et les politiques publiques ? Du côté des normes familiales, on peut s’interroger à la fois sur les modes de transmission et sur leur contenu, y a t-il des normes spécifiquement dédiées aux adolescents ? Quelles variations d’enjeux de pouvoirs dans les familles peut on observer selon le genre, l’âge (des parents et/ou des adolescent·e·s), la composition de la fratrie, le territoire ou encore les classes sociales…

Références :

Amsellem-Mainguy Y, Timoteo J, 2012, Atlas des jeunes en France, Paris, Autrement

Balleys C., 2015, Grandir entre adolescents. À l’école et sur internet, Presses polytechniques et universitaires romandes

Barrère A., 2011, L’éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Armand Colin

Becquet V. (dir.), 2014, Jeunesses engagées, Syllepse.

Becquet V. 2012, « Politiques de citoyenneté : constats, finalités et outils », dans V. Becquet, P. Loncle et Van de Velde C., dir., Politiques de jeunesse : le grand malentendu, Champ social, coll. Questions de société, p. 165-186.

Cicchelli V., Cicchelli-Pugeault C., 2006, « Les recherches sociologiques sur la jeunesse en France et leurs liens avec les préoccupation politico-administratives », Papers, n°79, p.101-120.

Cuin C.H., 2011, « Esquisse d’une théorie sociologique de l’adolescence », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 49-2

Gallant N., Garneau S. (dir.), 2016, Les jeunes et l’action politique. Participation, contestation, résistance, Presses de l’Université Laval.

Ion J. 2012, S‘engager dans une société d’individus, Armand Colin.

Labadie F. (dir), 2012, Inégalités entre jeunes sur fond de crise. Rapport de l’observatoire de la jeunesse 2012, La Documentation française

Labadie F. (dir), 2014, Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’observatoire de la jeunesse 2014, La Documentation française

Loncle P., 2010, Politiques de jeunesse. Les défis majeurs de l’intégration, PUR.

Loncle P., 2008, Pourquoi faire participer les jeunes ? Expériences locales en Europe, L’Harmattan.

Mardon A., 2015, « Sociabilité, construction du corps et de l’apparence dans le devenir collégien. », in Marie-Hélène Jacques (dir.), Les transitions en contexte scolaire. Presses Universitaire de Rennes

Marlière, É., 2008. La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités, Paris, Fayard.

Mathieu L., 2012, L’espace des mouvements sociaux, Editions du Croquant.

Pasquier D., Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Ed. Autrement (Coll. « Mutations » 235), 2005

Pleyers G., Capitaine B. (coord.), 2016, « Jeunes alteractivistes : d’autres manières de faire de la politique ? Perspectives internationales » (dossier), Agora débats/jeunesses, n°73.

Portier Le-Cocq F., 2009, Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises, PUR

Singly F. de, 2006, Les adonaissants, Armand Colin

Vuattoux A., 2014, « Adolescents, adolescentes face à la justice pénale », Genèses, n°97, décembre, p.47-66

Proposition de communications à envoyer avant le 30 janvier 2017

Après avoir précisé l’axe dans lequel elles s’inscrivent, les propositions de communications, d’une page maximum (environ 3.500 caractères, bibliographie et espaces compris), devront présenter la problématique traitée, la méthodologie et les données mobilisées et les principales questions, voire les principaux résultats, qui seront présentés lors du congrès.

Les auteur·e·s sont également invité·e·s à préciser leur nom, leur statut, leur affiliation et leurs coordonnées. Les contributions de doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s sont encouragées.

Envoi des propositions :

Les propositions doivent être adressées sous fichier word à Yaëlle Amsellem-Mainguy, Valérie Becquet, Arthur Vuattoux : afs.jeunesse@gmail.com, elles seront examinées par l’ensemble des membres du bureau du RT 15.

Pour les propositions conjointes axe 1 avec le RT 21 « Mouvements sociaux » merci d’ajouter Geoffrey Pleyers (Geoffrey.Pleyers@uclouvain.be)

Pour les propositions conjointes axe 3 avec le RT 33 « Famille » merci d’ajouter Elsa Ramos (elsa.ramos@free.fr)

Membres du bureau RT 15 : Yaëlle AMSELLEM-MAINGUY, Valérie BECQUET, Isabelle LACROIX, Laurent LARDEUX, Léa LIMA, Patricia LONCLE, Eric MARLIERE, Emmanuelle MAUNAYE, David SUDRE, Guillaume TEILLET, Arthur VUATTOUX.

 

Journée d’étude Âges et rapports sociaux

Journée d’étude co-organisée par les RT7, RT15 et RT24 de l’Association française de sociologie

S’il est devenu une variable incontournable dans les travaux de sociologie, l’âge n’est pour autant pas systématiquement analysé en soi et se trouve plutôt pris comme une donnée, voire un déterminant biologique. Loin de faire consensus, l’idée de considérer l’âge au fondement de rapports sociaux est encore débattue. Cette journée d’étude se propose de renouveler ce débat en mettant l’âge en perspective avec les rapports sociaux de sexe, de classe et de race. Elle s’organisera autour de deux axes. D’une part, nous proposons d’interroger l’âge comme rapport social en analysant ses enjeux et sa spécificité. D’autre part, cette journée d’étude sera l’occasion de réfléchir à l’intersection potentielle de l’âge avec les autres rapports sociaux. Dans ce cadre, les intervenant.e.s invité.e.s présenteront des analyses portant sur l’âge du point de vue de sa construction sociale et sur la pertinence théorique de la catégorie de « rapports sociaux d’âge ». Les interventions s’intéresseront également aux différents âges de la vie, et ce, dans une perspective intersectionnelle. Croiser l’âge avec les rapports sociaux de sexe, de classe et de race permettra de penser les dominations en tant qu’elles sont traversées par des rapports de pouvoir pluriels.

Le programme complet ici : je_ages_17janvier2017

Comité d’organisation :

  • Yaelle AMSELLEM-MAINGUY, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, CERLIS, RT15.
  • Valérie BECQUET, professeure de sociologie, Université de Cergy-Pontoise, RT15
  • Suzy BOSSARD, docteure en sociologie, maîtresse de conférence – LRU, Université de Bretagne Occidentale, Labers (Brest) / Clersé (Lille), RT24.
  • Cécile CHARLAP, post-doctorante, CeRIES, Université Lille 3, RT7.
  • Aurélie DAMAMME, maître de conférences, Université Paris 8, Cresspa, RT24.
  • Veronika DUPRAT-KUSHTANINA, maître de conférences, Université de Franche-Comté, LASA, RT7.
  • Rose-Myrlie JOSEPH, docteure en sociologie et en études genre, ATER, Université Paris 7 – Denis Diderot,
  • Claire LEFRANÇOIS, maître de conférences, Université de Tours, CITERES, RT7.
  • Arthur VUATTOUX, docteur en sociologie (IRIS-UP13), chargé d’études et de recherche à l’INJEP, RT15.